ELWATAN-ALHABIB
lundi 29 novembre 2010
 
Ahmadinejad accuse les responsables US d’avoir monté les fuites à Wikileaks





29/11/2010
Les documents de l'administration américaine relatifs à l'Iran publiés dimanche par WikiLeaks sont "sans valeur" et ont un objectif "malveillant", a affirmé lundi le président Mahmoud Ahmadinejad lors d'une conférence de presse.

"Ces documents ont été préparés et diffusés par le gouvernement américain selon un plan et dans un objectif précis. Ils font partie d'une campagne de guerre d'information (contre l'Iran), mais n'auront pas l'impact politique désiré" par Washington, a-t-il affirmé.

Ces déclarations surviennent au lendemain de la divulgation par des médias occidentaux d'une partie du contenu de 250.000 câbles diplomatiques américains récupérés par le site WikiLeaks, dont un certain nombre font état notamment de l'inquiétude des voisins arabes de Téhéran face au programme nucléaire iranien.

L'Iran a obtenu auprès de la Corée du Nord des missiles très performants capables d'atteindre l'Europe, selon d'autres documents américains transmis par WikiLeaks et cités dimanche par le quotidien américain The New York Times.

Selon ces documents, « Israël », mais aussi les pays du Golfe, ont fortement incité les Etats-Unis à la fermeté pour déjouer les présumées ambitions nucléaires militaires de l'Iran, le roi Abdallah d'Arabie saoudite soutenant l'option militaire.






Coin des commentaires



c'est tellement gros! 29/11/2010 19:13:00

chienplat | France
L'idée de wikifuites est astucieuse ,faire croire l' opinion publique mondiale que grâce a ses fuites elle a accès a la vérité intime du gouvernement des usa et de ses allies "si des documents classes secret défense que nous n'aurions jamais du connaitre nous révèlent que l'Iran a acheté a la Corée du nord des missiles capables d'atteindre l'Europe cela prouve que merkel,zarkozy,obama ne mentent pas quand ils parlent de la menace iranienne.
 
samedi 27 novembre 2010
 



Palestine occupée

Lorsque Sharon

tua deux enfants






Lorsque Sharon tua deux enfants


C’était en 1982, à l’entrée du camp de Sabra et Chatila. Ariel Sharon qui était alors ministre de la guerre était venu sur place pour voir de ses propres yeux l’exécution de son plan : le massacre. Celui qui fut connu ultérieurement le massacre de Sabra et Chatila.
Il ne restait plus d’ailleurs que des femmes et des enfants, les hommes ayant été abattus quelques jours plus tôt par les alliés libanais d’Israël : les Forces libanaises.
Tout à coup, Sharon se détacha de ses hommes, se dirigea vers certains enfants âgés de deux et trois ans qui étaient entrain de jouer. De sang froid il tua le premier, puis le second.))

La scène vient d’être racontée par un coreligionnaire de Sharon, un juif hollandais, le réalisateur Georges Sluizer, dans un documentaire présenté au festival international des documentaires organisé à Amsterdam.
Il l’a vue de ses propres yeux alors qu’il était venu prendre l’autorisation d’entreprendre son travail journalistique.
« Sharon n’a exprimé aucune sentiment de bouleversement, il paraissait très calme, indifférent de notre présence, il ne semblait même pas craindre que cette scène puisse être transmise au monde entier », s’est rappelé le réalisateur, né d’un père hollandais et d’une mère juive norvégienne.
« C’était comme s’il avait tué un lapin, ou un animal insignifiant » précise-t-il.

Interrogé par la chaîne qatarie Al Jazzera sur les raisons pour lesquelles il a pris une trentaine d’années pour révéler au grand jour cet assassinat, Sluize a reconnu être resté longtemps indifférent, sachant qu’il avait été témoin de la mort de plus de 5000 personnes entre 1974 et 1984, de par son travail dans le monde.
« Oui s’est vrai, cette révélation intervient tard, mais pour deux raisons », explique-t-il.
« La première étant que je suis très en colère contre les exactions exercées par le régime israélien contre les palestiniens en poursuivant les colonies et en confisquant leurs terres et leurs maisons pour les donner aux juifs », a-t-il indiqué.
Et d’ajouter : « il y a aussi que je suis tombé dans le coma, durant lequel j’ai arrêté de vivre durant huit heures, au bout desquelles lorsque je me suis réveillé, j’ai décidé de raconter ce que j’ai vu », assurant qu’il ne le fait pour se venger. Sachant que Sharon est dans le coma depuis plus de cinq années.

« Il n’y avait autour de nous ni homme ni femme, il n’y avait que des enfants de deux ou trois ans qui jouaient, tu as sorti ton pistolet et tu as tiré sur eux pour te faire plaisir. Je pense que le monde, les palestiniens et moi aussi peut-être avions alors espéré si tu sois mort dans le camp d’Auschwitz ».
C’est ainsi que ce réalisateur juif hollandais a décidé de finir son film intitulé « La patrie », dans lequel il raconte comment les palestiniens ont été arrachés de leurs maisons qui ont été offertes aux juifs et qui a connu un grand succès au festival.

Vendredi 26 Novembre 2010

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb





 
mardi 23 novembre 2010
 

AQMI, LA FRANCE AU PIED DU

MUR




Djamaledine Benchenouf



AQMI, LA FRANCE AU PIED DU MUR



Le chef d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) vient de faaire parvenir à la France un "message" par lequel elle lui enjoint de négocier avec Oussama ben Laden en personne pour obtenir la libération des cinq français enlevés au Niger.

C'est un canular cousu de haubans.
Nous n'allons pas entrer dans des considérations qui pourraient nous perdre, parce que les stratégies et les "raisons d'Etat", qui ne sont souvent que des prétextes commodes à des choses peu avouables, risquent de nous fourvoyer là où il n'est pas utile d'aller pour le moment. Mais ce n'est que partie remise. Nous y reviendrons en temps voulu.

Pour l'instant, et pour éviter, une enième fois, que des maquignons de la manipulation continuent, en toute impunité, et au risque d'entraîner la mort de civils innocents, nous souhaitons apporter, à l'opinion publique, française notamment, des informations très importantes, pour que les Français cessent d'être menés en bateau, comme on dit, pour que les dessous d'une atroce machination ne serve pas de faire valoir à des chassés-croisés qui n'auront pas d'autre issue qu'une démission du droit face à de répugnantes tractations.
C'est une situation que les Français ignorent, au prétexte qu'on ne veut pas les inquiéter, que leur Etat veille, en des circonstances où l'argent sale est mêlé à leur prétendue sécurité, où le financement occulte des partis politiques est confondu avec les paquets-cadeaux, en bon argent, destinés à atterrir dans des paradis fiscaux, des parachutes bien fiduciaires, destinés à adoucir les vieux jours de politiciens véreux, voire criminels, puisqu'ils fricotent avec des assassins de masse, avec des généraux qui pillent sans vergogne tout un pays, pendant des décennies, et qui ont eu l'heur de perpétrer des carnages de civils à huis clos, grâce à la complicité de ces bons amis qu'ils arrosent, pour mettre une sourdine aux cris des suppliciés.

