ELWATAN-ALHABIB
samedi 30 juin 2012
 

La crémation du corps de Roger Garaudy, ou jusqu’où peut aller la haine de l’Islam exercée par les lobbies sionistes de France عائلة الفيلسوف الفرنسي غارودي تحرق جثته رغم اعتناقه الإسلام


عائلة الفيلسوف الفرنسي غارودي تحرق جثته رغم اعتناقه الإسلام
(بقلم علي نافذ المرعبي كاتب مقيم في فرنسا 26-06-2012)
وأخيراً ترحٌل فارس الفكر والفلسفة، ورجل المواقف النبيلة، عن صهوة حصان الحياة، المفكر والفيلسوف الفرنسي روجيه غارودي، أو كما أطلق على نفسه اسم رجاء غارودي بعد إشهار إسلامه، بعد حياة مديدة حافلة بالإنجازات الفكرية ضمنها عشرات من كتبه، وزاخرة بالمواقف الأصيلة التي أعلنها بجرأة نادرة…رافضاً كل النمطيات التي حاولت أن تكبل الحقائق، وأن تزوٌر التاريخ…معلنا وقوفه مع الحقيقة مهما كان الثمن، والتي عرف كيف يدافع عنها في حياته، ولم نعرف كيف ندافع عنه في مماته…. فعذراً لروحك سيدي.
عندما أعلن عن رحيله يوم الجمعة 15/6/2012، في ضاحية ‘شامبيني سير مارن’ الباريسية، توجهنا إلى مسجد باريس الكبير لنطلع على ترتيبات جنازته ودفنه، و كانت المفاجأة الأولى في سلسلة المفاجآت التي سآتي عليها، فالأخوة في المسجد لا يدرون أي شيء، وكأن الراحل ليس مسلماً وغير معنيين بدفنه حسب الشرع الاسلامي الذي توفاه الله وهو على دين الإسلام الحنيف. أجرينا اتصالات بالعديد من الأصدقاء الفرنسيين، حيث علمنا أن الجنازة ستقتصر على ترتيبات داخل أسوار مقبرة ضاحية ‘شامبيني سير مارن’ دون ان نعرف ماهية ترتيبات الجنازة والدفن بعد ظهر يوم الاثنين 18/6/2012، توجهنا مجموعة من الأصدقاء العرب إلى مقبرة الضاحية الباريسية، وعند وصولنا ظننا أننا أخطأنا بالعنوان لندرة الحضور، ثم توجهنا إلى القاعة، التي كان الحضور بها متواضعاً لدرجة لا تصدق .. حوالى مئتي شخص، جلهم من العرب والمسلمين، غياب تام لأي مراسم…التابوت الذي يضم جثمانه الطاهر مسجى بالقاعة، وفوقه شاشة تلفزيون عملاقة تظهر عليها بشكل بانوراما رتيبة، صور كتبه الكثيرة، وصور له تجمعه مع قادة ومفكرين وكتاب وشخصيات…لاحظت غياب كتابين له، وأعتقد، أنهما الأهم بالنسبة له – غير ترجمته للقرآن الكريم للغة الفرنسية ـ الأول، كتاب: ‘الأساطير المؤسسة للدولة الصهيونية’ الذي فند به مبالغات الهولوكوست، معتمداً على الوثائق التي لا يسمح بتداولها، وهو الكتاب الذي حوكم من أجله تحت مسمى معاداة السامية، ورفض التراجع عن كتابه وتقبل الحكم الجائر بجرأة لا تليق إلا بأمثاله. والكتاب الثاني ‘نداء للأحياء’ والذي يؤكد فيه على القومية العربية، مؤكداً ان العروبة حقيقة قائمة، لأنها انتماء وتاريخ وحضارة في تلك القاعة ‘المشؤومة’ علمنا أن أسرته قررت أن تحرق جثمانه وأن لا يصار إلى دفنه، وهذا يؤكد عدم رغبتهم بدفنه حسب الشريعة الإسلامية، ولا يستطيعون دفنه على التقاليد المسيحية لأنه توفي وهو مسلم، وأعتقد أن هذا القرار وراءه جهات خبيثة، أرادت أن تنتقم منه وهو ميت، بعد عدم استطاعتها النيل منه وهو على قيد الحياة. وهي إهانة مريعة لحرمة الأموات المسلمين. عند وصول دورنا لإلقاء النظرة الأخيرة وتوديعه، طلبت من الأصدقاء أن نلتف حول النعش وأن نقرأ عليه سورة الفاتحة بصوت مرتفع، توجهت بعدها إلى أرملته لتقديم واجب العزاء، اقتربت منها وصافحتها قائلاً: أتقدم منك بأصدق التعازي سيدتي، باسمي، و باسم الامة العربية التي أحبها الراحل ودافع عن حقوقها العادلة.
والجدير ملاحظته أيضاً، غياب كامل لأي حضور دبلوماسي عربي وإسلامي، وغياب تام للفضائيات العربية والأجنبية، ولوسائل الإعلام الأخرى، وهذا أمر غريب لا يتناسب مع راحل كبير من قامة روجيه غارودي.
ارتأينا في اليوم التالي أن يصار إلى إقامة احتفال تأبيني له في باريس، تكريماً لرحيله ووفاء للخدمات الجلى التي قدمها في دفاعه عن قضايا الأمة العربية العادلة، وكما جرت العادة منذ أكثر من عشرين عاماً، تم الاتصال بإدارة ‘الإيجيكا’ (I.J.K) حيث تم فعلاً حجز القاعة ليوم الخميس 21/6/2012، وبدأنا في إرسال الدعوات عبر كافة الوسائل المتاحة: اتصالات، إنترنت، إيميلات….الخ، بعد ظهر اليوم التالي ‘الثلاثاء 19/6/2012′ فوجئنا بإشعارنا من إدارة ‘الإيجيكا’ بالغاء تأجير القاعة في ملابسات مريبة، تحالفت بها إدارة الإيجيكا التي تتبع جمعية بروتيستانتية ، مع مجموعة من شيوعيي الأمس في جمعية ‘النداء الفرنسي ـ العربي’، في دلالة ثأرية من الراحل الكبير، لأنه تحول إلى الإسلام أولاً، وانسحب من الحركة الشيوعية التي كان من ضمنها ثانياً
أصبنا بخيبة أمل كبيرة، وتشاورنا بالأمر المستغرب والمستهجن، واستقر الرأي أن نطلب من مسجد باريس الكبير إقامة صلاة الغائب عن روحه بعد صلاة يوم الجمعة 22/6/2012، وتوجهنا مجدداً إلى المسجد لهذا الغرض… هناك كان عميد المسجد غائباً، والتقينا بنائبه…الذي حاول ان يتملص من الطلب تحت حجج و ذرائع واهية وغريبة منها على سبيل المثال: هل يجوز الصلاة على إنسان تم حرق جثمانه؟! وهل لديكم وثيقة قانونية تثبت أنٌه مسلم….الخ. طلبنا منه بهدوء أن حرق الجثمان لم يكن بإرادة الراحل، وهل أصبح على المسلم ان يثبت إسلامه بوثيقة رسمية؟!! وبعد حوار وجدل كان يحتد أحياناً، قال لنا بالحرف: هذه مسألة تحتاج لقرار سياسي، وأنا لا أستطيع ان أتحمل مثل هذا القرار… وهكذا خذلنا مجدٌدا.
أردت من هذه المقالة، أن أوضح للقارئ الكريم هذه الحقائق، التي تدلل على انعدام الأخلاق عند البعض، وانعدام الوفاء عند البعض الآخر. وآثرت ترفعاً أن لا أذكر الأسماء، وإذا ما اقتضت الضرورة، أو إذا ما حاولت أي جهة أن تنفي ذلك، حينها سأعلن كل الأسماء، والأصدقاء الشهود على كل ما جرى
روجيه غارودي…. لك الرحمة في عليين
==============================================================================
La crémation du corps de Roger Garaudy, ou jusqu’où peut aller la haine de l’Islam exercée par les lobbies sionistes de France
Présentation :

Quasiment dictées à la famille du défunt par les lobbies sionistes de France, les circonstances douloureuses dans lesquelles se sont déroulées les funérailles de l’illustre philosophe français, Roger Garaudy – qui s’est prénommé Radja, depuis sa conversion à l’Islam – viennent de rappeler une fois de plus, à l’ensemble de l’opinion publique française et singulièrement, aux citoyens français de culte musulman, la réalité d’un terrorisme sioniste activiste en état de veille permanente pour entretenir une pression psychologique sournoise et à sens unique instrumentalisant à la fois, l’épouvantail de l’antisémitisme et la phobie de l’Islam.

En effet, dès la nouvelle de la disparition à l’âge de 98 ans, en ce mercredi 13 Juin à son domicile parisien, de l’illustre philosophe français Roger Garaudy, converti à l’Islam depuis 1980, la machine de guerre sioniste de France a mobilisé son ban et son arrière ban pour faire un dernier sort à Garaudy, en envoyant à sa famille, des centaines de menaces anonyme de profanation de la tombe de celui que les sionistes accusent de “négationniste”. Un crime suprême, aux yeux des criminels bourreaux du peuple palestinien en Palestine occupée, parce que Garaudy a eu le courage intellectuel de réfuter les thèses des chambres à gaz et les chiffres exagérément élevés des victimes juives, lors du procès de Nuremberg. Sans jamais nier en aucune façon, les crimes nazis contre la communauté juive, parmi d’autres communautés comme les roms ou les slaves du reste.

