ELWATAN-ALHABIB
dimanche 30 avril 2017
 

USA. Un gouvernement d’imbéciles et de criminels de guerre







C’est devenu embarrassant d’être un Américain. Notre pays a connu successivement quatre présidents criminels de guerre. Clinton a lancé deux fois des attaques militaires contre la Serbie, ordonnant deux fois à l’OTAN de bombarder la Yougoslavie, en 1995 et en 1999, ce qui constitue deux crimes de guerre pour Bill. George W. Bush a envahi l’Afghanistan et l’Irak et attaqué des provinces du Pakistan et du Yémen depuis les airs. Cela correspond à quatre crimes de guerre pour Bush. Obama a utilisé l’OTAN pour détruire la Libye et a envoyé des mercenaires pour détruire la Syrie, commettant ainsi deux crimes de guerre. Trump a attaqué la Syrie avec des forces étasuniennes, devenant ainsi un criminel de guerre, dès le début de son mandat.
Dans la mesure où les Nations unies ont participé à ces crimes de guerre, de même que les vassaux européens, canadiens et australiens de Washington, tous sont coupables de crimes de guerre. Peut-être l’ONU elle-même devrait-elle comparaître devant le Tribunal des crimes de guerre, en même temps que l’Union européenne, les États-Unis, l’Australie et le Canada.
Un record. La civilisation occidentale, si c’est une civilisation, est la plus grande fauteuse de crimes de guerre dans l’Histoire humaine.
Et il y a d’autres crimes : la Somalie, les coups d’État d’Obama contre le Honduras et l’Ukraine, et les tentatives permanentes de Washington de renverser les gouvernements du Venezuela, de l’Équateur et de la Bolivie. Washington veut renverser celui de l’Équateur afin de capturer et torturer Julian Assange, le chef de file des démocrates dans le monde.
Ces crimes de guerre commis par quatre présidents américains ont provoqué la mort et les blessures de millions de civils et ont dépossédé et dispersé des millions de gens, qui sont maintenant arrivés comme réfugiés en Europe, au Royaume-Uni, au Canada et en Australie, amenant leurs problèmes avec eux, dont certains deviennent des problèmes pour les Européens, comme les viols collectifs.
Quelle est la raison de toute la mort et la destruction, ainsi que des flots de réfugiés qui submergent l’Ouest, dues à la violence nue de l’Occident ? Nous ne savons pas. On nous a raconté des mensonges : les « armes de destruction massive » de Saddam Hussein, dont le gouvernement américain savait de manière irréfutable qu’elles n’existaient pas. « L’usage d’armes chimiques par Assad », un mensonge évident et flagrant. « Les armes nucléaires iraniennes », un autre mensonge flagrant. Les mensonges sur Kadhafi en Libye sont si absurdes, qu’il est inutile de les répéter.
Quels étaient les mensonges pour justifier le bombardement des tribus au Pakistan, pour bombarder un nouveau gouvernement au Yémen ? Aucun Américain ne le sait ou ne s’en soucie. Pourquoi la violence des États-Unis contre la Somalie ? Là encore, aucun Américain ne le sait ou ne s’en soucie.
Ou les imbéciles ont vu un film.
La violence pour la violence. C’est ce que l’Amérique est devenue.
En effet, la violence est ce qu’est l’Amérique. Il n’y a rien d’autre là-bas. La violence est le cœur de l’Amérique.
Considérons non seulement les bombardements et la destruction de pays, mais aussi la violence gratuite et scandaleuse de la police contre les citoyens américains. Si quelqu’un doit être désarmé, c’est la police américaine. La police commet plus de « violence armée »que quiconque, et contrairement aux gangs de la drogue qui se battent pour le territoire, la violence policière n’a pas d’autre raison que l’amour de la violence contre d’autres humains. La police américaine a même tiré sur des enfants américains de 12 ans avant de poser la moindre question, en particulier s’ils sont noirs.
La violence est l’Amérique. L’Amérique est la violence. Les progressistes imbéciles en accusent les possesseurs d’armes à feu, mais c’est toujours le gouvernement qui est la source de la violence. C’est la raison pour laquelle nos Pères fondateurs nous ont donné le Deuxième amendement. Ce ne sont pas les possesseurs d’armes à feu qui ont détruit huit pays en totalité ou en partie. C’est le gouvernement des États-Unis, armé aux frais des contribuables, qui commet la violence.
Le goût de l’Amérique pour la violence pousse maintenant les imbéciles de Washington contre les gens qui peuvent retourner la violence : les Russes et les Chinois, l’Iran et la Corée du Nord.
En commençant avec l’imbécile Clinton, tous les gouvernements étasuniens ont rompu ou se sont retirés d’accords avec la Russie, des accords conclus dans le but de réduire les tensions et le risque de guerre thermonucléaire. Au début, Washington a couvert ses mesures agressives contre la Russie avec des mensonges, par exemple que les sites de missiles ABM à la frontière de la Russie sont là pour protéger l’Europe contre les ICBM nucléaires (inexistants) de l’Iran.
Le régime Obama a encore raconté des mensonges, mais il les a fait monter jusqu’à de fausses accusations contre la Russie et son président, afin de créer des tensions entre des puissances nucléaires, l’antithèse de la politique de Ronald Reagan. Pourtant les imbéciles progressistes aiment Obama et haïssent Reagan.
Saviez-vous que la Russie est si puissante et la NSA et la CIA si faibles et impuissantes, que la Russie peut déterminer le résultat des élections américaines ? Vous devez le savoir, parce que c’est tout ce que vous avez entendu du Parti démocrate totalement corrompu, de la CIA, du FBI, des médias prostitués américains et des imbéciles qui écoutent CNN, MSNBC, NPR ou lisent le New York Times et le Washington Post.