Aujourd'hui, ce communiqué de l'AQMI est l'action de trop. Nous avons bien entendu la vive protestation de Madame le Ministre française des Affaires étrangères. Mais elle reste confinée dans un registre protocolaire qui manque de vigueur, et qui semble ignorer, à dessein, le substrat mafieux sur lequel repose tout ce phénomène de pseudo terrorisme islamiste de l'AQMI, un peu partout dans le Maghreb, et tout particulièrement dans le Sahel, ce nouveau centre géographique du monde.

Comme nous l'avons signalé precedemment, l'occasion ne se prête pas à une explication détaillée du phénomène, mais il nous semble opportun d'en expliquer quelques élements de base.

Nous disons, d'emblée, que l'AQMI est une organisation criminelle montée de toute pièce par la DRS(Services secrets algériens)
La DRS, très peu connue de la société française, à juste titre, puisqqu'elle a monnayé, en bon argent les précautions de secret qui doivent l'entourer, est l'oligarchie qui dirige l'Algérie, de façon quasi totale. Elle négocie, depuis quelques années, des espaces de pouvoir avec l'actuel chef de l'Etat, le président Bouteflika, parce que celui-ci a réussi à monopoliser certaiines vannes financières de la rente pétrolière, et se ménager certaines relations américaines.
Pour faire court, et aller à l'essentiel, c'est la DRS qui a créé le terrorisme islamiste en Algérie, et dans le Maghreb, pour renforcer sa position, et le sentiment de sauveur de la république, et de l'occident, face au péril vert déferlant.
Cette organisation, qui a calqué celle de la mafia, en plus qu'elle disposait totalement des "Institutions" de la république, de l'administration, de la justice, de l'armée, et de tous les services de sécurité, et même des partis islamistes, a poussé son hyper-organisation, jusqu'à créer les GIA, faits de bric et de broc islamiste, mais aussi de déserteurs de l'armée algérienne, et même de mercenaires du monde entier, recrutés par des spécialistes, jusqu'en Afrique du Sud.
Les GIA, qui deviendront le GIA, seront spécialisés dans le carnage des populations civiles, dans la terreur au sein de la société, dans l'assassinat d'étrangers, notamment de prêtres chrétiens, et même d'attentats en France.
Il arriva un moment, où les GIA, entraînés dans l'oeuvre meurtrière dont ils avaient été investis, dépassèrent toute retenue. Le peuple algérien, dans sa globalité, à travers maints et maints carnages, apprit que les commanditaires de ceux qui l'assassinaient se trouvaient à l'Etat major de l'armée algérienne. De nombreux officiers de l'armée algérienne, hommes d'honneur et de devoir qui avaient fini par déserter, se jetant sur les routes de l'exil, sacrifiant des carrières brillantes, laissant femmes et enfants, pour fuir un pays qu'ils ne devaient plus revoir. Parce qu'ils étaient devenus incapables d'assumer de telles atrocités, en connaissance de cause, d’obéir à des ordres de carnages, qui savaient tant et tant de secrets sur des actions monstrueuses, y compris sur celles d'assassinats d'artistes, de journalistes, et même d'un chef de l'Etat, pour entretenir le rôle d'islamistes terroristes, et de généraux algériens sauveurs de la république.

Ainsi lorsque le GIA devint par trop compromettant, la DRS décida de créer le GSPC, dont le premier leitmotiv était de condamner le massacre d'innocents, façon spectaculaire à l'époque, de se démarquer du trop encombrant GIA. Les émirs GIA les plius compromis dans les massacres furent liquidés, à la faveur de gueguerres entre clans rivaux, entretenus par la DRS.
Curieusement, les émirs vedette du GIA, pour la plupart agents de la DRS, infiltrés par elle, ou manipulés par elle, à leur insu, se retrouvèrent à la tête de ce nouveau groupe. Plus de massacres de civils, donc. Un GSPC plus blanc que blanc.
Mais des enlèvements de touristes, de la conterbande à grande échelle, et même la main mise sur le trafic du Kif à destination de l'Europe, et de la création d'un nouveau réseau de cocaïne, en provenance d'Amérique du Sud, vers la Mauritanie, pays de pêche, et du Sahel, puis de l'acheminement de cette drogue vers l'Europe, via tous les ports de pêche algériens. Tous! En pus de nombreux autres filières.

Le parrain de ce grand trafic, qui a généré des milliards de dollars, est notoirement connu en Algérie. Le Général Major Kamel Abderahmane. Des preuves tangibles ont été réunies contre lui, et la CIA a averti la DRS qu'elle dépassait la mesure avec cette affaire, puisque ce général fricotait avec des réseaux sud-américains non contrôlés.
Le "parrain", qui a dénoncé ce général, le fameux Zendjabil, qui aurait laissé des DVD très compromettants sur le général, et qui a demandé à bénéficier de mesures d'amnistie en faveur de terroristes repentis, puisqu'il affirme avoir servi d'intermédiare entre ce général et le GSPC, qu'il dotait en moyens militaires grâce à l'argent du trafic, a brusquement disparu de la circulation. Certains affirment qu'ils aurait été supprimé, d'autres qu'il se trouve entre les mains de la DRS.
Entre les mains de la DRS se trouvent aussi les deux plus grands émirs du GSPC, Abderazak le para, de son vrai nom Amari Saifi, et Hassan Hattab. En plus dune centaine d'agents qui auraient été injectés dans le corps de la police nationale.
Les deux grands émis en questions, Hassan et Abderazak, ont été condamnés par la justice algérienne par contumace, alors qu'ils sont en villégiatures dans les résidences cossues de l'hydre DRS.

Rappelons que Abderazak le para était l'émir qui avait enlevé les 32 touristes allemands dans le Sahara, et qui avait reçu 5 millions de dollars de rançon. Ce fut lui qui chapeautait la grosse contrebande qui transitait vers l'Algérie via la Tunisie, dans les années 90, et qui donna le jour à 90% des nouveaux milliardaires algériens.

C'est ce même GSPC, crapuleux et placé sous total contrôle de la DRS algérienne, qui avait sollicité l'adhésion à Al Qaeda. Et Al Qaeda tomba dans le piège. Elle venait d'admettre en son sein une redoutable machine mafieuse sous les ordres de la DRS. Mais peut être, après tout, que Al Qaeda est-elle même sous le contrôle d'une autre organisation, tout aussi mafieuse, à une échelle planétaire, dont les buts sont tout aussi peu avouables que ceux de la DRS.

Il n'en demeure pas moins que ce communiqué de l'AQMI à la France, est en réalité un communiqué de la DRS à la France.
Dans notre esprit, il ne fait aucun doute que le gouvernement français est tout à fait instruit de ces choses là. Sinon, ce serait particulièrement alarmant.
Le fait est que la DRS vient de mettre sur le tapis près de 300 milliards de dollars pour un plan quinquennal, et tout l'occident se bouscule au portillon, pour tenter d'emporter un tant soit peu de cette aubaine. Où les commisiions sont le socle de l'édifice.

