ELWATAN-ALHABIB
jeudi 31 juillet 2014
 

Gaza résiste courageusement bien

 

 

 

ONULA PALESTINE EST UNE QUESTION DE DROIT ET DE JUSTICE QUE GAZA EST EN TRAIN DE REAGIR : Gaza résiste courageusement bien

Le prélude de l’agression israélienne a ses propres prétextes billevesées.En 2006, trois soldats retenus par le HizboAllah, avait permis à Israël de déclencher une guerre meurtrière et ravageuse, dans le but d’en finir le plus vite que possible avec la résistance du Hizbo Allah, Israël n’a fait au juste que massacrer des enfants, des femmes et des vieillards en plus des infrastructures de toute nature. Israël a été toujours soutenue et même protégée par les thuriféraires US, l’occident et les arabo-sionistes(les ultralibéralismes-les royautés d’El Khalidj-Moubarak-M6), les USA et les occidentaux.

C’était trop bien facile pour elle  de déclencher la guerre,  Israël croyait à sa supériorité matérielle et militaire et à ses diverses formes de soutiens extérieurs, mais pour cesser la guerre de 2006, elle avait supplié à qui voulait l’entendre de sortir de cet engrenage et bourbier après 33jours de guerre.Aujourd’hui, le même scenario  et ritournelle reviennent ; l’agression du Liban en 2006, se reproduit à Gaza, enlèvement de trois colons,  qu’Israël imputait sans aucune preuve à l’appui à la responsabilité du Hamas dans le but de mener une agression  d’extermination et de génocide. Une occasion et aubaine en or, toutes  les conditions géopolitiques et géostratégiques étaient  réunies favorablement pour qu’Israël face son forfait honteux en massacrant des enfants, des femmes et des vieillards en toute impunité et en dehors du droit (Convention de Genève).Ces conditions sont :
*Un  Sissi, la vedette « pronunciamiento » égyptienne ressemble en terme « d’achat-vente »  à Missi la vedette d’argentine, seulement cette vedette n’est qu’une simple marchandise qui pouvait être mercantilisé pour ses  bons services vassaux  par les grands de ce monde.
*la relation Israël- pays arabes s’est  tissée crapuleusement au fil des jours et au grand jour de coopération en coopération, de  partenariat en partenariat  dans divers domaines économiques, politiques, militaires, sécuritaires et financiers dans un premier et unique  but pour comploter  et éliminer la « Résistance » en tant que courant, pensée, école et missile,…..
*  Israël a sabordé le processus de réconciliation inter-palestinienne en  empêchant toute action faite par le gouvernement d’union palestinienne. Son but est toujours, diviser pour mieux régner, tout en négociant avec  une allure d’escargot  sans jamais  aboutir au but final au milieu d’un labyrinthe politique  sans issue.
* la Syrie pays plongée dans une guerre civile, qui lui a été imposée dans le cadre du printemps arabe pour lui enlever  ce certificat de« l’acte de résistance » et non la revendication légitime du peuple, le wahhabisme et le takfirisme font le sale boulot  à la place d’Israël.
*la panoplie de fatwas des chouyaoukhs  saoudiens, qataris et autres à l’encontre de la Syrie (Bachar),libye(Khadafi) etl’Irak( NouriMaliki) des fatwas mortelles  préparées  par des sionistes .
* le Hizballah  gérait à sa façon  les problèmes  collatéraux  de la Syrie et du Liban pour la sécurité de son contexte géostratégique.
* l’ignorance des gouvernements arabes qui ne savent point désigner, ni cerner les problèmes et  les concepts, la confusion faite entre le Hamas en tant qu’entité du mouvement des Frères Musulmans et la résistance pour le recouvrement des droits légitimes des palestiniens ne sont pas discernés, les medias arabes comme leurs gouvernements  portent une lourde responsabilité,  incriminer le  Hamas  de ce qui se passe à Gaza et innocenter Israël est une situation du non sens du sens arabe (responsable). Au fond, ce n’est pas la tendance idéologique ou religieuse du Hamas qui leur fait peur mais bien la « Résistance ».Devant cette situation régionale et internationale favorable géopolitiquement à Israël, le feu vert  lui a été  octroyé par les USA  pour faire la sale besogne en face d’un silence complice de ce mauvais monde prônant des valeurs universelles et faisant le contraire sanguinairement.Gaza un minuscule territoire plat et découvert, avec une densité de la population la plus importante  à travers le monde. Une seule bouchée en un laps de temps records était l’objectif premier et principal d’Israël pour en finir à tout jamais  avec la résistance du Hamas et autres, et par là en finir pour de bon avec la résistance et enfin  la cause  palestinienne. Les prémices de cette opération étaient mûries suivant un plan diabolique préétabli par les stratèges  sionistes exécuté par des larbins et vassaux  à deux sous (Petits trop gros lards) et  le silence complice des gouvernements arabes.
 ‘’NOUS SOMMES FRÈRES PAR LA NATURE, MAIS ÉTRANGER PAR L’ÉDUCATION’’  Confucius.
Les pays  despotes arabes  ont été forcés par leurs maîtres de  négocier  leurs désaccords pour une véritable désunion. Chacun avait comme priorité ses propres problèmes et préoccupations internes, ils savaient bien chanter « mon pays avant tout » ne croyant plus aux valeurs morales, ni religieuses, ni universelles que l’union était un axiome qui crée  la force. Les pays despotiques arabes n’ont ni sagesse en eux, ne savent  transmettre que du mal, n’ont  point de  morale positive mais d’une morale négative  structurée par des spiritismes et vivifiée par des mensonges grossiers.Les sionistes ont utilisé toutes leurs capacités en érudits  et novas d’histoire, de sociétés, de psychologie, de Droit de communication, de religion, de pensées…. Pour détourner, désappointer, abuser  et tromper…  tout concept de droiture et de Justice et dénaturer   son explication, c’était bien trop facile devant les bourricots de  responsables arabes ne possédant point l’esprit critique pour se personnifier. Cette désagrégation des pays arabes nourrie par des conflits ethniques et confessionnels, de dictatures, de monarchies,…. Laissait  supposer entendre la fin de la cause palestinienne par cet  état belliciste, sioniste et expansionniste  et arrogant : le rêve du grand Israël   en veille, se réveille puis….  .La destruction était méthodique des états arabes despotiques, des armées de gros ventres, arabes vassaux, et  des peuples arabes  mesquins impuissants de constituer  un front uni. Le printemps arabe était cette aubaine et une machine « made in» pour disloquer matériellement, psychologiquement, institutionnellement. L’Irak, le Soudan, la Libye en sont les exemples de départ.  En 1979 ,la percée glorieuse pour les vassaux  ou de l’autre côté la main mise fâcheuse  pour les résistants ; Sadate et sa fameuse visite historique à Jérusalem suivit de sa politique de « l infitah »  mettait en selle  tous  les pays arabes dans le train du libéralisme sous le joug  des USA  , suivie d’exécution  d’une recette  politique et économique  sous la dominance du grand maitre :les USA .
Ce basculement  stratégique et fâcheux, était rééquilibré par la révolution Khomeyniste, ou l’ambassade d’Israël en Iran devenue  ambassade palestinienne.
La guerre d’Iran- Irak, l’ignorance et la  bassesse immorale des  arabes.  Le résultat : l’Irak   détruit complètement, et  porte en lui aujourd’hui  les risques d’une division géographique.
Les pays pétromonarchies  sont des larbins  et vassaux du 1er degré où ni printemps arabes ni autres forces ne peuvent les détrôner, pays stables  par excellence pour défendre d’abord  les intérêts d’Israël.
Le projet de  la nouvelle reconfiguration de la carte géographique de la région moyen orientale était en marche pour assurer définitivement  la domination d’Israël tant politique, économique et surtout  sécuritaire.
Toutes les guerres  menées avec Israël ont été  hors de la géographie de la  Palestine et étaient à son avantage, leurs durées étaient  très courtes mais  les résultats très importants tels : occupation du Sinaï, du Golan, d’une partie de la Jordanie, des iles saoudiennes  et de Gaza et la Cisjordanie.
Aujourd’hui la guerre de Gaza sous un blocus infernal, après plus de  20jours  de combat  Israël n’a toujours pas mis son bout de pied sur le territoire de Gaza et la guerre se déroule  à l’ intérieur même de la Palestine, la vulnérabilité d Israël  face à Hizba Allah s’est encore mise sur le devant avec la résistance palestinienne .Le trio ou  la symbiose  « résistance » –« peuple »- « responsable politique » de Gaza est inextirpable  malgré les dégâts humains en majorité enfants, femmes et vieillards subit par les bombardements insensés en représailles de la bête immonde et féroce.

