ELWATAN-ALHABIB
vendredi 28 février 2014
 

Algérie - Peuple de qualité recherche élites à sa hauteur pour sortir de ce cirque infernal 

 

 

 

Par Ghania Mouffok
 Algérie histoireNous sommes pourtant un peuple qui ne devrait pas avoir honte de son histoire!

Les Algériens veulent la paix et la démocratie et les deux sans violence. Voilà le programme, très consensuel, que partagent les algériens. Mais comment sortir du « cirque infernal » ? Là est la question. Ici, le point de vue, de la journaliste Ghania Mouffok.

 C'est depuis Oran que le premier ministre Abdelmalek Sellal a annoncé officiellement la candidature du président Abdelaziz Bouteflika pour un quatrième mandat, entre Schwarzenegger et l'Afrique verte réunis dans cette ville pour parler de développement durable. Un développement durable qui se porte aussi mal que le président A. Bouteflika, ce que ne cache pas M. Sellal, également président de la Commission nationale d'organisation de l'élection présidentielle : « Certes, reconnaît-il, débonnaire, il n'est pas en mesure de faire tout par lui-même... » mais quelle importance puisque « son intelligence, à elle seule, suffit à tenir les rênes de ce pays ? » (Le Quotidien d'Oran, le 23 février 2 14). La preuve ? « Bouteflika, vous le connaissez tous, c'est une référence, une icône universelle ; tous les émirs viennent lui rendre visite. » Plus modeste à son propos, se posant à lui-même la question de savoir pourquoi il n'était pas lui-même prétendant au poste de président, il répond : « L'Algérie est trop grande pour moi, elle me dépasse. » Comment ne pas le croire ?
On comprendra à la lecture de déclarations aussi invraisemblables dans un pays partageant les frontières sahélo-sahariennes avec guerre au Mali et intervention militaire de la France dans ce pays, milices armées en Libye, Niger convoité, enclave du Sahara occidental sous protection de l'armée algérienne investie par des 4X4 en balade enlevant des étrangers, affaire Tiguentourine, Tunisie en pleine révolution, échanges de tirs aux frontières algéro-marocaines (fermées), on comprendra que les Algériens se demandent si la préparation des élections présidentielles en Algérie est une farce ou un cauchemar ?
 Un cauchemar en développement durable
 Le ton de cette campagne inédite, que même un auteur de politique fiction aurait jugée impossible, tant elle dépasse les possibles de l'imaginable, avait été donné par le secrétaire général contesté du FLN, Amar Saïdani. « Le président est connu pour être un homme qui aime ménager le suspense et prendre son temps », avait-il donné en guise d'explication au silence d’Abdelaziz Bouteflika. Puis, quelques mois plus tard, dans un langage aussi vulgaire qu'incroyable, il interpellait non pas le général-major Mohamed Mediene, comme le veut la culture de l'ex parti unique, mais « Toufik ». Prenant à témoin les opinions sidérées, il déclare : « Je milite pour la séparation des pouvoirs. Pour un état civil. Je dis, par contre, que si un mal m'arrive, ce sera l'œuvre de Toufik. » Putativement donc, le général-major Mohamed Mediène, patron du tout puissant DRS, Département du renseignement et de la sécurité, ne serait qu'un vulgaire assassin, doublé d'un incompétent notoire, incapable de protéger le président Boudiaf, assassiné, et incapable de protéger les zones pétrolières avec l'affaire de In Amenas. La république tremble ...à peine.
Rivalisant de vulgarité, la réponse ne s'est pas fait attendre. Hichem Aboud, ancien militaire devenu « journaliste et écrivain », auteur de La mafia des généraux et directeur de journaux sans problèmes notoires, dans une lettre faussement candide de journaliste d'investigation, demande au frère du président Saïd Bouteflika de confirmer ou infirmer s'il est bien « un pervers » aux mœurs dissolues, un corrompu et un corrupteur, le patron du narcotrafic, le roi du détournement d'argent public et de la corruption. Ce n'est plus un petit frère, c'est Terminator 4. Terminator 4 prend les devants et décide de rendre publique cette nouvelle méthode de journalisme d'investigation.
Récapitulons : le président serait une tête sans corps, le patron du DRS un criminel, le frère du président le véritable président et accessoirement un narcotrafiquant, mais cela ne devrait pas prêter à conséquence, car qui n'a pas ses petits défauts ? Que les Algériens, cependant, soient rassurés : ensemble ils veilleront au respect des institutions et à la stabilité du pays, affirment-ils tous.
Le tableau de ce brillant débat politique ne serait pas complet si on n'ajoutait pas que Amar Saïdani serait le porte-parole, sous couvert du FLN, du « clan présidentiel » et Hicham Aboud, sous couvert du journalisme, l'un des porte-parole de l'autre « clan » qui, lui, en a plusieurs.
Entre un président qui « ne peut pas tout faire » et qui donc délègue les restes, un Premier ministre que « l'Algérie dépasse », un patron du DRS sans voix ni visage, des institutions élues comme l'Assemblée populaire nationale ou le Sénat hors-jeu, un Conseil constitutionnel en vacance, une alliance présidentielle sans partis, le FLN en crise, le RND sans leader, le MSP divisé en deux après avoir quitté l'alliance pro-Bouteflika, le décor d'une historique élection présidentielle en première mondiale est installé.
A ce niveau d'opacité, être journaliste se résume à décrypter le langage des signes, dans le meilleur des cas, et/ou à regarder par les trous de serrures du sérail, du Palais présidentiel à la citadelle des Tagarins, et vice-versa.
Dans un tel cas de figure, toutes les spéculations, à ne pas confondre avec l'information, sont possibles. Et même contradictoires, elles sont aussi convaincantes les unes que les autres. On peut soutenir et écrire que le Président, bien que diminué, a terrassé le DRS, présenté il y a encore quelque mois comme le faiseur de rois, de fortunes, de carrières, avec droit de vie et de mort sur 35 millions d'habitants. Comme on peut affirmer, au contraire, que le DRS n'a rien perdu de sa puissance et qu'il n'a pas dit son dernier mot. A moins que tout ceci soit juste un écran de fumée qui finira par se dissiper parce que quelques milliards de dollars méritent bien quelques compromis. Le suspense continue... Toutes ces spéculations médiatico-politiques ne servent, en définitive, qu'à participer de la confusion et, plus grave encore, à tétaniser la population, les opinions, qui en sont réduites à prier Dieu tout Puissant de punir les méchants, à Lui de les reconnaître, et d’épargner l'Algérie, « Allah yestar. »
 On en vient à oublier que l'Algérie ce n'est pas la rue Didouche !
 L'Algérie c'est 35 millions d'habitants, le plus grand pays d'Afrique depuis la partition du Soudan, un pays posé aux frontières immenses entre Sahel et Sahara, voisin de sept pays tous en pleine redéfinition : le Mali, le Niger, la Tunisie, la Mauritanie, le Maroc, le Sahara occidental et, enfin, la Libye. On en vient à oublier que c'est dans la capitale de ce pays, Alger, que se sont réunies toutes les polices d'Afrique, de l'OUA, sans le Maroc, donc, pour décider de la naissance d'Afripol, en février 2014. Enumérer même hâtivement les fléaux que cette nouvelle police africaine se propose de combattre donne la mesure des enjeux à l'échelle du continent auquel nous sommes arrimés : crime organisé, terrorisme, trafic d'armes, narcotrafiquants, blanchissement d'argent, transfert illégal de devises, trafic d'œuvres d'art et, enfin, organisation d'une force de police africaine capable de rétablir l'ordre sans l'intervention des puissances militaires étrangères et en passant gestion démocratique des foules (ici les foules c'est nous).
Suivez mon regard, du Mali à la Libye, entre Africom, version US, plan Serval à la française, l'espace sahélo-saharien dont nous sommes, espace mondialisé par les armes et ses richesses exploitées par les multinationales quand les Etats affaiblis comptent les devises, est en pleine redéfinition stratégique lourde de menace pour l'ensemble du continent, désormais riche de plus d'un milliard d'habitants. Pendant qu'en Méditerranée, au nord du pays, des rapaces pêchent nos thons en voie de disparition et croisent des bateaux d'infortune qui s'échouent telles des baleines crachant de leurs ventres des petits Africains, dont nous sommes, morts de détresse. L'Algérie, c'est également une économie totalement dépendante des cours du pétrole, sans lequel nous serions incapables de nous nourrir, nous vêtir, nous soigner et faire tourner l'industrie épargnée par des politiques néolibérales imposées et partagées par les partenaires nationaux qui ont érigé en dogme la puissance du marché, alors même que rien ne permet de mettre en place ces marchés et encore moins de les contrôler. L'Algérie, c'est encore un chômage structurel qui pénalise le passé d'une génération mise à la porte avec des retraites de misère et l'avenir d'une autre, plus jeune, réduite au rang d'improductifs dépossédés. Une génération de chômeurs et de chômeuses de longue durée, pénible, insupportable, qui pour les plus chanceux, à moins que ce ne soit l'inverse, se retrouve endettée de quelques milliards de dinars à cause des plans ANSEJ et compagnie qui s'apparentent, de par leur manque d'intelligence économique, plus à du gaspillage d'argent public qu'à des plans de soutien à l'emploi.
 Et si ce qui se passe au M’zab préfigurait l’avenir ?