Mais point trop n'en faut! Il y a un moment où il faut savoir mettre le holà. A plus forte raison que les services français, pas ceux qui ont mangé au râtelier de la DRS, et tout particulièrement du Général Major Smail Lamari, disposent d'informations sur des barons du régime algérien qui peuvent l'envoyer devant les jusridictions internationales de Justice, et les mettre sous l'application du récent Arrêt de la Cour, qui rend possible l'instruction d'affaires concernant les biens en France, acquis par des potentats étragers au détriment de leurs pays respectifs.

Avec ce communiqué de l'AQMI, la DRS vient d'ouvrir la porte à une situation qui ne soufre pas de tergiversations.

La France n'a pas voulu réagir aux souffrances du peuple algérien, lorsqu'il était assassiné en gros et au détail.
Maintenant, c'est du peuple français qu'il est question.
Quelle sera la réaction de l'Etat français ?

Djamaledine Benchenouf

 
dimanche 21 novembre 2010
 

Les trois raisons

de l'offensive

symbolique et

militaire contre

l'Islam et le

monde

musulman






Sahabas


Les trois raisons de l'offensive symbolique et militaire contre l'Islam et le monde musulman




Cette offensive furieuse contre l’Islam et les musulmans, cette propagande incessante, poussant soit à la guerre ou à la haine, ces guerres contre des pays musulmans s’expliquent par un faisceau de causes concrètes que l’on peut résumer ainsi.


D’abord, des raisons économiques. Il y a les Intérêts des firmes pétrolières occidentales qui souhaitent avoir des régimes à leur service, pour leur assurer un accès favorable aux ressources. Citons aussi les intérêts des différents lobbys militaro-industriels, dont l’objectif est de favoriser l’avènements de conflits armés, histoire d’écouler leurs stocks. S’agissant de ces deux éléments, on en a l’illustration frappante et évidente, de notoriété publique concernant les derniers conflits : que ce soit la guerre d’Afghanistan, celle d’Irak et la propagande pour pousser à l’agression de l’Iran, ces lobbys ont été systématiquement en pointe et on obtenu ce qu’ils désiraient. On sait par ailleurs que Bush et sa clique de néoconservateurs sont des dirigeants et des actionnaires de telles firmes (notamment la société Carlyle) et qu’ils se sont largement enrichis grâce à ces guerres.


La seconde raison est un moteur très important de cette guerre idéologique et armée menée contre le monde islamique : c’est l’incroyable influence des réseaux et lobbys sionistes en Occident. Leur influence est énorme dans les gouvernements des USA, de Grande-Bretagne et de France. L’on sait notamment que pour la guerre en Irak, les architectes de cette agression furent Perle et Wolfowitz, très proche du Likoud. L’AIPAC, l’AJC ont harcelé l’opinion publique, notamment sur les médias aux ordres, Fox News en tête. En France, le CRIF a poussé aussi à ces guerre (Irak et Iran) et nombreux ont été les intellectuels communautaires à squatter les médias pour convaincre le peuple des bienfaits de ces guerres : Finkielkraut, BHL, Bruckner, Goupil, entre autres. Le but de ces réseaux est de mener l’occident à écraser toute potentialité de résistance à l’implantation et à l’impérialisme sioniste : cela passe par des agressions militaires, mais aussi par une diabolisation de l’Islam aux fins de décrédibiliser toute revendication provenant des musulmans, aux yeux des opinions publiques.


Le dernier facteur, et non des moindres, est l’impérialisme idéologique du modèle occidental, à savoir la démocratie capitaliste-libérale a-religieuse et matérialiste. Les élites occidentales considèrent en effet que leur modèle est le meilleur, et doit donc être imposé, par tous les moyens, propagande et armes comprises, à tous les peuples de la terre. Pour ce faire, il faut écraser les modes traditionnels de gouvernance, et plaquer à des peuples si différents soient-ils, le modèle occidental, quitte à déstructurer ces sociétés, à détruire leurs valeurs ancestrales et leurs modes de vie. Et cet élément rejoint l’aspect économique : ces sociétés deviendront peuplées de petits consommateurs, autant de débouchés pour les firmes occidentales. L’islam et le monde musulman sont à cet égard les principales cibles, dans le sens où la religion, malgré les imperfections et, effectivement, l’occidentalisation rampante de ces sociétés que l’on peut constater, garde une place importante et au moins ses potentialités pour régir les sociétés. Ce mode traditionnel et transcendant de gouvernance (Khilafa, Califat) est pour l’Occident un rival trop dangereux pour son hégémonie, et ce dernier fait donc tout pour non seulement diaboliser cette religion et pour étouffer dans l’œuf toute tentative de résurgence. Ce qui se résume par l’équation suivante que l’on entend partout : musulman pieux = intégriste = terroriste = Al qaida.



Il faut pour conclure noter que ces différentes causes peuvent se cumuler. L’exemple typique est celui des néoconservateurs : ils sont tout à la fois sionistes, liés aux intérêts d’argent et en même temps des impérialistes idéologiques occidentalistes. Pour la France, nous avons le cas BHL. Pour ces derniers, la cause sioniste est cependant prépondérante et les deux autres ne sont qu’annexes ou des prétextes (notamment pour pousser l’occident à être solidaire de l’impérialisme israélien).


Vendredi 5 Novembre 2010

http://resistancemusulmane.over-blog.com/ http://resistancemusulmane.over-blog.com/
 