Vous avez certainement entendu au moins mille fois que la Russie a envahi l’Ukraine ; pourtant, la marionnette de Washington [Porochenko, NdT] siège toujours à Kiev. On ne doit pas avoir un QI supérieur à 90 pour comprendre que si la Russie avait envahi l’Ukraine, l’Ukraine ne serait plus là.
Saviez-vous que le président de la Russie, dont des enquêtes d’opinion mondiales montrent qu’il est le dirigeant le plus respecté dans le monde est, selon Hillary Clinton, « le nouvel Hitler » ?
Saviez-vous que le dirigeant le plus respecté au monde, Vladimir Poutine, est un parrain de la mafia, un bandit, une tarentule au centre d’une toile d’araignée d’espions, selon des membres du gouvernement des États-Unis, qui sont si stupides qu’ils ne peuvent même pas épeler leurs propres prénoms ?
Saviez-vous qu’on dit que Poutine, qui s’est abstenu de répondre agressivement aux provocations étasuniennes, non par peur, mais par respect de la vie humaine, veut à tout prix reconstruire l’Empire soviétique ? Pourtant, lorsque Poutine a envoyé des forces russes contre l’armée géorgienne, équipée et formée par Washington, que Washington envoyait pour attaquer l’Ossétie du Sud, l’armée russe a conquis la Géorgie en cinq heures ; et pourtant s’est retirée après avoir donné sa leçon aux imbéciles. Si Poutine voulait reconstruire l’Empire russe, pourquoi n’a-t-il pas gardé la Géorgie, une province russe pendant 300 ans, avant la dissolution par Washington de l’Empire russe, lorsque l’Union soviétique s’est effondrée ? Washington aurait été incapable de faire quoi que ce soit, si Poutine avait déclaré que la Géorgie devait de nouveau faire partie de la Russie.
Et maintenant, nous sommes embarrassés par le directeur de la CIA de Trump, Mike Pompeo, peut-être la personne la plus stupide d’Amérique. Nous avons là un imbécile du niveau le plus bas. Je ne suis pas sûr qu’il y ait là le moindre QI. Peut-être qu’il indique zéro.
Cet imbécile, s’il est qualifié à ce niveau, ce dont je doute, a accusé Julian Assange, le premier journaliste au monde, la personne qui, plus que quiconque, représente le Premier amendement de la Constitution des États-Unis, de démon qui est passé du côté des dictateurs et met en danger la sécurité de l’hégémonie américaine, avec l’aide de la Russie. Tout cela parce que WikiLeaks publie des documents provenant de sources officielles, révélant le comportement criminel du gouvernement des États-Unis. WikiLeaks ne vole pas les documents. Ceux-ci lui sont remis par des lanceurs d’alerte, qui ne peuvent pas tolérer l’immoralité et les mensonges du gouvernement américain.
Qui dit la vérité est par définition contre les États-Unis d’Amérique. Et l’imbécile Pompeo a l’intention de les avoir.
Lorsque j’ai lu l’accusation de Pompeo contre Assange, j’ai pensé que ce devait être une blague. Le directeur de la CIA veut abolir le Premier amendement. Mais Pompeo l’imbécile l’a effectivement dit.
Que devons-nous faire, quel est le monde à construire, lorsque nous avons de parfaits imbéciles comme directeur de la Central Intelligence Agency, comme président des États-Unis, comme conseiller national à la sécurité, comme secrétaire à la Défense, comme secrétaire d’État, comme ambassadeur américain aux Nations unies, comme rédacteurs en chef du New York Times, du Washington Post, de CNN, de NPR, de MSNBC ? Comment peut-il y avoir de l’intelligence, lorsqu’il n’y a que des imbéciles pour occuper des charges ?
La stupidité se révèle dans les actes. Le gouvernement chinois a dit que ces imbéciles d’Américains pouvaient attaquer la Corée du Nord à tout moment. Une immense flotte étasunienne se dirige vers la Corée du Nord. Celle-ci possède apparemment des armes nucléaires aujourd’hui. Une arme nucléaire nord-coréenne peut anéantir la totalité de la flotte américaine. Pourquoi Washington est-elle tentée par ce résultat ? La seule réponse possible est que c’est de la stupidité crasse.
La Corée du Nord ne dérange personne. Pourquoi Washington choisit-elle la Corée du Nord ? Est-ce que Washington veut la guerre avec la Chine ? Dans ce cas, est-ce que Washington abandonne la côte Ouest des États-Unis ? Pourquoi la côte Ouest soutient-elle des politiques impliquant la disparition de la côte Ouest des États-Unis ? Est-ce que les imbéciles de la côte Ouest pensent que les États-Unis peuvent provoquer une guerre avec la Chine, ou la Corée du Nord, sans aucune conséquence pour la côte Ouest ? Les Américains sont-ils complètement stupides ?
La Chine ou la Russie peuvent, chacune individuellement, anéantir les États-Unis. Ensemble, elles peuvent rendre l’Amérique du Nord inhabitable jusqu’à la fin des temps. Pourquoi les imbéciles de Washington provoquent-ils de grandes puissances nucléaires ? Les imbéciles de Washington pensent-ils que la Russie et la Chine se soumettront à des menaces ?
La réponse : Washington est une collection d’imbéciles, des gens stupides au-delà de la notion de stupidité. Des gens si éloignés de la réalité, qu’ils imaginent que leur hubris et leur arrogance les place au-dessus de la réalité.
Lorsque le premier Satan 2 frappera Washington, la plus grande collection d’imbéciles au monde cessera d’exister.
Le monde poussera un immense soupir de soulagement.
Faites-le venir ! Venez, les imbéciles, éliminez-vous vous-mêmes. Nous autres, n’en pouvons plus d’attendre.
Paul Craig Roberts
Article en anglais :
A Government of Morons and War Criminals
Traduit par Diane, vérifié par Julie, relu par Michèle pour le Saker francophone
 