L’article qui suit, est la traduction intégrale en langue française de l’article original en langue arabe, signé de M. Ali Nafed Al-Mor’3ibi, un écrivain résident en France.

La famille du philosophe Radja (Roger) Garaudy, a procédé à la crémation du corps du défunt.

(par Ali Nafed Al-Mor’3ibi)

Il a donc fini par mettre pied à terre, cet infatigable chevalier de la pensée au Verbe haut et fier, que fut le grand philosophe français Roger Garaudy, qui s’est lui-même prénommé Radja, au lendemain de sa conversion à l’Islam. Ainsi vient de prendre fin, en ce Vendredi 15 Juin 2012, la vie palpitante d’un penseur authentique à la production intellectuelle féconde et intense ; un penseur authentique dont les positions de principes claires et courageuses – quels qu’en avaient été le prix à payer – planaient bien au-dessus des cloaques nauséabonds de la langue de bois et du politiquement correct qui cherchent à brider la Vérité et à falsifier l’Histoire ; un penseur authentique qui a su défendre la Vérité de son vivant et dont nous constatons avec amertume aujourd’hui, notre incapacité à défendre sa mémoire…
Nous demandons pardon à ton âme, Monsieur Radja Garaudy.

En effet, quand la nouvelle de sa mort a été annoncée ce vendredi 15 Juin 2012, dans la banlieue parisienne de Champigny-sur-Marne, nous fûmes de nombreux arabes et autres musulmans à nous rendre à la Mosquée de Paris pour nous informer sur les modalités des funérailles du défunt. Notre première surprise – parmi une longue série d’autres – a été de constater que les responsables administratifs de la Mosquée ne savaient strictement rien à ce sujet, comme s’ils n’étaient pas concernés par les funérailles du musulman qu’était M. Radja Garaudy.

Nous avons alors pris contact avec de nombreux amis français qui nous ont appris que les funérailles devaient se dérouler dans l’après-midi du lundi 18 Juin 2012, dans l’enceinte du cimetière de Champigny-sur-Marne, sans nous fournir d’autres détails sur la cérémonie prévue. Nous nous sommes déplacés au jour dit, au cimetière de Champigny-sur-Marne et à notre arrivée dans la grande salle, nous avons constaté qu’il y avait peu de monde – deux cents personnes tout au plus – la plupart, des particulier, arabes ou autres musulmans. Au milieu de cette salle trônait le cercueil surmonté d’un écran géant où défilait un diaporama montrant les ouvrages du vénérable défunt ainsi que de nombreuses photos prises avec des personnalités célèbres du monde intellectuel et politique. En plus de la traduction du Coran dans la langue française, deux ouvrages majeurs du défunt manquaient cependant : le premier ouvrage, c’est “Les Mythes fondateurs de la politique israélienne” dans lequel il a démantelé d’une manière irréfragable – documents à l’appui – l’imposture historique de l’Holocauste, “blasphème” qui lui a valu un procès retentissant et une condamnation qu’il a acceptée avec ce dédain propre aux hommes de son envergure ; le deuxième ouvrage intitulé “Appel aux vivants”, est un essai d’érudit sur la réalité historique, culturelle et civilisationnelle du monde arabe.
Quelle ne fut donc notre stupeur, en arrivant au beau milieu de cette salle funeste, d’apprendre que la famille du défunt avait décidé sa crémation et que par conséquent, il n’y aurait pas de funérailles, au sens propre du terme, parce que d’une part, la famille ne souhaitait que le défunt fut enterré selon le rituel musulman et que, d’autre part, il ne pouvait l’être selon le rituel chrétien, puisqu’il était mort en musulman.
Il ne fallait donc pas être grand prêtre pour deviner que derrière cette douloureuse situation inextricable, il y avait le dessein, on ne peut plus clair, d’une volonté immorale et abjecte, de revanche contre le cadavre de Radja Garaudy, de la part de ceux qui, n’ayant jamais pu le faire plier de son vivant, avaient décidé d’attenter à la sacralité de la mort.
Quand vint notre tour d’aller nous recueillir sur la dépouille du défunt, je demandai à tous nos amis de se grouper en cercle autour de lui et de réciter la Fatiha à voix haute. Après quoi, je me suis dirigé vers la dame qui semblait être la veuve, pour lui présenter mes condoléances en mon nom et au nom de toute la Communauté arabo musulmane qu’il a si longtemps défendue avec foi et conviction.

Il y a lieu de faire ici, une remarque de taille, savoir, l’étrange absence de toute représentation diplomatique des pays arabo musulmans ou d’une quelconque représentation médiatique, sous quelque forme que ce soit, presse écrite, chaînes satellitaires ou autres. Une double absence qui résonne comme une véritable conspiration du silence autour d’une Voix qui, même éteinte, continue de déranger l’Ordre établi.

Le jour d’après, nous avons alors envisagé d’organiser une cérémonie funéraire à la mémoire du défunt, en reconnaissance pour tout ce qu’il a fait et enduré, dans son noble combat pour les justes causes de la Communauté arabo musulmane. Aussi, comme cela est devenu une coutume depuis plus de 20 ans, des contacts furent pris avec l’organisme I.G.E.C.A. qui a tout d’abord accepté de nous réserver une salle pour la journée du Jeudi 21 Juin 2012. Nous avons alors commencé à envoyer les invitations par téléphone, SMS ou autres Mails… Or, dans l’après-midi du Mardi 19 Juin 2012, nous reçûmes notification d’annulation de la réservation de la salle par l’organisme susnommé, qui invoquait des prétextes fallacieux, cachant mal la triste réalité :celle d’une alliance contre-nature entre des caciques communistes athées d’hier, avec des religieux protestants, les uns comme les autres, n’ayant jamais pardonné à Radja Garaudy, les premiers, sa désertion du Bureau Politique du Parti Communiste français et les seconds, sa conversion à l’Islam.
Mais notre dépit devant tant de mauvaise foi et tant d’acharnement, n’allait pas s’arrêter là hélas ! Nous nous sommes alors tournés vers la Grande Mosquée de Paris, pour organiser la “Prière en faveur de l’Absent”, à l’issue de la prière du Vendredi 22 Juin 2012. A défaut du Recteur, nous avons été reçus par son adjoint qui a cherché par tous moyens à se dérober, tantôt en invoquant le fait qu’il ne pouvait y avoir de prière pour l’Absent, en faveur de quelqu’un dont le cadavre avait été incinéré, tantôt en mettant en doute l’islamité du défunt, allant jusqu’à nous demander un document officiel attestant de cette qualité (!). Après un dialogue pénible, tournant parfois à l’altercation, l’adjoint du Recteur finit par trouver la parade en nous déclarant avec une évidente mauvaise foi, qu’il s’agissait-là d’une affaire politique sur laquelle il n’avait pas qualité pour trancher…

A travers cet article, j’ai tenu à porter à la connaissance des lecteurs, cette amère vérité qui témoigne de l’immoralité des uns et de l’ingratitude des autres. La décence et le respect d’autrui m’ont commandé de ne pas citer de noms, mais si les circonstances devaient m’y obliger, je ne manquerais pas de citer tous les noms, y compris les noms des témoins des faits évoqués dans ce compte-rendu.
Quant à toi, cher Radja Garaudy, puisses-tu goûter pour l’Eternité, à linfinie Miséricorde qui est aux Cieux.

(Traduit de l’arabe par Abdelkader Dehbi)
 
vendredi 29 juin 2012
 

L’ère post-étasunienne

 

 


A la fin du XXe siècle, la bonne nouvelle aura été la disparition de l’URSS en tant qu’empire imposant sa loi sur l’Europe centrale, et la mauvaise aura été la survie des USA en tant qu’empire imposant leur loi sur l’Europe occidentale, l’Amérique latine et d’autres parties du monde. La renaissance de la Russie et l’éveil de la Chine conduisent inexorablement à l’invention d’un Nouvel Ordre International, dans lequel l’anachronique Empire US aura disparu. Dès lors, les stratèges s’interrogent sur la manière de limiter les affrontements inhérents aux périodes charnières. Pour le docteur Imad Shuebi, les nouveaux leaders du monde, Beijing et Moscou, agissent avec précaution pour prévenir une guerre mondiale, mais s’attendent à de sanglants conflits régionaux.
Samedi 30 juin 2012