mercredi 17 novembre 2010
 
Netanyahou père spirituel de

la «guerre contre le

terrorisme» au cœur des

déboires de la politique

étrangère des US





Le Sionisme Révisionniste et ses adeptes sont au cœur même du concept de « Guerre Contre Le Terrorisme » adopté par les USA sous l’influence de rejetons des pionniers du Terrorisme au Moyen Orient : le Terrorisme Juif Sioniste.
Netanyahou Père Spirituel De La «Guerre Contre Le Terrorisme» Au Cœur Des Déboires De La Politique Etrangère Des US
« La connection israélienne est significative car Israël est depuis longtemps au coeur des déboires de la politique étrangère américaine. La guerre américaine erronée contre le terrorisme est en fait l’adoption totale des normes sécuritaires israéliennes sans tenir aucunement compte des menaces réelles auxquelles sont confrontés les US transformant également le grand nombre d’ennemis d’Israël en ennemis de Washington. Le Lobby d’Israël n’a peut être pas à lui seul engendré la guerre désastreuse d’Irak mais il a certainement joué un rôle majeur pour pousser à l’invasion recevant ses ordres du ministère des affaires étrangères israélien. » Phil Giraldi www.antiwar.com
Le concept de « Guerre Contre le Terrorisme » a été évoqué par Benjamin Netanyahou bien avant les attaques du 11 Septembre à New York et la promulgation du Patriot Act texte politico législatif américain qui l’a transformé en pièce maîtresse de la politique étrangère US principalement vis-à-vis des pays musulmans et de leurs ressortissants plus généralement à l’égard de tout musulman de l’intérieur comme de l’étranger.
Netanyahou au cours d’un show TV américain, « Charlie Ross Show , a présenté en 1995 son livre :
« Fighting Terrorism : How Democracies Can Defeat Domestic and International Terrorists « Combattre le Terrorisme : Comment les Démocraties Peuvent Vaincre les Terroristes Intérieurs et Internationaux -
dans lequel il affirmait que l’Occident devait se lancer dans une « Guerre Contre le Terrorisme ». Il a utilisé toutes ses connections aux US pour placer ce concept dans la tête des responsables politiques américains rencontrant un écho tout particulièrement favorable chez les faucons Républicains (Néocons).
Dans ce livre de Netanyahou on y retrouve détaillée toute la doctrine qui est à la base de la « Guerre Contre le Terrorisme » adoptée après le 11 Septembre par les administrations américaines successives.
Les antécédents et engagements familiaux politico idéologiques de Benjamin Netanyahou expliquent aussi son « expertise « en matière de terrorisme celui pratiqué par le mouvement ayant adopté le Sionisme Révisionniste de Jabotinsky : le Terrorisme Juif Sioniste pratiqué en Palestine.
Son père, Benzion Netanyahou, actuellement âgé de 102 ans qui a une très grande influence sur les décisions politiques de son fils, est l’un des piliers du Sionisme Révisionniste une idéologie nationaliste expansionniste militariste anti arabe fondée par Zeev Jabotinsky au début du 20ème siècle. Ce mouvement révisionniste sioniste a été pendant les années 30 proche du fascisme de Mussolini. Un important membre d’une branche armée du Sionisme Révisionniste basé en Palestine, Abba Ahimeir, était un grand fan du dictateur italien et avait également exprimé de l’admiration pour Hitler en disant notamment en 1932 :
« s’il n’y avait pas l’anti sémitisme d’Hitler nous ne nous opposerions pas à son idéologie. Hitler a sauvé l’Allemagne ».
Benzion Netanyahou, universitaire spécialiste de l’Inquisition espagnole, a été le secrétaire personnel de Jabotinsky à New York de 1935 à 1940 ayant eu des difficultés à cette époque pour obtenir un poste fixe d’enseignant dans l’entité sioniste. Il faisait alors de fréquents allés retours entre Tel Aviv et les US raisons pour lesquelles Benjamin Netanyahou a passé une grande partie de son enfance et de son adolescence aux US et de sa bonne maîtrise de l’anglais. Plus tard Benjamin Netanyahou sera aussi nommé ambassadeur israélien aux US.
Après la seconde guerre mondiale, les Révisionnistes Sionistes ont crée des groupes terroristes juifs harcelant les forces britanniques et les Palestiniens en Palestine. Parmi les membres de ces groupes terroristes juifs, Menachem Begin devenu plus tard premier ministre du régime sioniste, de même qu’Ytzhar Shamir. D’autres tels Salck Feith, Benjamin Emmanuel, Benzion Netanyahou, après avoir accompli leurs sales besognes de terroristes juifs ont émigré aux USA, et ont passé le relais politique à leurs rejetons : Douglas Feith, Rahm Emmanuel , Benjamin Netanyahou, tous ayant sur la politique étrangère américaine une influence incontestable.
Le père de Rahm Emmanuel - ce dernier a été le secrétaire général de la Maison Blanche et a démissionné récemment pour se présenter comme maire de Chicago - Benjamin Emmanuel, qui vit tranquillement de ses rentes à Chicago, a organisé des attentats contre des bus remplis de Palestiniens et de soldats britanniques pendant la période 1945-1948. Lorsque son fils a été nommé par Obama secrétaire général de la Maison Blanche, Benjamin Emmanuel a déclaré :
« A l’évidence il va influencer le président pour qu’il soit pro Israël. Pourquoi ne le ferait-il pas ? Qui est-il, un Arabe ? Il ne va pas passer la serpière à la Maison Blanche. »
Cette 5ème colonne du Sionisme Révisionniste s’est implantée aux US où elle y a organisé autour de l’idéologie nationaliste militariste expansionniste israélienne la communauté juive américaine infiltrant des organisations juives telle AIPAC , remplissant de ses adeptes les think tank alors crées pour diffuser la propagande de la « Révolution Reagan, l’ «Heritage Foundation, l’American Enterprise Institute, mais créant aussi ses propres think tank tels le Washington Institute For Middle East Affairs, le Hudson Institute, le Center for Security Policy, le Jewish Institute for National Security Affairs, le Middle East Media Research Institute, tous ayant pour le même objectif : faire la promotion de la vision likudnik (du parti de Benjamin Netanyahou le Likoud) du Moyen Orient façonné selon leur plan du Grand Israël.
Une vue plus synthétique de ce concept de « Guerre Contre le Terrorisme » a été proposée dans « Clean Break » un document écrit à la demande de Benjamin Netanyahou en 1996 par une équipe comprenant Douglas Feith, Perle, et le couple Wurmser, David et Meyrav (qui a crée MEMRI une agence de presse chargée d’envoyer la propagande sioniste aux médias du monde entier et qui a écrit une thèse sur le Sionisme Révisionniste). Ce document mettait l’accent sur la nécessité de mener des attaques préventives contre l’Iran et la Syrie, de renverser Sadam Hussein en Irak, et d’abandonner le cadre traditionnel des négociations avec les Palestiniens celui dit de « La Terre Contre La Paix ».
C’est effectivement ce plan proposé dans « Clean Break » qui a été mis en application après les attaques du 11 Septembre sur lesquelles planent l’ombre du Mossad Israélien et la complicité ou tout du moins la passivité des services de renseignements et autres institutions américaines, et ce alors que sur invitation du vice président américain, Dick Cheney - qui n’a jamais caché sa sympathie pour les faucons de Tel Aviv- l’administration Bush était littéralement envahie par les personnes citées ci-dessus à l’exception de Meyrav Wurmser très active mais dans les coulisses, auxquels sont venus s’ajouter de fervents likudnicks juifs américains comme Abe Shulsky, Eliot Cohen, Dov Zakheim, et bien d’autres, tous occupant des positions clés dans cette administration Bush. Le même scénario s’est répété ensuite avec l’administration Obama.
Deux semaines après les attaques du 11 Septembre, Netanyahou s’est rendu à Washington où il a été reçu en héros s’exprimant devant le Congrès américain et dans d’autres lieux cachant à peine sa joie et préconisant de lancer la « Guerre Contre le Terrorisme » ajoutant que désormais les US et Israël étaient tous deux liés par le même combat.
Mission accomplie donc pour le Sionisme Révisionniste et le rejeton de l’un de ses plus fervents défenseurs : Benjamin Netanyahou fils de Benzion Netanyahou ex secrétaire personnel de Jabotinsky.
Désormais les US et Israël sont liés par ce paradigme lunatique de « Guerre Contre le Terrorisme » que Netanyahou et ses amis avaient conçu et développé d’abord et avant tout pour poursuivre l’objectif expansionniste du Sionisme Révisionniste en Palestine.
Netanyahou ne s’en cache d’ailleurs pas que l’on voit régulièrement fréquenter les colons de Cisjordanie occupée, qui a choisi comme ministre des affaires étrangères l’un d’entre eux, le fasciste Avigdor Lieberman, et qui ne se prive pas de ridiculiser les responsables américains surtout Obama en affirmant que la colonisation continuera quoiqu’en dise Washington y compris dans Jérusalem Est.
Les futurs historiens auront à se pencher sur ce cas spécifique de la plus grande puissance mondiale obéissant au doigt et à l’œil à une petite entité fièleuse raciste paranoïaque animée par un instinct suicidaire samsonien, une entité sans aucune légitimité - et certainement pas celle de se revendiquer du Judaïsme dont elle sape vicieusement les fondements - qui sème la Terreur directement ou via des proxys partout dans le monde (Soudan, Yemen, Irak, Iran, Colombie, Kashmir etc…) tout en prônant pour satisfaire ses besoins hégémoniques la « Guerre Contre le Terrorisme » ayant inventé ce concept pour annihiler ses ennemis et l’ayant instillé dans la tête des responsables successifs des administrations américaines à la dérive pour quelles fassent le sale boulot à sa place.