« CELUI QUI LE MATIN A COMPRIS LES ENSEIGNEMENTS DE LA SAGESSE LE SOIR PEUT MOURIR CONTENT » Confucius
Certes, les moyens matériels et militaires sont disproportionnés, la tactique de la résistance marque une avance sur la bataille stratégique .C’est la même guerre que celle  du Liban de 2006 ; la seule différence est que Gaza est sous un blocus draconien  air- mer et terre extraordinaire et la résistance du peuple  est miraculeuse et  étrange en même temps, Gaza respire en  sous terre. Les Gazaouis  devant ce blocus inhumain et ce monde luciférien  qui les prive de tout. Ce monde leur offre une mort  lente et paisible, et avec cette agression criminelle la mort est violente. Mais quelque soit le contexte, il ya  toujours la mort en face. Alors les Gasaouis ont fait le choix entre mourir  lentement  ou  mourir impétueusement,  c’est toujours mourir en fin de compte  alors il est préférable de mourir honorablement pour que la génération à venir  continuera le combat par une résistance qui avance de la pierre, aux roquettes jusqu’aux missiles, le progrès est flagrant. Cette volonté lui permettra de recouvrir son droit de sol et droit de vivre dignement et librement.
Le temps ne s’arrête pas  à aujourd’hui, la résistance  ferait  tôt ou tard  de la Palestine sa terre, son territoire son état et sa nation, la résistance palestinienne  a su mettre en échec  l’arrogance d’Israël dans cette agression trop injuste à voir ces échecs :
* La confusion dans la détermination des objectifs  fixés pour la guerre. Aucun objectif n’a été atteint à ce jour.
*Incapacité d’Israël  lié aux renseignements recueillis sur la capacité de la résistance palestinienne.
*En quoi le meurtre  gratuit d’enfants  jouant sur la plage contribue t- il à la sécurité d’Israël  et à son droit de défense. Quel est l’intérêt de bombarder une école, un hôpital, une maternité, une ambulance, une motocyclette ou une maison de pauvre gens
*L’armée de l’air qui ne fait que détruire des maisons des enfants, des femmes  et des vieillards.
*Échec des commandants de l’armée israélienne  qui ne font avancer que des mensonges.
*Échec de faire cesser les missiles qui pleuvent   sans cesse sur toutes les villes israéliennes sans aucune exception.
*black out sur les medias israéliens et occidentaux  (informations  israéliennes non crédibles), manipulent l’image, le son et la plume pour une sensibilisation  servant  leur gain de  fausse cause. Israël –autoproclamé « seule démocratie du Proche-Orient »  ayant  la plus forte censure militaire.
*Opération terrestre  retardée mais n’avance pas  d’un iota depuis la décision de  son déclenchement.
* Une armée de tueurs d’enfants et non de combattants.
*Echec du credo israélien devenu une maxime israélienne  «  que toutes les guerres d’Israël devront être rapides, décisives et clairement victorieuses ».
Cette guerre a dévoilé le statut  génocidaire d’Israël, les israéliens ne savent combattre que derrière les barricades et ne savent tuer que des enfants, c’est avec cette manière que   violence et terreur  représentent leur unique moyen pour atteindre les résultats afin  de pérenniser l’état  raciste d’Israël.
BENALLAL  MOHAMED
 
 

Gaza: un ancien vice premier ministre britannique appelle les choses par leur nom

 

 