 A Belcourt, à Jijel, sirotant des sodas qui transforment leurs corps en pneus de la tête au pied comme un futur diabète, de jeunes chômeurs surveillent leur camions flambants neufs et inutiles achetés grâce à des crédits alloués à la jeunesse dont les traites ne seront jamais remboursées faute de demande de leurs services. Des chômeurs-propriétaires endettés de camions au chômage. L'Algérie c'est aussi l'inflation qui appauvrit les honnêtes gens pendant que les inégalités sociales s'aggravent et que l'argent sale coule comme des dalles de béton insultant l'effort et le travail. On en vient à oublier la vallée du M'zab, cette même Algérie en deuil en attendant de nouvelles victimes que la presse, le pouvoir renverront à de vieilles querelles ancestrales entre Mozabites et Chaâmbis. Comme si, de manière cyclique, leurs ancêtres les sommaient de s'entretuer. Et si ce qui se passe dans la vallée du M'zab préfigurait notre avenir plutôt qu’il n’évoque des résidus du passé ? Un avenir où des communautés se disputeraient à coup de massue croyant servir leurs ancêtres, mobilisant leurs mémoires, leurs différences pour ne servir, en définitive, que de chair à canon à des planqués sans autre identité que celle de leurs comptes en vrac et au noir, cachée dans des sacs poubelles. Et si dans la vallée du M'zab les enjeux étaient contemporains de l'affaiblissement de l'Etat où la propriété de terre disputée, de cours d'eau, de lots de terrain en situation de rareté ne se défend plus devant des tribunaux mais à coup de hache ? Un Etat qui privatise la violence au service d'intérêts privés plutôt que d'être garant de l'ordre public, si cher à nos gouvernements quand, en vérité, leurs pratiques participent, si elles ne le créent, du désordre. Alors que des Algériens prétendant à la citoyenneté manifestent avec douleur devant les institutions de l'Etat, les mairies, les daïras, les wilayas, les organismes publics, que fait l'Etat ? Il les renvoie à leur tribu en s'inspirant des cartes de l'armée française datant des années 1800, à la recherche de sages du village capables de punir les enfants de la tribu qui n'embrassent pas la main du caïd. L'Algérie n'est pas un village et nous sommes en 2014. Dans la vallée du M'zab, pour la première fois depuis l'indépendance, des listes concurrentes de Mozabites se sont disputées des APC, de jeunes Mozabites faisant exploser les représentations communautaires, les deal entre de vieilles structures négociant leur droit à la différence contre le soutien au régime. Et vous savez quoi ? Ce sont ces listes d'indépendants, de partis comme le RCD ou le FFS, qui ont remporté des sièges. A Metlili, les mêmes stratégies étaient à l'œuvre sur des territoires chaâmba. Dans les universités, des jeunes énamourés chaâmbis et mozabites se regardent dans le désir de fonder une famille interdite par des identités meurtrières. Et si l'enjeu, c'était aussi le ventre des femmes, la descendance à venir entre une communauté, les Mozabites, minoritaire qui se vit encerclée et qui souhaite ne pas disparaître, et les Arabes, majoritaires moins soucieux du partage des femmes. Dans tous les cas, quels intérêts ont-elles aujourd'hui à transformer ces terres d'oasis que ces communautés ont inventées, travaillées, labourées en terre de saccage ? Se renvoyant une pureté ethnique, chacune invitant l'autre à retourner à son territoire d'origine, les Banou Hillal contre les Rostémides, alors qu'ils sont tous installés sur ces terres d'accueil et de vieux exils et qu'ils se sont sans doute bien plus mélangés biologiquement qu'ils ne le pensent.
 Citoyenneté algérienne contre identités meurtrières
 Interdire la construction d'une citoyenneté algérienne, à l'école, devant les tribunaux, dans les rues, les commissariats, les casernes, les médias c'est condamner les Algériens à s'inventer des identités meurtrières. A force de débats confus participant à la désinformation, on en vient à oublier cette autre ombre de la campagne : le peuple. Un peuple rendu invisible, interdit de se réunir, interdit de s'organiser, interdit de manifester, criminalisé, sous haute surveillance depuis son portable jusqu'à son recoin de terre. L'avez-vous remarqué ?
Quand M. Hamrouche Mouloud, le chef contrarié de l'ouverture démocratique, communique, il s'adresse à l'armée. Quand Mme Louisa Hanoune, leader du Parti des travailleurs, se lève c'est pour aller rencontrer le chef d'état-major. Un journaliste, de qualité pourtant, parmi les meilleurs de sa génération analyse : « Et au moment de payer la facture, l'Algérie se rendra compte qu'elle est le grand perdant de cette affaire, alors que l'armée jouera un double rôle, celui de victime et coupable à la fois. Coupable parce que c'est l'armée qui a parrainé le président Bouteflika avant de le maintenir au pouvoir. Victime parce qu'elle a été neutralisée, réduite à l'impuissance, alors que c'est elle qui devra relancer la machine quand sonnera l'heure du renouveau. »
Pourquoi, « elle », toujours « elle » ? Pourquoi ce serait encore à « elle » de « relancer la machine » à l'heure du renouveau ? Alors que si l'on en croit cette analyse, «elle » serait « réduite à l'impuissance », et ce, après avoir interdit à la société des civils de « relancer la machine », en bras armé zélé de notre impuissance actuelle. Tout ça pour ça ? Tous ces morts, tous ce gâchis pour un résultat aussi pitoyable, pour que 50 ans après l'indépendance l'Algérie ne soit plus que le pays du père Ubu ? Il serait peut-être temps que les Algériens et les Algériennes prennent en main cette maudite machine qui depuis des années, nous mène de chaos en chaos au nom de la souveraineté nationale, de la stabilité nationale, de l'unité nationale, de la défense des institutions, de la défense des constantes nationales, etc.
Il serait peut-être temps que les élites médiatico-politiques sortent de cette équation : « elle » c'est la stabilité, « nous » c'est le chaos. Il nous faut penser le changement parce que penser c'est agir. La pensée creuse qui nous est servie comme une mauvaise soupe depuis des décennies de domination est une pensée paralysante, qui réduit les acteurs à des ombres sans contenu et qui, à force de répéter que les puissants qui nous gouvernent sont les plus forts, nous installe, nous autres, sans casquette, sans galon, sans chkara, sans fric et juste notre force de travail pour vivre, en spectateurs craintifs, apeurés par la puissance de feu de ceux qui nous gouvernent. N'ont-ils pas le pétrole et l'armée contre nous ?
 Qui gouverne aujourd’hui ?
 Derrière ces ombres qui font figure de marionnettes d'épouvante, on pourrait se poser des questions toutes simples comme, par exemple : qui gouverne aujourd'hui l'Algérie ? Qui sont « les décideurs » si ce n'est plus le DRS ?
Le clan présidentiel ? Mais c'est qui le clan présidentiel ? Un vieux monsieur malade, dont le regard, d'une tristesse inouïe, un regard absent, nous rappelle celui de nos parents assis dans nos salons et menant leur dernier combat d'êtres humains contre la vieillesse ? Si ce n'est lui, c'est donc son frère ? Mais alors d'où tiendrait-il un tel pouvoir, sa force ? De l'intelligence surhumaine du président telle que la décrit un Chef du gouvernement dépassé par l'Algérie ? Que représentent chacune de ces ombres ? Que cachent-elles dans cette obscurité qui nous aveugle ? Pour répondre à ces questions, il faudrait se rappeler que l'Algérie n'est pas seule sur terre, qu'elle participe de l'histoire du monde et que le monde est aujourd'hui en pleine restructuration. Le monde se partage. Depuis la fin de l'URSS, l'Algérie n'est plus derrière le mur de glace. Elle est insérée dans l'économie mondiale et ceux qui nous gouvernent ont fait des choix économiques et politiques calamiteux dictés par les dogmes néolibéraux de la Banque Mondiale et du FMI des années 90. Les pires des choix. Endettée jusqu'au cou, ils ont livré l'Algérie à un plan d'ajustement structurel en 1994, dont aujourd'hui nous payons le prix par les effets sociaux qu'il a induits sur la société. Le passage d'une économie centralisée, étatiste à une économie dite « de marché » a été une calamité pour l'écrasante majorité de la population, pour l'industrie nationale et pour les institutions qui ont été incapables de se réformer dans le même temps. Rentrer dans l'économie de marché cela s'organise, c'est ce qu'explique, avec bon sens et intelligence, Joseph E. Stiglitz, depuis des années, prix Nobel d'économie et loin d'être un gauchiste. Dans La grande désillusion, il écrit : « Avec la chute du mur de Berlin a commencé l'une des plus grandes transitions économique de tous les temps. » Nous en étions. Et, il rappelle l'importance des institutions pour une économie de marché réussie, des institutions qui installent des « cadres juridiques et réglementaires ».
Nous, nous avons une Bourse en béton pendant qu'à découvert, les devises s'échangent à même la rue, pendant qu'à proximité les policiers en uniforme canalisent les embouteillages de voitures achetées à crédit. E. Stiglitz écrit : « Dans les pays qui ont des économies de marché parvenues à maturité, les cadres juridiques et réglementaires ont été édifiés pendant un siècle et demi, en réaction aux problèmes que suscite un capitalisme de marché sans entrave. » Dans le même ouvrage, il témoigne des grands débats d'école autour du passage des anciens pays à économie centralisée étatiste à une économie de marché, entre l'école « thérapie de choc » et « l'école gradualiste ». A quelle école l'économie algérienne s'est-elle arrimée à votre avis ?
Privatisation sans banque ni marché financier, destruction des monopoles d'Etat remplacés par des monopoles privés sans concurrence, libération du commerce de terre et de la propriété sans marché foncier, ni cadastre, libéralisation de la force de travail sans marché du travail réglementé livrant la classe des travailleurs à des négriers du Sud au Nord du pays, ouverture du marché national à l'import-export entraînant la destruction de milliers de petites PME nationales quand, dans le même temps, étaient démolies au bulldozer les firmes publiques qui ne seront remplacées par rien d'autre que le néant, aggravant le chômage, déjà structurel depuis les années 1980, aggravant l'inflation.