Sur "Clean Break"
Myriam Abraham
 
mercredi 10 novembre 2010
  Darfour:Guerre entre Israel la Chine et les Etats Unis

Darfour : guerre entre Israël, Chine et Etats-Unis
envoyé par wdubois. - L'info internationale vidéo.

Guerre Israelo-Sino-américaine

En 2005, un rapport d'experts de l'ONU démontre qu'il n'y a pas de
génocide au Darfour ; pourtant, George Bush, Elie Wiesel et George
Clooney aux USA et Bernard Kouchner, Bernard-Henri Lévy et le collectif
UrgenceDarfour en France, font campagne contre le ''génocide des Noirs''
au Darfour. Selon eux, le président Al-Bashir et les Arabes du Soudan
exterminent les Noirs du Soudan. Ils demandent la tête d'Al-Bashir et
soutiennent le procureur de la Cour Pénale Internationale (CPI),
Monsieur Moreno-Ocampo, qui a lancé un mandat d'arrêt contre le
président du Soudan. Au terme de deux années d'enquête aux USA, au
Canada, en Franceet au Soudan et après avoir réuni des documents
officiels et confidentiels des services de renseignement américain et
européens, l'auteurmet en évidence les vraies raisons de la campagne
judiciaire et médiatique anti-Al-Bashir. Le président du Soudan a en
effet choisi la Chine comme partenaire commercial privilégié pour
exploiter ses richessespétrolières convoitées par les Etats-Unis et les
multinationales ;il soutient la cause palestinienne et a même participé
à la guerredu Kippour en 1973 dans l'armée égyptienne contre Israël ; il
s'est opposé farouchement aux deux agressions contre l'Irak. Tout ceci
ne lui a jamais été pardonné, ni par les Etats-Unis, ni par Israël etses
amis, qui accusent le Soudan de soutenir le terrorisme. Pourtant,
l'auteur prouve que le Soudan a proposé aux Américains de leur livrer
Ben Laden et qu'ils ont refusé. Le Soudan a également livré à la France
le célèbre terroriste Carlos ; l'auteur rapporte dans le livre le
témoignage exclusif de Carlos sur les circonstances de son arrestation à
Khartoum (capitale du Soudan) par les agents des services de
renseignement français. Avec des révélations sur la moralité douteuse du
procureur Ocampo, le rôle des lobbies pro-américains et pro-israéliens
dans ce dossier, les ingérences étrangères au Soudan, l'action des
forces rwandaises au Darfour au service des Américains, ce livre apporte
une compréhension claire des méthodes utilisées aujourd'huipour
déstabiliser le continent africain, empêcher son développement et piller
ses richesses. L'auteur démontre que les slogans en faveur des ''droits
de l'homme et de la démocratie'' masquent en réalité une action acharnée
des lobbies pro-israéliens pour renverser le régime d'Al-Bashir.


Mardi 9 Novembre 2010

http://www.editionsduboiris.com/video.php?id=7 http://www.editionsduboiris.com/video.php?id=7
 
lundi 8 novembre 2010
 

L´amorce d´un crime

http://www.think-israel.org/jul08pix/hertz.balfour.jpg
Je pisserais volontiers sur sa tombe
Lord Balfour . PM





Aujourd'hui les sionistes célèbrent l'anniversaire
de la promesse de Balfour.

Beaucoup de lecteurs ne se souviennent plus de ce que c'était.
:
C'était ,
une promesse faite par un Premier ministre britannique-imperialiste-colonialiste
au banquier le plus riche du monde qui se trouvait être un juif français
de donner les terres palestiniennes qui étaient occupées par des Turks de l'empire

( Balfour n'a jamais été le propriétaire ni même l'occupant de ces terres)


en d'autres termes ce fut :

L'amorce d'un crime énorme
et qui continue!!







lundi 11 octobre 2010

Les Russes " choisis"

http://www.worldinterestingfacts.com/wp-content/uploads/2010/05/famous-mafia-in-the-world-israeli-mafia.jpg
Les Russes israéliens « choisis »





Le gouvernement israélien exige maintenant
un nouveau serment de ses citoyens arabes
qu'il a enlevés et inclus dans l'Israël de 1948

Depuis 62 ans, ces citoyens arabes paient des impôts à leurs geôliers
et obéissent aux lois sionistes frappant leurs maisons....

En même temps ,
et ce n'est un secret pour personne, quelque 600.000 Russes
sur le million de Russes juifs qui ont émigré depuis 1990,
ne sont même pas de ( vrais) juifs.......ils ont fait semblant de l'être
uniqument pour pouvoir sortir de Russie!!



Ces Israéliens russes non juifs vont même à l'église le dimanche
ils portent une croix autour du cou....et fêtent Noël
Qu'est-ce qui se passe avec eux ???
ils ne sont pas Sémites !!
ils ne sont pas juifs!!
ils ne sont pas nés sur cette terre!!
ils mangent du porc !!
ils parlent uniquement le Russe !!
ils ont leurs propres mafias !!
ils ne sont pas circoncis !!

Ces faux jetons doivent-ils aussi prêter un faux serment
à ce faux état ??


Sherlock Hommos
Mafiologiste

mardi 5 octobre 2010

Wilders et la Burka

http://1.bp.blogspot.com/_k7Ujo41Wxbg/TFf-SpmNbnI/AAAAAAAAAS4/stb-D3WfEZk/s1600/burkas-and-bikinis.jpg
la burka à Beyrouth ...



http://2.bp.blogspot.com/_U54NM9QE5VY/SfXy80x79CI/AAAAAAAAG3o/5mg6u0AAxMg/s400/Snap117.bmp
le vrai visage de Wilders
le vrai chapeau de Wilders
le vrai drapeau de Wilders





Gert Wilders ,ce politicien malin , veut prélever une taxe
sur chaque voile porté aux Pays-Bas.
Ceci pour couvrir le déficit budgétaire de l'économie néerlandaise.
Et les encombrements sur les routes pourraient peut-être disparaître également
Mais j'ai une autre suggestion :
si nous décidons tous d'exiler Gert Wilders en Afghanistan
et de le placer là-bas pour remplacer Hamid Karzay
et de lui faire collecter là-bas la taxe sur le voile et la burka ,
.............les encombrements sur les auto-routes afghanes disparaîtront !!


Sherlock Hommos

Wildersologiste
 
jeudi 4 novembre 2010
 
Si le boycott d'Israël est une arme indigne, l’embargo de Gaza est infâme !