JPEG - 140.9 ko
Parler d’ère post-étasunienne ne relève plus aujourd’hui du vœu pieux ou du simple point de vue politique. Quand j’ai écrit à ce propos, en 1991, dans mon ouvrage Le Nouvel Ordre Politique Mondial, il s’agissait d’une sorte d’analyse prospective, il était impossible d’y croire à cette époque. L’incrédulité résultait de phénomènes connus en épistémologie tels que l’obstacle de la connaissance commune ou la résistance au changement.
À l’époque, ma réflexion constituait une rupture épistémologique, ce que désignera plus tard Nassim Nicholas Taleb sous le vocable de « théorie du cygne noir », ou encore « pensée latérale » [1]. J’attirais l’attention sur le fait que —et c’est toujours le cas— les Grandes Puissances ne meurent pas dans leur lit. Le danger que représente la mort de tels États réside dans le fait qu’ils possèdent à la fois des armes nucléaires et un important passif historique et stratégique. De telles choses ne s’effacent pas. Elles subsistent au fond de leur conscience et dans leurs souvenirs.
Les officiels russes et chinois ne s’en sont jamais cachés et il ne s’agissait pas non plus d’un excès de candeur —contrairement à ce qu’a écrit Zbigniew Brzezinski— quand ils sont arrivés à la conclusion que l’émergence de la Russie et de la Chine et le déclin des États-Unis étaient inévitables, mais que ce dernier ne devait pas être trop brusque [2] . Pour les grandes puissances, la rupture n’est pas une option. Elles peuvent échouer, mais pas s’effondrer. En réalité de telles puissances ne peuvent être que dissoutes.
Zbigniew Brzezinski en convient, mais il estime peu probable que le monde soit dominé par un successeur unique —pas même la Chine— ce sur quoi nous sommes pour le moment d’accord, de la même manière que nous convenons que la phase de désordre global et d’incertitude internationale s’est aggravée à tel point en 2011 que désormais menace un chaos épouvantable. Les États-uniens, comme les Chinois et les Russes, redoutent une telle perspective ; mais pour certains États aventureux comme la France et quelques autres pays au Proche-Orient, la perspective de perdre leur statut de puissance régionale fait craindre un accroissement du risque de déstabilisation. Les Puissances fortes redoutent le chaos alors que les Puissances faibles misent parfois sur celui-ci pour perturber les Fortes, dans l’espoir de les faire reculer sur la scène internationale avec des pertes minimales.
De façon notable, l’évolution vers un nouvel ordre international s’est accélérée au cours des deux années 2011 et 2012 dans la mesure où il n’y a eu qu’un court intervalle séparant l’annonce par Poutine de la fin de l’unipolarité, précisant que les puissances émergentes n’étaient pas encore prêtes à prendre le relai, de sa déclaration lors du Sommet des BRICS à propos de la formation d’un Nouveau Système Économique et Bancaire (la Banque BRICS) [3]. Non seulement le haussement de ton de la Russie et de la Chine à conduit à deux double vétos, mais il leur a aussi donné le rôle moteur dans la dynamique actuelle en Méditerranée orientale, signifiant sans équivoque à la fois la fin de l’histoire états-unienne dans la région et l’impossibilité actuelle pour les différentes parties de prétendre à quelque nouvelle répartition que se soit.
La déclaration d’Obama, début 2012, sur la Nouvelle Stratégie Américaine annonçant « être en alerte et attentifs dans la Méditerranée orientale » ressemblait à une reconnaissance du nouveau rapport de force dans la région, parallèlement à l’armement du voisinage immédiat de la Chine. De plus, les déclarations d’Hillary Clinton depuis l’Australie sont apparues comme le prolongement de ces propos sur un affrontement avec la Chine, ce à quoi cette dernière s’est contentée de répondre : « Personne ne peut empêcher le soleil chinois de se lever ».
Du fait de ces différentes déclaration états-uniennes, la Chine n’a pas attendu 2016 pour faire une démonstration de sa nouvelle puissance. Au contraire, elle s’empressa de se prononcer en faveur d’un ordre multipolaire —reprenant les termes russes— vu comme un Ordre International basé sur deux axes autour de chacun desquels de multiples pôles seraient en orbite. Mais leur axe serait ascendant pendant que l’autre serait descendant.
Il est devenu clair que l’aggravation du conflit à profondément secoué la diplomatie états-unienne, à tel point qu’elle fut contrainte —en avril 2012— de sonner la retraite, même si ce ne fut que verbalement, et de préciser qu’elle n’était pas en Guerre froide avec la Chine. Ceci faisait suite à une rencontre entre le Premier ministre chinois et Kofi Annan. Il fut annoncé à l’émissaire de l’ONU et de la Ligue arabe que la Chine et la Russie étaient désormais les premières Puissances, respectivement à la première et à la deuxième place, et qu’il était dans l’obligation de se coordonner avec eux. Annan lui-même, en tant que témoin du monde unipolaire de 1991 jusqu’au début du 21e siècle, devait aussi être le témoin de la chute de ce monde et devait admettre que dorénavant la question de la Méditerranée orientale était du ressort de Moscou et de Beijing.
Washington vient de vivre une décennie entière de guerres —une période qui ressemble à la course aux armements avec l’URSS, dite de « guerre des étoiles »— qui, avec d’autres facteurs critiques, à épuisé les États-Unis et les ont transformés en une nation au bord de la banqueroute. Ceci les a incités à annoncer un repositionnement en direction de la périphérie de la Chine dans une tentative de jouer un rôle dans la région Indo-Pacifique. Mais il sont revenus sur leurs déclarations d’une manière telle qu’elle laisse à penser aux observateurs que cet État à déjà perdu son aura de superpuissance. Il est un fait que lorsque une puissance menace de faire usage d’une force dont seules les superpuissances sont dotées, elle perd les deux tiers de sa force.
Le monde change. Nous sommes en train d’assister précisément à la cristallisation de ce Nouvel Ordre International dont la formation avait été reportée depuis l’effondrement de l’Union soviétique, mais dont l’arrivée à maturité s’accélère, bien que les nouvelles puissances ne soient pas encore tout à fait prêtes pour cela. L’accélération des événements au Proche-Orient à contraint ces nouveaux acteurs à rejoindre la partie à marche forcée. Cependant, les conséquences de l’émergence de nouvelles puissances et du déclin de celles, comme les États-Unis, qui étaient auparavant leaders mondiaux vont se manifester sous peu. Elles se matérialiseront dans des luttes sanglantes qui ne pourront être résolues qu’une fois le Nouvel Ordre International établi, et avec le consentement des différents acteurs, selon le nouveau statut de chacun.
Imad Fawzi Shueibi
[1] Selon l’épistémologue libano-US Nassim Nicholas Taleb, « Un cygne noir est un événement hautement improbable doté de 3 caractéristiques principales : Il est imprévisible, engendre des conséquences majeures et une explication a posteriori est toujours donnée afin de rendre celui-ci plus rationnel, lui conférant ainsi une apparente et sécurisante prévisibilité ». Cf. Le Cygne Noir, La puissance de l’imprévisible, Les Belles Lettres, 2008.
[2] « After America - How does the world look in an age of U.S. decline ? », par Zbigniew Brzezinsk, Foreign Policy, janvier/février 2012.
[3] Voir la “Delhi Declaration (Fourth BRICS Summit)”, Voltaire Network, 29 mars 2012.
 
 
Virus "Flame", drones, sanctions... qui est réellement le "provocateur" l' Iran ou les occidentalo-sionistes?
L’équipe du site

Alors que les média Occidentaux répètent du matin au soir que l'Iran en est à sa énième provocation, un petit tour des actes de guerres commis contre ce pays par les pays de l'axe du Bien permet de remettre quelques idées en place et de déjouer la propagande typique des périodes d'avant-guerre.
Voici quelques titres de la presse Française : "L'Iran s'enfonce « dans une stratégie délibérée de provocation »" (20 Minutes) ; "Tirs de missiles : l’Iran continue ses provocations malgré les sanctions" (RFI) ; "L'Iran entre provocations et menaces" (France Culture) ; "Israël dénonce une nouvelle provocation de l'Iran" (Euronews). Il ne fait aucun doute, en lisant ces gros-titres, que l'Iran est maintes fois coupables de vouloir démarrer une guerre et que la paix ne saurait être due qu'à l'extrême tolérance des régimes Occidentaux et de la "communauté internationale" (qui, avec l'UE et les USA ne représente que 15% de la population mondiale).
Pourtant, depuis quelques années, l'Iran subit une succession d’agressions diplomatiques ou militaires venues des USA et d'Israël. Cette attitude belliqueuse vis-à-vis du régime de Téhéran est souvent justifiée, dans les média, par la menace nucléaire qu'il faudrait à tout prix combattre... Sans rouvrir le débat sur cette question, qu'il soit cependant rappelé brièvement et de façon factuelle, que le renseignement Américain et le renseignement Israélien ont publiquement expliqué qu'ils niaient que l'Iran poursuive un programme nucléaire militaire !
 Cette opposition totale entre le Renseignement et le Politique démontrent à quel point la suspicion et les accusations sont fabriquées de toutes pièces dans ce dossier, à l'image du scénario des armes de destruction massives en Irak.
L'apparition rocambolesque du virus FLAME, et l'entrée en vigueur de l'embargoe pétrolier sur l'Iran, donnent ainsi l'occasion de revenir sur l'ensemble des mesures hostiles dirigées contre ce pays.