 Et si on parlait de la rente pétrolière ?

 Heureusement qu'il y a le pétrole, le gaz. Et, si on parlait du pétrole, de la rente pétrolière et de la manière dont elle est gérée, depuis la surexploitation de nos ressources naturelles jusqu'à la redistribution des ressources financières qu'elle procure. Cela nous permettrait peut-être d'y voir plus clair que ne le permet le concept inopérant de « clan ». En attendant, l'argent du pétrole, avec des réserves de change historiques, qu'en ont fait ceux qui nous gouvernent ? On sait que le pouvoir a remboursé rubis sur l’ongle sa dette, mais on ne sait pas si c'était une très bonne idée. On sait également que le pouvoir a prêté quelque 5 milliards de dollars au FMI ...sans conditions, pour renflouer le capital financier qui détruit les Etats, de l'Algérie à la Grèce. On ne sait pas si c'était une bonne idée, nous n'avons pas été invités à en débattre, trop occupés que nous étions à décrypter les signes des ombres, tels des cardinaux attendant le choix de leur pape. On sait également que le plan de relance économique du Président mobilise quelque 300 à 500 milliards de dollars ou de dinars, on ne sait plus le chiffre exact, cela dépend des sources. Ont-ils sorti l'économie algérienne de l'ornière, préparé l'après-pétrole, la dépendance suicidaire à une seule ressource en devises, pendant que le cours du pétrole baisse avec nos réserves naturelles ? Ont-ils créé de l'emploi, de l'industrie, modernisé nos villes, nos écoles, nos hôpitaux ? Ou ont-ils été avalés par les multinationales « bienvenues chez nous », leur a dit M. Hamid Temmar, japonaises, chinoises, françaises, américaines, turques et compagnie, entre surfacturation et corruption, transfert illégal d'argent public, pendant que, magnanime, l'Etat redistribuait dans le chaos les miettes pour acheter la stabilité sociale, amadouer les pauvres classes dangereuses ? Mobilisant dans le même temps des forces de police inouïes quadrillant le pays, devenu familières de notre paysage comme une seconde peau, à tel point que lorsque nous voyageons dans les autres pays, il nous manque quelque chose, des uniformes, y compris dans les pays frères en pleine révolution.