 

Arrestation d’un officier allemand préparant un attentat sous faux drapeau






Arrestation d’un officier allemand préparant un attentat sous faux drapeau
Cette semaine, un militaire allemand se faisant passer pour un réfugié syrien et soupçonné de préparer un attentat contre des étrangers a été arrêté à Berlin.
Cette affaire tourne au scandale dans le pays, pour l’armée et le système de contrôle des migrants.
La Bundeswehr vient d’être accusée de ne pas suffisamment lutter contre les tendances d’extrême droite dans ses rangs. En effet, un officier allemand a été incarcéré jeudi pour extrémisme.
Est montrée aussi du doigt, l’administration chargée de gérer le flux sans précédent de réfugiés arrivés dans le pays depuis 2015.
L’officier allemand, dont l’identité n’a pas été révélée, a été arrêté jeudi lors d’une vaste opération de police. Il est soupçonné, peut-être avec l’aide d’un autre homme de 24 ans, d’avoir préparé un attentat à l’arme à feu après avoir mené une double vie pendant plus d’un an.
Les médias évoquent un possible attentat contre des réfugiés ou visant une autre cible en faisant porter la responsabilité à des migrants. Le quotidien Bild parle samedi d’une « liste » retrouvée par la police de personnes à tuer, sur laquelle figurent notamment des militants de gauche.
L’homme avait réussi à se faire passer pour un demandeur d’asile syrien et obtenir en novembre, suite à un entretien, ce statut de l’Office allemand des migrations alors que ce dernier est censé procéder à des vérifications détaillées.
Ce statut lui a permis de percevoir 400 euros d’aide sociale par mois, ainsi qu’un logement, en plus de sa solde d’officier de 3 200 euros.
L’affaire est particulièrement embarrassante pour les ministres de l’Intérieur, Thomas de Maizière, et de la Défense, Ursula von der Leyen, mais aussi plus largement pour Angela Merkel.
Ce n’est qu’après son arrestation récente en Autriche, où il était venu récupérer une arme illégale, que la police allemande s’est intéressée à lui.
Fait particulièrement troublant, selon plusieurs médias, l’officier a réussi à tromper la vigilance de l’administration chargée de l’asile alors qu’il s’est présenté début 2016 comme un Syrien répondant au nom de David Benjamin.
Une identité pourtant peu crédible venant d’un ressortissant d’un pays arabe.
Il a affirmé être un Syrien chrétien d’origine française et parlé du coup à l’Office des migrations en français, qu’il connaissait du fait de son stationnement dans la base franco-allemande d’Illkirch, dans la banlieue de Strasbourg (est de la France). À aucun moment l’administration n’a vérifié qu’il parlait arabe.
Le ministère de l’Intérieur a reconnu une « erreur ». Il a promis de « retourner jusqu’à la dernière pierre » dans la procédure « pour comprendre comment cela a pu arriver et, s’il y en a, corriger les défaillances » du système, a souligné son porte-parole Tobias Plate.
Au sein de l’armée, le service de renseignement militaire est quant à lui accusé de ne pas avoir fait son travail pour déceler à la fois la double vie de l’officier, mais surtout ses tendances xénophobes, révélées notamment par le contenu de sa messagerie sur son téléphone portable.
Et ce, alors que la Bundeswehr a été plusieurs fois dans le passé ébranlée par des affaires sur la présence de sympathisants d’extrême droite dans ses rangs.
« L’environnement militaire » du lieutenant arrêté va être vérifié pour « déterminer s’il y a des tendances extrémistes et xénophobes », a dit jeudi le porte-parole du ministère de la Défense, Jens Flosdorff.
Avec Romandie
 
 

 Voter Macron ? Oui, hélas…






_
Le Quotidien d’Oran, jeudi 27 avril 2017
Akram Belkaïd, Paris

Should I vote or Should I not ? Au soir du 21 avril 2002, à la grande colère de quelques camarades, j’avais jugé qu’il fallait s’abstenir de voter au second tour de l’élection présidentielle française qui allait opposer, deux semaines plus tard, Jacques Chirac à Jean-Marie Le Pen. Pour moi, il ne faisait nul doute que le président l’emporterait sans avoir à bénéficier des voix de gauche. « Tu ne te rends pas compte, c’est l’honneur de la France qui est en jeu ! » s’était alors emportée une amie. Ma réponse fut que l’honneur de ce pays était déjà souillé avec la présence d’un homme tel que Jean-Marie Le Pen au second tour et qu’il était trop tard pour feindre de réagir à la lente dérive ultra-droitière de la société française. J’expliquais aussi qu’un score fleuve réalisé par Jacques Chirac lui donnerait toutes les cartes en main et lui permettrait d’effacer les quelques avancées sociales enregistrées lors de sa cohabitation avec le premier ministre « socialiste » Lionel Jospin.