 

juillet 31, 2014
Quand on en vient aux agissements de l’entité sioniste, on constate que les langues des responsables politiques tendent à se libérer un peu quand ils n’occupent plus de fonctions gouvernementales.
c’est un peu moins le cas en France, avec l’exception de Roland Dumas (mais cet ancien ministre n’a jamais été un admirateur de l’Etat prétendu juif] où en dehors des voix habituelles à gauche, la nomenklatura UMPS reste fidèle aux sentiments exprimés par François Hollande dans son chant d’amour à la bête immonde sioniste.
Mais regardons en Grande Bretagne. Nous avons dans ce pays quelqu’un qui a quand même été vice premier ministre de son pays qui se permet de se lancer dans une critique extrêmement sévère du comportement de l’entité sioniste.
D’accord, vice premier ministre est une fonction honorifique au Royaume Uni mais l’attribution de ce poste correspondait à la reconnaissance de l’importance de cet homme dans le parti Travailliste où il incarnait la tradition ouvrière du parti [Prescott est fils de cheminot].
Et ses propos ne sont pas passés inaperçus, du fait de la stature du personnage et aussi qu’ils ont été publiés dans l’édition dominicale du Mirror, un des tabloïds les plus vendus de l’autre côté de la Manche.
John Prescott
John Prescott
Signe qui ne trompe pas, la réplique du gang sioniste ‘a pas tardé par la voix du Board of Deputies of British Jews (conseil des députés juifs de Grande Bretagne),
Ces promoteurs du crime et de la rapine reprochent en effet à John Prescott d’avoir « trivialisé l’holocauste » en comparant la bande de Gaza à un camp de concentration car, disent-ils, « le massacre systématique de l’holocauste ne peut être comparé à Gaza. »

John Prescott condamne comme ‘crime de guerre’ les bombardements israéliens sur Gaza

The Belfast Tekegraph (UK) 28 juillet 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri
L’ancien vice premier ministre John Prescott a qualifié la destruction de la bande de Gaza par Israël de « crime de guerre » avec sa « disproportion brutale et si grossièrement aveugle ».
Lord Prescott, du parti travailliste, a critiqué Israël qui agit « comme juge, jury et exécuteur de la sentence » dans sa volonté de réduire les « terroristes » du Hamas, transformant Gaza en ce qui est selon lui un « camp de concentration ».
Il a dit aussi que l’holocauste nazi aurait dû donner au peuple juif d’Israël « un sens de l’histoire et une capacité unique d’empathie avec les victimes d’un ghetto. »
Israël a repris ses bombardements sur Gaza ce matin après le refus par les militants du Hamas de prolonger un cessez-le-feu 12 heures.
Ce bref silence sur Gaza a permis aux habitants de stocker des denrées essentielles, de récupérer des corps dans les décombres apocalyptiques et de revoir leurs maisons dévastées.
S’exprimant dans sa tribune sur le Sunday Mirror, M. Prescott a écrit son mépris pour le silence relatif de la communauté internationale sur une nation [l'entité sioniste] là où toute autre aurait été « traitée d’Etat paria » suite à la mort de tant d’enfants.
« Les appels à un changement de régime auraient été assourdissants. Mais les cris de protestation sont mis en sourdine et la condamnation molle. Parce que c’est Israël, » a-t-il dit.
Le cabinet israélien avait accepté une prolongation unilatérale du cessez-le-feu jusqu’à 21h GMT dimanche, mais cette offre a été abandonnée après le tir de plusieurs roquettes depuis la Palestine en début de matinée, a déclaré son armée.
Suite à ce qu’elle décrit comme « le tir incessant de roquettes par le Hamas, » l’armée israélienne a repris ses attaques.
En 19 jours de combats, 1 047 Palestiniens – en majorité des civils – et 46 Israéliens – dont 43 soldats – ont péri.
M. Prescott a ajouté : « [le premier ministre israélien Benjamin] Netanyahou dit que l’armée israélienne téléphone aux civils pour les avertir de s’en aller quand des attaques de missiles vont avoir lieu. Ils envoient même de plus petits missiles pour ‘cogner sur le toit’ avant d’envoyer la grosse bombe à suivre.
«Mais où ces gens peuvent-ils fuir ? Ils sont enfermés dans une bande de terre littorale densément peuplée sans aucun moyen de s’en échapper. Quand Israël bombarde des hôpitaux et même des écoles de l’ONU utilisées comme refuges, vers quel lieu sûr peut-on fuir ?
Le ministre britannique des affaires étrangères Philip Hammond s’est rendu en Israël en début de semaine pour discuter de la crise avec des dirigeants du Proche Orient et avec le Secrétaire d’Etat US John Kerry.
M. Hammond a rappelé à Israël l’obligation que lui fait le droit international de « prendre toutes les précautions possibles » pour éviter les pertes civiles.
 
 

La guerre et le droit asymétrique

 

 

 