 « Gestion démocratique des foules »

 Entre redistribution des miettes et maintien de l'ordre, les Algériennes et les Algériens sont camisolés dans la politique du tout sécuritaire, c'est là la seule option stratégique de ceux qui nous gouvernent en clan, en meute ou en tribu. Au moindre conflit social, autour du logement, du droit au travail, à la moindre revendication de droits démocratiques, comme le droit d'association, le droit syndical, le régime déploie des forces de l'ordre, cantonne les manifestants et peut prétendre, ravi, au « retour au calme ». C'est ce que l'on appelle « la gestion démocratique des foules. » Et si la police ne tire que très rarement sur les manifestants, craignant les réactions internationales, combien cela nous coûte-t-il en termes d'argent public, ce déploiement quotidien de forces de l'ordre ? Combien cela coûte, l'ordre sans la stabilité ? Pas seulement en termes financiers, mais également en termes d'échine, de dignité, d'humiliation pour un peuple méprisé, dépossédé. Un peuple de qualité à la recherche d'une élite à sa hauteur. Capable de donner du sens à ce qui se passe sur notre terre, d'être à l'écoute de ses combats méprisés, réduits au concept « d'émeute » depuis l'aube des temps.

 Faillite d’un système de pouvoir

 Déjà, après le soulèvement d'Octobre 1988, Saïd Chikhi, ce brillant sociologue dont l'intelligence et l'humanité nous manquent tant aujourd'hui, écrivait : « (...) Evoquer le chômage, la question du logement pour expliquer le soulèvement d'octobre, c'est tout à la fois dire tout et rien, confondre causes et effets et, surtout, opérer une réduction de la complexité des rapports sociaux en œuvre par l'évacuation de ce qui constitue le nœud central de l'Algérie d'aujourd'hui : le champ de la marginalité. » Ce constat est toujours d'actualité. Empruntant à Sami Naïr, il expliquait que ce qui caractérise « les groupes sociaux » relevant de ce champ de la marginalité c'est « La tendance à accéder de façon partielle et marginale aux ressources du système de production, leur exclusion radicale par rapport aux avantages et bénéfices liés à l'institutionnalisation politico-sociale, enfin un ethos de vie fondé sur ce que l'on pourrait définir comme une culture de la survivance. »
Ce soulèvement, ajoutait-il, « consacre la faillite d'un système de pouvoir qui prive la scène politique de ses possibilités d'ouverture et de régulation en interdisant l'expression de revendications opposées, en étouffant toute initiative émancipatrice de la connaissance critique et en plongeant la société dans une profonde indigence morale et intellectuelle. »
Cet étouffement de toute initiative émancipatrice est productrice de violence, prédisait-il déjà.
Le passage du parti unique au multipartisme a échoué sur des flots de sang. 20 ans plus tard, l'analyse est toujours aussi pertinente mais il faudrait y ajouter qu'elle s'est aggravée comme l'illustre sans appel la situation actuelle du pays. Aujourd'hui, l'utilisation des armes n'est plus du seul ressort de l'Etat : incapable de rétablir l'ordre, il fait désormais appel à des agences de sécurité privées, pendant que les multinationales revendiquent le droit de s'auto-protéger pour défendre leurs intérêts, l'affaire Tiguentourine faisant office de preuve. C'est pour quand les mercenaires étrangers vérifiant nos pièces d'identité algériennes à l'entrée des bases pétrolières secondées par des agents algériens, si ce n'est déjà fait ? Le champ de la marginalité s'est élargi avec l'installation d'un chômage de longue durée, le pré-emploi en guise de béquille, avec la dévalorisation du statut de producteurs, qu'il soit salarié ou petits patrons de PME, la destruction des métiers de paysan et d'artisan qui ne sont mêmes plus représentés. Aujourd'hui, c'est presque la majorité des Algériens qui est marginalisée.
Etre salarié ne confère même plus le statut d'intégré au système, l'UGTA est devenue incapable de remplir cette fonction, jouant le garde-chiourme de nouveaux intérêts privés, comme le montrent les nouveaux statuts de son « élite », à la fois sénateurs et homme d'affaires, comme le montrent le dépôt de l'argent des travailleurs par sa direction dans la Khalifa Bank, aujourd'hui disparue, pendant que Sidi Saïd est à la barre des témoins. Pendant qu'à l'ombre de la destruction de 50 ans d'indépendance naissait les nouveaux riches, milliardaires qui ont su entre rente pétrolière et marché mondial accumuler un capital que nous sommes incapables d'évaluer mais qui est désormais un nouvel acteur de la scène politique et économique. Il participe de l'ombre. Cette nouvelle force économique et politique alliée de ce que J.F Gayraud, appelle « le nouveau capitalisme criminel », ou le capitalisme mafieux, n'ayant de cesse d'affaiblir les Etats, les souverainetés nationales et de piller le monde. Croyant se renforcer en interdisant l'émancipation des différents groupes sociaux, entre el khobza et l'assa, rendant invisibles ces intérêts contradictoires, le régime algérien a produit un monstre politique qu'il s'avère incapable de maîtriser, affaiblissant l'Etat et le privatisant, les murs de façades qu'il a laborieusement construits à coups de propagande, de mensonge et de répression s'écroulent et son incapacité à trouver un candidat consensuel n'est que la partie visible de l'iceberg.
L'armée algérienne, l'institution des institutions, qui se définissait comme l’« héritière de l'ALN » n'est plus une force intouchable garante des équilibres du régime. C'est Amar Saïdani qui nous l'a appris depuis son siège de secrétaire général du FLN contesté par un « clan » rival. Le FLN, l'ex- parti unique, se dispute comme une vulgaire « association à caractère politique » ou une malheureuse ligue des droits de l'homme, un sigle qui a définitivement perdu sa capacité de mobiliser une clientèle même sur des bases mensongères mais patriotiques.
Quand Amar Saïdani nous explique, sans sourciller, que Chakib Khelil, ex-ministre de l’Energie et des Mines, impliqué dans des scandales de corruption entre ENI et SNC Lavalin évalués à des centaines de millions d'euros, exécutant d'une loi sur les hydrocarbures concoctée par des Américains au services des intérêts de leur pays, a sauvé le pays, la messe est dite. Le FLN de la nationalisation des hydrocarbures en 1971 est mort. Et il est à craindre qu'à l'avenir, nous ne le regrettions. Qui dirige l'Algérie en 2014 si ce n'est plus l'ANP/FLN ?
Et nous, qui sommes-nous ? Des foules, des tubes digestifs, des paresseux qui ne veulent pas travailler, des assistés, des gens de rien, des lâches, des pleutres ?