Quinze ans plus tard, nous revoici au même point. En pire. Le Front national vole de records électoraux en records d’audience. Ses idées se sont banalisées et, contrairement à 2002, aucune émotion majeure n’est palpable. Un parti antirépublicain, néofasciste, raciste, antisémite et islamophobe est aux portes de l’Elysée mais cela n’indigne guère. Où sont les manifestations de 2002 ? Où est l’émotion ? La colère ? Chirac avait refusé le débat d’entre-deux tours. Cette fois, la confrontation télévisée aura lieu (on peut craindre le pire…). Marine Le Pen est ainsi jugée fréquentable et on entend même des experts expliquer d’un ton enjoué sur une radio publique que le Front national n’est juste qu’un parti « ethnocentriste » (*). Nous voilà rassurés…

Quinze ans après le tristement célèbre 21 avril 2002, le FN a réussi son pari. Le voici dans la place et accepté. En face de Marine Le Pen, on trouve donc Emmanuel Macron, un candidat qui, au nom de cette satanée pensée unique ayant déjà fait tant de dégâts, ne fera qu’ajouter du mal au mal s’il est élu. A l’Elysée, il poursuivra l’œuvre de démolition sociale entamée depuis bientôt trois décennies. Mais malgré mon écœurement, malgré toute la difficulté que j’éprouve à l’admettre, je pense qu’il est néanmoins nécessaire de voter pour lui.

Ce n’est pas de gaité de cœur que j’écris ceci (et il heureux que le choix ne doive pas porter entre Le Pen ou Fillon…). Emmanuel Macron, ce bébé politique à moustache, est l’incarnation d’un système qui doit nécessairement être combattu pour ce qu’il représente comme régression sur le plan des droits sociaux. Il suffit de voir qui le rejoint pour comprendre de quoi la suite va être faite. Chantre de l’Ebitda, homme des marchés, homme des banques d’affaires, homme de la mondialisation néolibérale et homme de l’Europe mercantile, financière et libre-échangiste : son élection sera annonciatrice de combats à venir, de mobilisations indispensables. Son élection sera aussi, en cas de défaite de ces mobilisations et d’incapacité à bâtir des alternatives solides, la quasi-certitude que Le Pen sera élue en 2022. Et pourtant, il faut se résoudre à voter pour lui afin de faire barrage au Front national.

Nombre de mes amis et camarades ont voté pour Jean-Luc Mélenchon. La défaite de leur candidat les met dans une grande colère. Amers, ils ont raison quand ils affirment que Macron et Le Pen vont de pair. L’un est « le » système, l’une est ce qui le conforte (mais pas que). On agite l’épouvantail brun et on fait passer privatisations et dérégulations. Sauf que, comme dans les films de monstres, il arrive souvent que la créature échappe à tout contrôle. Ces amis insoumis ne veulent pas aller voter le 7 mai. Je ne peux que les comprendre. Entre la peste et le choléra, on a le droit de ne pas choisir. Mais, chez certains d’entre eux, je ne peux m’empêcher de détecter une posture plutôt désinvolte, facile. Une ingénuité née de leur propre confort face à une situation qui pourrait déraper. Au fond d’eux-mêmes, tranquilles, ils ne peuvent ignorer que Le Pen et ses affidés ne commenceront pas par « eux ». Et quand ils me demandent pourquoi je vais tout de même me déplacer aux urnes pour faire obstacle à Le Pen, je réponds qu’il est bien plus facile de finasser et d’avoir des états d’âmes quand on s’appelle Jean-Luc, Clémentine, Charlotte ou Alexis que lorsqu’on se prénomme Karim, Ousmane, Jacob, Latifa, Rachel ou Aminata. Contrairement à celles et ceux qui relativisent la menace frontiste – et qui estiment pouvoir se passer de voter -, ces derniers savent que le Front national au pouvoir représente pour eux, via nombre de ses électeurs et sympathisants, une menace physique immédiate. Et cela suffit comme raison pour s’y opposer.