ghaza

Ni les bombes ni les missiles qui tuent quotidiennement des dizaines de Palestiniens, ne provoquent ni émotion ni  désapprobation  des responsables occidentaux, si ce n ‘est  l’inlassable litanie sécuritaire de l’Etat d’Israël qui est accompagnée de quelques ‘’compréhensions douteuses’’ d’un parti pris idéologique. Le combat d’une incommensurable inégalité  oppose les mouvements armés palestiniens à l’armée d’occupation israélienne qui est certainement une des  armées les  plus sophistiquées au monde, n’émeut pas beaucoup les dirigeants des principaux pays occidentaux. Dans ces pays, les quelques réserves citoyennes font l’objet de calomnie et leurs auteurs subissent un ostracisme qui transforme leur opinion  en délit politique.
Cette indépassable politique accusative de l’antisémitisme, transpose  le passé européen  aux autres continents qui n’ont absolument rien à voir avec cette sale histoire  qui est un pur produit du fascisme et du nazisme émanation de l’Europe.  Pour s’absoudre des crimes nazis, les  nouvelles puissances de l’après-guerre n’ont rien trouvé de mieux à faire que de créer un Etat au cœur du Proche Orient pour satisfaire les exigences  de l’eschatologie historique du sionisme et du même coup contrôler toute la région. Les projets avortés de la création d’un ‘’foyer  juif’’ en Ouganda, en Argentine ou ailleurs que la Palestine furent âprement débattus pour déboucher sur une malédiction que l’Europe voulait coûte que coûte éviter.
Que dira-t-on  d’un Etat israélien au cœur de l’Europe qui aurait rendu service à une géographie économique et politique plus commode aux relations privilégiées et  trop actuelles.
Malheureusement ce n’est qu’une vue de l’esprit de l’histoire future
Après tout, les réserves que suscitent de tels dépassements ne relèvent que  de la mauvaise conscience occidentale qui veut se donner un visage humaniste pour  se faire oublier ses calamités barbares d’une civilisation considérée supérieure par ses promoteurs,  génocide des indiens d’Amérique, traite des  Africains, les nuits coloniales et même le racisme envers le Noir (Africain),  le Jaune ( l’Asiatique) , le Rouge ( l’Indien d’Amérique)  et  le sémite, l’Arabe associé au Juif comme dérivation de la suprématie anthropologique de l’homme blanc selon la classification raciale occidentale . En prime, cette mauvaise conscience tenaille le globe au terme d’une paralysie de la société des nations. Le seul pays au  monde qui n’applique aucune résolution des Nations unies c’est bien Israël. Il déroge à la règle du droit international. Israël est une exception de droit parce qu’il partage l’arme de la dissuasion et la conscience du monde (le marché des droits de l’homme) avec ses principaux protecteurs.
Comment ?
La construction du monde de l’après-guerre s’est largement faite en l’absence de la  plus grosse partie de la population mondiale colonisée et sur les débris d’une idéologie raciste et qui a fortement bénéficié à la nouvelle conscience du monde qui, par la suite, est devenue une idéologie de l’Etat mondial. Les différents procès des nazis et indemnités octroyées   confirment le traitement différencié   de la barbarie lorsqu’on distille les bienfaits de la colonisation, l’esclavagisme et du  génocide, en termes de suprématie d’une des catégories de l’homme.
C’est dans ce contexte  que les Palestiniens passent pour des ‘’moins que l’homme’’. Il s’agit de ‘’l’homme de trop ‘’ selon les critères adoptés  par les adeptes de la solution finale que décrit Primo Lévi mais d’un peuple dépossédé, ignoré, emprisonné  et pestiféré lorsqu’on se sépare de lui par un mur au moment où d’autres murs (Apartheid et Guerre froide) ont été détruits. Ce sont des millions de vie sans autobiographie qui sont concernées par la bestialité toute humaine qui, à la différence des camps de concentration, subissent l’alternance de la mort lente (solution graduelle adoptée par les sionistes) dans une prison à ciel ouvert ou fauchées violemment par des armes ravageuses qui orchestrent l’intensité de la graduation de la violence.
A ce jour, personne en Occident n’ose dire que le sionisme  c’est du racisme d’Etat comme si l’homme palestinien est désincarné de son humanité [Voir la résolution de l'AG des N.U adoptée en 1974, abrogée en 1991, qui décrétait que "le sionisme [était] une forme de racisme et de discrimination raciale]. C’est l’assemblage de cette désincarnation qui fait du peuple palestinien une composition moins  humaine que les autres. Il ne s’agit pas de la hiérarchie des races établie par l’Occident au XIXe siècle mais du mépris absolu du moins que l’homme. Il n’ y a aucun rapprochement des humanités dans le  cercle restreint du peuple élu. La restriction véhiculée par l’élection divine se donne comme attribut l’eschatologie de l’histoire. Pour preuve, la forte tendance du communautarisme religieux ressemble étrangement à cet amalgame  qui obstrue les rhizomes de la terre.
D’un point de vue géopolitique, c’est la puissance du conquérant adoubé par la connivence des régimes arabes qui impose la loi du plus fort sous les regards indifférenciés du monde. La connivence du régime égyptien actuel  avec  Israël ne fait aucun doute parce qu’une convergence des intérêts réciproques prime sur toute considération humaniste. L’enjeu de la guerre déclarée c’est toujours le désarmement de la résistance palestinienne. En ce sens, l’opération d’une pierre  deux coups, revient à l’affaiblissement du Hamas et du même coup  à l’élimination de l’opposition égyptienne.
Toujours soumettre au nom  d’un droit asymétrique
RB
 
 

Stop au massacre et au blocus : Rassemblement ce jeudi soir à Paris  

 
 
Chères amies, Chers amis
 
Nous appelons à un rassemblement ce jeudi soir 31 juillet, à partir de 18 H et jusqu’à 22 H, Place de la Rotonde (M° Stalingrad ou Jaurès) pour dire Halte au massacre des Palestiniens, exiger la levée du Blocus de Gaza et des sanctions contre Israël.
 
Merci de venir nombreux et en famille, pour montrer à la population de Gaza que nous ne les abandonnons pas, et que nous ne risquons pas de nous habituer à ce carnage monstrueux.
 
Nous avons déclaré ce rassemblement en préfecture, de même que Forum Palestine Citoyenneté, et d’autres associations, telles que Enfants de Palestine et Droits Devant, s’y joignent.
 
Nous exigeons les uns et les autres :
 
l’arrêt immédiat des bom­bar­de­ments et des massacres à Gaza
l’arrêt de l’occupation israélienne en Cis­jor­danie et à Jéru­salem occupées
la levée du blocus illégal de Gaza
des sanc­tions immé­diates contre Israël jusqu’à ce qu’il respecte le droit inter­na­tional
 
Nous réaffirmons notre soutien à la Résistance palestinienne contre l’occupant israélien.
 
Venez nombreux !
 
Apportez vos keffiehs et drapeaux palestiniens !
 
MERCI A TOUTES CELLES ET TOUS CEUX QUI PEUVENT PASSER CE MERCREDI SOIR A LA LIBRAIRIE RESISTANCES A PARIS, POUR NOUS AIDER À PRÉPARER CE RASSEMBLEMENT, AFIN QU’IL SE DÉROULE COMME NOUS LE SOUHAITONS.  
 
La préfecture de police nous demande de mettre en place un service d’ordre pour toutes nos manifestations. 
 
Au lieu d’interdire la LDJ, qui manifestera jeudi soir aux côtés du CRIF, devant l’ambassade d'Israël, pour encourager les massacres israéliens, le gouvernement autorise cette apologie de crimes de guerre, mais nous demande d’assurer nous-mêmes notre protection contre ces dangereux nervis fascistes.
 
Ce que nous ferons avec votre aide. (Accueil à partir de 17 H 30 ce mercredi soir pour organiser un SO discipliné). 
 
 
Amicalement,
 
CAPJPO-EuroPalestine (plus d’infos sur http://www.europalestine.com et en vous inscrivant sur la page d’accueil de notre site pour recevoir notre newsletter.)
 
 

Questions sans réponses
 
 
 
 
 
 
par Kharroubi Habib
La trêve humanitaire pour Gaza que l'on a un moment cru possible à l'occasion de l'Aïd El Fitr a été rompue aussitôt annoncée. Pour la population gazaouie, la descente aux enfers se poursuit toujours plus sanglante, ponctuée d'atrocités encore plus horrifiantes que les précédentes à chaque raid et bombardement israélien.