1- Stuxnet et Flame : la nouvelle cyber-guerre
Ces deux virus sont les premiers exemples d'armes cybernétiques dans la nouvelle ère de la guerre informatique. Dans les deux cas ces virus ultra-sophistiqués furent développés par les USA et Israël[2][3] afin de saboter la recherche nucléaire Iranienne et dans une seconde mesure, de pratiquer l'espionnage.
2- L'assassinat de scientifiques civils
Depuis 2007, cinq physiciens perses participant aux programmes de développement nucléaire sont morts dans des explosions à la voiture piégée, le dernier en date étant Mostafa Ahamdi Roshan. Le schéma est toujours le même : alors qu'ils sont en voiture (parfois en famille), un motard dépose sur leur voiture une bombe qui est détonée quelques instants plus tard. Ces assassinats spectaculaires sont le fait de groupes clandestins en Iran liés au MEK et soutenus par la CIA et le Mossad.
3- La violation de l'espace aérien
Fin 2011, les Iraniens capturèrent un drone espion américain qui opérait dans leur ciel. Signe de l'impunité totale des Etats-Unis, ces derniers ne s'embarrassèrent même pas de nier ce qui ferait office de casus belli dans le cas réciproque, et poussèrent même le grotesque jusqu'à exiger de Téhéran que le drone soit restitué !
4- La guerre économique
Une kyrielle de sanctions ont été décrétées par les USA envers l'Iran, et reprises par l'Union Européenne ainsi que par d'autres pays. Un embargo sur le pétrole Iranien fut ainsi déclaré et devrait prendre effet au premier Juillet. Il convient de remarquer que l'Union Européenne ("contre-poids des États-Unis" selon certains) suit au doigt et à l’œil Washington dans un conflit qui ne la concerne pas, fût-ce au prix d'une hausse du coût du pétrole. Autre type de sanctions : les États-Unis ont exigé et obtenu d'une entreprise privée (SWIFT) que l'Iran soit expulsé du système bancaire international, il devient de fait impossible pour l'Iran d'effectuer des transactions avec d'autres pays.
Imaginons un instant la situation inverse : quelle serait la réaction des États-Unis, de l'UE, ou d'Israël, si l'Iran y envoyait des drones militaires, lançait des attaques informatiques, imposait un boycott, participait a l'assassinat de responsables civils de l'armement américain, et faisait stationner sa flotte militaire au large de Manhattan ?

Source : Agoravox
 
jeudi 28 juin 2012
 
La résistance à l’Empire atlanto-sioniste se joue en Syrie 

Après les soulèvements en Tunisie et en Egypte, qui furent populaires et destinés à renverser des despotes soumis à l’Empire, ce dernier, par le biais des médias, a voulu nous faire croire en l’existence d’un « Printemps Arabe », vent de démocratie à la sauce occidentale qui balaierait les « tyrans ». Il faut le dire et le répéter : il n’existe pas de « Printemps Arabe ». Seulement deux mouvements de révolte, en Egypte et Tunisie, vite récupérés par les mondialistes.
La Libye est la preuve ultime de cette escroquerie : un pays plutôt prospère, qui connaissait certes des lourdeurs et une opposition, mais le niveau de vie y était plus que satisfaisant. Un pays qui finançait de nombreux projets de développement dans toute l’Afrique et s’apprêtait à lancer une monnaie concurrente du dollar, le dinar or. Et voilà que d’un coup, on nous fait le coup de la révolte du peuple contre le tyran, en l’occurrence Kadhafi ! La réalité est qu’il s’agissait d’une minorité, armée et financée par les pétromonarchies du Golfe et les services occidentaux, qui a déclaré la guerre à un pouvoir légitime en place. La suite on la connait : bombardements massifs de l’OTAN, lynchage de Kadhafi, assassinat d’une bonne partie de sa famille, massacres racistes anti-Noirs, et, cerise sur le gâteau ou plutôt immondice sur le tas de fumier : le monstre BHL tournant un film sur un monceau de cadavres pour glorifier son image… La Libye vit actuellement les heures les plus sombres de son histoire.
Les occidentaux et les monarchies wahhabite-sionistes ont tenté de réitérer cette abomination contre la Syrie. Même scénario : on prétend, médias serviles à l’appui, qu’un affreux dictateur sanguinaire – Bachar El Assad – massacre son peuple qui se soulève pour réclamer la liberté et la démocratie. La réalité, pour ceux qui s’intéressent de près à ces questions, est encore une fois toute autre : des mercenaires, financés et armés par des agents de l’étranger – les mêmes qu’en Libye – sèment la terreur dans le pays. Attentats, massacres de civils, spoliations…
En réalité, Libye et Syrie sont depuis très longtemps dans le collimateur des puissances impériales et d’Israël. Pour la Libye, l’existence d’un pays arabe et musulman prospère, disposant de très importantes réserves de pétrole, qui œuvre depuis longtemps à l’édification d’une réelle indépendance de l’Afrique et du monde Arabe face à la domination impériale, était une perspective insupportable pour les yankees. Ajoutons que les sionistes ont toujours détesté Kadhafi pour ses déclarations anti-israéliennes et son soutien actif, financier et militaire, apporté aux palestiniens. Notez qu’il s’agit exactement de la même configuration que pour l’Irak de Sadam ! Il n’y a pas de hasard !
S’agissant de la Syrie, les choses sont tout aussi claires : il s’agit d’un Etat allié de l’Iran, que les sionistes souhaitent depuis très longtemps raser pour son insoumission à l’entité terroriste. Renverser Assad permettrait à Israël d’éviter d’avoir à ses portes un soutien des Perses.
Pour détruire les germes de rébellion AUTHENTIQUE dans le monde musulman, l’empire a naturellement noué alliance avec les monarchies wahhabites. Qatar et Arabie Saoudite, nous le savons depuis longtemps, sont des esclaves des occidentaux ; par leur haine des chiites et des sunnites non wahhabites, ils se sont alliés au démon qui leur a fait croire qu’ils pourront mettre en place des Etats de la même obédience dans tout le monde Arabe.
Quels sont les objectifs de cette entreprise de subversion mondiale ? D’abord, nous avons vu qu’il s’agit de préparer une future guerre contre l’Iran. Mais de manière plus large, il faut rappeler que des juifs extrémistes, qui détiennent les rênes du pouvoir en Occident – via l’AIPAC, le CRIF, la LDJ, l’AJC, le Bnai Brith, Bilderberg etc…- , croient qu’ils règneront sur le monde après que celui-ci soit détruit par une immense guerre occident-orient.
Certains, comme Rav Ron Chaya, l’avouent sans aucune ambigüité, et c’est tout à son honneur. Il semble alors que leur idée soit de placer, dans tous les pays musulmans, des pouvoirs à la sauce saoudienne ou qatarie, c'est-à-dire des caricatures vivantes qui insultent par leur comportement l’Islam et les musulmans. Rappelons que ces deux Etats scélérats appliquent de manière impitoyable la loi pénale islamique aux plus humbles, aux pauvres et aux enfants sans appliquer aucune indulgence comme nous l’a enseigné le Prophète (sas), tout en laissant les dirigeants, criminels, traitres et pervers, commettre les plus graves violations des principes sacrés ; et que leur particularité est d’être complètement intégrés dans le système financier mondial, participant à l’escroquerie de cette monnaie de papier qu’est le dollar et de ce fait en laissant prospérer l’empire US, en lui laissant de surcroit construire des bases militaires où s’y déroulent les pires actes blâmables, et profiter du pétrole en abondance. C’est ensuite qu’aux yeux de l’opinion publique, il deviendra urgent de lancer une guerre mondiale contre ces affreux « barbus »…
Cet intérêt rejoint en partie celui des fanatiques néoconservateurs américains. Pour ces derniers, la plus grande menace est représentée par la Russie et la Chine. Les USA étant sur le point de s’écrouler, vu l’état de leur économie rongée par la spéculation et la finance rapace des usuriers de Wall Street, ils craignent par-dessus tout l’avènement de ces deux puissances. Or, ce n’est pas hasard si Chine et Russie, ayant compris qu’ils étaient aussi la cible, soutiennent la Syrie : cet Etat, ainsi que l’Iran, sont des alliés stratégiques de ces deux grands pays.
Plus que jamais, il faut marteler que les insurgés syriens sont des fanatiques, marionnettes avant tout de l’Empire judéo-atlantiste. Des gens sans cervelles, qui assassinent leurs propres frères en croyant œuvrer pour la grandeur de l’Islam, mais qui en réalité servent ses pires ennemis.