Ne pas voter au second tour mais résister ensuite en cas de victoire de Le Pen ? Faut-il parier sur la mobilisation qui surviendra si le FN l’emporte ? Certains le feront, sûrement. Mais pas tous. Si ce cauchemar se concrétise, la désillusion risque d’être cruelle et très révélatrice sur ce qu’est, comme ce que fut en d’autres temps, la société française. Car le Front national au pouvoir, ce sera un gigantesque souffle d’air provoqué par le retournement de vestes. Ils sont nombreux à se revendiquer des républicains futurs résistants au cas-où mais à être, en réalité, prêts à rejoindre ce parti comme jadis certains progressistes rejoignirent avec enthousiasme les rangs de la révolution nationale. On le voit déjà au sein du monde médiatique avec cette déférence dont usent certains journalistes ou chroniqueurs de renom en s’adressant au FN. On l’entend aussi avec cette petite musique jouée sur l’air du « mais, voyons, tous les électeurs du FN ne sont pas des racistes… » Oui, c’est bien vrai, tous ne le sont pas mais cela ne signifie absolument pas qu’aucun d’eux ne l’est. Dans les rangs des supporters de Marine Le Pen, on ne se gêne pas pour parler de « bougnoules, de youpins et de négros à virer ». Il est vrai que, quand on s’appelle Jean-Luc, Alexis, Charlotte ou Clémentine, on n’encaisse pas ce genre de promesse de la même manière que les principaux concernés. On ne ressent pas la même inquiétude. On ne se pose pas la question de savoir s’il faut commencer à réfléchir de manière sérieuse à quitter un pays qui risque de s’avérer inaccueillant, que dis-je, dangereux.

Voter Macron n’est qu’un moyen technique pour empêcher Le Pen d’accéder à l’Elysée. C’est simplement choisir son adversaire et s’offrir un sursis qui peut être bénéfique. On peut lui donner sa voix tout en lui signifiant qu’il ne s’agit pas d’une allégeance ou d’un chèque en blanc. On peut même, ce qu’aurait dû faire la gauche en mai 2002, organiser dès le lendemain du deuxième tour une manifestation destinée à lui faire comprendre qu’il devra compter avec l’opposition de la gauche, la vraie (pas celle qui attend de lui des postes et quelques rentes). Ce serait une manière de l’empêcher de revendiquer un vote qui n’a servi qu’à empêcher Marine Le Pen d’accéder au pouvoir. Mais les leaders de gauche, la vraie, sont-ils capables de s’entendre pour organiser une telle manifestation qui permettrait de prendre date pour la suite du quinquennat (et d’annoncer les couleurs pour les législatives) ? Pas sûr…

Au-delà de l’arithmétique et des votes à nez-pincés, il est tout de même possible que Marine Le Pen soit élue le 7 mai prochain. Si cela doit arriver, alors Be it ! Les Français, tous les Français, mériteront alors ce qui leur arrive. Peut-être, d’ailleurs, est-il trop tard pour ce pays dont la classe politique et les élites ont préparé depuis des années cette catastrophe. Il faudra alors se battre, peut-être même au vrai sens du terme. Et si jamais l’hypothèse d’une victoire de Le Pen se concrétise, les Karim, Ousmane, Jacob, Latifa, Rachel ou Aminata – qu’ils soient ou non français et qu’ils soient ou non tentés par l’abstention ou par le vote blanc - risquent d’éprouver bien vite un immense sentiment de solitude.


(*) Le Téléphone Sonne, 24 avril 1017
 
vendredi 28 avril 2017
 

Paris: les médias peinent à cacher les anomalies flagrantes dans l’histoire d’un mercenaire perdu






image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/04/97be4d3bb60713c46535da6172d5b48e52971a86_field_mise_en_avant_principale_1_0-1728x800_c.jpg
Paris: les médias peinent à cacher les anomalies flagrantes dans l’histoire d’un mercenaire perdu
L’auteur présumé de la fusillade des Champs-Elysées à Paris est loin d’être un inconnu. C’est un criminel multi-récidiviste qui aurait dû purger une peine à perpétuité en prison pour tentative d’homicide et attaques à main armée mais qui a été libéré en échange d’oeuvrer à recruter des mercenaires et les accompagner en Syrie pour participer au reversement du gouvernement syrien.
C’est un peu le scénario des « Douze Salopards » et ce n’est pas la première fois que des membres des services de renseignement français (il serait plus juste de le désigner  comme un Intel Asset) impliqués jusqu’au cou dans tous les coups tordus se retourne avec violence contre ses employeurs. Ces derniers ont dû le lâcher. La grosse tête (immunité judiciaire, privilèges en espèces et en nature,  liberté de tuer en toute impunité en Syrie et ailleurs, etc.) et la paranoïa ont fait le reste.
Le fait que la cible soit un ou des policiers corrobore encore plus son appartenance aux services secrets.
Donc une autre attaque sous faux drapeau (false flag)? Pas vraiment. Il s’agit des conséquences d’une gestion hasardeuse et risquée d’un phénomène exploité à une fin peu glorieuse. Ce n’est pas la première fois qu’un second couteau issu du banditisme ou de la délinquance se retourne contre son officier traitant.
Ce que l’on peut retenir cette fois-ci est que les médias ont de plus en plus de mal à cacher certaines anomalies flagrantes dans le parcours de ces chiens de guerre mobilisés par les services d’Etat français au profit d’une cause fort éloignée des intérêts de la France.
source:https://strategika51.wordpress.com/2017/04/21/paris-les-medias-peinent-a-cacher-les-anomalies-flagrantes-dun-mercenaire-perdu/