Yacine Saadi

Les signataires de l’article publié dans les colonnes du quotidien Le Monde daté du 1er novembre 2010, intitulé « Le boycott d’Israël est une arme indigne », n’ont pas peur du ridicule ! Lorsqu’il s’agit de défendre Israël, tous les subterfuges sont de mise… y compris la manipulation la plus abjecte.

Lorsque les auteurs affirment sans aucune précaution, en accusant les initiateurs de la campagne du boycott de l’Etat d’Israël de vouloir rayer ce pays de la carte, c’est toute la rhétorique de la culpabilisation qu’ils convoquent : « Vu de leur charte, tout ce qui est israélien serait coupable, ce qui donne l’impression que c’est le mot même d’Israël que l’on souhaite, en fait, rayer des esprits et des cartes. ».

Quel raccourci ! Les effets des mots sont parfois plus nocifs que les maux. On ne sait par quelle gymnastique intellectuelle, on transforme une action civique et pacifique en une entreprise d’éradication.

Il suffit juste de lire la charte du collectif, disponible sur le site www.bdsfrance.org, pour démystifier la cabale honteuse du synode des manipulateurs. Le choix de la charte du collectif pour discréditer une action citoyenne n’est pas anodin, c’est la même rhétorique déployée par les autorités israéliennes, pour refuser d’engager des discussions de paix avec l’OLP de Yasser Arafat.

Même si parmi les signataires se trouvent des philosophes et un certain «Botuliste »… c’est là ou réside l’art de l’atticisme qui transforme le bourreau en victime.

En mettant à l’index les initiateurs du BDS (Boycott Désinvestissement Sanctions), c’est tout le mouvement de solidarité international avec la lutte des noirs opprimés, qui a permis le vacillement du régime d’apartheid en Afrique du sud, qu’on assassine. La diabolisation de la charte du collectif n’est qu’un écran de fumée pour occulter une réalité dramatique dans les territoires palestiniens et notamment dans la bande de Gaza.

Souvent les défenseurs de l’Etat d’Israël avancent masqués, ils emballent leur soutien immoral à un Etat qui colonise un peuple, et qui occupe des territoires en violation totale du droit international, dans les draps bien usés d’un fantasmagorique projet de paix. Lorsque le cercle des manipulateurs pathologiques nous vendent la solution de deux Etats, les bulldozers de Netanyahu démolissent des maisons palestiniennes et grignotent les terres sans répit !

Dire que l’« on applique à la démocratie israélienne un type de traitement qui n’est réservé aujourd’hui à aucune autre nation au monde, fut-elle une abominable dictature », c’est le summum de la mauvaise foi. Israël occupe, colonise, affame et tue, au détriment du droit international, sans que jamais la communauté internationale n’agisse concrètement contre elle.

L’Irak est revenu à l’âge de la pierre en 1991, au lendemain de son annexion de l’Etat koweitien, suite à l’intervention d’une coalition menée par les Etats-Unis, sans qu’on oublie l’embargo criminel et son cortège de victimes, plus d’un million de mort ! Jusqu’à l’invasion pure et simple d’un Etat souverain avec la fallacieuse excuse des armes de destruction massive ! Plusieurs autres Etats on subi des sanctions allant du boycott à l’embargo.

La punition collective infligée au peuple palestinien n’a aucun effet sur les donneurs de leçons signataires de l’article. Pourquoi, alors que le silence est le combustible commun à tous les crimes ?

Ils affirment que « les partisans du boycott sont aussi des saboteurs et des naufrageurs d’espérance ».

L’espérance est une notion métaphysique, alors que l’occupation, la colonisation et l’embargo sur Gaza sont de l’ordre du réel ! Ceux qui se taisent devant l’infamie sont des lâches.

Yacine Saadi
Consultant International
4 novembre 2010



Le boycott d'Israël est une arme indigne
Le Monde du 1er novembre 2010

Une entreprise commence à faire parler d'elle en France, consistant à promouvoir un embargo d'Israël tant dans l'ordre économique que dans celui des échanges universitaires ou culturels. Ses initiateurs, regroupés dans un collectif intitulé Boycott, désinvestissement, sanctions, ne s'embarrassent pas de détails. Au vu de leur charte, tout ce qui est israélien serait coupable, ce qui donne l'impression que c'est le mot même d'Israël que l'on souhaite, en fait, rayer des esprits et des cartes.

L'illégalité de la démarche ne fait pas de doute et la justice française ne tardera pas à la confirmer. Mais la justice sera bien en peine de sanctionner ce qui est essentiel dans cette affaire. C'est pourquoi, nous, associations, citoyens de tous bords, acteurs de la vie de notre pays, tous également attachés à la paix au Moyen-Orient et, donc, à l'avènement d'un Etat palestinien viable et démocratique aux côtés d'Israël, nous sommes convaincus que les boycotteurs se trompent de combat en prenant le parti de la censure plutôt que celui de la paix, celui de la séparation plutôt que celui de la possible et nécessaire coexistence - celui, en un mot, de la haine et non de la parole et de la vie partagées.

La possibilité de critiquer, même de manière vive, le gouvernement israélien concernant sa politique vis-à-vis des Palestiniens n'est pas ici en cause. Peu de gouvernements sont autant sévèrement jugés, y compris par certains d'entre nous. Mais la critique n'a rien à voir avec le rejet, le déni, et, finalement, la délégitimation. Et rien ne saurait autoriser que l'on applique à la démocratie israélienne un type de traitement qui n'est réservé aujourd'hui à aucune autre nation au monde, fût-elle une abominable dictature.

D'autant que, de plus, la globalité du rejet et sa bêtise font que l'on emporte dans le même mouvement les forces qui, en Israël, oeuvrent jour après jour au rapprochement avec les Palestiniens en sorte que les partisans du boycott sont, aussi, des saboteurs et des naufrageurs d'espérance.

La paix ne se fera pas sans les Palestiniens. Mais elle ne se fera pas non plus sans les Israéliens. Et moins encore sans les intellectuels et les hommes et femmes de culture qui, quels que soient leur pays d'origine ou leur parti pris politique, travaillent à rapprocher les peuples. Céder à l'appel du boycott, rendre impossibles les échanges, infliger aux chercheurs israéliens, par exemple, ou aux écrivains on ne sait quelle punition collective, c'est abandonner toute perspective de solution politique au conflit et signifier que la négociation n'est plus dans le champ du possible.

Nous n'acceptons pas cet aveu d'échec. Nous pensons que notre rôle est de proposer un chemin de dialogue. C'est pourquoi, nous, signataires, sommes résolument contre le boycott d'Israël et pour la paix - et, précisément, contre le boycott parce que nous sommes pour la paix.

Yvan Attal, comédien
Pierre Arditi, comédien
Georges Bensoussan, historien
Michel Boujenah, comédien
Patrick Bruel, comédien et chanteur
Pascal Bruckner, essayiste
David Chemla, secrétaire général de JCALL
Bertrand Delanoë, maire de Paris
Frédéric Encel, géopolitologue
Alain Finkielkraut, philosophe
Patrick Klugman, avocat
François Hollande, député (PS) de Corrèze
Georges Kiejman, avocat
Anne Hidalgo, première adjointe au maire de Paris
Bernard-Henri Lévy, philosophe
Mohamed Sifaoui, essayiste
Yann Moix, écrivain
Bernard Murat, directeur de théâtre
Jean-Marie Le Guen, député
Pierre Lescure, directeur de théâtre
Serge Moati, journaliste
Daniel Racheline, vice-président de JCALL
Arielle Schwab, présidente de l'UEJF
Dominique Sopo, président de SOS-Racisme
Gérard Unger, président de JCALL
Manuel Valls, député-maire d'Evry
Michel Zaoui, avocat


















voici l'article de M. Collon




Boycott d’Israël : qu’est-ce qui est vraiment « indigne » et « illégal » ?

