ELWATAN-ALHABIB
lundi 27 août 2012
 

Analyse de la situation en Syrie

 

 

Alain CHOUET
Invité de l’Association Régionale Nice Côte d’Azur de l’IHEDN (Institut des hautes études de défense nationale) le 27 juin 2012, Alain Chouet, ancien chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE, reconnu bien au delà de l’Hexagone pour son expertise du monde arabo-musulman, livre ici une vision intéressante et décapante.



Les pires conjectures formulées au premier semestre 2011 concernant les mouvements de révolte arabes deviennent aujourd’hui réalité. Je les avais largement exposées dans divers ouvrages et revues à contre courant d’une opinion occidentale généralement enthousiaste et surtout naïve. Car il fallait tout de même être naïf pour croire que, dans des pays soumis depuis un demi-siècle à des dictatures qui avaient éliminé toute forme d’opposition libérale et pluraliste, la démocratie et la liberté allaient jaillir comme le génie de la lampe par la seule vertu d’un Internet auquel n’a accès qu’une infime minorité de privilégiés de ces sociétés.
Une fois passé le bouillonnement libertaire et l’agitation des adeptes de Facebook, il a bien fallu se rendre à l’évidence. Le pouvoir est tombé dans les mains des seules forces politiques structurées qui avaient survécu aux dictatures nationalistes parce que soutenues financièrement par les pétromonarchies théocratiques dont elles partagent les valeurs et politiquement par les Occidentaux parce qu’elles constituaient un bouclier contre l’influence du bloc de l’Est : les forces religieuses fondamentalistes. Et le « printemps arabe » n’a mis que six mois à se transformer en « hiver islamiste ».
En Tunisie et en Égypte, les partis islamistes, Frères musulmans et extrémistes salafistes se partagent de confortables majorités dans les Parlements issus des révoltes populaires. Ils cogèrent la situation avec les commandements militaires dont ils sont bien contraints de respecter le rôle d’acteurs économiques dominants mais s’éloignent insidieusement des revendications populaires qui les ont amenés au pouvoir. Constants dans leur pratique du double langage, ils font exactement le contraire de ce qu’ils proclament. En, Égypte, après avoir affirmé sur la Place Tahrir au printemps 2011 qu’ils n’aspiraient nullement au pouvoir, ils revendiquent aujourd’hui la présidence de la République, la majorité parlementaire et l’intégralité du pouvoir politique.
En Tunisie, et après avoir officiellement renoncé à inclure la chari’a dans la constitution, ils organisent dans les provinces et les villes de moyenne importance, loin de l’attention des médias occidentaux, des comités de vigilance religieux pour faire appliquer des règlements inspirés de la chari’a. Ce mouvement gagne progressivement les villes de plus grande importance et même les capitales où se multiplient les mesures d’interdiction en tous genres, la censure des spectacles et de la presse, la mise sous le boisseau des libertés fondamentales et, bien sûr, des droits des femmes et des minorités non sunnites.
Et ces forces politiques réactionnaires n’ont rien à craindre des prochaines échéances électorales. Largement financées par l’Arabie et le Qatar pour lesquels elles constituent un gage de soumission dans le monde arabe, elles ont tous les moyens d’acheter les consciences et de se constituer la clientèle qui perpétuera leur domination face à un paysage politique démocratique morcelé, sans moyens, dont il sera facile de dénoncer l’inspiration étrangère et donc impie.
La Libye et le Yémen ont sombré dans la confusion. Après que les forces de l’OTAN, outrepassant largement le mandat qui leur avait été confié par l’ONU, ont détruit le régime du peu recommandable Colonel Kadhafi, le pays se retrouve livré aux appétits de bandes et tribus rivales bien décidées à défendre par les armes leur pré carré local et leur accès à la rente. L’éphémère « Conseil National de transition » porté aux nues par l’ineffable Bernard Henri Lévy est en train de se dissoudre sous les coups de boutoir de chefs de gangs islamistes, dont plusieurs anciens adeptes d’Al-Qaïda, soutenus et financés par le Qatar qui entend bien avoir son mot à dire dans tout règlement de la question et prendre sa part dans l’exploitation des ressources du pays en hydrocarbures.
Au Yémen, le départ sans gloire du Président Ali Abdallah Saleh rouvre la porte aux forces centrifuges qui n’ont pas cessé d’agiter ce pays dont l’unité proclamée en 1990 entre le nord et le sud n’a jamais été bien digérée, surtout par l’Arabie Séoudite qui s’inquiétait des foucades de ce turbulent voisin et n’a eu de cesse d’y alimenter la subversion fondamentaliste. Aujourd’hui, les chefs de tribus sunnites du sud et de l’est du pays, dont certains se réclament d’Al-Qaïda et tous du salafisme, entretiennent un désordre sans fin aux portes de la capitale, Sana’a, fief d’une classe politique traditionnelle zaydite – branche dissidente du chi’isme – insupportable pour la légitimité de la famille séoudienne.
Seul le régime syrien résiste à ce mouvement généralisé d’islamisation au prix d’une incompréhension généralisée et de l’opprobre internationale.
Avant de développer ce sujet, je crois devoir faire une mise au point puisque d’aucuns croient déceler dans mes propos et prises de positions des relents d’extrême droite et de complaisance pour les dictatures.
Je me rends régulièrement en Syrie depuis 1966 et y ai résidé pendant plusieurs années. Je ne prétends pas connaître intimement ce pays mais je pense quand même mieux le connaître que certains de ces journalistes qui en reviennent pleins de certitudes après un voyage de trois ou quatre jours.
Mes activités m’ont amené à devoir fréquenter à divers titres les responsables des services de sécurité civils et militaires syriens depuis la fin des années 70. J’ai pu constater qu’ils ne font ni dans la dentelle ni dans la poésie et se comportent avec une absolue sauvagerie. Ce n’est pas qu’ils ont une conception différente des droits de l’homme de la nôtre. C’est qu’ils n’ont aucune conception des droits de l’homme…
Leur histoire explique en grande partie cette absence. D’abord, ils puisent leur manière d’être dans quatre siècle d’occupation par les Turcs ottomans, grands experts du pal, de l’écorchage vif et du découpage raffiné. Ensuite, ils ont été créés sous la houlette des troupes coloniales françaises pendant le mandat de 1920 à 1943, et, dès l’indépendance du pays, conseillés techniquement par d’anciens nazis réfugiés, de 1945 jusqu’au milieu des années 50, et ensuite par des experts du KGB jusqu’en 1990. Tout ceci n’a guère contribué à développer chez eux le sens de la douceur, de la tolérance et du respect humain.
Quant au régime syrien lui-même, il ne fait aucun doute dans mon esprit que c’est un régime autoritaire, brutal et fermé. Mais le régime syrien n’est pas la dictature d’un homme seul, ni même d’une famille, comme l’étaient les régimes tunisien, égyptien, libyen ou irakien. Tout comme son père, Bashar el-Assad n’est que la partie visible d’un iceberg communautaire complexe et son éventuel départ ne changerait strictement rien à la réalité des rapports de pouvoir et de force dans le pays. Il y a derrière lui 2 millions d’Alaouites encore plus résolus que lui à se battre pour leur survie et plusieurs millions de minoritaires qui ont tout à perdre d’une mainmise islamiste sur le pouvoir, seule évolution politique que l’Occident semble encourager et promouvoir dans la région.
Quand je suis allé pour la première fois en Syrie en 1966, le pays était encore politiquement dominé par sa majorité musulmane sunnite qui en détenait tous les leviers économiques et sociaux. Et les bourgeois sunnites achetaient encore – parfois par contrat notarié – des jeunes gens et de jeunes filles de la communauté alaouite dont ils faisaient de véritables esclaves à vie, manouvriers agricoles ou du bâtiment pour les garçons, bonnes à tout faire pour les filles.
Les Alaouites sont une communauté sociale et religieuse persécutée depuis plus de mille ans. Je vous en donne ici une description rapide et schématique qui ferait sans doute hurler les experts mais le temps nous manque pour en faire un exposé exhaustif.
Issus au Xè siècle aux frontières de l’empire arabe et de l’empire byzantin d’une lointaine scission du chiisme, ils pratiquent une sorte de syncrétisme mystique compliqué entre des éléments du chiisme, des éléments de panthéisme hellénistique, de mazdéisme persan et de christianisme byzantin. Ils se désignent eux mêmes sous le nom d’Alaouites – c’est à dire de partisans d’Ali, le gendre du prophète – quand ils veulent qu’on les prenne pour des Musulmans et sous le nom de Nosaïris – du nom de Ibn Nosaïr, le mystique chiite qui a fondé leur courant – quand ils veulent se distinguer des Musulmans. Et – de fait – ils sont aussi éloignés de l’Islam que peuvent l’être les chamanistes de Sibérie.
Et cela ne leur a pas porté bonheur…. Pour toutes les religions monothéistes révélées, il n’y a pas pire crime que l’apostasie. Les Alaouites sont considérés par l’Islam sunnite comme les pires des apostats. Cela leur a valu au XIVè siècle une fatwa du jurisconsulte salafiste Ibn Taymiyya, l’ancêtre du wahhabisme actuel, prescrivant leur persécution systématique et leur génocide. Bien que Ibn Taymiyyah soit considéré comme un exégète non autorisé, sa fatwa n’a jamais été remise en cause et est toujours d’actualité, notamment chez les salafistes, les wahhabites et les Frères musulmans. Pourchassés et persécutés, les Alaouites ont dû se réfugier dans les montagnes côtières arides entre le Liban et l’actuelle Turquie tout en donnant à leurs croyances un côté hermétique et ésotérique, s’autorisant la dissimulation et le mensonge pour échapper à leur tortionnaires.
Il leur a fallu attendre le milieu du XXè siècle pour prendre leur revanche. Soumis aux occupations militaires étrangères depuis des siècles, les bourgeois musulmans sunnites de Syrie ont commis l’erreur classique des parvenus lors de l’indépendance de leur pays en 1943. Considérant que le métier des armes était peu rémunérateur et que l’institution militaire n’était qu’un médiocre instrument de promotion sociale, ils n’ont pas voulu y envoyer leurs fils. Résultat : ils ont laissé l’encadrement de l’armée de leur tout jeune pays aux pauvres, c’est à dire les minorités : Chrétiens, Ismaéliens, Druzes, Chiites et surtout Alaouites. Et quand vous donnez le contrôle des armes aux pauvres et aux persécutés, vous prenez le risque à peu près certain qu’ils s’en servent pour voler les riches et se venger d’eux. C’est bien ce qui s’est produit en Syrie à partir des années 60.
Dans les années 70, Hafez el-Assad, issu d’une des plus modestes familles de la communauté alaouite, devenu chef de l’armée de l’air puis ministre de la défense, s’est emparé du pouvoir par la force pour assurer la revanche et la protection de la minorité à laquelle sa famille appartient et des minorités alliées – Chrétiens et Druzes – qui l’ont assisté dans sa marche au pouvoir. Ils s’est ensuite employé méthodiquement à assurer à ces minorités – et en particulier à la sienne – le contrôle de tous les leviers politiques, économiques et sociaux du pays selon des moyens et méthodes autoritaires dont vous pourrez trouver la description détaillée dans un article paru il y maintenant près de vingt ans.
Face à la montée du fondamentalisme qui progresse à la faveur de tous les bouleversements actuels du monde arabe, son successeur se retrouve comme les Juifs en Israël, le dos à la mer avec le seul choix de vaincre ou mourir. Les Alaouites ont été rejoints dans leur résistance par les autres minorités religieuses de Syrie, Druzes, Chi’ites, Ismaéliens et surtout par les Chrétiens de toutes obédiences instruits du sort de leurs frères d’Irak et des Coptes d’Égypte.
Car, contrairement à la litanie que colportent les bien-pensants qui affirment que « si l’on n’intervient pas en Syrie, le pays sombrera dans la guerre civile »…. eh bien non, le pays ne sombrera pas dans la guerre civile. La guerre civile, le pays est dedans depuis 1980 quand un commando de Frères musulmans s’est introduit dans l’école des cadets de l’armée de terre d’Alep, a soigneusement fait le tri des élèves officiers sunnites et des alaouites et a massacré 80 cadets alaouites au couteau et au fusil d’assaut en application de la fatwa d’Ibn Taymiyya. Les Frères l’ont payé cher en 1982 à Hama – fief de la confrérie – que l’oncle de l’actuel président a méthodiquement rasée en y faisant entre 10 et 20.000 morts. Mais les violences intercommunautaires n’ont jamais cessé depuis, même si le régime a tout fait pour les dissimuler.
Alors, proposer aux Alaouites et aux autres minorités non arabes ou non sunnites de Syrie d’accepter des réformes qui amèneraient les islamistes salafistes au pouvoir revient très exactement à proposer aux Afro-américains de revenir au statu quo antérieur à la guerre de sécession. Ils se battront, et avec sauvagerie, contre une telle perspective.
Peu habitué à la communication, le régime syrien en a laissé le monopole à l’opposition. Mais pas à n’importe quelle opposition. Car il existe en Syrie d’authentiques démocrates libéraux ouverts sur le monde, qui s’accommodent mal de l’autoritarisme du régime et qui espéraient de Bashar el-Assad une ouverture politique. Ils n’ont obtenu de lui que des espaces de liberté économique en échange d’un renoncement à des revendications de réformes libérales parfaitement justifiées. Mais ceux-là, sont trop dispersés, sans moyens et sans soutiens. Ils n’ont pas la parole et sont considérés comme inaudibles par les médias occidentaux car, en majorité, ils ne sont pas de ceux qui réclament le lynchage médiatisé du « dictateur » comme cela a été fait en Libye.
Si vous vous vous informez sur la Syrie par les médias écrits et audiovisuels, en particulier en France, vous n’aurez pas manqué de constater que toutes les informations concernant la situation sont sourcées « Observatoire syrien des droits de l’homme » (OSDH) ou plus laconiquement « ONG », ce qui revient au même, l’ONG en question étant toujours l’Observatoire syrien des droits de l’homme.
L’observatoire syrien des droits de l’homme, c’est une dénomination qui sonne bien aux oreilles occidentales dont il est devenu la source d’information privilégiée voire unique. Il n’a pourtant rien à voir avec la respectable Ligue internationale des droits de l’homme. C’est en fait une émanation de l’Association des Frères musulmans et il est dirigé par des militants islamistes dont certains ont été autrefois condamnés pour activisme violent, en particulier son fondateur et premier Président, Monsieur Ryadh el-Maleh. L’Osdh s’est installé à la fin des années 80 à Londres sous la houlette bienveillante des services anglo-saxons et fonctionne en quasi-totalité sur fonds séoudiens et maintenant qataris.
Je ne prétends nullement que les informations émanant de l’OSDH soient fausses, mais, compte tenu de la genèse et de l’orientation partisane de cet organisme, je suis tout de même surpris que les médias occidentaux et en particulier français l’utilisent comme source unique sans jamais chercher à recouper ce qui en émane.
Second favori des médias et des politiques occidentaux, le Conseil National Syrien, créé en 2011 à Istanbul sur le modèle du CNT libyen et à l’initiative non de l’État turc mais du parti islamiste AKP. Censé fédérer toutes les forces d’opposition au régime, le CNS a rapidement annoncé la couleur. Au sens propre du terme…. Le drapeau national syrien est composé de trois bandes horizontales. L’une de couleur noire qui était la couleur de la dynastie des Abbassides qui a régné sur le monde arabe du 9è au 13è siècle. L’autre de couleur blanche pour rappeler la dynastie des Omeyyades qui a régné au 7è et 8è siècle. Enfin, la troisième, de couleur rouge, censée représenter les aspirations socialisantes du régime. Dès sa création, le CNS a remplacé la bande rouge par la bande verte de l’islamisme comme vous pouvez le constater lors des manifestations anti-régime où l’on entend plutôt hurler « Allahou akbar ! » que des slogans démocratiques.
Cela dit, la place prédominante faite aux Frères musulmans au sein du CNS par l’AKP turc et le Département d’État américain a fini par exaspérer à peu près tout le monde. La Syrie n’est pas la Libye et les minorités qui représentent un bon quart de la population entendent avoir leur mot à dire, même au sein de l’opposition. Lors d’une visite d’une délégation d’opposants kurdes syriens à Washington en avril dernier, les choses se sont très mal passées. Les Kurdes sont musulmans sunnites mais pas Arabes. Et en tant que non-arabes, ils sont voués à un statut d’infériorité par les Frères. Venus se plaindre auprès du Département d’État de leur marginalisation au sein du CNS, ils se sont entendus répondre qu’ils devaient se soumettre à l’autorité des Frères ou se débrouiller tout seuls. Rentrés à Istanbul très fâchés, ils se sont joints à d’autres opposants minoritaires pour démettre le président du CNS, Bourhan Ghalioun, totalement inféodé aux Frères, et le remplacer par un Kurde, Abdelbassett Saïda qui fera ce qu’il pourra – c’est à dire pas grand chose – pour ne perdre ni l’hospitalité des islamistes turcs, ni l’appui politique des néo-conservateurs Américains, ni, surtout, l’appui financier des Séoudiens et des Qataris.
Tout cela fait désordre, bien sûr, mais est surtout révélateur de l’orientation que les États islamistes appuyés par les néo-conservateurs américains entendent donner aux mouvements de contestation dans le monde arabe.
Ce ne sont évidemment pas ces constatations qui vont rassurer les minorités de Syrie et les inciter à la conciliation ou à la retenue. Les minorités de Syrie – en particulier, les Alaouites qui sont en possession des appareils de contrainte de l’État – sont des minorités inquiètes pour leur survie qu’elles défendront par la violence. Faire sortir le président syrien du jeu peut à la rigueur avoir une portée symbolique mais ne changera rien au problème. Ce n’est pas lui qui est visé, ce n’est pas lui qui est en cause, c’est l’ensemble de sa communauté qui se montrera encore plus violente et agressive si elle perd ses repères et ses chefs. Plus le temps passe, plus la communauté internationale entendra exercer des pressions sur les minorités menacées, plus les choses empireront sur le modèle de la guerre civile libanaise qui a ensanglanté ce pays de 1975 à 1990.
Il aurait peut être été possible à la communauté internationale de changer la donne il y a un an en exigeant du pouvoir syrien des réformes libérales en échange d’une protection internationale assurée aux minorités menacées. Et puisque l’Arabie et la Qatar – deux monarchies théocratiques se réclamant du wahhabisme – sont théoriquement nos amies et nos alliées, nous aurions pu leur demander de déclarer la fatwa d’Ibn Taymiyyah obsolète, nulle et non avenue afin de calmer le jeu. Il n’en a rien été. À ces minorités syriennes menacées, l’Occident, France en tête, n’a opposé que la condamnation sans appel et l’anathème parfois hystérique tout en provoquant partout – politiquement et parfois militairement – l’accession des intégristes islamistes au pouvoir et la suprématie des États théocratiques soutenant le salafisme politique.
Débarrassés des ténors sans doute peu vertueux du nationalisme arabe, de Saddam Hussein, de Ben Ali, de Moubarak, de Kadhafi, à l’abri des critiques de l’Irak, de l’Algérie et de la Syrie englués dans leurs conflits internes, les théocraties pétrolières n’ont eu aucun mal à prendre avec leurs pétrodollars le contrôle de la Ligue Arabe et d’en faire un instrument de pression sur la communauté internationale et l’ONU en faveur des mouvements politiques fondamentalistes qui confortent leur légitimité et les mettent à l’abri de toute forme de contestation démocratique.
Que les monarchies réactionnaires défendent leurs intérêts et que les forces politiques fondamentalistes cherchent à s’emparer d’un pouvoir qu’elles guignent depuis près d’un siècle n’a rien de particulièrement surprenant. Plus étrange apparaît en revanche l’empressement des Occidentaux à favoriser partout les entreprises intégristes encore moins démocratiques que les dictatures auxquelles elles se substituent et à vouer aux gémonies ceux qui leur résistent.
Prompt à condamner l’islamisme chez lui, l’Occident se retrouve à en encourager les manœuvres dans le monde arabe et musulman. La France, qui n’a pas hésité à engager toute sa force militaire pour éliminer Kadhafi au profit des djihadistes et à appeler la communauté internationale à en faire autant avec Bashar el-Assad, assiste, l’arme au pied, au dépeçage du Mali par des hordes criminelles qui se disent islamistes parce que leurs rivaux politiques ne le sont pas.
De même les médias et les politiques occidentaux ont assisté sans broncher à la répression sanglante par les chars séoudiens et émiratis des contestataires du Bahraïn, pays à majorité chiite gouverné par un autocrate réactionnaire sunnite. De même les massacres répétés de Chrétiens nigérians par les milices du Boko Haram ne suscitent guère l’intérêt des médias et encore moins la condamnation par nos politiques. Quant à l’enlèvement et la séquestration durable de quatre membres de la Cour Pénale Internationale par des « révolutionnaires » libyens, elle est traitée en mode mineur et passe à peu près inaperçue dans nos médias dont on imagine l’indignation explosive si cet enlèvement avait été le fait des autorités syriennes, algériennes ou de tel autre pays non encore « rentré dans le rang » des « démocratures », ces dictatures islamistes sorties des urnes.
À défaut de logique, la morale et la raison nous invitent tout de même à nous interroger sur cette curieuse schizophrénie de nos politiques et nos médias. L’avenir dira si notre fascination infantile pour le néo-populisme véhiculé par Internet et si les investissements massifs du Qatar et de l’Arabie dans nos économies en crise valaient notre complaisance face à la montée d’une barbarie dont nous aurions tort de croire que nous sommes à l’abri.
Alain CHOUET
Source : Les-Crises.fr (Blog d’Olivier Berruyer sur les crises actuelles)
URL de cet article 17546
http://www.legrandsoir.info/analyse-de-la-situation-en-syrie.html
 