 
jeudi 27 avril 2017
 

Syrie : Jean-Marc Ayrault ridiculise la France et ses services de renseignement





image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/04/59006785c3618890488b463a-1728x800_c.jpg
Syrie : Jean-Marc Ayrault ridiculise la France et ses services de renseignement
Le gouvernement français n’en est plus à une humiliation près. Qu’importe la cohérence d’une déclaration si elle peut permettre de déclencher l’engagement total de la clique anglo-sioniste et de pouvoir continuer à leur servir de premier larbin zélé ? Il n’est plus question pour les Etats-Unis de nous refaire le coup de Colin Powell à l’ONU, évènement encore trop présent dans les esprits et abondamment rafraichi par Internet. Ce n’est pas non plus le Royaume Uni qui se déshonorera à pratiquer ce type de manipulations hasardeuses qui, tôt ou tard reviendront en boomerang quand les faits seront définitivement établis. Londres continuera comme d’habitude à gérer les évènements de l’arrière, laissant aux autres le soin de se mouiller et de ternir leur prestige. Il en est de même pour Israël qui se contentera de fournir à l’exécutant tous les élément nécessaires à la construction des arguments permettant d’aller de l’avant, tant pis si ces arguments s’effondrent par la suite.
Il n’est pas utile de revenir, ni sur les détails de ce qui s’est passé à Khan Sheikhoun, ni sur les arguties de Jean-Marc Ayrault. Personne ne croit sérieusement aux accusations portées contre l’armée syrienne, à part ceux qui se foutent complètement de ce qui se passe là-bas. Notons que Jean-Marc Ayrault n’en est pas à son premier essai de vendre des preuves bancales du même genre que celles qu’il prétend apporter aujourd’hui, toujours pour le même but ; massacrer des Syriens (pour les soulager de leurs souffrance ?). Entrer dans les détails, ce serait trop leur faciliter la tâche dans leur entreprise d’enfumage en donnant l’impression qu’il y aurait des doutes sur la responsabilité de l’attaque chimique de Khan Sheikhoun ou des points à éclaircir. Or il n’y en a pas, et s’il y en avait, les organisations internationales d’enquêtes spécialisées existent pour faire le travail pour lequel elles ont été créées.
Jean-Marc Ayrault veut faire croire au monde que les conclusions du gouvernement français sur la responsabilité du gouvernement syrien et de Bachar Al Assad lui-même sont neutres et impartiales. Il aura du mal. Dans cette affaire de gaz toxiques, il y a trois groupes de protagonistes qui sont :
  • Le gouvernement syrien
  • Les divers groupes terroristes qui infestent la Syrie, que les puissances occidentales ne voient que comme des rebelles.
  • Ces rebelles sont pleinement soutenus par les pays anglo-sionistes et par la France qui sont, de facto, partie prenante dans toutes les actions effectuées sur le terrain par leurs protégés.
En se positionnant du côté des « rebelles », la France devient complice de toute action dont ils seront accusés. Son témoignage en leur faveur n’a aucune valeur tant qu’il n’a pas été vérifié par une source indépendante. Damas, Téhéran, Moscou et d’autres, ont demandé en vain une enquête internationale. Comme il fallait s’y attendre, la France et ses alliés sponsors des terroristes ne veulent pas entendre parler d’une enquête sérieuse et indépendante, ce qui prouve, s’il en était besoin, que la vérité ne les intéresse pas, et qu’ils ne voient dans l’attaque chimique de Khan Sheikhoun qu’un moyen de continuer et d’intensifier leur programme de changement de régime en Syrie.
 Avic – Réseau International

En savoir plus sur http://reseauinternational.net/syrie-jean-marc-ayrault-ridiculise-la-france-et-ses-services-de-renseignement/#8xXTeuMW1FjqUv8K.99
 