 Nous sommes pourtant un peuple!

 Nous sommes pourtant un peuple qui ne devrait pas avoir honte de son histoire. Nous sommes un peuple, et c'est exceptionnel, dont l'icône de sa libération est une femme : Djamila Bouhired, fille de la Casbah qui, torturée, éclate de rire à la gueule de ses tortionnaires qui lui annoncent qu'elle va être guillotinée. Ce symbole presque magique n'est pas sorti du néant. Il est arrimé à une longue histoire d'un pays de résistant à bien des despotes romains, berbères, arabes, français, un peuple partie prenante de l'histoire de la Méditerranée, de l'Afrique et de l'humanité tout entière, comme n'importe quel peuple du monde. Ni plus, ni moins.
Et, « Vous assistez passivement à l'appauvrissement de votre pays. Tous les biens de votre pays sont dilapidés par des gens occultes que nous ne connaissons pas et qui se sont transformés en mafia », nous a reproché un vieux monsieur, Brahim Chergui. Il avait l'âge du PPA, du FLN, canal historique, venu au cinéma L'Algéria rendre hommage à un compagnon de lutte de libération nationale. Il faut, cependant, rendre justice aux exclus qui, en dépit de l'horreur traversée et à venir, se battent pour que leur citoyenneté soit respectée contre « ces gens que nous ne connaissons pas ».
S'organisant en comité de chômeurs, en comités de quartiers, en syndicats autonomes, tentant d'élire des délégués dans des conditions extrêmement difficiles, ils font grève, ils manifestent pour une redistribution équitable des logements, pour des routes, des hôpitaux. Il faut rendre justice aux fonctionnaires qui, à travers leur mouvement, en revendiquant des salaires décents, défendent, quoiqu'on en dise, ce qui reste de service public, dans l'enseignement, la santé, etc.
Il faut rendre justice à tous ces combats collectifs et individuels contre la corruption, le gaspillage d'argent public, à toutes ces résistances populaires qui, depuis le bas du monde, tentent de recréer des solidarités, de la fraternité pour retisser le tissu social décomposé par deux guerres menées, dans le même temps, aux Algériennes et aux Algériens : une guerre civile et une guerre économique.
Tentant de défendre leurs intérêts de classes dangereuses, dépossédées de leur droit à la citoyenneté mais insoumis, en révolte perpétuelle, ils protestent contre les mécanismes de domination écrasants, domination de classe quasiment armée et ils revendiquent le droit de se construire en opposition. Ils interpellent l'Etat, qui demeure pour eux le grand organisateur du monde. Ils lui demandent d'être le garant de la justice sociale et de la justice tout court. Ils revendiquent le droit de s'organiser pour défendre leur droit au travail et le droit du travail. Ils sont la modernité de ce pays et non pas son chaos car ils demandent des règles et des règlements qui s'appliqueraient à tous contre l'anarchie, le droit du plus fort, contre le mépris et pour la fierté.
 L’alternative au chaos c'est d'abord nous...
 « Mais si ces jeunes, ces marginalisés, écrivait encore Saïd Chikhi, ont indiqué la cible, ils ne peuvent en revanche, montrer la voie. (…) plus motivés par la rage d'appartenir au champ marginal que par des utopies de transformation sociale. »
Nous en sommes là : les marges construisent de l'opposition mais sans être portées par des utopies de transformation. Alors oui, peuple de qualité cherche élite à sa hauteur. Le job est difficile, il demande des sacrifices, une grande opinion de la liberté, de la pensée et de l'engagement, une capacité critique à penser l'épaisseur du monde et peu d'avantages. Cette élite doit pouvoir se trouver dans les villes et les campagnes, les bourgs et les faubourgs, au Sud comme au Nord, dans la diaspora algérienne, dans les syndicats, dans les mouvements de protestation populaires, dans les universités bien que détruites, dans les mouvements de femmes, les mouvements des victimes de la guerre civile et de la guerre économique, chez les fonctionnaires, les ouvriers, les intellectuels, les artistes, dans les mosquées et les prisons, pour que les choses soient claires.
La feuille de route consiste à montrer qu'« en réalité, la cause structurelle de la crise est l'impasse d'un ordre social traditionnellement établi dans le pays et qui laisse toujours percer les contours de la permanence, de ce qui dure, de ce qui ne bouge pas au niveau de formes archaïques et sans cesse renouvelées de la domination politique et du contrôle social. » (Saïd Chikhi, « Mouvement social et modernité », in Naqd/ SARP, 2001) Et, d'ajouter: « Cette situation résulte non pas de l'absence de différenciation au niveau économique et sociale mais du fait principal que la classe dirigeante interdit l'expression autonome de revendications opposées, refuse l'institutionnalisation du conflit social et réprime tout mouvement social pouvant servir de levier à la formation d'une action organisée en stratégie. »
En plus clair : « Autrement dit, la crise dont il s'agit n'est pas seulement le produit de la dérégulation économique ou l’effet de rapports sociaux capitalistes mondialement organisés. » (S.C)
Même, si « ces paradigmes s'imposent, non seulement ils ne suffisent pas pour expliquer totalement le système global mais ils risquent, en occultant, de servir d'alibis à toutes les stratégies politiciennes aussi contradictoires soient-elles. » (S.C)
Du genre : les foules sont manipulées par « la main étrangère » pendant que le pouvoir défend la « souveraineté nationale » alors que dans le plus grand secret, les puissances militaires s'installent à proximité de leurs intérêts stratégiques. En conséquence, pour construire collectivement des utopies de changement social, il faut revendiquer haut et fort le droit à « l'expression autonome de revendications opposées », « le droit à l'institutionnalisation du conflit social », s’opposer à la répression « du mouvement social » et aller vers « une action organisée en stratégie », seule force « susceptible de conduire à un changement historique. » 
La route sera longue et difficile car il s'agit d'inventer collectivement un nouveau calendrier, de construire de l'intelligence collective aujourd'hui émiettée, d'être créatifs, inventifs pour que les Algériennes et les Algériens soit égaux en droit, libres de choisir leurs représentants en fonction de leurs intérêts de groupes sociaux, en peuple souverain, tel un roi en son pays. Ce n'est pas la lutte des classes mais c'est mieux que la lutte des clans, si nous voulons vraiment que l'heure du renouveau sonne, parce que l'alternative au chaos c'est d'abord nous...avec ou sans « elle ».
Ce que nous voulons, m'a dit un jour un intellectuel au chômage, fils du désert : « Nous voulons la paix et la démocratie, les deux, et sans violence parce que cette fois-ci, nous ne nous ferons pas avoir. » C'est là toute l'exigence algérienne que les autres ne comprennent pas car ils ne connaissent pas les chemins que depuis des siècles nous escarpons.

 
 

 

L’appel de Hamrouche aux jeunes généraux

 

 

 

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte
le 28.02.14 
zoom | © Photo : B. SOUHIL

«Je ne demande ni un coup d’Etat ni à ce que l’armée empêche Bouteflika de se présenter».