dimanche 26 août 2012
 

Loin de s'effondrer, le régime syrien est passé à l'offensive .





Les services de renseignements occidentaux ont parfaitement conscience de la situation et ont alerté leurs gouvernements sur la nécessité de faire " quelques chose " pour sauver leurs protégés de la déroute qui s'annonce.



Kharroubi Habib
Dimanche 26 Août 2012

Loin de s'effondrer, le régime syrien est passé à l'offensive .

Ces derniers jours, les puissances occidentales ont musclé à l'extrême leurs déclarations anti-régime syrien et agitent l'option de leur intervention militaire contre lui. Ce qui en est la cause est la réalité du terrain en Syrie telle qu'elle est en train d'évoluer suite à l'offensive généralisée lancée par l'armée régulière contre les bastions tenus par la rébellion. Il s'avère que malgré l'armement et le soutien logistique que lui fournissent ces puissances et certains États de la région, malgré l'afflux de " volontaires " étrangers dans ses rangs, la rébellion armée syrienne n'est pas en mesure de contenir l'assaut des forces gouvernementales et se retrouve dans une mauvaise posture en danger de déroute.

Les services de renseignements occidentaux ont parfaitement conscience de la situation et ont alerté leurs gouvernements sur la nécessité de faire " quelques chose " pour sauver leurs protégés de la déroute qui s'annonce. D'où les contacts et les consultations engagés par ces gouvernements pour s'entendre sur la forme que prendra l'intervention directe de leurs Etats aux côtés de la rébellion armée syrienne, car à leur niveau le principe de cette intervention n'est plus sujet à débat. Pour ces Etats, il s'agit seulement de fournir à celle-ci le prétexte pouvant la rendre acceptable aux yeux de l'opinion et de la communauté internationales. Celui d'une " zone libérée " en territoire syrien par la rébellion armée qu'il faudra protéger des attaques de l'armée régulière n'est plus d'actualité compte tenu de l'évolution de la situation sur le terrain.