lundi 24 avril 2017
 

La victoire volée du morveux de chez Rothschild








Lancé sur le marché comme une savonnette, le bébé Cadum de la finance s’installera à l’Elysée le 7 mai. Certes, Macron est vainqueur, mais il a emporté la mise au terme d’une campagne qui a pulvérisé les records de médiocrité et de partialité. Adoubé par le capital transnational, le morveux de chez Rothschild a gagné un match truqué. Si Macron a gagné dimanche, c’est parce que neuf milliardaires contrôlent la presse française, que Macron est leur candidat et que ces rapaces décident à notre place.
Durant la campagne, la fabrique du consentement a tourné à plein régime, elle a fait la “journée des trois 8” ! Des cajôleries de Bourdin aux mensonges du “Monde” en passant par la servilité des hétaïres sur le retour de Bfm/Tv, la caste journalistique a justifié ses émoluments en passant consciencieusement la serpillière pour le commis de l’oligarchie. Propulsé au firmament cathodique, le jeune banquier rompu au marketing a vendu son rêve de pacotille, proposant aux gogos, par exemple, de faire de la France une “start-up nation” où chaque Français pourrait monter sa “start-up”.
Ce prestidigitateur se fait passer pour un candidat “progressiste”, alors qu’il s’accommode de 85 milliards d’évasion fiscale tout en voulant sabrer le régime d’assurance-chômage pour faire des économies. Cet illusionniste de première bourre a même réussi à faire croire aux employés que grâce à sa potion magique ils deviendraient cadres et aux cadres qu’ils deviendraient patrons. Macron le sait. Quand on est un freluquet né avec une cuillère en argent dans la bouche, on ne mord pas la main qui vous nourrit.
Cet apôtre de l’ubérisation de l’économie et du détricotage du code du travail, cet apologiste du marché sans frontières et de la mondialisation capitaliste a gagné de justesse, le 23 avril, en se qualifiant pour le second tour. Mais s’il l’a emporté sur ses concurrents, c’est parce qu’il y avait promotion sur les ventilateurs ! Macron, c’est un courant d’air. Adepte de la pensée magique, il sermonne comme un télévangéliste, fait des moulinets avec les bras et promet des lendemains qui chantent. Macron, c’est un symptôme, celui de la dépolitisation et de la déculturation d’une société laminée par le rouleau compresseur libéral, évidée par cette calamité qu’est l’euro et déstructurée par l’individualisme made in USA.
Jouant de sa belle gueule, le gigolo de la caste a investi l’espace médiatique pour y déverser sa bouillie pour les chats. Il a recyclé les vielles lunes libérales, et les médias lui ont servi la soupe en même temps qu’à un Front national ravi de jouer les épouvantails. N’oublions pas. Le repoussoir lepéniste, c’est le faire-valoir de Macron. Le second tour de l’élection présidentielle, le 7 mai, sera une coproduction Macron/Le Pen destinée à expédier le premier à l’Elysée en étouffant toute alternative sérieuse. Et le pire, c’est que cette supercherie a été orchestrée et exécutée aux yeux de tous, comme si c’était dans l’ordre des choses.
Le Don Juan des classes moyennes boboïsées, cependant, n’aura pas la tâche facile. Car on l’attend au tournant ! A supposer qu’il obtienne une majorité de bric et de broc aux élections législatives, il va se heurter à une opposition à trois têtes qui ne lui fera pas de cadeaux. Le FN, bien sûr, à qui un tel président garantit une rente tribunicienne. La droite, qui va refaire ses forces après le retrait de Fillon. Mais aussi, et surtout, une gauche qui a changé de visage. Quand le rimmel va dégouliner, la vacuité du programme finira par se voir. Le mariage de la carpe et du lapin va rapidement lasser les gourmets. Séducteur asexué, ce mouflet qui hurle pour jouer au dur risque de subir rapidement la panne fatidique.
Bruno GUIGUE
 
 

CHAMPS-ÉLYSÉES : LA MISE EN SCÈNE D'UN ATTENTAT DJIHADISTE ?



<

Dimanche 23 Avril 2017


Jeudi 20 avril, sur l'avenue parisienne des Champs-Élysées, un policier qui avait participé à la réouverture du Bataclan a été tué -assis au volant de son fourgon- de 2 balles dans la tête. 

Le tireur présumé : Karim Cheurfi, 39 ans, aussitôt présenté comme un "terroriste" à caractère "islamiste" par le président de la République, le ministère de l'Intérieur, le parquet de Paris et l'ensemble de la presse traditionnelle. 

Problème : selon ses voisins et sa famille, Karim Cheurfi -réputé pour sa haine viscérale des policiers- était dérangé psychologiquement, inapte à se servir d'Internet et totalement dénué de toute pratique religieuse. 

Anomalies : selon la version officielle, un Coran aurait été abandonné dans le coffre de sa voiture et une note manuscrite "défendant la cause de Daech" aurait été retrouvée à côte de son corps abattu par les policiers. Le terroriste présumé aurait également commandé sur Amazon des armes blanches et une caméra GoPro. 

À noter : présenté par l'AFP et l'ensemble de la presse traditionnelle comme un homme "sans profession connue", Karim Cheurfi -domicilié à Chelles- avait pourtant immatriculé sa propre entreprise de vente de prêt-à-porter sur les marchés en novembre 2016. 


{SOURCES 
*https://youtu.be/wGIYSgqdjVc 
*https://youtu.be/bSn-eU07G4M 
*http://people.com/…/we-will-never-forget-them-sting-perfor…/ 
*http://france3-regions.francetvinfo.fr/…/tueur-champs-elyse…… 
*http://www.courrier-picard.fr/…/champs-elysees-karim-cheurf…… 
*https://youtu.be/bYPpic2bDzs 
*http://france3-regions.francetvinfo.fr/…/chelles-heure-enqu…… 
*http://www.bfmtv.com/…/en-direct-attaque-des-champs-elysees…… 
*https://www.infogreffe.fr/…/823985486-cheurfi-karim-770116A……}.

En savoir plus sur http://www.alterinfo.net/CHAMPS-ELYSEES-LA-MISE-EN-SCENE-D-UN-ATTENTAT-DJIHADISTE_a130163.html#QzgCyYQoRhKGjtPu.99
 
dimanche 23 avril 2017
 
Odeur de viande rôtie pour faire vaciller la volonté des grévistes de la faim





par Kharroubi Habib
Jeudi aux environs de la prison d'Ofer en Cisjordanie, territoire palestinien occupé, où sont incarcérés des détenus palestiniens qui font la grève de la faim depuis le 17 avril, des heurts ont éclaté entre les forces israéliennes et des manifestants palestiniens venus exprimer leur solidarité aux grévistes de la faim. Pour disperser ces manifestants, les soldats israéliens ont usé à leur égard d'une violence sans retenue: passage à tabac, grenades lacrymogène et tirs de balles en caoutchouc ont été en effet la méthode employée par la soldatesque de l'Etat sioniste pour les éparpiller.