Lors de sa conférence de presse ce jeudi 27 février à l’hôtel Essafir (ex-Aletti), Mouloud Hamrouche voulait clarifier sa déclaration rendue publique lundi 17 février. «Je demande pardon à celles et à ceux qui ont cru comprendre que ma précédente déclaration était un acte de candidature et je les remercie d’avoir montré tant de confiance, de disponibilité et d’enthousiasme.» Pour Hamrouche, la crise actuelle du régime dépasse la seule échéance du 17 avril. «Il y avait des crises politiques, déclare-t-il, mais maintenant nous avons une crise à l’intérieur du régime. On ne sait pas comment vont se développer les choses à partir du 18 avril, car cette problématique dépasse la présidentielle.» «Je persiste à dire que les facteurs de blocage sont toujours là, avec ou sans renouvellement de mandat», appuie Hamrouche.

Débordements

«Ces blocages sont des risques sérieux. Ce sont des impasses qui recèlent de graves menaces, exacerbent les facteurs de division, paralysent les institutions et soumettent les hommes à des pressions impossibles.» Les risques ? «Il ne faut pas se faire surprendre par des débordements», prévient-il. A ses yeux, sa candidature ou non, le maintien ou non de Abdelaziz Bouteflika ou le débat sur le boycott ne règlent en rien la crise d’un système qui n’arrive plus à produire des solution ou un consensus. Il a appelé, deux fois, l’armée à la discipline, malgré les «pressions» qu’elle subit à cause de la présidentielle. L’ancien chef de gouvernement s’interroge dans ce sens : «Jusqu’à quand l’encadrement de nos forces de défense, de sécurité, nos cadres et acteurs économiques resteront soumis, à chaque échéance présidentielle et à chaque changement de responsables, à d’intolérables pressions, interrogations et examens de conscience ?» «L’édification d’un régime démocratique et l’instauration d’un État de droit sont des approches raisonnables qui mettront à l’abri la cohésion, la discipline et l’adhésion de tous les constituants de notre société», martèle Hamrouche. «Seuls les pays démocratiques et les États de droit garantissent une stabilité profonde, leurs armées ont triomphé et gagné toutes les guerres durant le dernier siècle.»


Limites

Le père des réformes de la fin des années 1980 assume l’appel à l’armée et explique qu’il a un attachement particulier à ce qu’il appelle sa «maison» (il a pris sa retraite au grade de lieutenant-colonel). «Mon espoir est que nous tous, particulièrement les nouvelles générations et élites n’allons plus nous encombrer des fardeaux, des errements et des querelles du passé et que nous opteront pour des solutions qui marchent et qui garantissent des résultats.» Nouvelles générations : les jeunes officiers doivent savoir que Mouloud Hamrouche peut les accompagner dans la transmission du pouvoir par l’ancienne génération, cette dernière étant arrivée à une fin de cycle chaotique. Ici, Hamrouche parle d’un «système qui a atteint ses limites» et précise : «On ne peut instaurer un système démocratique sans le soutien de l’armée.» Face aux journalistes, venus nombreux, Hamrouche lâche : «Je ne défends pas le régime, je veux faire tomber ce régime pacifiquement, avec des décisions responsables», et l’armée, «seule institution fortement organisée», doit être associée à ce processus de transition. «Je n’ai pas voulu convoquer, affirme-t-il, le passé de notre présent. J’ai plutôt parlé du futur de ce présent et de ce qu’il offre comme opportunités pour peu qu’on fasse appel aux traditions politiques en matière de consensus et de compromis.»
 

Adlène Meddi
 
jeudi 27 février 2014
 

Hamrouche : L'Algérie est dans une impasse

 

 

 

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte
le 27.02.14 

Aux yeux de Hamrouche,  l’ANP est « capable de procéder au changement » souhaité  car c’est « l’Institution la plus forte et la mieux organisée ».

 
L’ancien chef du gouvernement, Mouloud Hamrouche a dissipé les doutes quant à sa participation à la présidentielle du 17 avril prochain. « J’appelle au boycott parce que les élection ne constituent pas dans notre pays un mécanisme pour choisir », a déclaré Mouloud Hamrouche, ce jeudi, lors d’une conférence de presse qu’il a animée à l’hôtel Safir d’ Alger. « Je présente mes excuses à ceux et à celles ayant interprété mon dernier communiqué comme une déclaration de candidature », a ajouté Hamrouche.

Selon lui, il y a une « crise au sein du régime algérien » et les « facteurs de l’impasse » se maintiennent indépendamment du fait que Bouteflika se présente ou pas pour un quatrième mandat.  La situation actuelle fait planer des « menaces sérieuses » sur le pays, a-t-il prévenu.  « L’encadrement de nos forces de défenses et les acteurs économiques sont soumis à une pression impossible pour déclarer, de manière passive ou active leur adhésion à chaque élection présidentielle et à chaque fois qu’il y a changement de hauts responsables ».

Pour sortir le pays de « l’impasse », il préconise « une solution de compromis » dont la réussite nécessite une « contribution » de l’armée : « maintenant que toutes les institution sont paralysées, il faut que l’armée tranche ». Aux yeux de Hamrouche,  l’ANP est « capable de procéder au changement » souhaité  car c’est « l’Institution la plus forte et la mieux organisée ».  

En somme, l’ancien chef de gouvernement de Chadli considère que le système algérien est « dépassé par la société et par l’évolution politiques survenue dans le pays et dans le monde ». Le pouvoir en place « ne pourra pas continuer à diriger un pays comme l’Algérie ». Ce pouvoir qui a « imposé un embargo sur nos cerveaux et sur le gouvernement incapable de travailler », dit-il encore, en soulignant que « dans les pays démocratiques, les institutions n’attendent pas des instructions pour agir ».


Se référant à l’Histoire universelle, Hamrouche a indiqué que «  seuls les sociétés libres et les hommes libres ont la possibilité de construire un Etats fort ». Il a rappelé en ce sens que « les pays démocrates disposent des plus fortes armées et ont gagné toutes les guerres du siècle dernier ».   

Farouk Djouadi
 
 

Bouteflika et le quatrième mandat : Les médias étrangers se déchaînent

 

 

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte
le 27.02.14 

Surprise, incompréhension, moquerie… Les médias étrangers traitent le sujet sous tous les angles et s’accordent sur le fait que Bouteflika, grandement affaibli par la maladie, ne peut pas sérieusement prétendre à un autre mandat à la tête de l’Etat.

Le Canard enchaîné, l’hebdomadaire satirique français qui paraît chaque mercredi, s’amuse en une : «En Algérie, le jeune c’est seulement le ramadan». En surtitre : «Malgré ses ennuis de santé, Bouteflika se présente à 77 ans pour la 4e fois» «Mais le sait-il vraiment ?», s’interroge, ironique, le journal qui évoque «le crépuscule soviétique». «Une grande partie des Algériens étouffe sous le régime de la gérontocratie et la corruption institutionnelle», ajoute-t-il dans un article au titre interrogatif : «Bouteflika, Algérien à changer ?»
Sur la même lancée, «Le Petit Journal», une émission de Canal+, blague sur la candidature du chef de l’Etat algérien et sur sa «main droite» qu’il bouge à chaque audience. Yann Barthès se lâche et appuie son propos par des images de Bouteflika, le visage figé et blême. La salle rit aux éclats.