Même si elles en parlent encore, les puissances anti-régime syrien ne croient plus en cette perspective, Washington lui a apparemment trouvé un substitut, celui de la menace des armes chimiques dont dispose le régime syrien et dont Obama a tout récemment averti que leur déplacement constituerait un cas de " casus belli " qui obligerait les Etats-Unis à intervenir. Déplacement pouvant à tout moment être rendu possible pour des raisons de sécurité mais auquel évidemment Washington attribuera la raison de l'utilisation de ces armes chimiques qu'elle a dit redouter. C'est pourquoi l'on assiste depuis quelques jours à la multiplication de déclarations et d'analyses occidentales tendant à faire croire à l'imminence de cette utilisation en faisant valoir au mépris de la réalité de la tournure prise par la confrontation en Syrie que le régime étant acculé aux abois et près de l'effondrement n'hésitera pas à faire usage de ces armes chimiques.


Non seulement le régime ne s'effondre pas en Syrie mais il démontre qu'il est en train de prendre le dessus sur la rébellion armée aussi bien militairement qu'auprès de l'opinion syrienne qui découvre peu à peu les véritables nature et objectifs de cette rébellion et des puissances étrangères qui la soutiennent. Situation dont Brahimi n'ignore rien et dont il tiendra compte pour établir le plan de paix qu'il devra soumettre à la communauté internationale et aux belligérants syriens. Ce que redoutent de son pragmatisme les puissances occidentales et arabes qui ont décidé depuis le début du conflit que l'issue de ce dernier ne doit être que le départ de Bachar El-Assad et la chute de son régime. Quitte pour cela à mettre la communauté internationale devant le fait accompli d'une intervention militaire à laquelle elle n'aura pas donné son feu vert. Avec toutes les conséquences dangereuses pour la paix dans la région et dans le monde qu'elle entraînera inéluctablement et le chaos absolu qui s'installera en Syrie une fois l'opération engagée.


http://www.lequotidien-oran.com/?news=5172190
 
jeudi 16 août 2012
 

Nucléaire Iranien : Prétexte & Préméditation…

 

 

Georges STANECHY
Diplomatie des “Traités Peaux-Rouges”
Je nourris une vive admiration pour la nouvelle génération des diplomates Iraniens menés par l’actuel, et remarquable, ministre des affaires étrangères Salehi. Ainsi que par son prédécesseur Mottaki, qui sera probablement le futur président de l’Iran, ce que je souhaite.