Au même moment et au même endroit des activistes d'un parti israélien d'extrême droite organisaient eux un barbecue avec l'espoir selon le secrétaire général de cette formation que les grévistes de la faim « sentent l'odeur de la viande ». Non seulement ces sinistres et cyniques « ripailleurs » n'ont pas été inquiétés par les forces israéliennes déployées autour de la prison, mais certains éléments de celles-ci les ont rejoints pour partager avec eux la viande grillée. On le voit donc que tout est mis en œuvre par les Israéliens pour tenter de faire vaciller la volonté des grévistes et ainsi obtenir qu'ils cessent leur mouvement de protestation dont la poursuite peut engendrer des conséquences morales et politiques ravageuses pour l'image et la réputation de l'Etat sioniste.

L'ignoble spectacle organisé par les activistes sionistes devant les murs de la prison d'Ofer est révélateur de la haine et du mépris qui les animent à l'égard des détenus palestiniens à qui selon eux il suffit de faire sentir l'odeur de la viande pour les rendre dociles et les faire renoncer à leur grève de la faim. En usant d'un procédé aussi bas, les activistes sionistes et les autorités israéliennes qui les ont laissés faire montrent manifestement qu'ils sont désemparés devant la détermination des grévistes de la faim que les mesures prises à leur encontre par l'administration pénitentiaire ne sont nullement parvenues à entamer.

La grève de la faim des détenus palestiniens en est en effet à son sixième jour sans que les rangs de ces derniers aient enregistré la moindre défaillance malgré les mesures coercitives dont ils font l'objet tels la confiscation de leurs biens personnels, le transfert vers d'autres geôles et la mise à l'isolement. Les autorités sionistes savent désormais que le mouvement de protestation déclenché dans les geôles israéliennes par l'intrépide et populaire leader palestinien Marwan Barghouti n'est pas un feu de paille qu'ils pourront éteindre en jouant sur le moral des grévistes et que même il va au contraire s'amplifier par l'entrée en grève d'autres détenus palestiniens restés jusque-là à l'écart mais que le devoir de solidarité oblige à ne pas rester passifs.

Collective, l'action de la grève de la faim qu'ont entreprise les détenus palestiniens a une résonance mobilisatrice au sein de la population palestinienne qui sans aucun doute ne comprendrait pas que les factions politiques de la résistance n'en tireraient pas l'enseignement qu'elle leur fait obligation de taire leurs différends et divergences pour constituer un front solidaire avec les patriotes incarcérés. Cette union sacrée face à l'ennemi sioniste que les factions palestiniennes tergiversent à réaliser, les détenus palestiniens la mettent en pratique dans les prisons israéliennes et leur exemple s'impose désormais comme ligne stratégique à suivre par l'ensemble de la résistance palestinienne.
 
 
samedi 22 avril 2017
 

Existe-t-il un calendrier prévisionnel pour les attentats ?







image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/04/attentati-ed-elezioni-1728x800_c.jpg
Existe-t-il un calendrier prévisionnel pour les attentats ?
La police et les services de renseignement français disposent de moyens ultra sophistiqués et de moyens colossaux leur permettant de débusquer les intentions malveillantes des terroristes et de désamorcer toute tentative d’attentat sur le territoire, mais apparemment leurs logiciels n’ont pas dû noter ce que montre l’illustration ci-dessus. Avant chaque grande élection, il y a eu un attentat. On pouvait donc supposer, sans être pour autant un grand complotiste, que celles qui sont en cours n’échapperaient pas à la règle.
On pouvait aussi supposer, toujours sans être complotiste pour cela, que l’attentat commis sur les Champs Elysées serait aussitôt revendiqué par Daesh (qui s’emmêle un peu les pinceaux au passage en croyant que son auteur est belge), et que le terroriste est « bien connu » de la police ou des services de renseignement. Il n’y a aucun risque à affirmer ce dernier point parce que tous les terroristes qui ont agi sur le territoire français étaient des « bien connus de la police », et pour certains d’entre eux, il s’est avéré qu’il pouvait y avoir bien plus qu’une simple « connaissance ».
Il serait sans doute intéressant de savoir par quel miracle l’assassin des Champs Elysées s’est retrouvé dans la rue alors qu’il devait être en prison. Cela nous permettrait d’en savoir un peu plus sur ceux qui se cachent derrière les exécutants et qui facilitent ou coordonnent leurs actions. Etrangement, cela n’intéresse pas nos médias et nos dirigeants. Ils sont plus intéressés à faire des élucubrations sur le parcours supposé d’un malfrat, ou combien de « Allah Akbar » il a proférés juste avant d’être abattu, plutôt que de creuser derrière l’évènementiel. François Hollande est parti en guerre contre Daesh mais, l’a-t-on entendu prononcer une seule fois le nom du chef de cette engeance, ou même faire allusion à l’existence d’un tel chef ? C’est comme s’il n’existait pas ou ne comptait pas vraiment. Pour quelqu’un qui n’a que les mots « Bachar Al Assad » à la bouche à chacun de ses discours où il est question de la Syrie, c’est pour le moins curieux.
Avic Réseau International

En savoir plus sur http://reseauinternational.net/existe-t-il-un-calendrier-previsionnel-pour-les-attentats/#MfAyzvmUsHFZ1JDZ.99
 
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]