ELWATAN-ALHABIB
jeudi 31 juillet 2014
 

La guerre et le droit asymétrique

 

 

 

ghaza

Ni les bombes ni les missiles qui tuent quotidiennement des dizaines de Palestiniens, ne provoquent ni émotion ni  désapprobation  des responsables occidentaux, si ce n ‘est  l’inlassable litanie sécuritaire de l’Etat d’Israël qui est accompagnée de quelques ‘’compréhensions douteuses’’ d’un parti pris idéologique. Le combat d’une incommensurable inégalité  oppose les mouvements armés palestiniens à l’armée d’occupation israélienne qui est certainement une des  armées les  plus sophistiquées au monde, n’émeut pas beaucoup les dirigeants des principaux pays occidentaux. Dans ces pays, les quelques réserves citoyennes font l’objet de calomnie et leurs auteurs subissent un ostracisme qui transforme leur opinion  en délit politique.
Cette indépassable politique accusative de l’antisémitisme, transpose  le passé européen  aux autres continents qui n’ont absolument rien à voir avec cette sale histoire  qui est un pur produit du fascisme et du nazisme émanation de l’Europe.  Pour s’absoudre des crimes nazis, les  nouvelles puissances de l’après-guerre n’ont rien trouvé de mieux à faire que de créer un Etat au cœur du Proche Orient pour satisfaire les exigences  de l’eschatologie historique du sionisme et du même coup contrôler toute la région. Les projets avortés de la création d’un ‘’foyer  juif’’ en Ouganda, en Argentine ou ailleurs que la Palestine furent âprement débattus pour déboucher sur une malédiction que l’Europe voulait coûte que coûte éviter.
Que dira-t-on  d’un Etat israélien au cœur de l’Europe qui aurait rendu service à une géographie économique et politique plus commode aux relations privilégiées et  trop actuelles.
Malheureusement ce n’est qu’une vue de l’esprit de l’histoire future
Après tout, les réserves que suscitent de tels dépassements ne relèvent que  de la mauvaise conscience occidentale qui veut se donner un visage humaniste pour  se faire oublier ses calamités barbares d’une civilisation considérée supérieure par ses promoteurs,  génocide des indiens d’Amérique, traite des  Africains, les nuits coloniales et même le racisme envers le Noir (Africain),  le Jaune ( l’Asiatique) , le Rouge ( l’Indien d’Amérique)  et  le sémite, l’Arabe associé au Juif comme dérivation de la suprématie anthropologique de l’homme blanc selon la classification raciale occidentale . En prime, cette mauvaise conscience tenaille le globe au terme d’une paralysie de la société des nations. Le seul pays au  monde qui n’applique aucune résolution des Nations unies c’est bien Israël. Il déroge à la règle du droit international. Israël est une exception de droit parce qu’il partage l’arme de la dissuasion et la conscience du monde (le marché des droits de l’homme) avec ses principaux protecteurs.
Comment ?
La construction du monde de l’après-guerre s’est largement faite en l’absence de la  plus grosse partie de la population mondiale colonisée et sur les débris d’une idéologie raciste et qui a fortement bénéficié à la nouvelle conscience du monde qui, par la suite, est devenue une idéologie de l’Etat mondial. Les différents procès des nazis et indemnités octroyées   confirment le traitement différencié   de la barbarie lorsqu’on distille les bienfaits de la colonisation, l’esclavagisme et du  génocide, en termes de suprématie d’une des catégories de l’homme.
C’est dans ce contexte  que les Palestiniens passent pour des ‘’moins que l’homme’’. Il s’agit de ‘’l’homme de trop ‘’ selon les critères adoptés  par les adeptes de la solution finale que décrit Primo Lévi mais d’un peuple dépossédé, ignoré, emprisonné  et pestiféré lorsqu’on se sépare de lui par un mur au moment où d’autres murs (Apartheid et Guerre froide) ont été détruits. Ce sont des millions de vie sans autobiographie qui sont concernées par la bestialité toute humaine qui, à la différence des camps de concentration, subissent l’alternance de la mort lente (solution graduelle adoptée par les sionistes) dans une prison à ciel ouvert ou fauchées violemment par des armes ravageuses qui orchestrent l’intensité de la graduation de la violence.
A ce jour, personne en Occident n’ose dire que le sionisme  c’est du racisme d’Etat comme si l’homme palestinien est désincarné de son humanité [Voir la résolution de l'AG des N.U adoptée en 1974, abrogée en 1991, qui décrétait que "le sionisme [était] une forme de racisme et de discrimination raciale]. C’est l’assemblage de cette désincarnation qui fait du peuple palestinien une composition moins  humaine que les autres. Il ne s’agit pas de la hiérarchie des races établie par l’Occident au XIXe siècle mais du mépris absolu du moins que l’homme. Il n’ y a aucun rapprochement des humanités dans le  cercle restreint du peuple élu. La restriction véhiculée par l’élection divine se donne comme attribut l’eschatologie de l’histoire. Pour preuve, la forte tendance du communautarisme religieux ressemble étrangement à cet amalgame  qui obstrue les rhizomes de la terre.
D’un point de vue géopolitique, c’est la puissance du conquérant adoubé par la connivence des régimes arabes qui impose la loi du plus fort sous les regards indifférenciés du monde. La connivence du régime égyptien actuel  avec  Israël ne fait aucun doute parce qu’une convergence des intérêts réciproques prime sur toute considération humaniste. L’enjeu de la guerre déclarée c’est toujours le désarmement de la résistance palestinienne. En ce sens, l’opération d’une pierre  deux coups, revient à l’affaiblissement du Hamas et du même coup  à l’élimination de l’opposition égyptienne.
Toujours soumettre au nom  d’un droit asymétrique
RB
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]