Tous impressionnants par leur vision et leur maîtrise géopolitiques : polyglottes, pluriculturels. Nourris d’une profonde connaissance des nations et de leurs substrats : philosophiques et religieux, historiques, culturels, économiques. En comparaison, les nôtres et leurs sbires sont minables d’imbécillité et de servilité. La Grande-Bretagne n’ayant rien à envier à la France en ce domaine : pathétique William Hague « droit dans ses bottes » de ganache, comme nos Kouchner, Juppé ou Fabius…
Les diplomates Iraniens s’amusent de la diplomatie des “Traités Peaux-Rouges” (Redskins Treaties) que veut leur imposer l’Empire. Ces tristement célèbres, soi-disant, “Traités de Paix” imposés par les colons européens aux tribus amérindiennes de l’Amérique du nord, lors de l’édification des USA. A l’époque, c’était pour les spolier de leurs terres ancestrales.
Le pouvoir colonial signait un “Traité de Paix” pour leur imposer des conditions de partage des terres et des principes de cohabitation. Dès leur signature, ils n’étaient pas respectés par les colons envahisseurs. D’où nouveau conflit, que les nations amérindiennes perdaient, malgré leur héroïsme au combat, du fait du différentiel technologique avec les conquérants. Se concluant par de nouvelles concessions et un nouveau ’Traité’. Pas davantage respecté que les précédents. Et, ainsi de suite.
Incessant, implacable, grignotage. Celui des termites. Jusqu’à l’anéantissement total des Nations Peaux-Rouges, ou leur marginalisation complète. (1) C’est ce qui a été appliqué par l’Occident à la Chine pendant un siècle (1840-1940), et dont on ne parle jamais dans nos livres d’histoire : un “Traité” suivant l’autre pour mieux piller et asservir la Chine. (2) Ou encore tragiquement, de nos jours, depuis plus de 60 ans, même si le contexte est différent, en Palestine. Un “Accord” suivant l’autre… Entre autres exemples.
Le chercheur iranien Mostafa Ahmadi Roshan assassiné à l’âge de 32 ans. Son fils Ali Reza.
En fait, si les Iraniens renoncent à leurs recherches et développements dans les disciplines de l’atome, il leur sera exigé dès le lendemain exactement l’équivalent dans l’aérospatial (mise en orbite par leurs propres lanceurs de leurs satellites d’observation, de télécommunications, etc.). Car cela, bien évidemment, représenterait de la part d’une nation aux « intentions malveillantes », une « menace inacceptable pour la protection de notre civilisation », et autres fariboles. D’où nouvelles résolutions, nouvelles sanctions, etc.
S’ils acceptaient d’y renoncer aussi, ce serait, immédiatement, leurs recherches et développement dans les nanotechnologies qu’ils devraient consentir à éradiquer. Domaine fondamental pour l’avenir scientifique, dans lequel l’Iran est en train de prendre une place d’excellence. Ce qui constitue une « menace insupportable ». Sinon : nouvelles résolutions, nouvelles sanctions, nouvelles menaces. Cela n’arrêterait pas, dans une diabolisation permanente.
Les diplomates Iraniens ont parfaitement intégré que leur pays représente le cœur de cible de la domination impériale actuelle. Le “sort” de la Russie et de la Chine venant après la totale domestication du monde arabo-musulman. La “littérature” des Think Tanks US déborde de ces rapports de politique-fiction, ou de prospective-fiction, aussi délirants qu’inquiétants par leur niveau de psychopathie.
Mis en perspective géopolitque, les vetos Russe et Chinois, contre l’invasion de la Syrie par les forces occidentales, n’ont donc rien à voir avec le maintien d’une base navale ou d’un marché quelconque pour leur commerce extérieur. C’est un coup de semonce à l’encontre d’une utopie géopolitique que la nomenklatura de l’Empire, imbibée de mégalomanie, se refuse à entendre.
Culte de l’Assassinat et de la Terreur  
Au-delà des guerres économiques et médiatiques qui lui sont imposées sans interruption depuis 1979, l’Iran se prépare donc, minutieusement, à affronter les deux priorités des pays de l’OTAN le concernant :
i) La destruction et le démembrement du pays en régions ethniques, via l’invasion ou la guerre civile “importée” (à partir de leurs bases secrètes de mercenaires en Azerbaïdjan, au Kurdistan irakien et au Baloutchistan pakistanais). Ou les deux à la fois suivant le modèle Irakien ou Libyen.
ii) “L’arriération” du pays, ou le “gap technologique imposé” qui est un axe majeur de l’idéologie occidentale s’appliquant à tous les pays, non seulement arabes mais musulmans dans leur ensemble. Car, les Iraniens ne sont pas arabes, pas plus que les Afghans, ou les Pakistanais.
C’est l’élimination programmée de tous les vecteurs des connaissances scientifiques : centres de recherches des universités et chercheurs, hommes ou femmes. Ce qui permet, au passage, à la propagande islamophobe de broder sur l’incompatibilité de l’Islam avec la Science ou la Connaissance …
Le pôle de recherche et développement Iranien dans de multiples domaines structurant, avec ses nombreuses femmes scientifiques, le rapide et puissant développement du pays, est prioritairement visé. Plusieurs de ses enseignants-chercheurs ont déjà été assassinés ou, lors de déplacements à l’étranger, enlevés.
L’Iranienne Shahrzad Mir-Qolikhan retrouve ses filles jumelles qu’elle n’avait pas vues depuis 5 ans, à son arrivée le 7 août 2012 à l’aéroport de Mascate (Oman)
Dans le meilleur des cas, “l’enlèvement” prend la forme de “l’extradition” aux USA, par des pays complaisants sous un prétexte quelconque. Ce fut le cas emblématique de la scientifique Iranienne Shahrzad Mir-Qolikhan et de son mari. Lui, fut arrêté en Autriche, puis libéré pour insuffisance d’éléments probants. Les autorités US l’accusant de tenter d’obtenir des lunettes de vision nocturne. Ce qu’il a toujours nié, sachant qu’il s’agit d’un matériel courant que n’importe quelle usine chinoise, fabriquant alarmes ou télécommandes à infrarouge, peut fournir par container…
Son épouse, fut arrêtée et extradée alors qu’elle était en vacances à Chypre. Condamnée à 5 ans de prison en 2007 au prétexte d’avoir essayé d’acheter en Occident des matériels, ou des “biens et technologies”, dits à « double usage ». Pure affabulation, aucune preuve n’ayant été fournie au tribunal des USA prononçant la condamnation.
Un mot sur ce matériel à « double usage ». (3) Invention ubuesque des Inquisiteurs US qui en ont imposé la législation à l’Union Européenne et à ses membres. Chacun s’empressant, dans un zèle moutonnier et servile, d’en assurer l’application. Argutie bureaucratique d’une incroyable stupidité, consistant à élaborer des listes arbitraires, l’arbitraire n’ayant aucune limite dans les interprétations, de matériels considérés comme étant utilisables aussi bien pour un usage civil que militaire, avec ses ramifications réelles ou supposées : terroriste, nucléaire, chimique, bactériologique. Usage autorisé pour les pays occidentaux, mais pas les autres…
Autrement dit, ce qui est arrivé à plusieurs chercheurs Iraniens, si vous procédez à des consultations pour l’achat d’un microscope électronique, par exemple, pour des recherches médicales ou géologiques, il pourra vous être opposé que vous le destinez à un usage de prolifération nucléaire ou, encore, pour la conception d’armes bactériologiques. Au libre choix de l’Inquisiteur du moment.
Vous nourrissez des ’intentions malveillantes’, induisant une ’capacité de réalisation’. Une : ’capability’. Critère devenu la désignation du sommet du crime, le ’sceau du Diable’. Vous êtes, en conséquence, un ’terroriste’ par “intention”, vous menacez gravement l’avenir de la planète.
Et, le tour est joué. Vous êtes arrêté, extradé, inculpé, emprisonné. Après, bien évidemment, un tabassage scrupuleux pour s’assurer de la réalité de vos ’intentions malveillantes’, si elles ont manqué de conviction lors des interrogatoires. Ubu est repu de satisfaction !... Torquemada et la Nouvelle Inquisition en dansent de joie autour du bûcher !...
Oubliant que même un “balai-brosse” est un « bien à double usage », utilisé avec autant d’énergie dans des locaux militaires que civils… Mais, comment faire comprendre l’imbécilité d’un concept à un halluciné, un paranoïaque qui a peur de son ombre ?… Dont la mégalomanie incommensurable le persuade d’être le seul à détenir, pour l’éternité et dans tout l’univers, un « bien » ou une « technologie », quel qu’en soit l’usage ?...
L’acharnement des services US à l’encontre de cette Iranienne relève d’une opération d’intimidation à l’égard des scientifiques de son pays, tout spécialement envers les femmes Iraniennes extrêmement nombreuses dans toutes les disciplines de la recherche fondamentale et appliquée. L’intervention du Sultan d’Oman, Qabus ibn Saïd, auprès de ses geôliers a permis de raccourcir sa peine de 6 mois… Retrouvant sa famille à Mascate, capitale d’Oman, le 7 août dernier, au cours d’une escale avant de rentrer en Iran.
Le témoignage deShahrzad Mir-Qolikhan est effrayant par la lumière qu’il projette sur nos Etats policiers déglingués par la bêtise et la violence. Internée en Floride, elle a raconté les sévices terrifiants, humiliants, y compris sexuels, allant jusqu’à la torture par le personnel pénitentiaire (… terrifying ordeal and mistreatment at the hands of prison staff) : « Je suis dégoûtée … de ces gens et de la manière dont ils m’ont traitée », (“I am disgusted… by these people and their treatment”). (4)
L’objectif est d’infliger à l’Iran ce que l’Irak a subi et continue d’endurer : l’éradication de son pôle académique de recherche et développement, de son patrimoine culturel millénaire. On sait que les musées d’Irak et sites archéologiques ont été parmi les premiers lieux de destruction et de pillage lors de l’invasion occidentale, dans un acte délibéré et soigneusement préparé. Cela n’a pas cessé.
Rien qu’en Irak depuis l’invasion occidentale, officiellement recensés par le gouvernement actuel, ce sont 530 chercheurs (hommes et femmes) de haut niveau, dans toutes les disciplines (y compris sciences médicales et vétérinaires…) qui ont été assassinés dans le climat ambiant, sciemment entretenu, d’insécurité et de guerre civile. Visiblement suite à une liste bien établie et un ordonnancement impitoyable (la plupart exécutés chez eux ou à la sortie de leur domicile, souvent avec leurs enfants), parfaitement maîtrisés par les services spéciaux occidentaux.
Une campagne de solidarité internationale menée par le « BRussells Tribunal » (5) essaie de mobiliser l’attention des gouvernants et des opinions publiques des pays occidentaux sur ces crimes. Sans grand succès du fait de la censure de leurs médias, y compris publics. Une première liste nominative de tous ces scientifiques et intellectuels Irakiens a été établie. Elle comprenait 470 noms, au 30 Avril 2012. D’autres noms étaient en instance de vérification quant aux données biographiques et aux circonstances de leur assassinat.
Hors circuit et médias de la propagande, tous les observateurs, témoins, spécialistes de la région ou des opérations spéciales, n’hésitent pas à imputer ces meurtres au Mossad israélien sous la couverture des forces d’occupation américaine.
Tel le professeur Irakien Ismail Jalili qui, courageusement, avait présenté une émouvante communication, lors d’une réunion internationale tenue à Madrid les 23-24 avril 2006, “Madrid International Conference on the Assassinations of Iraqi Academics”, intitulée (6) : « Plight of Iraqi Academics » (La situation désespérée des enseignants-chercheurs Irakiens).
Sujet oublié, occulté, de nos journalistes d’investigation, Droits de l’Hommiste, et Belles Ames…
Un séminaire s’est tenu à Gand, en Belgique, en mars 2011, organisé par l’Association « BRussells Tribunal », regroupant des chercheurs occidentaux solidaires, pour élaborer une “Charte de Défense des Enseignants-Chercheurs Irakiens”. (7)
La réponse des gouvernements occidentaux fut claire, dès la clôture de ce séminaire international, outre l’étouffement médiatique de ces réunions et manifestations de solidarité : les assassinats ont redoublé. Dans l’impunité.
Le professeur Zaïd Abdul Mun’im assassiné le 3 avril 2011 et la carcasse de son véhicule piégé par une bombe
Ainsi, le 3 avril 2011, le professeur Zaïd Abdul Mun’im de l’Université Al-Mustansiriya de Bagdad, directeur de recherche au département moléculaire, meurt dans l’explosion de son véhicule piégé par une bombe. (8) Le 29 mars 2011, une semaine auparavant c’était l’éminent chirurgien et Doyen de la Faculté de médecine de la même université, Mohammed Alwan, qui était assassiné. L’un et l’autre n’ayant aucune affiliation politique…
Rappelons que les enseignants-chercheurs du Pakistan n’échappent pas à ces escadrons de la mort. Et, le martyre de la spécialiste Pakistanaise en neurosciences Aafia Siddiqui (9) est là pour rappeler jusqu’où peut aller l’élimination et l’intimidation de tout chercheur qui n’adopterait pas le profil de « collabo » qui lui serait imposé…
Les événements actuels en Syrie sont une autre illustration de cette pratique des services spéciaux occidentaux. Les commandos de mercenaires dévastant la Syrie, actuellement, auraient eu parmi leurs cibles prioritaires de nombreux chercheurs et cadres de haut niveau (hôpitaux et centrales électriques, tout particulièrement). Le décompte de ces meurtres “ciblés” ne pourra être établi avec précision qu’à la fin de la période d’insécurité organisée par les pays de l’OTAN.
A ces exécutions sommaires, se sont ajoutés ravages et pillages de son patrimoine culturel. L’archéologue libanaise Joanne Farchakh fait état du nombre impressionnant de pillages et destructions de musées, églises, monastères (notamment celui de Sednaya), châteaux-forts des Royaumes Latins ou Croisés (château d’al-Madiq), mosquées (celle de Deraa, entièrement détruite), sites archéologiques. Qualifiant la situation du patrimoine historique, multiculturel, de la Syrie, un des plus riches au monde, comme étant devenue : « catastrophique ». (10)
Certaines opérations de pillage ont été, comme en Irak, méticuleusement préparées, vraisemblablement de longue date. Exemple : des témoins ont vu des pillards équipés de bulldozers pour enlever et transporter les mosaïques Romaines, d’une inestimable valeur, du site d’Apamea. Même mode opératoire, lors du pillage des vestiges de l’Empire Byzantin dans le nord de la Syrie à al-Bara, Deir Sunbel and Ain Larose. Le temple millénaire, datant de l’Empire Assyrien, de Tell Sheikh Hamad a été entièrement détruit.
Evidente signature d’une implacable, cynique, sanguinaire, spoliatrice, politique de l’Occident dans le monde arabo-musulman : la destruction de la Connaissance, du Savoir, de la Recherche, du Patrimoine Culturel.
En bref, de l’Histoire et de la Renaissance d’une Civilisation…
Dialogue et Respect Mutuel 
Il est plus qu’évident que les Iraniens, tout en étant ouvert aux discussions concernant la recherche nucléaire, connaissant la mauvaise foi criminelle, la barbarie, de leurs interlocuteurs, ne braderont pas leurs droits relevant de la souveraineté nationale et de leur destin collectif.
Leurs dirigeants ont lutté, jeunes, contre l’atroce dictature du Shah et de sa sinistre police la SAVAK, protégée des occidentaux qui pillaient le pays de ses richesses. Ils ont tous combattu pendant 8 ans, en première ligne dans les tranchées et les gaz de combat, contre les mercenaires de Saddam Hussein approvisionnées par tous les arsenaux de l’OTAN. Ce sont des durs à cuire. Ils ne craignent personne et ne cèderont pas.
Ainsi, les diplomates Iraniens, avec leur courtoisie coutumière, garderont patience et écoute face à des négociateurs occidentaux tellement drogués d’arrogance qu’ils ne sont capables que de répéter, en perroquets dressés, les vieux clichés de la diplomatie du XIX° siècle : celle de la canonnière.
Forgeant, pendant ce temps, de solides relations avec les puissances économiques montantes, préparant l’avenir de leur Nation…
Car, “Le Temps” est la meilleure arme contre le mépris mégalomaniaque des Empires s’estimant éternels, prétendant dans leur toute-puissance éphémère que la loi, “La Loi du Plus Fort”, dictée par leur caste au pouvoir, émane telle une prescription divine de “La Communauté Internationale”. Morgue, insolence du prédateur imbu de sa force, qui excèdent dès à présent tous les pays non inféodés à l’OTAN, et non des moindres.
Signal, alarme, stridents, parmi d’autres : un des principaux groupes de médias chinois, Global Times, publie le 9 août 2012 un article d’une extrême clarté et parfaitement argumenté. Intitulé : « Les USA ont perdu toute crédibilité sur le dossier Nucléaire Iranien » (11)
D’une précision chirurgicale dans le raisonnement, il fait ressortir que les USA ne veulent pas négocier avec l’Iran mais, en réalité, le détruire et l’envahir comme ils l’ont fait pour l’Irak. Sur fondement de mensonges.
Les Chinois choqués de voir le gouvernement américain “sanctionner” arbitrairement certains de leurs établissements, notamment la Bank of Kunlun, en violation flagrante du droit international (…“blatant violation of international law” …), afin de poursuivre ses objectifs de politique étrangère. Rappelant que le commerce de la Chine avec l’Iran respecte scrupuleusement le droit international et les résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU.
Les ’sanctions’ à répétition émises par le Congrès des USA, qui n’est que le parlement d’un Etat, concourent inéluctablement, durablement, à dresser les autres Etats souverains contre des exigences autant illégales que contraires à leurs intérêts immédiats et à long terme. Très exactement, comme les exigences de Napoléon, imposant un Blocus Continental à l’Europe, avaient provoqué contre lui l’union de l’ensemble des nations européennes, précipitant la chute de son Empire…
La conclusion de l’article en établit l’enjeu implicite, mais vital :
«  Encore plus important, ces sanctions américaines revendiquent le droit de contrôler l’activité économique des citoyens et des entreprises de la Chine afin d’atteindre les objectifs propres aux USA …
En conséquence, il est extrêmement important que le reste du monde résiste à ces tentatives permanentes des USA de contrôler le cours des négociations, tout en niant les droits souverains des autres nations à poursuivre des relations commerciales légitimes avec l’Iran ». (12)
Eclairage important. Loin d’être « isolé » l’Iran, avec son éminente diplomatie fondée sur le respect mutuel entre Etats, est de plus en plus soutenu par le reste du monde.
En témoigne la Conférence Internationale sur la Syrie, ’Tehran Consultative Meeting on Syria’, organisée à Téhéran le 9 août 2012, qui a réuni les représentants de 30 pays. Emettant des recommandations empreintes, dans une déclaration finale, de réalisme constructif et de sagesse. Complètement occultées par nos médias abrutis par leur travail de désinformation…
Participant, à l’invitation des saoudiens, au sommet de l’OIC (Organization of Islamic Conference – Organisation de la Coopération Islamique), regroupant 56 pays de confession à majorité musulmane de la planète, qui se tiendra à La Mecque le 14 août 2012. Geste marquant des saoudiens, démontrant une volonté d’apaiser leurs agressives relations avec l’Iran… Malgré les pressions incessantes des USA.
Témoin aussi, le prochain sommet qui va se tenir à Téhéran du 26 au 31 août prochain. Celui des Pays Non Alignés (Non-Aligned Movement / NAM), organisation internationale réunissant 120 Etats et 21 pays avec le statut d’observateurs. L’Iran va, dans le cadre de la présidence tournante, en assurer la présidence pour les trois années à venir. Là encore, les USA exerçant d’énormes pressions pour que le nouveau président égyptien boycotte ce sommet…
L’Iran montre ainsi l’exemple de l’échange constructif, bâtissant avec ténacité de solides liens avec de nombreux partenaires. (13) Conscient que seuls dialogue et solidarité entre nations assureront l’avenir de notre planète. Et, non pas : mépris et hyperviolence.
Dans son aveuglement la nomenklatura de l’Occident, engluée dans ses postures coloniales d’un autre âge, ne l’a pas encore compris…
Georges STANECHY
1. Billet/ “Géronimo” : http://stanechy.over-blog.com/article-geronimo-73423407.html
2. Billet/ “Excuses d’un Français au Peuple Chinois” : http://stanechy.over-blog.com/article-18658527.html
3. Biens et technologies à « double usage » dans la législation française : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/enjeux-internationaux/desarmement-maitrise-des-armements/le-controle-des-exportations/le-dispositif-national-de-controle/biens-et-technologies-a-double/
4. “Mir-Qolikhan ordeals reveal US rights abuse : Lawmaker”, Press TV, 9 août 2012, http://www.presstv.ir/detail/2012/08/09/255373/mirqolikhan-case-shows-us-rights-abuse/
5. BRussells Tribunal, http://www.brussellstribunal.org/
6. “Mossad Has Murdered 530 Iraqi Scientists, Academics”, Al Jazeera, 9 mai 2006, http://www.aljazeera.com/me.asp?service_ID=11311 & http://www.axisoflogic.com/artman/publish/Article_21935.shtml
7. The Ghent Charter in Defense of Iraqi Academia (March 2011)
8. Dina Al Shibeeb, “Iraqi scientists, doctors, targeted”, Al Arabiya, 9 avril 2012, http://www.alarabiya.net/articles/2011/04/09/144874.html
9. Billet/ “Journée de La femme – Hommage à Aafia Siddiqui” : http://stanechy.over-blog.com/article-journee-de-la-femme-hommage-a-aafia-siddiqui-68824034.html
10. “Ancient Syrian sites extensively looted, pulverized amid clashes”, Press TV, 9 août 2012, http://www.presstv.ir/detail/2012/08/09/255326/ancient-syrian-sites-looted-destructed/
11. “US has shed all credibility over Iranian nuclear issue”, Global Times, 9 août 2012, http://www.globaltimes.cn/content/726145.shtml
12. “More importantly, these US sanctions assert the right to control the economic activity of Chinese citizens and companies in order to advance US goals...
This makes it all the more important that the rest of the world resist these continued US attempts to control the course of negotiations while denying the sovereign rights of other nations to conduct a lawful trade with Iran. ”, Global Times, Op. Cit.
13. Kaveh L. Afrabiasi, “Iran’s new Summit Diplomacy”, Asia Times, 10 août 2012, http://www.atimes.com/atimes/Middle_East/NH10Ak03.html
 
dimanche 12 août 2012
 

Faux-imam Chalghoumi : la vérité sur une escroquerie islamophobe.