Source: Sites web

 
mercredi 27 juin 2012
 
Poutine en Israël: la stratégie de la séduction 
L’équipe du site 
Les responsables israéliens auront tout fait pour séduire leur hôte russe, Vladimir Poutine, accompagné d’une escorte presque royale de trois cents personnes, des ministres dont son chef de la diplomatie et des chefs d’entreprises. D’autant plus que les moments sont bien délicats : Moscou est comme jamais avant à couteaux tirés avec les alliés occidentaux inconditionnels d’Israël sur deux dossiers qui tiennent particulièrement à cœur aux Israéliens: l’Iran et la Syrie.
Sratégie mémoire: stèle de l'Armée Rouge à Netanya
A commencer, Les responsables ont tout fait pour que Poutine se sente bien chez lui : ainsi fut spécialement conçue à Netanya une stèle pour commémorer la Victoire de l'Armée rouge lors de la Seconde Guerre mondiale. Elle a été la première destination du numéro un russe, dès qu’il a mis les pieds dans l’aéroport de Ben Gourion, où pour dissiper tout dépaysement, l’accueil (semble-t-il) fut assuré en langue russe, par le ministre israélien des affaires étrangères Avigdor Lieberman, lui-même d’origine russe. En présence de plusieurs notables militaire de l’ancienne diaspora juive, huppés de toutes leurs décorations militaires de l’époque soviétique.
Stratégie: Israël et Russie ne font qu'un
Devant le monument, ce fut l’occasion d’évoquer « la catastrophe » (terme désignant l’holocauste pour les responsables israéliens), dans une énième exploitation: ''C'est l'occasion pour l'Etat d'Israël de saluer le peuple russe. De saluer l'héroïsme de l'Armée rouge qui a vaincu la bête nazie. Sans cette victoire, je ne sais pas si nous nous serions rencontrés aujourd'hui, librement », a lancé pompeusement le président israélien Shimon Pérez. C’est l’armée rouge qui a libéré le camp de concentration d’Auschwitz, où un demi-million de juifs y étaient enrôlés, rappellent des medias israéliens.
Pérez n’omet pas de répercuter « la catastrophe » sur le présent, arbitrairement, d’un prisme exclusivement sioniste : ''Je suis persuadé que la Russie, qui a battu le fascisme, ne laissera pas la place à des menaces similaires, ni la menace iranienne, ni les effusions de sang en Syrie''.
La manie de Perez de faire passer ses volontés pour celle des autres se manifeste une fois de plus.
Question ici de laisser croire que les deux protagonistes ne font qu’un.     
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou aussi s’est bien gardé de rester sur la même longueur d’ondes : «  Il y a une seule partie qui récuse la catastrophe (en allusion à l’Iran et la Shoah), et il y a une autre partie qui réalise des stèles commémoratives pour les activités de l’Armée Rouge qui a sauvé des juifs », donnant l'impression d'une adhésion russo-israélienne. Tout en exploitant insidieusement les dénominateurs communs : «  Ce qui relie nos deux pays est bien plus que les intérêts ... c’est l’existence de plus d’un million d’Israéliens russophones ». et Netanyahou  de raconter l’histoire de leur insertion, comme s’ils étaient un don de la Russie pour Israël. Question aussi de donner l’impression que la Russie et Israël ne font qu’un...
Poutine: la paix d'abord     

Galamment, le président russe a su rendre la pareille, tout en exploitant les vestiges du monument à l’avantage de sa perception politique : ''La colombe de pierre blanche symbolise la victoire du bien et de la paix'', a-t-il commenté les deux ailes qui forment la stèle. ''Que ces valeurs servent toujours de base à l'amitié entre nos deux pays'', a-t-il conclu. Et de poursuivre dans la même logique au cours du diner a Jérusalem occupée son habituel discours, mettant en garde contre une attaque en Iran, d’un ton persuasif : ''Regardez ce qui est arrivé aux Américains en Afghanistan et en Irak. J'ai dit la même chose à Obama. Il ne faut pas sauter prématurément, il ne faut pas agir sans avoir mûre réflexion préalable''. ''En Irak, il y a un régime pro-iranien après tout ce qui s'est passé là-bas. Il faut bien réfléchir avant de faire des choses que l'on regrette ensuite. Il ne faut pas agir prématurément ou hâtivement'', a-t-il ajouté.
Dossiers politiques sur table 
Il n’y a pas eu de réponse claire de Vladimir Poutine aux demandes israéliennes sur le dossier du nucléaire iranien, jugent certains medias . Le président russe s’est contenté de souhaiter que le sujet soit résolu pacifiquement pour le bien de toutes les parties. Alors que Netanyahou a déclaré qu’il voudrait que l’Iran suspende toutes ses activités d’enrichissements, transfère son uranium enrichi hors de l’Iran et démantèle l’installation souterraine  de Fordo.
Selon le Maariv Israël voudrait surtout que la Russie n’entrave pas au sein du Conseil de sécurité un renforcement des sanctions contre l’Iran. Ce journal avance aussi la thèse selon laquelle que Moscou fermerait les yeux en cas d’attaque militaire contre l’Iran, ne tentera pas d’ajourner les sanctions contre ce pays, et ne lui permettra pas de lui causer des divergences avec les Occidentaux. Ce qui ne rime pas avec les déclarations russes officielles qui insistent sur un règlement pacifique du contentieux nucléaire iranien, via les négociations.   
Sur la question syrienne, les Israéliens auraient suggéré au président russe, d’après le Haaretz, de mettre la Syrie sous la tutelle de la Ligue arabe et des Nations Unies, en vue de destituer le président syrien et de le remplacer. Le Maariv rapporte que c’est sur ce dossier que les points de vue se sont démarqués. Poutine estimant qu’il n’est pas sûr qu’un régime différent soit meilleur et mettant en garde contre toute ingérence dans ce pays. Dans ce dossier, Poutine signale qu’il insiste pour un passage à la démocratie avec des méthodes civilisées, en allusion aux méthodes miliciennes d’une partie de l’opposition syrienne.
Le Hezbollah et Al-Qaida ont eu leur part dans les requêtes israéliennes auprès du dirigeant russe : Peres lui a demandé de veiller à ce que les armements aux mains de l’armée syrienne ne passent pas entre ses mains. La presse israélienne n’a pas fait l’écho d’une réponse russe.
Et l’économie aussi et surtout

Et puis, il y a eu le volet économique entre les deux parties. Selon Poutine, il est question de développer d’énormes projets, entre autre et surtout dans le secteur énergétique: Selon le site Israël Flash, « le président russe n’est pas venu chercher un geste politique, mais un geste économique : une participation dans l’exploitation des gigantesques gisements de gaz trouvés au large de la Palestine occupée. (La Russie étant aujourd’hui le principal producteur mondial de gaz, et le plus important fournisseur de l’Europe). Les domaines, agricole, haute-technologie, Espace (sachant que les missiles russes conduisent les satellites israéliens), médecine et pharmaceutique font également des opportunités économiques énumérées par Poutine.
L’avènement d’une grande délégation russe à caractère économiques (des chefs d’entreprises) montre l’intérêt russe porté pour Israël.
Dès lors on se demande si Moscou est disposé à sacrifier ses positions politiques sur la Syrie et l’Iran pour des avantages économiques. On ne devrait pas tarder à le savoir.


Entretemps les medias israéliens se sont régalés de rapporter que Poutine a passé sa soirée d'adieu chez le président Pérès, où la vodka a coulé à flot et les chansons ont fusé. Poutine a interdit les photos et avant de partir l'a invité à Moscou en Septembre.
Stratégie séduction oblige!! 
 
mardi 26 juin 2012
 

RIO + 20 : le tragique carnaval

 

 