Réponse à Pascal Bruckner, Bertrand Delanoë, Alain Finkielkraut, Bernard-Henri Lévy, Yvan Attal, Pierre Arditi, Michel Boujenah, Patrick Bruel et Cie…

« Le boycott d'Israël est une arme indigne », écrivez-vous ce lundi 1er novembre dans Le Monde. Vous affirmez avec une certitude étonnante que « la Justice française ne tardera pas à confirmer » l’illégalité du boycott. Selon vous, tous ceux qui veulent ainsi aider les Palestiniens à obtenir leurs droits seraient des hors-la-loi. Votre argument ? On ne saurait appliquer ce « type de traitement à la démocratie israélienne ».

Mais comment pouvez-vous appeler « démocratie » un Etat qui s’est construit par la violence, en chassant les Palestiniens de leurs maisons et de leurs terres en 1948 ? Un Etat qui, à toutes les époques, n’a cessé de planifier le nettoyage ethnique :

« Nous devons expulser les Arabes et prendre leur place » (David Ben Gourion, 1937).

« Les Palestiniens seront écrasés comme des sauterelles, leurs têtes éclatées contre les rochers et les murs » (Yitzhak Shamir, 1988).

« Entre nous soit dit, il doit être clair qu'il n'y a pas de place pour deux peuples dans ce pays. Il n'y a pas d'autre possibilité que de transférer les Arabes d'ici vers les pays voisins - tous. Pas un seul village, pas une seule tribu ne doit rester. » (Joseph Weitz, 1940).

« Les Palestiniens n'ont jamais existé. » (Golda Meir, 1969) « Chacun doit bouger, courir et s'emparer d'autant de collines qu'il est possible pour agrandir les colonies, parce que tout ce que l'on prendra maintenant restera à nous… Tout ce que nous ne prendrons pas leur restera. » (Ariel Sharon, 1998)*.

Comment pouvez-vous appeler « démocratie » un Etat qui, aujourd’hui encore, refuse le retour des gens qu’il a chassés et continue à voler systématiquement les terres pour s’agrandir tout en prétendant négocier ?

Soyons clair : un Etat colonial, basé sur le vol de la terre et l’expulsion d’un peuple, ne sera jamais une démocratie. Même s’il possède un parlement, même si les voleurs discutent démocratiquement entre eux sur la meilleure façon de voler, ça reste un Etat de voleurs qui règnent par la force.

Le boycott est-il illégal ?

Absolument pas, puisqu’il vise à assurer le respect du droit. Voici ce qui est réellement illégal…

Avoir chassé les Palestiniens de leur pays en 1948 et refuser leur retour est illégal, affirme l’ONU. Conquérir de nouveaux territoires par la force est illégal. Empêcher les Palestiniens de vivre sur leurs terres, de travailler, d’étudier ou de circuler librement est illégal. Détruire leurs maisons et leurs oliviers est illégal. Emprisonner des enfants de douze ans est illégal. Construire un mur de séparation, voler l’eau et les terres des territoires occupés est illégal. Utiliser des armes au phosphore et au laser est illégal. Bombarder des maisons, des écoles, des hôpitaux, des ambulances, des missions de l’ONU est illégal. Torturer est illégal. Assassiner les dirigeants palestiniens est illégal. Massacrer des défenseurs de la paix dans les eaux internationales est illégal.

Face à ces illégalités, que fait la ministre française de la Justice ? Appelle-t-elle à sanctionner l’Etat qui les commet ? Empêche-t-elle l’importation en France des produits issus de ce vol des terres ? Non, elle attaque ceux qui dénoncent cette illégalité ! Et vous soutenez cette ministre qui bafoue le droit international. Ahurissant !

Vous écrivez : « Nous sommes résolument contre le boycott parce que nous sommes pour la paix. ». Mais le boycott existe déjà ! Depuis soixante ans, les Palestiniens sont boycottés par Israël, et vous ne faites rien contre ça. Puisque les dirigeants israéliens n’agissent qu’en fonction du rapport de forces, le boycott est une arme parfaitement digne pour leur imposer la paix. Comme il le fut contre l’apartheid en Afrique du Sud.

Vous écrivez : « La critique n'a rien à voir avec le rejet, le déni, et, finalement, la délégitimation. » Mais depuis soixante ans, Israël rejette, nie et délégitimise les Palestiniens et ça ne vous indigne pas ?

Vous écrivez : « Céder à l'appel du boycott, (c’est) signifier que la négociation n'est plus dans le champ du possible. » Pas du tout. La solution existe, elle est toute simple, comme vient de le rappeler le musicien juif Gilad Atzmon : « Les Israéliens peuvent mettre fin au conflit en un clin d’oeil : demain matin à son lever, Nétanyahou rend aux Palestiniens les terres qui leur appartiennent ».

C’est trop demander ? Dès 1968, les grandes organisations palestiniennes ont elles-mêmes fait de grandes concessions en proposant de former un seul « Etat démocratique, progressiste, non confessionnel dans lequel juifs, chrétiens et musulmans vivront ensemble en paix et en jouissant des mêmes droits. » C’est Israël qui a refusé et refuse toujours, c’est Israël qui s’accroche à son obsession d’un Etat ethniquement pur, réservé aux juifs, et vous ne lancez pas de grands appels contre cela ?

C’est encore trop demander ? Les Palestiniens ont même accepté de se contenter de 22% de leurs terres initiales, et ça encore Israël le refuse, continuant à voler les terres, petit-à-petit, et vous ne faites rien contre cela.

En définitive, ce qui est « indigne », ce n’est pas le boycott.

C’est votre attitude. Car tout ce que je viens d’écrire, vous le savez et, en le cachant à l’opinion, vous la désinformez. Dans quel intérêt ?

Je crains que la chose véritablement indigne dans votre texte, ce soient vos motivations. Dans mon livre Israël, parlons-en !, j’ai indiqué que les trois plus puissants groupes médiatiques français - Lagardère, Dassault, Bouygues – sont tous trois aux mains de familles richissimes qui font de gros profits avec Israël et lui fournissent ses armes ou ses instruments de colonisation. Alors, si un artiste ou un intellectuel français ose s’opposer à ces groupes et dire la vérité, adieu carrière, adieu fortune ! Comme disait Bertolt Brecht : « Déplaire aux possédants, c'est renoncer à posséder soi-même. »

Ceux qui vous lisent, ceux qui vous écoutent, auront toujours intérêt à se poser la question fondamentale : « Quels sont les intérêts derrière ce discours ? »

* Sources des citations : Michel Collon, Israël, parlons-en !, Couleur Livres, Investig’Action, Bruxelles, 2009, pages 297-299.