 

 

Faux-imam Chalghoumi : la vérité sur une escroquerie islamophobe
Par Malika Bennabi.
CHALGHOUMI 1
Mosquée de Drancy & Conférence des Imams de France : business & trafic de Chalghoumi.
Le vrai imam de la mosquée de Drancy s’appelle cheikh Noureddine, imam d’origine comorienne. Cet imam a succédé à cheikh Houdeyyfa, imam d’origine égyptienne, ancien imam de Drancy depuis la construction de cette mosquée. Mais, parce que cet imam a refusé de suivre Chalghoumi dans son hystérie affairiste et islamophobe, Chalghoumi l’a chassé et dénoncé à la police comme islamiste sans-papier.
Alors, il est parti et TOUS les dirigeants de la mosquée ont démissionné. Mais l’honneur de ces hommes pieux, honnêtes et généreux a été sali.
Chalghoumi n’a jamais été imam. Il n y’a aucune photo le montrant prêchant sur le Minbar, la chaire du Vendredi. Pourtant en juin 2009, avec les conseils et le financement du CRIF, il a créé la Conférence des Imams de France. Christine Boutin, l’ancienne ministre sarkozyste du logement, a été réquisitionné pour parrainer cette supercherie. Ce label lucratif pour se remplir les poches et ravir la couronne du représentant de l’islam de France. Cet écran de fumée pour salir, mystifier et embrumer l’image de l’islam, pour couvrir, justifier et enflammer l’islamophobie.
En 3 ans d’exercice, la Conférence des imams de France dont le trésorier a démissionné avec fracas, n’a enregistré aucun adhérent, aucun PV de réunion, mais elle a encaissé plusieurs subventions et soutiens : CRIF : Conseil Représentait des Institutions juives de France. ADL : Anti-diffamation Ligue, un lobby sioniste américain. Bnai Brith : la puissante loge maçonnique juive. Fondation Rothschild, dont le patronyme fait saliver et trembler la finance et la politique. Association France-Israël. UPJF : Union des Patrons des Juifs de France qui lui ont remis en 2011 le Prix de l’Amitié juive après l’avoir remis, l’année précédente, au ministre islamophobe Hortefeux…
Le couple de la honte Chalghoumi-Hortefeux : pile et face d’une même coupe nauséabonde !
Chalghoumi est donc un faux-imam, non pas parce qu’il n’a appris qu’une partie du Coran, mais parce qu’il le trahit. Même s’il était le fils du fondamentalisme Tabligh, Chalghoumi s’est révélé l’enfant gâté du despotisme du raïs tunisien et de l’affairisme des caïds et des vauriens… adopté par le sionisme parisien. C’est Jacques Attali qui a dit: « la bourgeoisie juive a décidé de financer les imams modérés. » mais c’est un faux-imam qui a raflé la mise !
Mosquée de Drancy : l’autre escroquerie !
La mosquée de Drancy est née d’un mensonge animé par des calculs politiciens. Comme l’a révélé Le Parisien dans son article « Quand le maire se félicite d’avoir menti… », le député-maire de Drancy, Jean-Christophe Lagarde, a caché aux habitants de se ville et mêmes aux élus de sa mairie le projet et le chantier de la mosquée qu’il était en train de construire. Lagarde a, ainsi, violé la laïcité et trompé les citoyens de Drancy. Officiellement, c’était une salle polyvalente. Une mosquée construite dans le secret, avec une forme architecturale bâtarde (apparence d’un gymnase), avec un emplacement éloigné des regards (entre une voie de chemin de fer et un terrain de foot), sans aucune communication, ne figurant même pas sur les panneaux de signalisation. Une mosquée née et inaugurée dans le plus grand secret, même le journal de la ville s’est gardé d’en parler ! Une mosquée dans l’ombre de Lagarde : érigée pour le servir et dirigée par son serviteur. Chalghoumi, qui tractait pour la campagne de Lagarde, a été parachuté par ce dernier Président de l’association qui dirige cette mosquée.
Le 14 février 2008 (soit un mois avant l’élection municipale), le conseil municipal a voté une convention d’occupation de cette salle entre la commune et l’association culturelle que préside Chalghoumi. Un bail renouvelable en février 2014… soit un mois avant la prochaine élection municipale ! Tout est calcul ! En contrepartie, Chalghoumi roule par Lagarde, et pas seulement pendant les élections !

Exemple, en Octobre 2009, Chalghoumi a placardé dans sa mosquée une virulente lettre recommandée adressée à Claude Bartolone pour défendre Lagarde. Extrait : « (
…) déclarer et sous-entendre que la mosquée est née dans la nuit, en contrepartie d’un tractage électoral et de la soumission à un de vos adversaires politiques est une grave et néfaste insulte à notre communauté et à notre République. Je ne cesse de lutter contre les extrémistes, alors je suis scandalisé que des politiciens se réclamant de vous et de la laïcité, utilisent le lexique et les méthodes de l’Extrême-Droite. (…) je m’abstiendrai cette fois-ci de porter plainte, mais j’interpelle votre conscience pour interdire à vos collaborateurs de prendre la religion en otage, ou de jouer sur les divisions communautaires pour régler des comptes. (…) »
En profitant des fonds, fonctionnaires et services municipaux de Drancy, des bus aux HLM, de l’imprimerie aux techniciens, Chalghoumi est au service du seigneur sarkozyste de Drancy, Lagarde.
Chalghoumi utilise l’argent de la mosquée, l’argent de la mairie de Drancy (des contribuables français) et l’argent des Juifs pour nourrir ses folies de grandeur. Il utilise le titre d’imam pour couvrir ses bassesses. Chalghoumi venait en 2010 à la mosquée dans une Porsche beige. Il ne cesse de voyager et d’inviter beaucoup de monde dans les restaurants chics autour des Champs Elysées.
Vanité, est-elle le dieu de Chalghoumi ?

Chalghoumi 2
Serviteur de l’ex tyran tunisien Ben Ali, du Député-Maire de Drancy Lagarde et de l’ex Président français Sarkozy.
Entre Botzaris, siège parisien du parti de l’ex-dictateur Ben Ali, et Carthage, son ex-palais à Tunis, Chalghoumi était un serviteur dévoué et zélé. Il a donné le nom de plusieurs fidèles de la mosquée de Drancy, dénoncés comme intégristes anti-tunisiens, des innocents qui ont eu des problèmes avec la police tunisienne. Il a été mandaté et financé par Sakhr Al-Materi, le gendre du tyran Ben Ali, pour ouvrir une radio islamique en France. En s’affairant pour Ben Ali et Sarkozy, Chalghoumi a tissé des liens avec la belle-famille d’Eric Besson jusqu’ à ce qu’il arrive à se vendre à Tarak Ben Ammar. Avec son jet-privé et sa chaîne Nessma Tv, le milliardaire anti-islamiste a séduit et mis Chalghoumi, le culoté affairiste à la calotte blanche, dans sa poche.
Avec Sarkozy, il a redoublé de servitude. Chalghoumi était un agent d’embrigadement de Sarkozy, il reste une séquelle néfaste du sarkozysme. Il reste une tache de la politique sarkozyste communautariste, clientéliste, électoraliste…  Il a affrété un Bus entre la mosquée de Drancy et le meeting de Villepinte du 11 mars 2012. Dans ce meeting électoraliste, le faux-imam était assis au premier rang et il a été salué par le candidat Sarkozy. A plusieurs reprises, Chalghoumi a appelé à voter Sarkozy dans les médias. Il a organisé plusieurs diners électoralistes dans la mosquée de Drancy et dans lesquels il a traité les socialistes de racistes et véhiculé « les 10 raisons pour que les musulmans ne votent pas Hollande ». C’est Biancarelli, ex chef du pôle politique de l’Elysée, qui lui a dit ce qu’il fallait dire à Mme Le Pen lors de leur rencontre au Grand Journal de Canal+. Les ordinateurs de « sa» mosquée conservent les stigmates et les empreintes de leur utilisation pour la campagne et la propagande sarkozystes. En récompense, Chalghoumi a été reçu pompeusement par Sarkozy dans son bureau à l’Elysée et par Guéant dans son bureau à Beauvau.
Chalghoumi : le 2ème bureau de la politique cynique !
A plusieurs reprises, il a chassé les femmes musulmanes de leur salle de prière pour en faire une salle de réception en honneur à ses invités du CRIF, de l’UMP, de l’Elysée ou de Beauvau. Ainsi, il a organisé, pendant la dernière présidentielle, plusieurs diners en honneur du Préfet Moutouh, bras-droit du Ministre Claude Guéant qui a tenté de lui créer, sur-mesure, un CFCM anti-islamiste pro-sarkosyste (un machin baptisé le CFML : Conseil des Français Musulmans Libres); Préfet Lambert, patron du 93 qui a mis en quarantaine le faux-imam pandant plus d’un an et demi ; Patrick Karam, Monsieur Communautarisme de Sarkozy ; Olivier Biancarelli, Conseiller politique de Sarkozy… Chalghoumi a fait de la mosquée de Drancy un théâtre électoraliste bling-bling, un défilé politicien avec des meetings communautaristes autour de ripailles en réponse aux sirènes clientélistes du sérail…
Après les présidentielles, Chalghoumi a récidivé avec les législatives pour servir le petit Sarkozy : Lagarde. Comme démontré auparavant, Chalghoumi est un agent, électoral ou communautaire, de Lagarde ; surtout, depuis que le seigneur de Drancy lui a offert l’achat et la propriété de la mosquée de Drancy.
D’ailleurs, que sont devenus les chèques et les dons faits par des fidèles et des bienfaiteurs pour acheter cette mosquée (3,3 millions €) ? Ne sont-ils pas détournés pour nourrir le train-de-vie du seigneur de la mosquée de Drancy ? Avec quel argent Chalghoumi paie-t-il son cuisinier personnel ?
Mais il n’ya pas que la carotte pour asservir et assujettir les arrivistes sans foi ni loi. Lagarde, qui a essayé de censurer le livre Pour l’islam de France, n’a pas hésité à utiliser le commissaire de Drancy et des agents des RG pour intimider et embrigader le faux-imam.
Chalghoumi n’a jamais représenté l’islam de France. Il a représenté l’islam de Sarkozy, l’islam de Ben Ali, l’islam de Lagarde… Chalghoumi est au service du Pouvoir en place ; il représente l’islam des Services…
Chalghoumi ne représente pas l’islam des Lumières. Cette posture paternaliste est une imposture raciste. Une grenouille de bénitier affairiste nourrie par les magouilles clientélistes. Ce pantin folklorique est une insulte à la langue française. Cet indigène, indigent, indigeste et indigne, représente l’islam des béni oui-oui.