Chems Eddine CHITOUR


« Quand l’homme aura fait tomber le dernier arbre, contaminé le dernier ruisseau, pêché le dernier poisson, il s’apercevra que l’argent n’est pas comestible ! » - Proverbe indien
Pendant près d’une semaine, la planète des crédules a été tenue en haleine par des médias qui nous ont présenté le Sommet de Rio comme le sommet de la dernière chance. Mieux, nous avons eu en prime le communiqué final avant la réunion des grands de ce monde. Cependant, et curieusement, en l’espace de deux mois, trois rapports venant de la Banque mondiale, de l’OIT et du Pnue ont minutieusement mis en condition l’opinion internationale sur la convergence quant à la nécessité d’aller vers l’économie verte. Nous allons les présenter après un état des lieux, 20 ans après Rio.
Le procès de l’économie brune
En vingt ans, lit-on sur Agoravox : « La population mondiale a augmenté de 26%, 12% de la biodiversité totale a disparu, les émissions de CO2 ont augmenté de 36%, 300 millions d’hectares de forêts ont disparu, il existe 21 mégavilles tentaculaires, la température globale a augmenté de 0,4°C, la production de plastique a augmenté de 130%, l’acidité des océans a fortement accéléré menaçant la vie marine qui est la source de toute vie terrestre. (1)
Le rapport du (Pnue), « Geo-5 » de juin 2012, va dans le même sens et fait le bilan des 90 objectifs reconnus en matière de gestion durable de l’environnement et de développement humain. Il établit un état des lieux alarmant : seuls 4 objectifs ont enregistré « des progrès significatifs ». 40 objectifs ont enregistré des progrès (le rythme de la déforestation a régressé, les zones protégées se sont étendues, etc.). 24 objectifs n’ont pas connu de progrès ou très peu. A titre d’exemple, les émissions de gaz à effet de serre devraient doubler d’ici 2050 et les ressources halieutiques continuent de s’amoindrir. 8 objectifs ont enregistré une dégradation (qualité des eaux souterraines, protection des récifs coralliens, etc.). Les 14 objectifs restants n’ont pu faire l’objet d’une évaluation, faute de données disponibles. 1,3 milliard de personnes n’ont pas l’électricité, 2,6 milliards ne disposent pas d’installations sanitaires et 900 millions n’ont pas accès à de l’eau propre et potable. De ce constat d’échec, le Pnue conclut que, 20 ans après le Sommet de la Terre de Rio 1992, la planète doit réorienter d’urgence son développement ». (2)
« Plusieurs crises, lit-on dans le Rapport du Pnue, ont surgi ou se sont accélérées au cours de la décennie écoulée : climat, biodiversité, énergie, denrées alimentaires, eau et tout récemment la crise du système financier et l’économie mondiale tout entière. L’augmentation galopante des émissions polluantes donne lieu à des craintes croissantes d’emballement du changement climatique avec des conséquences potentiellement désastreuses pour l’humanité. Le choc des prix des combustibles de 2008 et la flambée des prix des denrées alimentaires et des matières premières qui en a découlé constituent des signes manifestes de faiblesses structurelles et de risques toujours présents. (...) La sécurité alimentaire est un problème dont la nature est loin d’être comprise par tous. La pénurie d’eau potable constitue déjà un problème planétaire et des prévisions suggèrent que l’écart entre la demande et l’offre renouvelable annuelles d’eau douce va se creuser d’ici 2030. Les perspectives d’amélioration de l’assainissement demeurent sombres pour plus de 2,6 milliards de personnes et 884 millions d’êtres humains n’ont toujours pas accès à de l’eau potable salubre. » (2)
« Collectivement, conclut le rapport, ces crises ont de graves conséquences sur notre capacité à assurer la prospérité dans le monde et à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).Elles viennent s’ajouter aux problèmes sociaux persistants liés au chômage, à l’insécurité socioéconomique et à la pauvreté (....) Bien au contraire, la plupart des stratégies de développement et de croissance économiques ont favorisé l’accumulation rapide de capital physique, financier et humain, au prix d’un épuisement et d’une dégradation excessifs du capital naturel, qui comprend notre dotation en ressources naturelles et en écosystèmes. À l’heure actuelle, les conditions penchent lourdement en faveur de l’économie brune dominante laquelle, entre autres, dépend, à l’excès, de l’énergie issue des combustibles fossiles. Ainsi, en 2008, les prix et la production de combustibles fossiles bénéficiaient de subventions d’un montant collectif supérieur à 650 milliards de dollars, soit un niveau non incitatif à l’adoption d’énergies renouvelables. » (2)
L’économie verte
Le développement durable demeure un but vital à long terme, mais pour l’atteindre un verdissement de l’économie est nécessaire. Depuis deux ans, la notion « d’économie verte » a rompu ses amarres avec l’univers des spécialistes en économie de l’environnement et rejoint le flux général du discours politique. (2)
C’est là qu’intervient la nécessité de comptabiliser la nature dans le PIB. Pour le Pnue : « Les preuves abondent aujourd’hui que le verdissement des économies ne fait pas obstacle à la création de richesses et d’emplois et qu’il existe de multiples opportunités d’investissement, et donc d’augmentation de la richesse et des emplois, dans de nombreux secteurs verts, il faudrait mettre en place de nouvelles conditions favorables à la transition vers une économie verte et c’est sur ce point que les décideurs dans le monde doivent agir d’urgence. L’économie verte reconnaît la valeur du capital naturel et l’intérêt d’y investir. La biodiversité, tissu vivant de notre planète, englobe la vie sous tous ses aspects : gènes, espèces et écosystèmes (...)Il est possible d’en estimer la valeur économique et leur valeur actuelle constitue un aspect fondamental du « capital naturel ». Des ressources telles que les forêts, les lacs, les zones humides et les bassins fluviaux sont des composantes essentielles du capital naturel au niveau des écosystèmes (...) qui constituent autant d’aspects cruciaux d’une économie verte. (2)
Même son de cloche de la part de l’OIT. Dans un Rapport récent intitulé « Vers le développement durable : travail décent et intégration sociale dans une économie verte », nous lisons : « Le modèle de développement actuel s’avère inefficace et non viable, pas seulement pour l’environnement, mais aussi pour les économies et les sociétés. Nous devons de toute urgence nous orienter vers le développement durable avec un ensemble cohérent de politiques qui placent l’homme et la planète au centre. La conversion à une économie plus respectueuse de l’environnement pourrait générer de 15 à 60 millions d’emplois supplémentaires à l’échelle mondiale au cours des vingt prochaines années » a déclaré Juan Somavia, le DG de l’OIT. (3)
Nous y voilà ! Dans le même ton, la Banque mondiale dans son dernier Rapport, qui se veut généreux, s’intéresse à l’économie verte qu’elle pense rendre rentable en incluant la nature comme capital marchand. Le rapport de la Banque mondiale du 10 mai exhorte les États à « Penser Vert ». Nous lisons : « Alors que les instruments de mesure du revenu national tels que le PIB ne mesurent que la croissance économique à court terme, nous avons besoin d’indicateurs qui prennent en compte l’ensemble des richesses (y compris le capital naturel) pour savoir si la croissance sera durable sur le long terme. » (4)
Comment résister à cette fausse bonne solution ?
On le voit, les dernières défenses immunitaires des pays en développement ; leurs sols et leurs sous-sols deviendront des produits marchands. On peut se demander, alors, si la synchronisation de la parution de ces rapports et l’acharnement à imposer une nouvelle vision de l’économie verte n’est pas suspect. Comment comprendre, en effet, que tout ce qui a de la valeur est marchandisable.
C’est ce que dénonce Esther Vivas qui écrit : « Le vert fait vendre. De la « révolution verte » en passant par la « technologie verte » et jusqu’à la « croissance verte ». Dernière trouvaille en date, l’« économie verte ». Une économie qui, contrairement à ce que son nom indique, n’a rien de « vert », mis à part la couleur des dollars qu’espèrent gagner ceux-là mêmes qui en font la promotion (..) Deux décennies plus tard, où en sommes-nous ? Que sont devenus des concepts tel que le « développement durable », qui est accolé à ce sommet ? Où en est la ratification de la Convention sur le Changement climatique qui avait jeté les bases du Protocole de Kyoto ? Ou de la Convention sur la Diversité biologique qui fut élaborée à l’époque ? Ce ne sont plus que des chiffons de papier, ni plus ni moins. Au cours de toutes ces années, non seulement on n’est pas parvenus à freiner le changement climatique, la perte de biodiversité, la déforestation, etc., mais ces processus n’ont fait, au contraire, que s’aggraver et s’intensifier. Nous assistons ainsi à une crise écologique sans précédent qui menace l’avenir de l’espèce humaine et de la vie sur cette planète. Une crise qui joue un rôle central dans la crise de civilisation que nous traversons. (...) Cette incapacité à offrir une issue réelle, nous avons clairement pu la constater lors des échecs des sommets sur le climat à Copenhague (2009), Cancún (2010), Durban (2011), ou lors du sommet sur la biodiversité à Nagoya au Japon (2010). » (5)
« (....) Aujourd’hui, vingt ans plus tard, ils veulent nous vendre leur « économie verte » comme une solution à la crise économique et écologique. Il s’agit d’un processus d’appropriation néo-colonial des ressources naturelles - du moins celles qui ne sont pas encore privatisées - afin de les transformer en marchandises que l’on achète et que l’on vend. Ses promoteurs sont, précisément, ceux qui nous ont conduits à la situation de crise dans laquelle nous nous trouvons (...) Ces mêmes compagnies qui monopolisent le marché de l’énergie (Exxon, BP, Chevron, Shell, Total), de l’agro-industrie (Unilever, Cargill, DuPont, Monsanto, Procter&Gamble), des pharmaceutiques (Roche, Merck), sont les principales qui impulsent l’économie verte. Nous assistons à une nouvelle attaque contre les biens communs et les perdants seront les 99% de notre planète. Et tout particulièrement les communautés indigènes et paysannes du Sud, celles qui protègent et vivent de ces écosystèmes. Elles seront expropriées et expulsées de leurs territoires au profit des entreprises multinationales qui veulent tirer profit de ces écosystèmes ». (5)
Pour le site alternatif Attac-France qui abonde dans le même sens : « Le coup de théâtre a eu lieu et un projet de déclaration a été approuvé par la plénière des négociateurs. Sans engagement prescriptif, encore moins contraignant, sans date de mise en oeuvre, cette déclaration est extrêmement faible et n’impose en rien un changement de paradigme pour construire « le monde que nous voulons ». Les engagements ne sont bien souvent que « volontaires », comme le partage d’expériences ou suffisamment édulcorés pour être laissés à l’arbitrage de chaque État, comme la fin des subventions aux énergies fossiles. Sur le climat, ce texte invite à se projeter vers la prochaine conférence de Doha.(...) Le cas de l’eau est emblématique : les Etats-Unis, le Canada, la Turquie, le Brésil et la Chine, ont tout fait pour que ne soit pas mentionné le droit universel à l’accès à l’eau (....) La prééminence donnée aux mécanismes de marché pour réguler l’environnement et allouer les ressources vers le développement durable et l’économie verte est confirmée et étendue. A l’inverse, toujours pas d’engagement sur des taxes internationales sur les transactions financières.(...) Les modes de consommation et de production insoutenables des pays riches et des populations riches des pays émergents ne sont pas véritablement remis en cause. (...)Sur le versant de la « gouvernance mondiale », il faudrait se satisfaire d’un Pnue aux compétences élargies, même si les financements additionnels doivent s’effectuer sur une base volontaire. Plus étonnant est l’acceptation de ce texte par les pays les plus pauvres. (...) » (6)
En définitive, le site alternatif Attac prône une autre voie : « Cette « économie verte », la volonté de soumettre tous les cycles vitaux de la vie aux règles du marché et à la domination de la technologie. Pour sortir de l’alternative suicidaire austérité ou croissance, une transition écologique est urgente, notamment en matière énergétique. Créatrice d’emplois et ouvrant les possibilités d’un avenir commun entre les peuples du monde. » (7)
Nous sommes sur le point de passer à une nouvelle phase, une nouvelle accumulation de capital, mainmise sur les ressources minérales et les terres de la planète. Cela se passe par la pseudo-légitimation du capitalisme vert mais aussi par une militarisation croissante des zones concernées. Les propositions « alternatives » de Via Campesina, non seulement conduisent à la souveraineté alimentaire, mais proposent une agriculture consommatrice de carbone qui refroidit la planète... Le G20 n’a jamais fait preuve de détermination à revoir en profondeur le modèle néolibéral et insoutenable actuel. Ses maigres engagements sur les paradis fiscaux ou la suppression des subventions aux énergies fossiles n’ont jamais été suivis d’effet, le G20 préférant sauver les banques plutôt que les peuples.
Contre ce modèle néolibéral et prédateur, insoutenable tant sur le plan écologique que social, de nombreuses organisations, il faut résister, nous ne sommes pas dupes, l’économie verte est un luxe que seuls les pays riches peuvent s’offrir, c’est une approche imposée par les pays industrialisés pour piller les terres encore comestibles et pour freiner le développement et maintenir les pays en développement dans la pauvreté. A bien des égards, la kermesse de Rio +20 est un tragique carnaval où chaque pays développé mais aussi émergent, joue un rôle taillé à sa pointure. Les variables d’ajustement seront, comme d’habitude, les pays pauvres notamment africains qui, les premiers, paieront les ardoises de plus en plus lourdes en termes d’errements climatiques de plus en plus dévastateurs et de plus en plus récurrents. Ainsi va le monde.
Chems Eddine Chitour
1. Du G 20 au Rio 20 ! http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/du-g-20-au-rio-...
 