Michel Collon
3 novembre 2010

Source : michelcollon.info
 
lundi 1 novembre 2010
 

Les têtes nucléaires

d‘Israël sont tournées

vers les Musulmans,

point.




Intériorisons quelques-uns des faits axiomatiques stratégiques relatifs à la situation à laquelle sont confrontés les Arabes et les Musulmans dans cette région et au-delà : Le premier fait est que les centaines de têtes nucléaires et bombes que possède Israël, ou qu’on admet généralement qu’il possède, ne sont tournées ni vers le Zimbabwe, le Gabon ou Haïti, mais vers Le Caire, Beyrouth, Damas, Téhéran ou peut-être La Mecque et Médine.

(JPG)

Le deuxième fait est que l’acquisition par Israël de la capacité nucléaire vise à soumettre, intimider et maintenir le monde arabe dans un état de perpétuelle infériorité stratégique vis-à-vis de l’Etat hébreu. Un Israël nucléaire, non découragé par aucune dissuasion arabe réciproque, pourrait se permettre de commettre l’impensable, c’est-à-dire déporter de leur patrie ancestrale les Palestiniens restant. Il pourrait aussi s’autoriser à lancer des ultimatums contre des pays comme l’Egypte, à savoir menacer de détruire des cibles égyptiennes stratégiques comme le Barrage d’Assouan si le pays arabe aux 80 millions d’habitants ne se comporte pas comme il le souhaite.

Nous avons vu récemment comment les dirigeants égyptiens dociles se sont crus obligés de jouer les ‘marie-couche-toi-là’ devant un Israël ostensiblement hautain pendant la récente attaque génocidaire israélienne contre la Bande de Gaza. Si l’Egypte avait eu une dissuasion stratégique, elle aurait montré un semblant de dignité nationale et aurait dit « non » aux menaces israéliennes, implicites ou explicites.

Le troisième fait est que le régime sous contrôle des Etats-Unis de non prolifération nucléaire est un ramassis d’absurdité. C’est une chimère destinée à amadouer et à réduire au silence les nations qui sont prêtes à vendre leur dignité nationale et qui veulent maintenir leurs peuples sous un risque stratégique perpétuel en échange de quelque aide financière et militaire envoyée par Washington. Inutile de dire qu’une telle aide conditionnelle n’a strictement aucune valeur stratégique.

Un exemple de ce fiasco (et de cette stupidité) arabe à cet égard est l’énorme et récent contrat d’armement entre l’Arabie Saoudite et les Etats-Unis. Bientôt, 60 milliards de dollars d’argent musulman seront convertis en rouille et contribueront à hauteur de zéro pour cent à améliorer la sécurité globale des Musulmans vis-à-vis d’Israël.

C’est parce que la plupart des dynasties dictatoriales arabes sont davantage comptables devant leurs protecteurs américains que devant leurs propres peuples. Par conséquent, ces despotes n’achètent pas juste des armes aux Etats-Unis, ils doivent acheter des armes, sinon ils perdent leur statut d’ « allié précieux », ou plus exactement « marionnette précieuse » plutôt qu’allié !

Le quatrième fait est que les Etats-Unis et autres puissances occidentales permettent en toute connaissance de cause à Israël de posséder les armes nucléaires. En conséquence, l’allégation que ces puissances devraient protéger ces régimes et leurs populations d’une possible agression sioniste est encore plus une chimère, en particulier étant donné le fait que les Etats-Unis et autres gouvernements occidentaux sont eux-mêmes soumis à Israël et au pouvoir sioniste. En dernière analyse, les putes politiques américaines à Washington ne peuvent pas ni ne désobéiront aux ordres de leurs maquereaux israéliens ou juifs. Ils savent qu’ils commettraient un suicide politique, en interne, s’ils le faisaient.

(JPG)

Vue aérienne de la centrale nucléaire de Dimona, dans le désert du Naqab, au sud-est de بئر السبع‎ - Bi’r as-Sab` (que les Israéliens appellent Beersheva).

Heureusement, quelques pays musulmans de la région ont compris la maxime intemporelle qui dit que si vous ne vous protégez pas vous-mêmes, personne ne vous protègera. Ces mêmes pays ont aussi compris que si vous ne créez pas une sorte d’assurance de destruction mutuelle vis-à-vis de votre ennemi, vous serez attaqué, humilié et brutalisé.

Malheureusement, des pays arabes plus grands et plus riches n’ont pas réussi à comprendre ce que le Pakistan et l’Inde ont compris. Au lieu de cela, ces régimes essentiellement autoritaires ont choisi de rester dans un état de soumission prostituée-proxénète vis-à-vis de Washington, qui, comme nous le savons tous, est dirigé par le lobby juif. Ariel Sharon n’a-t-il pas dit, « Nous dirigeons l’Amérique, et ces imbéciles d’Américains le savent. » ?

Il ne fait aucun doute que les Etats arabes, de la Mauritanie ou Bahreïn, resteront dans un état d’infériorité stratégique vis-à-vis d’Israël tant qu’ils ne possèderont pas une réelle dissuasion nucléaire qui obligerait Israël à abandonner un peu de son insolence, de son arrogance et de son orgueil.

En bref, Israël n’oserait pas larguer une ou deux bombes nucléaires sur Le Caire, ni même la menacer, s’il savait qu’une ou deux bombes nucléaires pourraient tomber sur Tel Aviv ou Haïfa peu après toute attaque nucléaire éventuelle contre n’importe quelle capitale arabe ou musulmane. N’est-ce pas la raison réelle et profonde derrière la campagne israélienne frénétique contre la nucléarisation supposée de l’Iran ?

Il n’est jamais souhaitable de se lancer dans des calculs macabres, en particulier quand il s’agit des abominables armes nucléaires. Cependant, le comportement d’Israël, qui a beaucoup de similitudes avec celui des nazis, nous a convaincu de toujours attendre l’impensable, venant d’Israël.

Il y a quelques années, Israël a largué entre 2 et 3 millions de bombes à fragmentation sur le Liban, suffisamment pour tuer ou mutiler 2 à 3 millions d’enfants. Ensuite, les dirigeants dépravés du soi-disant « monde libre » ont réagi à cette monstruosité barbare avec cynisme, disant que « Israël a le droit de se défendre », comme si le Liban avait posé la moindre menace à Israël-nucléaire, qui tient l’Amérique et d’autres pays occidentaux à la gorge.

De même, l’armée de l’air israélienne a fait pleuvoir du phosphore blanc sur Gaza il y a près de deux ans, nous confrontant à des scènes qui auraient pu être empruntées à Dresde ou à d’autres villes allemandes réduites en cendres par les forces aériennes alliées dans les derniers mois de la Deuxième Guerre mondiale.

C’est vraiment le cœur lourd que j’aborde ce sujet.

C’est pourquoi mon conseil aux Etats arabes de cette région est le suivant : mangez du sable, mangez de l’herbe, mangez de la merde ! Que les files d’attente pour le pain fassent dix mètres de long. Mais procurez-vous la bombe ! Ne soyez pas la risée du monde. Ne laissez pas un Etat merdique comme Israël détruire la civilisation islamique.

http://www.ism-france.org/news/arti...

 
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]