Chalghoumi est une caricature de la médiocrité. C’est un rejeton immature né de la violation de la laïcité et qui perpétue le viol de la laïcité. C’est le produit des relations incestueuses entre la politique et la religion. Ce machin narcissique est une machine de manipulation politique et d’ingérence policière dans l’islam de France.
Chalghoumi a attrapé le BHL, ce virus qui sévit dans le microcosme parisien, qui gangrène la République et dont Caroline Fourest est un fulgurant et inquiétant cas clinique : Bobards partout, Haine des autres, Louanges à soi. Chalghoumi n’est pas seulement le nom d’un syndrome de l’islamophobie, mais celui d’une infection morale entretenue par un cancer typiquement français : un clergé composé d’intellectuels faussaires. Alors, d’autres plaies et d’autres visages remplaceront la métastase Chalghoumi, mais la France restera infectée par le BHL.
Chalghoumi 3
Du djihadisme au sionisme : itinéraire d’un marchand de tapis.
La métamorphose de Chalghoumi (pour devenir la star du CRIF) est le résultat de la corbeille de ses gagne-pains qui s’est réduite comme une peau de chagrin. Au-delà de certains boulots comme Grand-frère à la RATP, de certaines ressources comme le RMI, autres allocations sociales ou la sous-location clandestine du sous-sol de son pavillon, Chalghoumi avait 3 ressources financières garanties: l’argent en noir des mosquées, les commissions de son agence de voyage pour le pèlerinage et son salaire de Fedex à l’aéroport de Roissy.
Entre 2004 et 2005, des notes des RG, Renseignements Généraux, dénoncent, comme l’a révélé Le Point et autres médias, Chalghoumi comme prédicateur intégriste qui prêche le djihad pour les hommes et le voile intégral pour les femmes. Chalghoumi était un leader du mouvement fondamentaliste Tabligh, il sillonnait les banlieues pour pratiquer le prosélytisme pakistanais. Chalghoumi devait être expulsé par le Ministère de l’Intérieur, mais il sera sauvé par l’intervention de Thami BREZ, ex Président de l’UOIF, vrai imam, avec un vrai DEA en sciences politiques et un vrai cœur. Mais Chalghoumi va le remercier en diabolisant l’UOIF et les Frères Musulmans.
En 2006, Fedex licencie Chalghoumi, lui retire son badge de l’aéroport CDG en écho aux accusations des RG qui le soupçonnaient d’être un recruteur djihadiste et par peur de ses activités de prosélytisme intégriste.
En 2007 les Etats-Unis interdisent leur territoire à Chalghoumi dont le passeport est profané par un tampon rouge. Malgré les mutations et les courbettes de l’ex-intégriste, l’ambassade américaine refuse de lui accorder un visa. Mais peut-être que le tapis rouge que lui a déroulé Tel-Aviv va lui ouvrir les portes de Washington. Les voies de l’odieux sont pénétrables !
En 2007, l’Arabie Saoudite retire à Chalghoumi le visa d’exploitation pour l’organisation des pèlerinages accordé à son agence, Hidaya Caravane. En fait, pendant plusieurs années, plusieurs pèlerins se sont plaints auprès de l’ambassade saoudienne de Paris des arnaques et des abus de Chalghoumi.
En 2008, Chalghoumi se retrouve sans ressources financières. Il a été chassé de la mosquée de Bobigny par les fidèles. Il a été chassé du restaurant la Pizzéria Royal par son ancien associé. Il a été chassé de l’aéroport Roissy Charles De Gaule par Fedex. Il a été chassé du business du hadj par l’Arabie Saoudite.
En 2008, Chalghoumi commence à piocher dans la caisse de la nouvelle mosquée de Drancy qui vient d’ouvrir ses portes. Dénoncé, mais protégé par le Maire de Drancy, Jean-Christophe Lagarde, qui le garde malgré les mises-en-gardes des RG et des citoyens drancéens. Alors, plusieurs responsables démissionnent, comme Nabil Maati, l’ancien directeur du projet de la mosquée de Drancy.
En 2009, Chalghoumi « se vend aux Juifs » car la mosquée de Drancy n’avait plus l’argent suffisant pour entretenir son train de vie. En 2009, Chalghoumi se converti au sionisme en plein bombardement de Gaza par les avions de Tsahal. Pendant que des centaines de milliers de Français, de gauche comme de droite, de toutes les religions y compris le judaïsme, manifestaient contre les crimes de l’armée israélienne, Chalghoumi appelle, dans Le Parisien, à interdire les manifestations pro-palestiniennes en France.
Jackpot ! Il se fait connaitre immédiatement par les médias et se fait adopter par les mouvements sionistes.
En 2010 : il est la star du diner du CRIF. Il est l’avatar de Hirsi Ali. Il gagne 2 puis 3 policiers SPHP pour se protéger avec une garde prétorienne comme Ben-Ali. Pour faire taire les râleurs ou intimider ses détracteurs comme Rachid Mimouni, l’ancien trésorier cofondateur de la Conférence des Imams de France. L’argent du contribuable français pour financer le Bouclier-Anti-Crachats de Chalghoumi !
Depuis 2011 : il se vend chaque jour plus pour gagner plus, pour nourrir sa grosse tête et monnayer sa soumission grossière, pour entretenir ses courtisans et ses fêtes… et payer les voyages tunisiens et les repas quotidiens de sa protection policière.
Alors, Israël ouvre son cœur à Chalghoumi au point de croire qu’il est sorti de son ventre !
Tel-Aviv déroule le tapis rouge à Chalghoumi et écrase les Palestiniens sous un tapis volant de bombes, sous l’apartheid, la colonisation et les expulsions.
Tel-Aviv refoule et horrifie des milliers de pacifistes pro-palestiniens, de toutes les nationalités et de toutes les religions… et étreint et glorifie Chalghoumi.
Tel-Aviv écrase et enterre la pacifiste américaine Rachel Corrie sous un bulldozer… et fête et installe Chalghoumi sur un piédestal.
Chalghoumi, c’est une charrue racoleuse d’un certain sionisme…
Chalghoumi est une charnière pétroleuse entre l’islamophobie et le crétinisme.

Chalghoumi 4
De l’imam des juifs au donneur de leçons à la France et à l’Occident.
Dixit Chalghoumi sur Radio J et sur RCJ (Radio de la Communauté Juive) :
« Je suis fier qu’on m’appelle l’imam des Juifs ».
« C’est un honneur pour moi quand les sites islamistes mettent le drapeau d’Israël sur ma mosquée ».
Mais dans les autres médias, c’est un autre Chalghoumi qui coasse sa tristesse et qui hurle sa peur devant ceux qui l’accusent d’être l’imam des juifs.
Qui demande qu’on le protège de ceux qu’il insulte. Combien a couté au contribuable français le menteur Chalghoumi à qui « on » a réquisitionné une centaine de CRS ou gendarmes pendant plusieurs mois et affecté 3 policiers SPHP quotidiennement depuis presque 3 ans.
L’antisémitisme de la serpillière que pratique Chalghoumi
Comme les antisémites classiques tels Le Pen, Chalghoumi pense que les Juifs accumulent l’argent et manipulent la politique et les médias. Mais, Chalghoumi a choisi de vendre sa religion et d’offrir un destin de bourricot pour les Veaux d’or du sionisme (CRIF, Sarkozy…) et pour les vautours de l’islamophobie (G-W Goldnadel, Sammy Ghozlan, le parrain paranoïaque de Chalghoumi et autres manipulateurs démoniaques).
Le Conseiller juif de l’imam :
C’est le titre qu’a accordé Chalghoumi à Bernard Koch en 2008. Un titre aussi stupide qu’abject, car Juif est une confession et non pas une profession. Ce Bernard Koch, [rémunéré avec l’argent de qui] a créé, début 2009, une page de soutien sur facebook aussi mensongère que dangereuse. Dixit : « L’Imam de Drancy, Hassen Chalghoumi fait l’objet d’une véritable « fatwa », un appel au meurtre, de la part d’Imams irresponsables et hostiles aux juifs et à la paix entre Israéliens et Palestiniens. » C’est faux ! Aucun imam, ni en France ni ailleurs, n’a émis de fatwas contre Chalghoumi.
Extrait du courriel adressé à M Juppé, ex Ministre des Affaire Etrangères: « L’imam de Drancy souhaite vous entretenir sur différents aspects de la vie internationale (Printemps arabe, Iran, conflit israélo-palestinien…) et sur quelques sujets de politique intérieur (l’islam de France et les élections à venir, la place du vivre-ensemble…) LOL !!!
La communauté juive est innocente des bassesses de Chalghoumi
C’est seulement pour des motifs d’enrichissement crapuleux que Chalghoumi a fricassé, à certains lobbys sionistes, un islam casher. C’est seulement Chalghoumi qui doit être passé au karcher.
Chalghoumi ne doit subir aucune violence. Contrairement à ce qu’il répète, les musulmans de France ne sont dangereux ni pour sa sécurité ni pour celle de la République. Il doit d’abord apprendre à parler avant de donner des leçons à 10 millions de musulmans en France ou à 1300 millions de musulmans dans le monde.
« 
Dégage ! » est le mot d’ordre que Chalghoumi doit entendre comme l’a fait son ancien maitre Ben Ali.
La communauté juive ne doit subir aucune offense. L’antisémitisme doit être combattu. Surtout à Drancy, antichambre de la Shoah. Les juifs doivent être respectés et doivent comprendre les musulmans pour qui Chalghoumi est leur filou-félon travesti en Neturei-Karta, un Drumont déguisé en rabbin, en tribun aiguisé par un français massacré à la tronçonneuse.
« 
Respect » est le mot d’ordre qui doit prévaloir dans les relations entre les juifs et les musulmans.
Chalghoumi : donneur de leçons aux musulmans et à l’Occident.
2/11/2011, Dixit France soir : « L’imam Hassen Chalghoumi, dont la Conférence représente 80 imams en France [faux ! Elle représente 0 imams], reproche à l’Occident d’être « naïf et trop complaisant vis-à-vis des islamistes ». « Ce qui se passe aujourd’hui dans le monde arabe est très grave. Quand le parti islamiste Ennahda accède au pouvoir en Tunisie, quand quarante pour cent des musulmans de France ont voté pour lui, je suis catastrophé. Je connais le double langage des islamistes, je suis musulman, je suis tunisien… Ces gens-là veulent instaurer la charia, et tout le monde se réjouit ».
Chalghoumi_France_Soir
France soir 21/1/2011 : Chalghoumi fait la Une avec un titre choc : L’interview qui dérange : Comment les musulmans doivent-ils se comporter en France ?
Quand Chalghoumi Fait la Une de France soir pour défendre le droit de Charlie-Hebdo de blasphémer le prophète de l’islam, il ne défend pas le droit d’expression mais son obsession d’être face aux caméras ! Même s’il parle très mal aux caméras, il fait tout et n’importe quoi pour qu’on parle de lui ! Au-moins, qu’il réponde à cette question : « pourquoi, M Chalghoumi, aviez-vous installé une caméra dans les toilettes de la mosquée de Drancy ? »