lundi 25 juin 2012
 

Un raïs égyptien islamiste et… sans pouvoirs

 

 

lesoir.be
BAUDOUIN LOOS
lundi 25 juin 2012,
Depuis dimanche, c’est officiel, les Egyptiens ont élu le premier président islamiste de l’histoire du monde arabe, cela alors que leur précédent « raïs », l’ex-dictateur Hosni Moubarak, croupit en prison. A-t-on donc assisté en direct au triomphe de la démocratie égyptienne naissante après la révolution de 2011 ? Non, hélas ! Juste à une funeste pantalonnade. Ce sombre constat s’impose. Mohamed Morsi, c’est vrai, deviendra le 30 juin prochain le premier président égyptien issu de la mouvance islamiste ; il est lui-même un pur produit de la confrérie des Frères musulmans. Et il y a une certaine logique dans son succès : aux élections législatives de novembre 2011 à janvier 2012, la mouvance islamiste avait conquis… 70 % des sièges en jeu.
Mais des événements se sont succédé depuis quelques semaines, qui ont fait basculer l’Egypte dans la plus grande incertitude. Les juges, notamment de la Cour constitutionnelle, tous nommés durant l’ère Moubarak, ont pris des décisions très graves, sous le prétexte d’un juridisme pointilleux. La principale n’est autre que la dissolution annoncée d’autorité du premier parlement élu démocratiquement.
Les militaires ont saisi l’opportunité – s’ils ne l’ont pas suggérée… – pour s’emparer de tous les pouvoirs. Désormais, le Conseil supérieur des forces armées, une petite vingtaine de généraux qui délibèrent en toute opacité, jouit de toutes les prérogatives, ils ont du reste déjà décrété que le prochain président serait dépourvu des principaux attributs décisionnels.
Que va faire Mohamed Morsi de ce cadeau empoisonné ? On peut conjecturer qu’il va tenter de mettre sur pied un gouvernement d’union. Mais il y a gros à parier que peu de monde voudra aider les Frères musulmans, qui ont montré ces dix-sept derniers mois un appétit vorace donc choquant pour le pouvoir.
Morsi risque d’être saboté par « l’Etat profond », comme on dit en Egypte : les services de sécurité, l’armée, la bureaucratie, tous voués à son échec. Si ce scénario se précise, il devra vite démissionner pour ne pas tomber dans le piège d’être ensuite pointé du doigt comme le responsable de tous les maux de l’Egypte alors qu’en fait la réalité du pouvoir lui échappe…
 
dimanche 24 juin 2012
 
Terrorisme Institutionnel

Le GL Robert Mood Accusé D’Espionnage En Syrie Pour Le Compte De L’US/OTAN ? 

 

 

Le chef de l’UNSMIS est accusé par un observateur de cette mission d’espionnage militaire pour le compte des puissances occidentales. Accusation crédible compte tenue des liens étroits qu’il entretient avec l’OTAN, de la recrudescence du bain de sang depuis l’arrivée des observateurs et du projet de regroupement de l’UNSMIS à Hama à proximité de la frontière turque où sont entrain de se replier les opposants de l’ASL et les mercenaires étrangers en déroute.


Le GL Robert Mood Accusé D’Espionnage  En Syrie Pour Le Compte De L’US/OTAN ?

Récemment le Gl Robert Mood chef de la mission onusienne de maintien de la paix en Syrie l’UNSMIS a décidé de suspendre les activités de la mission d’observation et de confiner les observateurs dans leurs bases à cause de la recrudescence des violences entre les forces armées syriennes et l’ASL et ses milliers de mercenaires étrangers/escadrons de la mort actifs en Syrie.

Selon le site
russe RT qui reprend des informations transmises aujourd’hui par Christoph R. Hörstel :

« Un observateur jordanien de l’ONU stationné en Syrie dit que le chef de l’UNSMIS ( United Nations Surveillance Mission dans le pays est un espion. L’observateur affirme que le Gl robert Mood collecte des coordonnées vitales et visitent des bases militaires selon ses propres obejctifs.

L’affirmation a été publiée par le média officiel syrien montrant que les autorités sécuritaires syriennes ont donné leur accord pour publication à Damas.

Selon certaines sources le Gl norvégien Mood a emmené son convoi dans la ville de Tartous vendredi alors même qu’aucune violence n’avait été signalée. Le groupe a visité pas moins de 4 installations militaires de l’armée syrienne là bas sans aucun rapport avec le mandat du Gl chef de l’UNSMIS.

De plus le même vendredi le convoi est allé dans la région de Rastan sans s’approcher de la zone de combat mais s’est dirigé directement vers l’installation militaire de l’armée syrienne de nouveau sans lien apparent avec le mandat de Mood.

Des syriens soupçonnent que Mood collecte des données géographiques pour des objectifs qui n’ont rien à voir avec l’UNSMIS - peut être des données parallèles à celles existant dans des dossiers. Des responsables syriens soupçonnent Mood de chercher à localiser où les autorités syriennes détiennent des prisonniers de guerre.

En fait certains analystes rappellent le comportement suspect de la mission d’observation de l’ONU pendant la dictature de Saddam Hussein en Irak.

En ce qui concerne les prisonniers d’origine étrangère en détention par les autorités syriennes les observateurs de l’ONU essaient de trouver leur lieu de détention pour les transmettre.

Il semble que tous les prisonniers allemands soient des citoyens allemands inclus des citoyens allemands d’origine étrangère. Tous sont employés par une société de sécurité privée basée à Stuttgart.

Les Allemands ont été envoyés en Libye il y a 5 mois puis capturés au Nord du port de Tartous il y a environ deux semaines. Ils étaient entrain de décharger des armes et munitions d’un navire de commerce stationnés dans les eaux internationales utilisant deux hors bord. Des analystes syriens sont convaincus que le gouvernement allemand n’était pas à l’origine de cette opération mais avait été mandatée par Washington et que l’opposition allemande aurait fait de même si elle avait été sous la même pression. »


Christoph R. Hörstel for RT 19/06/2012


Cette accusation à l’encontre du Gl norvégien Robert Mood chef de l’UNSMIS en Syrie est plausible.


Outre le fait que ces informations émanent d’un observateur le passé du Gl Mood en dit long sur ses liens avec les US/OTAN et leurs opérations de déstabilisation utilisant des escadrons de la mort plus connues sous le nom d’ « Option Salvador » comme cela a été le cas en Irak et maintenant en Syrie, et leurs opérations de reconnaissance sur le terrain avant une attaque militaire d’envergure.


Le Gl Mood entretient des liens étroits avec les spécialistes de ce type d’Opération «Option Salvador » les Américains Ford et Negroponte et l’actuel directeur de la CIA le Gl Petraeus qui de par ses fonctions est en étroite relation avec l’OTAN et un acteur principal de « l’Option Salvador » en Syrie.


Le Gl Mood lui-même entretient aussi des liens étroits avec l’OTAN. C’est- « un des leurs » qui est chargé d’observer et faire le compte rendu de ce qui se passe en Syrie avec bien sûr l’occultation quasi systèmatique de la responsabilité de ces escadrons de la mort « Made in US/OTAN » dans les attentats et massacres de civils syriens.


Le Gl Mood a un Master en études militaires de l’Université de l’US Marine Corps en plus d’être diplômé du Collège militaire de son propre pays la Norvège de même que du Collège militaire de l’OTAN à Rome.


De 2008 à 2011 le Gl Mood a été le commandant en chef de l’UNTSO ( United Nations Truce Supervision ) dont l’objectif principal est de fournir une structure militaire centrale pour les forces de maintien de la paix au Moyen Orient. Le Gl Mood a aussi occupé le poste d’officier en charge des opérations pour le bataillon norvégien intégré à l’UNIFIL (United Nations Interim Force In Libanon) pendant les années 80.


En tant que commandant en chef de l’UNTSO le Gl Mood a supervisé différents groupes d’ »observateurs« de l’ONU dont certains étaient et sont encore positionnés en Syrie sur le Golan. L’un de ces groupes l’OGC (Observer Group Golan) est divisé en deux sous groupes dont l’un des deux à sont QG à Damas (OGC Damas).