«Le fantôme d’Alger»

Mieux, un mini-sketch est monté pour montrer la manière de «rendre dynamique» un candidat assis sur un fauteuil roulant. «Attention, il va tomber !», dit l’un d’eux. «J’ai un coussin», crie l’autre. Il est donc facile d’écrire un scénario pour un mini-sketch télé pour se moquer d’un Président qui semble s’accrocher au pouvoir. La matière est prête et les idées ne manquent pas ! D’ailleurs, «Le Petit Journal» promet une suite à ce premier mini-sketch.

Yves Threard, journaliste médiatique du Figaro, sur LCP (chaîne parlementaire française) trouve dramatique «la mainmise» du FLN sur un pays «dont la majorité de la population est jeune». Le Parisien, quotidien français, parle du «fantôme d’Alger», faisant allusion à l’effacement de Bouteflika de la scène publique depuis plusieurs mois.
Le Figaro publie un autre article : «Présidentielle algérienne : Bouteflika encore et toujours». «Les opposants et les partis politiques qui ont choisi de boycotter le scrutin s’inquiètent déjà de l’avenir de l’Algérie sous un Président qui n’est pas en mesure de gouverner», relève le journal français de droite.

Al Arabiya.net, site de la chaîne d’information continue basée à Dubaï, estime que la candidature de Bouteflika divise la classe politique en Algérie. «Des partis algériens évoquent la mascarade électorale», lit-on sur ce site. «M. Bouteflika et le danger de la stagnation» est le titre d’un éditorial du quotidien français Le Monde. «Le président Bouteflika peut-il parler ? Peut-il gouverner ? Les Algériens se posent ces questions (...). Les Algériens ne sont ni sourds ni aveugles. Ils voient, ailleurs dans le monde, des dirigeants élus balayés en quelques semaines et découvrent dans leurs médias de multiples scandales de corruption. La fracture entre le Président, usé par le pouvoir et la maladie, et une population jeune ne fait que s’aggraver», soutient Le Monde.

Les doutes des confrères arabes

BBC arabic et Skynews arabia, chaînes britanniques d’information, Nile News, station de télévision égyptienne, Al Jazeera, chaîne qatarie d’information, France 24, Al Arabiya, Al Magharibia, Africa 24 se sont toutes interrogées dans leurs commentaires, débats et analyses sur «la capacité physique» du président Bouteflika à gouverner pour cinq autres années.
Le site web aljazeera.net analyse la polémique suscitée par l’annonce de la candidature de Bouteflika et revient sur les doutes exprimés par l’opposition sur la régularité de la prochaine présidentielle.

L’enjeu, selon Le Figaro, serait «l’après-17 avril 2014». «Le problème, c’est qu’aucun pôle du pouvoir ne peut, ou ne semble vouloir, se dresser contre un nouveau quinquennat», estime le journal.
The Washington Post, journal américain, reprend une dépêche de l’Associated Press (AP) qui relève que «le pouvoir en Algérie est entre les mains d’un petit groupe de généraux puissants qui fonctionnent selon la règle du consensus». «Beaucoup d’officiels et d’analystes ont exprimé leurs doutes sur l’opportunité d’un 4e mandat pour Bouteflika (…) avec son apparente infirmité», estime AP, qui évoque «les défis sécuritaires» dans le Sahel.  Associated Press revient également sur l’appel au boycott de la présidentielle lancé par le RCD, le MSP et Ennahda. «Les Algériens s’attendaient à ce que son troisième mandat soit le dernier. Les voilà à présent pris de court par leur Président qui, absent de la scène publique depuis deux ans et souffrant au possible, ose se présenter pour cinq années supplémentaires (…). Bouteflika ne fait pas l’unanimité dans la société algérienne, contrairement à ce que laisse entendre le Premier ministre, qui justifie sa candidature par une ‘demande insistante de la société civile’. Publiquement absent depuis deux ans, les Algériens ne lui accordent pas leur confiance», écrit Jean-Marc de Jaeger sur le blog de Mediapart, le site d’information français. Le journaliste rappelle les titres de certains journaux comme le quotidien de gauche L’Humanité : «Si, si, Bouteflika va bien !»

Le quotidien Al Charq Al Awsat, basé à Londres, reprend l’universitaire algérien Mohand Arezki Ferrad qui estime que la nouvelle candidature de Bouteflika profite d’abord «aux rentiers» qui «veulent sauvegarder leurs privilèges». Al Arab, autre journal basé à Londres, évoque «la déception» causée par la décision de Bouteflika de briguer un quatrième mandat. «Une décision qui a surpris les Algériens et la classe politique. Une classe qui espérait l’émergence de nouvelles têtes sur la scène politique», note le journal.
 

Fayçal Métaoui
 
 
Vers un «Aidez-moi !» médical télévisé 
 
 
 
 
 
par Kamel Daoud
Comment ? Simple. Il sait que les Algériens sont de grands émotifs, des passionnés de la brièveté et de l'emportement à cheval ou à pied : il faut donc en appeler à leur sens de la pitié et de la compassion. Se présenter à eux malade, voix chevrotante, l'œil humide pour s'adresser à leur vaste cœur et pas à leurs petites raisons. Cela a déjà fonctionné en mai 2011 en pleine tempête. Là, il fallait se faire passer pour le père du peuple fatigué par tant de sacrifices et de martyr. Incarner la génération qui ne veut pas du pouvoir sauf comme Devoir et crier «notre génération est finie». Justement pour faire pitié et provoquer la réaction contraire. Genre manœuvre à la Nasser ou à la De Gaulle.

Cette fois cela sera encore du Gaullisme. La formule ? Le «Aidez-moi !» du célèbre Général qui obsède cette génération. Mais «Aidez-moi» contre le temps, la maladie, l'usure, l'âge, la loi de Dieu et de ses poussières.

Là, les Algériens seront touchés dans leur sens de la compassion et vous redonneront le pays comme un mouton que l'on offre au pauvre lors de la mort de son Père. C'est une technique qui fonctionne depuis la traversée du désert avec carte visa émirati. Manteau élimé et mine de l'homme trahi par les siens. Le prochain message TV sera donc un appel au don de sang type « Rhésus éternité ». Une technique de l'affect. Une culpabilisation des profondeurs : vous voulez nous lâchez nous ? Les pères ? Vous n'avez pas peur de la malédiction des fils égarés ? N'avez-vous aucun sens de la pitié, de la charité et de l'honneur ?

Méthode minable et indigne ? En politique rien n'est minable, sauf l'échec. Tous les moyens sont bons pour rouler un peuple et jouer sur ses peurs. L'apitoyer en est un de bon à cet âge. Donc c'est le round zéro qui se dessine : d'un coup, le handicap physique devient un argument de campagne. La maladie devient une force pour convaincre. L'usure devient une preuve de bonne foi. «Voyez, j'ai abîmé mon corps à vous servir et à servir cette nation. Vous ne pouvez pas ne pas me réélire». L'homme assis obligera le peuple à s'allonger. Il jouera la culture patriarcale de ce peuple, sur son sens de l'honneur et de la générosité. On peut ainsi mendier un pays entier à un peuple qui ne possède que ça.