Jusqu'à quand la communauté internationale observera la passivité qui est la sienne face à l'incommensurable tragédie humaine que subissent les Gazaouis ? Quand donc enfin décidera-t-elle à être plus agissante pour arrêter le carnage qui s'amplifie démontrant ainsi le but génocidaire de l'Etat sioniste ? Que faut-il de plus dans la barbarie dont sont victimes les enfants, les femmes et les civils gazaouis pour la pousser à réagir autrement qu'à quémander une trêve humanitaire à un agresseur dénué de toute humanité et acharné à infliger aux habitants de Gaza une punition collective aux dimensions d'holocauste ? N'entendrait-elle pas les appels que lui adresse l'opinion internationale horrifiée et indignée et ne comprenant pas qu'elle puisse se «hâter» lentement dans ses tentatives de mettre fin à la boucherie qui a cours ?

Ces questions se posent tant il apparaît que cette communauté internationale est loin de vouloir s'impliquer de façon dissuasive en faveur d'un arrêt immédiat et inconditionnel de l'agression sioniste dont elle mesure pourtant l'amplitude des ravages humains et des dégâts matériels qu'elle inflige à la population et à la bande de Gaza. Son attitude ou du moins celle des puissances occidentales qui se sont arrogé le droit et le « devoir » de parler et d'agir en son nom est atterrante comparée à la fermeté de celle qu'elle a adoptée à l'égard de la Russie s'agissant du conflit ukrainien. Pour contraindre Moscou à la désescalade dans celui-ci, les Européens et les Américains n'ont pas hésité à édicter une panoplie de sanctions économiques, financières et politico-diplomatiques contre l'Etat russe.

Au point atteint par la tragédie humaine qui se déroule à Gaza, cela ne justifierait-il pas qu'ils aient recours au même type de pressions sur l'Etat sioniste pour le contraindre à cesser son horrible opération génocidaire ? Depuis le début de l'agression israélienne et en dépit de son intensification faisant un nombre de victimes innocentes en croissance effarante, ni les Etats-Unis ni l'Union européenne n'ont ne fût-ce qu'évoquer la menace d'éventuelles sanctions contre l'Etat sioniste dont ils ont pourtant « désapprouvé » le caractère « disproportionné » de son agression. Il est vrai que dans leur échelle des valeurs des vies humaines, celle des Palestiniens coupables de s'en prendre à leur « enfant chéri » l'Etat sioniste ne vaut pas qu'ils utilisent l'arme des sanctions.

Le sang et la douleur indescriptible qui sont le lot des Palestiniens à Gaza et ceux de la Cisjordanie en moins visible sont pour ces Etats-Unis et cette Union européenne le prix que le peuple palestinien est tenu de payer pour son refus de la « pax » israélienne et ne doit pas en conséquence attendre de protection de leur part et partant de la communauté internationale soumise à leur impériale hégémonie. C'est pour cette raison que ces puissances ne se hâtent pas d'intervenir pour traduire dans la pratique l'appel lancé au nom de l'humanité par le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon à l'arrêt de la violence à Gaza.
 
 
L'été des requins
 
 
 
par Moncef Wafi
Plus de 1.280 Palestiniens ont été assassinés par Tsahal en trois semaines d'une guerre déclarée contre le peuple de Ghaza. On évoquait plus précisément 1.287 linceuls dénombrés jusqu'à hier, début d'après-midi. Un décompte macabre qui ne veut pas prendre fin alors que le monde n'ose pas dénoncer ouvertement et énergiquement le massacre en règle de l'armée israélienne qui n'a d'autres visées que d'exterminer les Ghazaouis pour en finir avec le mouvement de résistance.

Alors que d'une main le criminel de guerre Netanyahu tend la main à Hamas pour une trêve humanitaire (drôle de concept quand on tue sans discernement des civils) de quelques heures, pour débarrasser les rues des cadavres d'enfants et de femmes, son armée continue de pilonner les Palestiniens là où ils se cachent. Hier encore, 16 Ghazaouis réfugiés dans une école estampillée pourtant UNRWA (Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient) ont été tués par des tirs de chars. Dans un communiqué, l'officine onusienne accuse l'armée israélienne de «grave violation du droit international». Pierre Krähenbühl, chef de l'agence onusienne, se tourne, impuissant, vers la communauté internationale et l'appelle à engager une action politique «déterminée pour mettre un terme immédiat au carnage en cours». Mais tout le monde, les Palestiniens en premier, est convaincu que Ban Ki-moon n'osera pas critiquer l'Etat sioniste tant que les Américains ne lui donneront pas le feu vert. Et Obama ne fera jamais cette hérésie, ni lui, ni Hollande, ni Cameron, ni Merkel, ni les bédouins customisés du Golfe.

Israël continue d'assassiner femmes et enfants, civils désarmés d'un génocide programmé depuis longtemps. La chute de Morsi l'Egyptien n'était qu'une étape du plan israélien. Le Printemps arabe en étant le chef-d'œuvre. Pendant ce temps-là, la France est devenue un nouveau département israélien. Pas un jour ne passe sans que le gouvernement Hollande couvre de lauriers la première armée au monde à faire la guerre aux enfants. Israël est conforté par Paris dans sa logique meurtrière alors que Hollande interdit à ses électeurs de marcher à la mémoire des victimes de Ghaza. La France amie d'Israël, plus qu'un slogan, une réalité qui crache à la gueule de tous les Français, de gauche comme de droite.

Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a appelé, pour aujourd'hui, à un «rassemblement unitaire des amis d'Israël» devant l'ambassade d'Israël à Paris. Valls a acquiescé, lui le premier ami d'Israël qui a décrété que critiquer la politique d'Israël équivaut à un acte d'antisémitisme. On a tous hâte de découvrir ces amis, les mains pleines de sang d'innocentes victimes qui ne sont coupables que de vivre sur une terre coincée entre un Etat terroriste et une Egypte complice, sous un embargo qui dure depuis plus de huit ans sans que personne lève le petit doigt. Alors que le journal est sous presse, le bilan des martyrs de Ghaza ne fait qu'augmenter et le monde préfère tourner la tête ailleurs et profiter de l'été des requins.


 
 

Un soldat israélien raconte l’enfer: Une guerre contre des fantômes !