Chalghoumi 5
De la guerre contre l’islam par les musulmans.
Les plaintes policières du mouchard mégalomane, du pleurnichard mythomane.
Depuis plus de 2 ans, Chalghoumi a déposé une trentaine de plaintes. Une armure de lamentations ! Excepté une fois, la justice française n’a jamais donné suite à ce Chaplet de plaintes rabâcheuses, à cette diarrhée pleurnicheuse. S’il officiait en Tunisie, il aurait pu mettre la moitié des fidèles de sa mosquée en prison. Sa première plainte, relayée par les médias, a accusé ses détracteurs d’avoir agressé les fidèles et saccagé les meubles de sa mosquée. Dans une autre plainte, il a accusé 2 jeunes musulmans, venus photographier la fameuse Porsch garée dans le jardin de son pavillon, d’être venus pour « kidnapper » ses enfants. Mais il a déserté leurs procès, malgré la dangerosité de cette accusation, malgré sa convocation par le tribunal de Bobigny à plusieurs reprises. Le mensonge et la lâcheté vont de pair chez celui qui n’hésite pas à vendre sa religion, sa famille, son honneur pour la légion d’honneur médiatique. Dans sa fameuse interview dans Le Parisien, voici les deux phrases qui résument sa vision & sa mission : « La burqa est une prison pour les femmes, un outil de domination sexiste et d’embrigadement islamiste.»  & « Personnellement, mes trois filles vont à la piscine.»  Sa raison d’être : s’auto-encenser e  diaboliser l’ensemble de la communauté musulmane ; s’auto-glorifier et accuser les AUTRES musulmans d’être violents, intégristes, dangereux…
Les clichés néocolonialistes de certains journalistes.
Ainsi, Libération a consacré, le jour du cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie, le lendemain de l’équipée israélienne du nouvel ami de Lévy-Willard, un article biographique et hagiographique à ce Chalghoumi sanctifié car « menacé » et auréolé du titre « L’imam des lumières ». Sacré Gandhi ou le «Don Quichotte de l’islam », il y déclare : «j’essaie de faire un pont entre les peuples.» Rien que ça ! Un mégot essaie-t-il aussi d’illuminer la jungle ou de réduire une certaine civilisation en cendres ? Cet article ressuscite les clichés et les mensonges d’il y a 2 ans et qu’on peut résumer en 2 mots d’ordre ou en 2 titres : Marianne : « un imam en lutte contre l’islam sombre ». JSS : « 50 fanatiques du terrorisme palestinien dispersés à Drancy ».
Dans ce portrait, Chalghoumi déclare pour relativiser le fait que sa femme soit voilée : « Elle était voilée quand je l’ai rencontrée, mais ma mère, mes sœurs, ma fille de 14 ans, ne sont pas voilées. » Mensonges et mesquinerie… « Dévoiler » sa mère, mentir sur sa propre mère, abuser d’elle et des Français pour plaire, pour enjoliver son autoportrait parisien, quel culot! Puis, Chalghoumi n’a qu’une sœur. Elle est voilée. Et contrairement à lui, c’est une vraie lumière : elle est une grande chercheuse universitaire au Canada. Mais en France, quand il s’agit des musulmans, on cherche des incultes pour représenter le culte, du charbon pour représenter les Lumières, pour illuminer le mépris et allumer la haine…Ou prépare-t-on une nouvelle guerre contre le voile par des journalistes qui utilisent la femme musulmane comme champs de croisade ? Dans la même veine du rapport mensonger sur les «70 000 adolescentes victimes des mariages forcés en France » édité par le HCI, Haut Conseil à l’Intégration que présidait Blandine Kriegel, et du bidonnage de l’affaire Bintou par Le Point ? L’article de Lévy pour Libération est digne de l’idéologie des Bureaux arabes ou du journal L’Écho d’Alger avant l’indépendance de l’Algérie !
De Lahore à Tel-Aviv.
Il y a plus de 10 ans, après son arrestation par la police de Ben Ali, Chalghoumi, l’islamiste d’Ennahda a fui la Tunisie pour Damas puis Lahore. Il a passé 3 ans dans les madrasas du Pakistan. Peut-être, il a fréquenté les mêmes coins que Merah, le terroriste bien connu, lui-aussi, des RG. Comme Merah, Chalghoumi a trahi l’islam.
Il y a 3 ans, Chalghoumi l’intégriste est devenu un affairiste sioniste !
Il est devenu le musulman modèle des islamophobes.
Il y a plusieurs mois,  Chalghoumi a été qualifié par BHL « Honneur de l’Islam »
et par Finkielkraut « Prophète de la paix ».
Il y a quelques semaines, Chalghoumi a été parachuté intellectuel en Israël.
On l’a présenté comme le représentant des imams français.
Netanyahou devrait créer un Prix Nobel de la bougnoulerie et de la traitrise.
Il y a
quelques jours, Chalghoumi a annoncé la création d’un Institut de formation des Imams
et pourquoi ne pas créer une école par un prêtre pédophile ?
Il y a une évidence : ce pitre représente le pire de la servilité et de la médiocrité.
On a tenté de faire de lui un clone de Salman Rushdie ; il s’est révélé plus clown que Rantanplan !

Il y a
une question qui devrait remettre les pendules à l’heure :
« Chalghoumi : cheval de Troie ou chacal de trop ? »
Chalghoumi 6
Islam & Chalghoumi : des hypocrisies explosives.
Dans son livre « Islam & Sarkozy : des hypocrisies explosives » (www.sarkozyislam.fr), l’ancien nègre et conseiller de Chalghoumi, Farid Hannache, qui se dit repenti et qui m’a beaucoup aidée dans cette enquête, dévoile et détaille l’arnaque Chalghoumi.
Exemples
 :
Simulation d’agression par l’intendant de la mosquée (ancien vendeur de beignets imposé par Lagarde). Dates des meetings et diners organisés à l’intérieur de la mosquée pour honorer les conseillers de Sarkozy ou Guéant. Relation d’otage ou de supplétif avec 2 officiers des RG (STR 93). Recrutement par Le Cherche Midi pour lui faire écrire un livre contre le fascisme vert intitulé « Je suis Imam, j’aime la République et je rejette les extrémistes »…
Kadhafi-Chalghoumi ou NPNS-CIF: l’alibi islamiste.
Ni Putes Ni Soumises et la Conférence des Imams de France répètent la même rengaine : le danger des islamistes. C’est le même refrain qu’a répété le tyran sanguinaire Kadhafi pour justifier sa dictature et sa sauvagerie, pour pousser l’Occident, y compris la France, à fermer les yeux et à le soutenir financièrement et militairement. Il a fallu que le peuple libyen se révolte pour que la France se range derrière le peuple arabe. Faut-il que les Arabes et les musulmans de France se révoltent pour que la France cesse de soutenir politiquement, financièrement et militairement (via les policiers SPHP bien armés et mal affectés) les escrocs de l’islam de France et les ennemis de la communauté musulmane comme Chalghoumi ?
L’instrumentalisation politicienne de certains faits-divers ou de certains drames ou causes débouche sur une stigmatisation systématique de l’islam et accouche d’associations ou de personnalités comiques qui manipulent des sujets tragiques. Ni Putes Ni soumises a fait son beurre avec les tournantes. La vocation de cette association, à part celui de rafler des subventions, est de réduire les musulmans à l’oppression des femmes et réduire l’oppression des femmes aux cités. Mais, de Ayan Hirchi Ali à Fadéla Amara, la stigmatisation des musulmans rapporte une célébrité médiatique, des gains financiers et des postes politiques, députées ou ministres.
Chalghoumi a fait son beurre avec la Shoah puis la burqa. En 4 ans, il est passé du statut « intégriste sous mandat d’expulsion » au statut « victime des islamistes ». Plus malin que la Dame mythomane du RER D, Chalghoumi a bien digéré la devise de Fadéla Amara : « pour faire la Une de la presse, pour être une maîtresse de la désinformation politique et des honneurs médiatiques, il suffit de devenir une traitresse de l’islam et une prêtresse des croisades journalistiques». Il suffit d’accuser des musulmans de violence et d’obscurantisme ! En 2009, après avoir appelé à interdire les manifestations pro-palestiniennes pendant les bombardements de Gaza, il a prétendu que sa maison a été saccagée et sa voiture brulée. Faux ! En 2010, après avoir soutenu la loi pour interdire le voile intégral, il s’est inventé une agression contre sa personne à l’intérieur de sa mosquée. Faux ! Il n’y était même pas. Il était à la mairie du riche 16ème arrondissement une réception de l’UPJF (Union des Patrons Juifs de France avec Claude Goasguen, Président du groupe d’amitié France-Israël à l’Assemblée Nationale.
Plusieurs médias ont démontré les mensonges de Chalghoumi, comme ces deux articles sur le site internet de TF1 : « Drancy : l’imam anti-burqa s’est-il vraiment fait agresser ? » et « Agression de l’imam anti-burqa : la vidéo qui sème le doute ». Mais, l’article de Caroline Fourest « L’imam sacrifié » l’a blanchi et l’a sanctifié. L’honnêteté des journalistes ne font pas le poids devant la mauvaise foi de la Fourest, la serial-menteuse du maccarthysme islamophobe. L’escroquerie Chalghoumi va finir, probablement, en cendres, mais le four reste. Cette machine de désinformation et de gesticulation qui veut chauffer l’opinion publique contre l’islam et brûler le vivre-ensemble.
Marche contre l’islam radical
avec les racistes néofascistes de Riposte laïque :
Encensé par les plumes islamophobes de la Sarkozy, Rioufol, Del Val et le Philippe Val, cette caricature des doubles-discours; encensé par la LDG, Ligue de Défense Juive, ce groupuscule fascisioniste interdit en Israël et aux Etats-Unis et autorisé en France (compromission insensée ); Chalghoumi, dans le cadre de son travail pour la campagne de Sarkozy devait organiser une Marche contre l’islam radical. C’est-à-dire une marche contre une partie du Coran et de la Souna jugée, par les nouveaux dieux de Chalghoumi, radicale ou extrémiste! Cette marche devait avoir lieu la veille du 1er tour des présidentielles, reportée à la veille du 2ème tour, elle sera un minuscule et ridicule rassemblement sur les marches de la Bastille : une cinquantaine de personnes, dont la moitié était des élus de l’UMP ou des représentants de la communauté juive. Ce qui preuve que Chalghoumi, qui y porta le drapeau tricolore comme une étoile jaune, ne représente rien.
Pire, cette manifestation prouve que Chalghoumi représente le néant ! Puisqu’il voulait organiser cette marche contre l’islam « radical » avec les racistes de
Riposte Laïquedont le site internet a loué et glorifié Chalghoumi, avant que la LICRA n’interdise leur participation. Chalghoumi a ainsi travaillé et fait rentrer dans la mosquée de Drancy les néofascistes de Riposte Laïque qui veulent interdire le coran en France et qui qualifient le Prophète Mohammed de pédophile criminel de guerre !
Haine, est-elle le business de Chalghoumi ?

Chalghoumi 7
Le changement, c’est maintenant !
« Le mépris, c’est la religion de certains politiques envers les musulmans et les citoyens issus de la diversité…
Une partie de la classe politique française rêve toujours de cet islam archéologique, celui des caïds, des bachaghas et des marabouts, et surtout celui des béni oui-oui…
La relation entre la République et les leaders musulmans ne doit pas être une relation entre le guichet et les chaouchs. Certains politiques français veulent que les musulmans restent visibles par dérogation et audibles par procuration. Les représentants musulmans ne doivent plus rester des figurants sans voix ou des figurines de plomb… Crème et beurs ne sont pas antinomiques. Il y a parmi les Français de confession ou d’origine musulmane, des cadres supérieurs, des hauts fonctionnaires, de grands patrons, de grands professeurs dans les hôpitaux ou les universités, des créateurs de richesses, des vecteurs de sagesse, des ingénieurs, des médecins, des avocats, des personnes méritantes qui aiment la France et qui respectent l’islam et la laïcité.
L’islam fait partie de la Nation française, riche de sa diversité et forte de ses valeurs. L’islam est une religion minoritaire, mais les Français de confession ou de filiation musulmane ne sont pas des citoyens partiels… des citoyens à part entière et non pas des citoyens à part. »
Les critères néocolonialistes pour introniser & médiatiser un représentant musulman :
Parler comme un bouffon et agir comme un paillasson…
Parler comme une casserole et trainer plusieurs casseroles (escroquerie, extrémisme…)
Pour aboyer comme un mercenaire et être tenu en laisse par la menace de poursuites judiciaires…
La mission (ou la raison d’être) de Chalghoumi :
Stigmatiser l’islam et les musulmans.
Attiser la haine et le racisme contre les Arabes et les banlieues en France.
Attiser la haine et la guerre contre les Frères Musulmans, surtout en Tunisie et en Égypte.
Chers Français de toutes les religions…
Chers Musulmans de toutes les nationalités :