D’autres postes avancés de l’UNTSO se trouvent en Israël au Liban et en Egypte. Les capacités du Gl Mood à se déplacer dans la région de même qu’ actuellement sous couvert de l’UNSMIS en Syrie lui donne les coudées franches pour espionner et transmettre à ses contacts US/OTAN des informations de terrain de première importance pour une attaque militaire d’envergure envisagée ouvertement par les US même si l’OTAN pour l’instant est dans la négation officielle d’un tel plan.


Il est question d’installer le QG de l’UNSMIS à Hama l’épicentre avec Homs dans le Nord Ouest de la Syrie des opérations de l’ASL et des mercenaires étrangers. Hama est depuis la rébellion des Frères Musulmans de 1982 la ville symbole des tentatives de renversement du gouvernement d’Assad.


De plus Il suffit de jeter un coup d’œil sur la carte pour voir l’objectif à terme : créer une zone à la «Benghazi » d’où les opposants et mercenaires lanceront des opérations contre le régime syrien et surtout couper le gouvernement syrien de toute possibilité de ravitaillement par mer et notamment le priver de l’aide russe.


Pour l'instant le dernier mot quant à la mission de l'UNSMIS dépend de Kofi Annan qui semble vouloir maintenir cette mission en Syrie ( ne serait -ce que parce qu'il est payé pour cela). Donc le Gl Mood va pouvoir continuer son travail "d'observation" sachant que le gouvernement syrien n'est pas dupe et va exiger que sa mission soit recadrée.


Le Gl Mood fait partie de ces « petites mains » infiltrées au sein même de l’ONU qui tissent la toile d’une balkanisation de la Syrie pour mieux l’affaiblir. Prochaine cible l’Iran ennemi N°1 du régime juif sioniste qui profite largement de toutes ces campagnes sanglantes de déstabilisation au Moyen Orient.


Mardi 19 Juin 2012
Mireille Delamare
 
samedi 23 juin 2012
 

Un monde sans l’Occident

 

 


par Fedor Loukianov pour RIA Novosti
« Lorsque la première euphorie du triomphe des valeurs occidentales à la fin du XXe siècle est passée, il s’est avéré qu’il restait bien moins d’éléments unificateurs qu’il ne paraissait auparavant. »
Le débat traditionnel évoquant la politique étrangère russe se réduit à la discussion sur le vecteur qui dominera – pro-occidental ou anti-occidental. Il est temps d’y renoncer, car on ne peut tirer aucune conclusion consistante en prenant de tels appuis. La réalité a changé et le système des coordonnées Occident – non-Occident la reflète de moins en moins.
L’Occident a cessé d’être l’entité politique à laquelle la Russie était habituée. L’espace culturel et historique demeure, mais il changera également au fur et à mesure des changements démographiques aux Etats-Unis et en Europe (l’augmentation de la population issue de cultures non-européennes). Mais l’union politique étroite n’a véritablement existé que pendant la seconde moitié du XXe siècle. Avant cela, les pays occidentaux se sont beaucoup et volontiers fait la guerre, et seulement la victoire sur le nazisme et la menace du communisme ont réussi à rallier les ennemis séculaires – la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, l’Espagne, les Etats-Unis, etc. On estimait que l’union prenait pour base certaines valeurs. Cependant, la nature particulièrement antidémocratique des pays tels que l’Espagne, le Portugal, la Turquie et la Corée du Sud ne les empêchait pas d’être dans le même rang que de véritables démocraties pour parer la « menace rouge ». Il convient de noter que Washington et les pays européens avancés ne se sont jamais sentis dans leur assiette en raison de la nécessité de collaborer avec des autocrates et saluaient chaudement les changements dans ces pays dans les années 1970.
Quoi qu’il en soit, l’effondrement de l’URSS a supprimé le principal motif de solidarité pour le monde occidental: la menace existentielle n’existait plus. Et lorsque la première euphorie du triomphe des valeurs occidentales à la fin du XXe siècle est passée, il s’est avéré qu’il restait bien moins d’éléments unificateurs qu’il ne paraissait auparavant.
L’Europe et les Etats-Unis n’ont pas simplement des intérêts différents, ils se retrouvent surtout à des « étages » différents de la politique mondiale. En tant que seule superpuissance, les Etats-Unis sont guidés par la stratégie globale et projettent leur force (sous toutes ses formes) à travers la planète. L’Europe se replie de plus en plus sur elle-même et restreint ses ambitions par le fait de subvenir à ses propres besoins économiques et politiques, c’est-à-dire, s’oriente avant tout vers la région adjacente, les pays voisins. La différence d’horizons stratégiques influe également sur la mentalité politique – le Nouveau Monde continue à compter sur la force traditionnelle, et le Vieux Continent préfère la « puissance douce » (soft power). Par ailleurs, les uns et les autres sont confrontés à de graves problèmes. Les Américains font face à l’efficacité limitée même de la plus grande puissance militaire (c’est-à-dire, l’impossibilité de parvenir à la victoire en Irak ou en Afghanistan), et l’enveloppe d’attractivité de l’Europe (la base de son influence « douce ») a été endommagée par la grave crise en UE.
Les deux rives de l’Atlantique font toujours partie de la même alliance et ne cessent de souligner son importance et son indestructibilité, mais en dépit de ces déclarations claironnantes sur l’avenir prospère de l’OTAN, il n’existe toujours aucune mission claire unissant solidement l’Europe et les Etats-Unis. Le Moyen-Orient permet encore de compter sur une coïncidence d’intérêts (pour les Etats-Unis c’est une question de domination mondiale, et pour l’Europe c’est une arrière-cour et une station d’essence). Mais la possibilité d’escalade de la confrontation en Extrême-Orient ne suscite aucun enthousiasme auprès des Européens, tandis que c’est la principale arène de la future concurrence globale pour les USA.
De cette manière, la notion d’antan de l’Occident n’existe plus, il y a l’Europe, les Etats-Unis, le Japon, la Turquie, la Corée du Sud, etc., et chacun a ses propres intérêts, et la Russie devrait mener une politique autonome sur chaque axe. Pour les Etats-Unis, ce sont des relations stratégiques, avant tout dans le secteur nucléaire et en termes de sécurité globale. Peu d’économie et l’absence de perspectives de relations étroites, bien qu’il soit possible de coopérer sur des questions concrètes. Pour l’Europe, c’est l’économie, les affaires, un minimum de thèmes en matière de sécurité, mais une perspective d’approfondissement progressif de l’alliance en se basant sur les intérêts commerciaux communs et l’unité culturelle. La Turquie, une puissance régionale émergente, de même que la Russie, qui appartient historiquement à l’Europe, mais qui ne se limite pas à celle-ci, est un carrefour énergétique et un partenaire-concurrent de la Russie dans le « grand jeu » post-soviétique et moyen-oriental. Le Japon et d’autres pays pro-américains d’Asie sont des contrepoids potentiels à l’influence croissante de la Chine et membres du programme de développement de la Sibérie et de l’Extrême-Orient russe. Tout cela ne s’exclut pas mutuellement, mais se complète de manière complexe.
L’Orient ou l’Asie sont également absents dans l’ancienne notion: de synonyme de retard et de sous-développement, or telle était traditionnellement cette notion dans le discours russe, l’Asie s’est transformée en symbole de développement le plus dynamique et prometteur. Les relations de Moscou avec Pékin sont les plus importantes pour les années à venir. Mais il est encore nécessaire d’élaborer leur nouveau modèle, car pour la première fois la Chine est supérieure à la Russie sur la majorité des indices. Et cela oblige la Russie de balancer entre la nécessité de maintenir de très bonnes relations avec la Chine et d’éviter d’en devenir dépendante. D’ailleurs, cela doit être un axe parfaitement autonome de la politique russe, dissocié des relations avec les Etats-Unis. Malheureusement, la Russie est souvent encline à associer l’un à l’autre.
L’attitude envers les pays post-soviétiques comme envers une arène de luttes géopolitiques acharnées pour l’influence est également obsolète. D’une part, les grands acteurs internationaux ont suffisamment de problèmes de taille et ne peuvent pas se permettre le luxe d’accorder une attention particulière aux pays problématiques de l’ex-périphérie soviétique. D’autre part, l’ampleur des risques associés, par exemple, à l’avenir de l’Afghanistan est telle qu’il serait temps de ne pas se battre pour l’influence, mais d’essayer de coordonner les actions autant que possible. Le départ des Etats-Unis en 2014 laissera en Afghanistan un vide sécuritaire, dont on ignore comment le combler. Toutes les tentatives de la Russie pour mettre au point une stratégie régionale dans le cadre de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) ou de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) n’apportent encore aucuns résultats.
La politique internationale contemporaine est un effacement des lignes habituelles idéologiques et géopolitiques, et des relations traditionnelles. Pour la Russie, avec sa géographie transcontinentale et ses intérêts sur tout le périmètre immense des frontières, il est vital de garder les mains libres et la souplesse, qui permet d’interagir avec n’importe qui en fonction des besoins. La politique pro- ou anti-occidentale n’est plus nécessaire. Du moins, jusqu’à ce qu’un nouveau système de relations stable ne soit établi dans le monde. Mais on en est loin.
Fedor Loukianov
Source : RIA Novosti
 
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]