 

30/07/2014
Une guerre contre des fantômes !
Comment 13 militaires israéliens de l’unité d’élite Golani de l’armée de terre israélienne ont été tués et 50 autres ont été blessés dans le quartier de Chajaïyyé (Chouja’ia) à l’est de la Bande de Gaza : c’est l’un des rescapés qui le raconte pour le site israélien Wala. Il faisait partie des soldats qui escortaient à pied les véhicules blindés.
« L’atmosphère au sein de l’unité était très difficile. Cette opération était très dure, du jamais vu. Nous avons vu le commandant de l’unité blessé baignant dans son sang et sa jambe amputée. Son adjoint a été tué, ainsi que le commandant de l’opération. Et le commandant de l’unité des renseignements militaires a été grièvement blessé », a-t-il débuté son témoignage.
Il raconte qu’au début, ils ont cru que le véhicule blindé qui transportait des militaires a été touché par un missile Kornet (la terreur des tankistes). Mais il s’est avéré que c’était un énorme engin explosif qui a explosé sur son passage.
« Nous étions confrontés à des fantômes qui surgissaient de la terre qui s’attaquaient aux véhicules et aux soldats sans faire attention aux chars, et nous ne savions que faire, nous tirions, dans toutes les directions, sur des objectifs invisibles… »
« Les soldats blessés ou tués gisaient sur le sol, difficiles à être identifiés en raison des mutilations. Les soldats criaient, car ils n’avaient vu jamais une telle scène de leur vie. Lorsque l’affrontement a pris fin, nous étions incapables de distinguer parmi les corps ceux de nos amis, pour savoir s’ils étaient vivants ou morts… » a déclaré encore ce soldat de la brigade spéciale Golani, unité d’élite de l’armée israélienne.
Un autre soldat israélien ayant également été sur place avait rapporté pour sa mère, dans un appel téléphonique :
« Ils nous ont bombardés, ils nous ont détruits, ils nous ont brûlés… puis nous avons du ramper à plat ventre à la recherches des lambeaux et morceaux de nos camarades tués après la fin des combats car un officier nous a ordonné de ratisser le champ de bataille… c’était extrêmement dur il y avait tant de corps mutilés, ces images hanteront mon esprit à jamais, je ne pourrait plus oublier ces moments passés à la recherche des « restes » de mes camarades.. »
 
mercredi 30 juillet 2014
 

Plainte contre israhell à la CPI

 

 

 

 Mercredi 30 juillet 2014 
Une plainte du Ministre de la Justice de PALESTINE et du Procureur Général de la Cour de GAZA a été déposée vendredi 25 juillet auprès de la Cour Pénale Internationale par Maître Gilles DEVERS, avocat au barreau de Lyon, qui en a reçu mandat. Vidéo réalisée le 25 juillet 2014 par Gérard Lazare

 
 

Coalition entre Israël, l’Arabie saoudite et l’Égypte contre Gaza

 

 

 

 

Un avion israélien est stationné en permanence à l’aéroport militaire du Caire, prêt à ramener des informations très sensibles à Jérusalem.


Un « haut commandement associé » des pays arabes conseille au premier ministre israélien Benjamin Netanyahu comment renforcer son opération au sol à Gaza, nous confirme le Debka Net Weeky, une publication d’un site internet proche du Mossad, les services secrets israéliens.
Le site internet explique que le roi saoudien Abdullah et le président égyptien Abdel Fattha Al-Sisi sont en « communication permanente », tenant des conférences quotidiennes et parfois plus, selon les sources du site.
Ces communications se font par des lignes téléphoniques sécurisées, mais la sensibilité politique de leur étroite coopération est telle qu’ils utilisent des intermédiaires directs pour les communications très importantes. Un avion israélien spécial est stationné de manière permanente à l’aéroport militaire du Caire, prêt à décoller chaque fois que des messages top secrets entre le président égyptien et le premier ministre israélien doivent être échangés. 
Le représentant attitré du roi Abdullah dans ces échanges quotidiens est le Prince Bandar Bin Sultan, l’homme qu’il a renvoyé lorsqu’il était chef des renseignements saoudiens mais qui est maintenant conseiller spécial du roi pour les questions relative à l’ISIL, l’État islamique en Irak et au Levant. Le prince Bandar entretient des liens directs avec le directeur du Mossad Tamir Pardo.
Les contacts avec l’Égypte sont maintenus grâce à Yoram Cohen, le responsable du Shin Bet qui est vu comme un visiteur fréquent du Caire. Le mentor et sponsor de al-Sisi, Ahmed Fareed Al Tohami, responsable des renseignements généraux égyptiens est présenté par le site internet comme assurant une porte en permanence ouverte à Amos Gilad, le coordinateur politique du ministère de la défense israélienne, et à Yitzhqk Molcho, le haut conseiller de Netanyahu.
Les objectifs de guerre de cette Troïka sont selon la Debka, de briser l’aile militaire du Hamas, de diminuer son influence politique, d’éviter que les États-Unis n’interviennent dans leur politique, et d’installer un nouveau gouvernement à Gaza une fois que le Hamas aura été écrasé. Le site Debka explique que dans le but d’obtenir le consentement saoudien et égyptien, Netanyahu a du sacrifié l’un des principes centraux de la politique israélienne : maintenir la bande de Gaza et la Cisjordanie séparée. A la place, il a consenti à la naissance d’une autorité palestinienne unifiée. 
Mais en retour, le site internet affirme que Netanyahu a obtenu une précieuse assistance politique : « Sa récompense est que ses alliés ont déployé beaucoup d’efforts pour protéger Israël et l’IDF des habituelles et fortes pressions internationales pour stopper l’opération en cours. »
La Troïka a repoussé la pression venue de plusieurs capitales pour que l’on restreigne sans délai l’offensive en cours, et elle a même mis au point une proposition de cessez-le-feu, sachant à l’avance qu’elle ne serait jamais acceptée par le Hamas mais qu’elle donnerait à Israël une position morale plus élevée. explique le site Debka.
L’Opération à Gaza est présentée comme le baptême du feu pour l’Alliance Israël/Arabie Saoudite/Égypte qui envisage d’agir de concert sur d’autres cibles comme l’Iran et les mouvements islamistes.
http://www.middleeastye.net
Traduction :  - Julie C.