Si
vous voulez vous enrichir avec l’argent de certains lobbys sionistes, crachez sur le peuple palestinien, dites que les résistants palestiniens sont des terroristes, dites que les Juifs sont menacés en France…
Si vous voulez avoir une protection policière, crachez sur l’islam, dites que les imams de France sont des intégristes, dites que les
Banlieues sont des Bases-arrières à certains Beurs terroristes …
Si vous voulez que Chalghoumi arrête de salir l’islam et d’insulter les musulmans :
Demandez une enquête policière sur les relations entre Chalghoumi et la police politique de Ben Ali. Demandez une enquête judiciaire sur les comptes bancaires et l’argent en noir de Chalghoumi et de « SArl » mosquée.
Faites des élections libres et démocratiques pour remplacer le faux imam Chalghoumi par un vrai imam, un vrai homme de foi, un vrai Homme, à la tête de l’association qui dirige la mosquée de Drancy.
P.S. … Post Scriptum
Manuel Valls, le successeur de Guéant grâce au succès de Hollande, va-t-il prescrire et réussir le changement à Beauvau ou maintenir la même relation de Guéant avec Chalghoumi et les musulmans de France ?
Va-t-il enterrer ou entretenir la gestion néocolonialiste et pyromane de Hortefeux ?
Va-t-il libérer l’islam de France de l’ingérence policière et des héritiers de Papon ?
Va-t-il être l’héritier de Joxe-Chevènement-Vaillant ou l’héritier de Sarkozy-Hortefeux-Guéant ?
Va-t-il suivre Fourest, comme Sarkozy a suivi Buisson, pour poursuivre l’islamophobie par d’autres moyens et d’autres « styles » ?
Qui réussira à soigner le Ministère de l’Intérieur du sarkozysme et du paponisme ?
Valls Chalghoumi Islam
Claghoumi : des photos et une faute
Chalghoum Sarkozy: meeting de Villepint
Pendant la campagne électorale des présidentielles de 2012
Chalghoumi au Premier rang du meeting de Sarkozy à Villepinte
Avec les ministres de Sarkozy et les stars de l’UMP.
Excepté la période du pétainisme,
Connaissez-vous un prêtre, un pasteur, un rabbin, un imam
Qui s’est mouillé pour une élection politique comme Chalghoumi ?
Chalghoumi est une violation de la laïcité et une perversion politicienne !
Chalghoumi & Lagarde:  communautarisme & électoralisme
Pendant la campagne électorale des législatives de 2012
Avec le Seigneur de Drancy et sa fameuse veste jaune
Et l’ex-vendeur de beignets que Lagarde a imposé à la mosquée
Un couscous et des gâteaux, des cadeaux pour les enfants et l’odeur des HLM
Pour récolter des voix… Pour alimenter l’électoralisme
Pour nourrir le communautarisme… Pour pourrir la laïcité.
Drancy : modèles des hypocrisies françaises!
Exemple d’un carton d’invitation adressé aux commerçants musulmans de Drancy
Pour un diner copieux copiant les méthodes électoralistes les plus populistes
Pour récolter des soutiens pour le tandem Lagarde-Chalghoumi
L’argent de la mairie de Drancy + l’argent de la mosquée de Drancy =
Violation de la laïcité et institutionnalisation du communautarisme
Chalghoumi Egypte
Comme pour les lieutenants de Sarkozy et pour son seigneur Lagarde
Chalghoumi a organisé un copieux diner électoraliste pour El-Bastawissi
Ex notable de l’ex-dictateur Moubarak et Ex-candidat aux présidentielles…. En Egypte !
En expulsant les musulmanes de leur salle de prière reconvertit en salle de réception
En utilisant le livre Pour l’islam de France, qu’il n’a ni écrit ni lu, comme faire-valoir.
L’enfant illégitime de Ben Ali et Sarkozy est en guerre lucrative contre Frères Musulmans
Chalghoumi & l'ambassadeur de Ben Ali
Les jumeaux-valets de Ben Ali : L’intellectuel et l’illettré, le diplomate et le bouffon !
Avec Mezri Haddad, l’ancien ambassadeur de Ben Ali à l’UNESCO :
Hordes fanatisées, voleurs, pilleurs, voyous, bandes d’islamistes, terroristes
C’est ce qu’il a dit pour qualifier les manifestants tunisiens qui ont déclenché le Printemps arabe
Et qui ont fait chuter le dictateur Ben Ali, son maitre et celui de Chalghoumi.
Qui se ressemblent s’assemblent !
Chalghoumi Boutin Prasquier
Entre Christine Boutin, l’ancienne ministre sarkozyste du Logement,
Et Richard Prasquier, l’influent Président du trop puissant CRIF :
Chalghoumi savoure son escroquerie la Conférence des Imams de France,
Et trinque pour la menterie et pour la filouterie.
Une farce pour se farcir de vanité et de subventions !
Chalghoumi Ghozlan
Entre le Mémorial de la Shoah (derrière) et les caméras (devant)
Entre Cheikh Noureddine, le vrai imam de Drancy, (à droite)
et Sammy Ghozlan, son vrai mufti médiatique ,( à gauche),
Chalghoumi massacre le français, la vérité et la dignité,
en instrumentalisant les victimes massacrées par le nazisme ou le terrorisme.
Chalghoumi Israel
Les intellectuels faussaires et le guignol émissaire
Avant de participer au Forum “ démocratie et religion ” à Tel-Aviv début juin 2012
Avec Frédéric Encel, Alain Finkielkraut, Elisabeth Lévy, Caroline Fourest, et autres islamophobes

Le faux-imam de Drancy a été reçu, béni et adoubé par le Grand Rabbin d’Israël.
Puis, il a déroulé son charabia islamophobe et son refrain des béni-oui-oui
Un sketch contre les Frères Musulmans, du HAMAS à Ennahda, de l’Egypte au Qatar.

Un farce sur des affiches « Juif dégage » collées à Drancy et qui ont excité le Finkielkraut.
On veut faire de lui un clone de Salman Rushdie,
mais il ne peut être que plus clown que Rantanplan.
Chalghoumi Fillon
Malgré son intronisation par le CRIF et sa bénédiction par plusieurs puissants courtisans juifs,
Malgré son à-plat-ventrisme léchant devant les proches de Sarkozy (entrisme rampant)
Chalghoumi a toujours été méprisé, même instrumentalisé, par les caciques de la Droite
L’ex Premier Ministre Fillon a toujours refusé de le recevoir et même de lui jeter un regard.
De toute la langue française que Chalghoumi ne cesse de massacrer ou de maltraiter,
La dignité est le mot qu’il ne pourra jamais comprendre , concevoir ou interpréter.
« Chalghoumi met en garde l’Occident »
Un pantin inculte pour faire la guerre médiatique au Printemps arabe. Une marionnette illettrée pour agiter la haine contre les arabes et les musulmans. Désinformation et racisme, manipulation et bellicisme. Les enfants de Pétain ont besoin des enfants de Goebbels !
 Chalghoumi_Juif
Extraits d’un article goebbelsien paru dans le Jerusalem Post début aout 2012 sous le titre de « Prêcher l’exemple »
« Hassen Chalghoumi, l’imam solitaire, le prêcheur de Drancy. [...]Chaque vendredi, son prêche attire quelque 4 000 Musulmans » Faux ! le Chalghoumi ne prêche pas et il n’a jamais prêché.
« Fermez ces sites, pour l’amour du Ciel ! […] Les fils de Ouma.com, qu’il rebaptise “Haine.com” »
« L’imam en colère pointe du doigt cinq ou six sites fanatiques, connus de tous, financés par les Frères musulmans ou d’autres mouvances salafistes. Des vecteurs d’intégrisme dont Merah serait le produit direct pour s’y être gavé de vidéos, affirme-t-il. “Pourquoi, pour l’amour du Ciel, le gouvernement ne ferme-t-il pas une fois pour toutes ces plates-formes web ? Par manque de courage politique ?”. La France doit balayer devant sa porte, insiste-t-il. “Il faut arrêter de chercher les coupables en Afghanistan, ils sont chez nous, dans nos prisons”. Les cellules constituent les terres de chasse des Frères musulmans, estime Chalghoumi. Et là encore, il en appelle au gouvernement : “Nous devons protéger notre avenir pour que la France reste la France de Voltaire”. Sa solution : créer un islam de France. Former des imams français. »
Le faux-imam Chalghoumi accuse la France de lâcheté et lui demande d’être plus islamophobe,
demande au nouveau gouvernement français de reprendre la croisade de ses anciens patrons Sarkozy-Ben Ali !
« [...]constate un malaise dans sa banlieue. Un blocage identitaire et social qui fait le lit, selon lui, des recruteurs d’Al-Qaïda. [...] Surtout, des Frères musulmans, ramifiés, infiltrés, omniprésents dans la capitale et ses zones satellites, mais aussi en province. Et de partir en croisade contre ceux qui se revendiquent de l’islam, “mais ont vendu leur âme à la haine, à l’antisémitisme”. Il faut prendre exemple sur la communauté juive, revendique Chalghoumi. Selon lui, “la communauté musulmane est à la traîne”. Des propos chocs, encensés par les uns, conspués par les siens. Peu importe, l’imam se bat pour ses idées : ôter toute stigmatisation sur les Juifs de la part des jeunes Arabes de banlieue qui exportent le conflit moyen-oriental, une fois encore, en toute méconnaissance du sujet. »
Stigmatisation haineuse des jeunes de banlieue et des Frères Musulmans et glorification vicieuse des « juifs »
« L’ennemi numéro 1 :  Aux Israéliens venus le saluer et le remercier de ses prises de position courageuses, il répondait, la main sur le coeur, “souhaitez-moi bonne chance pour le retour”. [...] Aujourd’hui, cet imam de 40 ans est régulièrement la cible des intégristes français dont il est devenu l’ennemi numéro 1. Sa vie est périodiquement menacée.»
Armure de lamentation… Auto-victimisation et stigmatisation des autres musulmans.
« Pour distiller son message de paix, d’amour et de tolérance, et contrer les déviances de l’islam. “Il faut avoir le courage de dire la vérité”, ponctue l’imam, “peut-être que le courage a manqué en France, en 1940, pour dénoncer ce qui était en train de se passer. Aujourd’hui, je suis prêt à parler envers et contre tout, pour que de telles horreurs, comme la Shoah ou la tragédie de Toulouse ne se reproduisent pas”. »
Chalghoumi se déclare plus courageux que la France toute entière en 1940 !!!
Chalghoumi devrait être un objet d’étude anthropologique pour les élèves de Germaine Tillion, cette courageuse résistante rescapée du camp de Ravensbrück, cette grande anthropologue qui a écrit le Harem des cousins, qui a dénoncé la « clochardisation »  et la fabrication des caïds comme politique coloniale.
Chalghoumi_Fourest
Après la réquisition de la mosquée de Drancy pour Sarkozy, ses conseillers, ses préfets et ses policiers
Après la « collaboration » avec les néofascistes de Riposte Laïque pour la Marche contre l’islam radical
Chalghoumi roule maintenant pour Caroline Fourest qui le bombarde partout, de Tel-Avi  à France-Inter
La pire des islamophobes s’est alliée avec le pitre des musulmans
Le tribun de l’antisarkosysme primaire et le larbin primitif de Sarkozy
pour continuer cette croisade médiatique contre l’islam et contre le monde arabe
Après le virus BHL, Bobards partout, Haine des autres, Louanges à soi
La diarrhée pseudo-intellectuelle pseudo-religieuse : Bassesses, Horreurs et leurres.
Chalghoumi & Police
Soirée communautaire à Drancy :
A la gauche de Chalghoumi, le commissaire de police de Drancy.
A la droite de Chalghoumi, l’ancien policier algérien reconverti dans le sarkozysme
Plus à droite de Chalghoumi, le Préfet ultra-sarkozyste du 93, ancien patron du RAID
Derrière Chalghoumi, l’officier des RG affecté à (et qui a infecté) la mosquée de Drancy.
Ben Ali, c’était la dictature protégée par la police.
Chalghoumi, c’est l’islamophobie protégée par la police!
Chalghoumi Sarkozy ex policier algérien
Campagne électorale des présidentielles de 2012.
Drancy le 10 avril 2012:
Déplacement politique et déclassement de la République.
En face de Sarkozy et son ami Lagarde, il y a leur imam Chalghoumi.
A la gauche de Sarkozy, entre Patrick Karam, son Monsieur communautarisme,
Et entre Olivier Biancarelli, directeur du pôle politique de l’Elysée
et organisateur ou invité de plusieurs diners électoralistes-islamiques,

Il y a un ancien policier algérien reconverti dans le sarkozsyme.
D’Alger à Paris, les voix de la police politique sont impénétrables !
 
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]