Quand ? Le «Aidez-moi !» était prévu pour hier dit-on, cette chronique étant écrite à la mi-journée. Ou pour aujourd'hui. Ou demain. Juste le temps de synchroniser l'image et le son, la main, le trait, le verbe et la mine, séparés depuis des mois

 
mercredi 26 février 2014
 

Algérie, constater l'échec avant de se relever

 

 

 

DRS vs état-major, Saïdani vs le général Mediène, Toufik vs Saïd… Depuis quelques semaines, l'Algérie semble être prise par une frénésie pipolo-politique ou, c'est peut-être plus le cas, pipeau-politique.


DRS vs état-major, Saïdani vs le général Mediène, Toufik vs Saïd… Depuis quelques semaines, l'Algérie semble être prise par une frénésie pipolo-politique ou, c'est peut-être plus le cas, pipeau-politique. Par voie de presse, on s'invective, on lance des accusations sur les mœurs des uns, sur les méfaits des autres et tout cela alimente une atmosphère des plus putrides dans un contexte national mais surtout régional des plus incertains. A l'étranger, nombre d'observateurs résument ce qui se passe par une analyse binaire et efficace sur le plan médiatique : d'un côté le clan présidentiel, de l'autre le DRS. C'est peut-être le cas. C'est sûrement le cas. A vrai dire, le présent chroniqueur s'en tape. Qu'on lui pardonne cet accès de trivialité, mais il s'en contrefout. L'un ou l'autre… Ki sidi, ki lala… La vérité, celle qui compte le plus, c'est que nous sommes confrontés aujourd'hui à une situation d'urgence structurelle et vitale pour l'avenir du pays. Et le problème, celui qui, là aussi, compte le plus, est que ceux qui prétendent diriger el-bled sont embringués dans une sordide querelle qui rappelle ces bagarres entre fortes têtes du quartier où la prudence la plus élémentaire commandait de ne prendre parti pour personne. 
Dans un pays bien dirigé (à dessein, on n'emploiera pas le terme de « normal »), avec des institutions qui fonctionnent et une classe politique qui joue son rôle, la perspective du scrutin présidentiel devrait être l'occasion d'un état des lieux et d'un débat contradictoire sur les solutions à mettre en place pour l'avenir. Mais, encore faudrait-il accepter l'idée de regarder l'état de l'Algérie avec objectivité, sans chauvinisme mal placé et en acceptant de se confronter avec une réalité qui peut infliger quelques blessures à notre orgueil et à notre amour-propre, tous deux façonnés par des années de grandiloquence et de discours nationalistes. 
Même lorsqu'ils critiquent avec virulence le système, de nombreux Algériens réfutent l'idée que leur pays est en situation d'échec. Ils veulent encore croire que sa situation reste enviable, jalousée par ses voisins, proches ou lointain. Le présent texte ne prétend pas faire le bilan du pays plus de cinquante ans après l'indépendance mais son auteur assume le propos qui suit : l'Algérie est en état d'échec pour ne pas dire de déshérence. On peut se raconter toutes les histoires que l'on veut, on peut faire taire ceux qui, de l'extérieur, sont prompts à donner des leçons (le présent chroniqueur en fait certainement partie). Mais la réalité est ce qu'elle est : alors que le monde bouge, alors que des dynamiques exceptionnelles sont en marche dans le sud, l'Algérie n'avance pas. Elle est en retard en matière d'infrastructures, de développement économique, d'industrie, de recherche et d'innovation, de gestion optimisée de ses finances dans la perspective de l'après-pétrole, de formation de son capital humain et, de façon plus générale, de fonctionnement effectif et réel de ses institutions. Ecrire cela. Le dire. Ce n'est pas trahir son pays. Ce n'est pas le détester. Au contraire, c'est appeler à cette nécessaire clairvoyance pour faire face aux défis. On ne sort pas d'une crise profonde en la niant. On ne remplace pas les solutions possibles, souvent difficiles, par le discours et le fantasme d'une grandeur passée. L'Algérie a un besoin urgent de réformes positives (l'emploi du terme « structurelles » étant désormais trop lié aux dégâts engendrés par les politiques imposées par le FMI et la Banque mondiale). Elle a besoin d'un débat national basé sur l'idée que trop de choses vont mal et qu'il faut les corriger. Elle a un besoin d'un rééquilibrage des pouvoirs où l'Algérien passerait du statut d'élément neutre (au sens mathématique du terme) à celui de citoyen responsable et engagé. 
Il y a quelques jours, la presse nationale a rapporté les propos d'un officiel pour qui Alger était en passe de devenir une place financière d'envergure... Voilà exactement le genre de délire qui nous fait vivre dans un décor factice à l'image, comme me l'a fait remarquer mon confrère K. Sélim, d'une matrice comparable à celle de la fameuse trilogie cinématographique. Un décor où le virtuel est imposé à des humains qui n'ont même pas conscience d'eux-mêmes. Alger, place financière d'envergure… Yakhi hala… Dans un pays où il est pratiquement impossible de payer par chèque. Où des milliards de dinars circulent de la main à la main sans jamais être recyclés ou, pour reprendre un vocabulaire à la fois technique et sanitaire, sans jamais être stérilisés. Où les opérateurs économiques se débattent dans des difficultés incroyables pour se financer ou pour mener leurs opérations de commerce extérieur. Comment ose-t-on parler de place financière ? Dubaï, Kuala Lumpur mais aussi Lagos, Accra ou Johannesburg et même Casablanca sont de vraies places financières émergentes. Nous sommes loin derrière. Ce n'est pas grave si on décide qu'il est temps que cela cesse. Ceux qui font du sport, ceux qui ont raté un premier trimestre, ceux qui ont pris leur temps dans les études ou la vie savent qu'il n'y a rien de plus grisant que de faire une remontée et de se dire que, rang après rang, on va y arriver et que l'on va fondre sur les premiers. 
Dans ces colonnes, le prédiction qui suit a souvent été formulée mais il semble nécessaire d'y revenir une nouvelle fois : le temps presse. L'Algérie n'aura bientôt plus les moyens de vivoter et d'improviser comme elle le fait depuis au moins trois décennies. A défaut d'un sursaut auquel seraient conviés les Algériennes et les Algériens, dans un cadre politique ouvert, et dans le respect des droits de la personne humaine, une nouvelle catastrophe se profile. Elle sera plus terrible que celle des années 1990. Ceux qui dirigent actuellement le pays, présidence et son entourage, DRS, FLN et autres cercles plus ou moins identifiés, ne peuvent l'ignorer. Il est temps pour eux de faire acte de raison et d'accepter l'idée que les choses doivent enfin changer. A moins qu'ils ne considèrent qu'après eux peut venir le déluge.
 
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]