 
 


La barbarie porte un nom : le sionisme 



Gaza-F-26

 
 
Agression contre Gaza: la pierre d'achoppement du projet de trêve 
 
 
 
 
 
par Kharroubi Habib
Une trêve humanitaire de quelques heures ou de quelques jours dans l'atroce boucherie qui se commet à Gaza n'est pas ce que réclame l'opinion internationale indignée par sa barbarie. Elle exige l'arrêt de l'agression israélienne. Cette perspective ne semble pas pour autant se dessiner malgré le forcing diplomatique international qui s'exerce sur les deux parties pour tenter de les amener à accepter son principe. Des diplomates qui s'évertuent à tenter d'obtenir leur accord mettent en effet en garde contre tout «optimisme prématuré» quant à l'issue des tractations qui sont en cours pour essayer de les convaincre.

Ni les Etats-Unis qui sont en contact avec Netanyahu et son cabinet, ni l'Egypte qui l'est avec les chefs du Hamas ne sont parvenus à ce résultat. La pierre d'achoppement sur laquelle butent les tractations visant à l'instauration d'une trêve définitive est que les deux parties n'envisagent pas celle-ci du même point de vue. Israël entend que les clauses de cette trêve ne fassent aucune concession aux conditions posées par le Hamas, lequel refuse d'aller à un accord qui reconduirait le statu quo ante agression dont son chef historique a dit qu'il fait de Gaza la plus grande prison du monde.

Au plan strictement humanitaire, l'on est tenté bien sûr d'estimer que l'urgence est l'arrêt du carnage en cours. La population civile à Gaza y gagnerait que cesse le massacre dont elle est victime, qu'elle puisse renouer avec un semblant de vie sans craindre d'y vaquer au milieu de meurtriers bombardements. Mais cette population a payé cher pour accepter le retour à un statu quo dans la situation faite à leur territoire par l'ennemi sioniste. Le Hamas qu'une presse occidentale vouée à la défense inconditionnelle de l'Etat sioniste présente comme faisant obstacle à l'accord de trêve, exprime en fait un refus que partage cette population en dépit de ce qu'il lui en coûte par la poursuite de l'agression israélienne.

John Kerry et son homologue égyptien Sameh Choukry ont convenu d'une proposition de cessez-le-feu incluant que la trêve obtenue se poursuivrait par des négociations sur la levée du blocus imposé depuis des années à la bande de Gaza.

Cette exigence du Hamas n'est ni maximaliste ni la confirmation de son refus d'une trêve avec l'ennemi sioniste. Elle est un minima en dessous duquel un accord de la résistance palestinienne équivaudrait à une reddition pure et simple trahissant les sacrifices et le martyrologue de la population gazaouie. Et c'est bien cette forfaiture que le Hamas est sommé de commettre.

Il n'est question dans les médias occidentaux majoritairement pro-israéliens sans retenue que de «l'inhumanité» de la position de cette faction palestinienne qui refuserait pour des considérations politiques et même de survie d'entendre les appels à la trêve.

Le monde entier voit pourtant de quel côté se manifeste l'inhumanité. Elle est dans celui d'Israël qui à un blocus affamant et humiliant y ajoute un déluge de feu génocidaire n'épargnant ni les enfants ni les femmes ou personnes âgées de la bande de Gaza. Faire du Hamas l'unique responsable de l'abominable situation faite à la population gazaouie revient à valider l'agression sioniste et à nier que l'Etat sioniste a entrepris une guerre totale non contre ce mouvement de résistance mais contre la population gazaouie « coupable » de réclamer son droit à une vie qui ne soit pas conditionnée par les diktats de cet Etat et faite d'humiliations et de dénis.


 
mardi 29 juillet 2014
 
Gaza soumise à un déluge de feu, lourdes pertes pour l’armée d’Israël

Les bombardements israéliens extrêmement violents sur Gaza faisaient rage mardi avec des dizaines de morts en quelques heures après une journée noire pour l'armée israélienne, balayant tout espoir d'un arrêt du conflit dévastateur entrée dans sa quatrième semaine.
 
Face à cette spirale de violence, la communauté internationale n'est jusqu'à présent parvenue à opposer que son horreur et ses appels impuissants à un cessez-le-feu.
 
Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas au pouvoir à Gaza semblent déterminés à aller jusqu'au bout dans leur guerre, malgré le lourd bilan humain et la dévastation dans l'enclave palestinienne.
 
L'offensive israélienne déclenchée le 8 juillet pour mettre fin aux tirs de roquettes du Hamas a fait plus de 1.110 morts palestiniens, en grande majorité des civils selon l'ONU. Côté israélien, trois civils et 53 soldats ont été tués, le plus lourd bilan militaire depuis la guerre contre du Liban en 2006.
 
Alors que la journée de lundi s'annonçait calme avec une trêve installée de facto pour la fête musulmane du Fitr, un déluge de feu s'est abattu en soirée sur Gaza et a duré toute la nuit, après que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a prévenu ses concitoyens de se tenir prêts à une "longue campagne".
 
Selon les secours locaux, des dizaines de Palestiniens, dont au moins neuf femmes et quatre enfants, ont été tués aux premières heures de la journée dans les frappes incessantes sur la petite enclave palestinienne.
 
Il s'agit des bombardements les plus violents depuis des jours, selon un correspondant de l'AFP sur place. Les raids aériens ont éclairé le ciel de Gaza dans une nouvelle nuit de cauchemar.
 
La maison du chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, dans le camp de réfugiés de Chati, a été bombardée selon sa famille, de même que la télévision et la radio du Hamas.
   Mardi matin, un épais panache de fumée noire s'élevait au-dessus du port de Gaza, selon des journalistes de l'AFP.
 
   Sirènes et roquettes
 
 L'armée israélienne a affirmé avoir tué plus de 300 combattants du Hamas et frappé près de 3.900 "sites terroristes" depuis le début du conflit déclenché par des raids aériens avant de s'étendre le 17 juillet à une opération terrestre.
 
Mais l'objectif affiché d'obtenir une "démilitarisation de Gaza" et de détruire l'arsenal de roquettes et les tunnels d'attaque du Hamas, est loin d'être atteint.
 
Dans cette guerre asymétrique, le Hamas et ses alliés du Jihad islamique, qui s'étaient visiblement préparés à une offensive israélienne, portent des coups qui font très mal à leur adversaire.
 
Les sirènes d'alarme continuent de retentir dans les villes israéliennes au rythme de la pluie ininterrompue de roquettes.
 
Dans des attaques revendiquées par le Hamas, dix soldats sont tombés ces dernières 24 heures: un soldat est mort dans des combats à Gaza, quatre tankistes ont été tués par un tir au mortier le long de la frontière et cinq autres sont tombés lors de combats avec un commando qui avait émergé d'un des tunnels du Hamas près du kibboutz de Nahal Oz (sud).
 
Ces souterrains, creusés depuis Gaza pour mener des attaques, sont la hantise des habitants du sud d'Israël, au même titre que les roquettes qui ont tué trois civils -deux Israéliens et un Thaïlandais- depuis le 8 juillet.
 
  'Tués, mutilés, brûlés, terrifiés'
 
Cette opération israélienne a déjà duré aussi longtemps que celle de 2008/2009, qui était destinée elle aussi à faire cesser les tirs de roquettes du Hamas et fut pour les Palestiniens (1.440 morts) la plus meurtrière des quatre guerres depuis le retrait unilatéral israélien de Gaza en 2005.
Et rien ne semble pouvoir l'arrêter.
 
"Au nom de l'humanité, la violence doit s'arrêter", a lancé dans une énième exhortation le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, alors que le président américain Barack Obama exigeait de M. Netanyahu exigeant un cessez-le-feu "immédiat et sans conditions".
 
Les Occidentaux ont affirmé leur volonté d'"augmenter" la "pression" pour arracher un arrêt des combats, mais sans proposition concrète.
 
Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, dont le pays soutient le Hamas, a lui appelé "le monde musulman à armer autant qu'il le peut le peuple palestinien" pour l'aider à lutter contre Israël, "un chien enragé, un loup sauvage".
 
Seule initiative diplomatique annoncée, le prochain déplacement au Caire d'une délégation palestinienne menée par le président palestinien Mahmoud Abbas et comprenant des membres du Hamas et du Jihad islamique.
 
L'Unicef a évalué à "environ 230" le nombre d'enfants tués depuis le début de l'opération, soit "plus de dix par jour" dans un territoire surpeuplé de 40 km sur 10 km, où la moitié des quelque 1,8 million d'habitants soumis à un blocus israélien depuis 2006 ont moins de 18 ans.
 "Des enfants sont tués, blessés, mutilés, brûlés en plus d'être absolument terrifiés. Les conséquences sont beaucoup plus lourdes que lors des explosions de violence précédentes", assure la responsable de l'Unicef à Gaza, Pernille Ironside.


Source: AFP
 
 
Il faut traduire Israël devant un tribunal pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité 

 
 Par D.B.
Il existe une solution radicale pour réduire l'Etat sioniste, le contraindre à se désarmer de son arsenal nucléaire, le confiner aux frontières de 1967, le traduire devant un tribunal pour crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, et le forcer s'amender auprès de la Palestine, en lui versant pendant 1000 ans un tribut qui lui permettra de vivre honorablement. Et ce ne sera pas cher payé
C'est très simple, et pas compliqué du tout, comme tenteront de vous le faire accroire les oiseaux de malheur, les lâches et les faux humanistes, qui coassent leur sympathie à Israël pour mieux vendre leurs pitoyables romans.
Au lieu de nous mobiliser dans les rues occidentales, soulevons-nous en masse, dans tous les pays arabes et musulmans, en un seul jour, renversons nos dirigeants, fusillons-les tous, tous sans aucune exception, rendons le pouvoir à nos peuples, puis usons de l'arme des hydrocarbures pour imposer nos conditions !
Nous minerons tous nos puits, en même temps, et nous irons à la table des négociations avec une seule condition: Refaire les règles du jeu, pour tous les damnés de la terre, et pour les Palestiniens en premier lieu. Nous seront plus forts que toutes les puissances mondiales réunies, vec leur rsenal atomique et tout leur toutim à tuer les pauvres gens.
Les occidentaux ne demanderont pas mieux, parce que nous les aurons aidés à se débarrasser de l'atroce tutelle du sionisme mondial, qui les traite comme des putes à bar...! Et en ce faisant, non seulement nous desserrerons l'étreinte sioniste sur le monde entier, mais nous aurons aussi débarrassé nos pays des dirigeants immondes et répugnants qui nous pressurent et nous broient, pour être agréables à leur Grand-Prêtre, Sion le maléfique ! Nous pouvons le faire ! Si tant est que nous sommes dignes du nom d'humains. Sinon, alors qu'on ferme nos gueules, et qu'on affiche ouvertement notre lâcheté !
DB
Photo : Il existe une solution radicale pour réduire l'Etat sioniste, le contraindre à se désarmer de son arsenal nucléaire, le confiner aux frontières de 1967, le traduire devant un tribunal pour crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, et le forcer s'amender auprès de la Palestine, en lui versant pendant 1000 ans un tribut qui lui permettra de vivre honorablement. Et ce ne sera pas cher payé 
C'est très simple, et pas compliqué du tout, comme tenteront de vous le faire accroire les oiseaux de malheur, les lâches et les faux humanistes, qui coassent leur sympathie à Israël pour mieux vendre leurs pitoyables romans. 
Au lieu de nous mobiliser dans les rues occidentales, soulevons-nous en masse, dans tous les pays arabes et musulmans, en un seul jour, renversons nos dirigeants, fusillons-les tous, tous sans aucune exception, rendons le pouvoir à nos peuples, puis usons de l'arme des hydrocarbures pour imposer nos conditions ! 
Nous minerons tous nos puits, en même temps, et nous irons à la table des négociations avec une seule condition: Refaire les règles du jeu, pour tous les damnés de la terre, et pour les Palestiniens en premier lieu. Nous seront plus forts que toutes les puissances mondiales réunies, vec leur rsenal atomique et tout leur toutim à tuer les pauvres gens. 
Les occidentaux ne demanderont pas mieux, parce que nous les aurons aidés à se débarrasser de l'atroce tutelle du sionisme mondial, qui les traite comme des putes à bar...! Et en ce faisant, non seulement nous desserrerons l'étreinte sioniste sur le monde entier, mais nous aurons aussi débarrassé nos pays des dirigeants immondes et répugnants qui nous pressurent et nous broient, pour être agréables à leur Grand-Prêtre, Sion le maléfique ! Nous pouvons le faire ! Si tant est que nous sommes dignes du nom d'humains. Sinon, alors qu'on ferme nos gueules, et qu'on affiche ouvertement notre lâcheté !
DB
 
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]