ELWATAN-ALHABIB
samedi 25 juin 2016
 
Séisme dans l'UE et dans le monde: Le Royaume-Uni quitte l'Europe



 Bruxelles: M'hammedi Bouzina Med
Les Britanniques ont dit tout haut ce que pense la majorité des peuple européens: non à une Europe contre la volonté de ses peuples, bureaucratique et au service exclusif du capitalisme financier mondial.

C'est fini pour le Royaume Uni au sein de l'Union européenne (UE), le divorce a été prononcé ce jeudi 23 juin 2016 après 43 ans de vie commune marqués par des tensions, des hésitations, parfois de conflits et désaccords sur les mille et une façons de concevoir la vie commune dans la maison européenne. La Grande-Bretagne n'a jamais, en réalité, manifesté sa confiance dans le projet européen et s'est toujours nantie d'une carapace de garanties spécifiques à chaque pas fait au sein de l'Union européenne: hors de l'espace Schengen, hors de la monnaie commune qu'est l'euro, avantage fiscal et budgétaire particulier, le Royaume Uni a toujours eu un pied hors de l'Europe et un regard outre atlantique vers son allié de toujours, les USA. Fidèle à sa tradition et son histoire, la «perfide Albion» a été à la hauteur de sa réputation en lâchant ses «frères» européens en pleine récession économique mondiale et dans une conjoncture de bouleversement géostratégique international duquel dépendra aussi le sort de l'Europe. Cependant, la «faute» de ce divorce historique n'est pas du seul côté des Britanniques, il incombe même à une plus grande responsabilité de l'UE tant elle a ignoré les signaux et appels non seulement des Britanniques mais de la majorité des peuples européens. La machine institutionnelle de l'UE et ses choix économiques et politiques ont fini par laminer l'idée même qui a présidé à la naissance de l'UE: la liberté, la démocratie et la paix. Les peuples européens ont déjà fait savoir le rejet de cette Europe bureaucratique dominé par le seul marché en votant contre le traité (la Constitution européenne) en 2005 en Hollande et en France. Les gouvernants de ces pays ont nié la volonté populaire et adopté le traité par voie parlementaire. Du coup, le reste des pays ont évité d'interroger leurs concitoyens et ont entériné le traité dans les conclaves de leurs parlements comme l'autruche qui cache sa tête et voile son regard face au péril. La gifle infligée aux peuples européens lors de l'adoption du traité européen va être désormais l'argument massue mais pour des raisons différentes des partis extrémistes de droite comme de gauche pour s'opposer aux politiques communes de l'UE. La gauche dénonçant les dérives du marché économique livré à une concurrence déloyale et la prise du pouvoir financier sur le pouvoir politique et l'extrême droite chevauchant son argument favori qu'est l'immigration criant à l'envahissement de l'Europe et la perte de son identité.

Puis vint la secousse fatidique en cette année 2008 qui ébranla l'Europe et dont les tressaillements paralysent à ce jour la vie des citoyens européens: la crise financière partie des USA. Cloitrés dans leur tour d'ivoire à Bruxelles, les dirigeants de l'UE en particulier ceux de la Commission européenne n'avaient de yeux que pour les banques privées jusqu'à sacrifier dans certains cas les banques publiques pour préserver les intérêts du capital financier et sa logique spéculative sur les marché boursiers au détriment des intérêts du monde du travail et ceux des populations les plus fragiles socialement.

La boucle et bouclée depuis 2008 et les jeux sont clairs: l'idéal qui a présidé à la naissance de l'UE, celui de la paix, de la démocratie et de la liberté s'est mu au fil des ans vers un projet au service du capitalisme financier sans limite quitte à hypothéquer les fragiles acquis de paix, y compris en son sein. Les peuples grec, espagnol ou portugais en savent quelque chose. Cette Europe du capital et de la violence sociale ne fait plus rêver les peuples européens. Ils veulent une autre Europe plus juste, réellement démocratique et engagée dans la voie de la paix.

L'instinct impérialiste

Parce qu'en même temps que l'Europe se réinstalle dans la logique ultra-libérale sous les fourches caudines de la spéculation financière, elle ne peut échapper aux conséquences qui vont avec en particulier l'instinct impérialiste ou l'essence même du capitalisme financier : guerres et conquêtes de nouveaux espaces d'expansion géostratégiques nécessaires à sa survie. Ce furent les guerres d'Irak, de Libye, de Syrie, du Yémen et de tous les dessous du «printemps arabe» qui, sous le fallacieux prétexte d'aide aux peuples du sud pour la démocratie, façonnent leur avenir dans le prolongement du marché européen devenu trop étroit pour le capital financier mondial, saturé au point où la Banque centrale européenne pratique des prêts à des taux négatifs aux banques privées et les citoyens européens obligés à payer pour que les banques privées préservent leur épargne !

L'Europe politique s'éloigne de plus en plus de ses citoyens les traitant comme un simple paramètre de marché. Ces derniers le découvrent chaque jour plus et manifestent leurs désaccord sans être entendus. Coup dur pour la démocratie acquise au fil des siècles. Le Parlement européen censé exprimer la volonté populaire est voué, selon le traité européen, à un rôle d'observateur. La pompeuse affirmation lui attribuant le rôle de «codécision» avec le Conseil (chefs d'Etats et de gouvernements) et de la Commission européenne (non élue) est mise à nu à chaque décision concernant la vie des Européens. Les exemples sont légion: imposition du traité européen à la volonté populaire, négociation du traité commercial transatlantique avec les USA sans consultation des peuples européens, guerre en Irak, Libye, Syrie, paralysie face à la colonisation sanglante de la Palestine par Israël et, comble du cynisme, admission d'Israël en tant que partenaire privilégié de l'UE en décembre 2008 précèdent de quelques jours l'opération «plomb durci» contre Ghaza la palestinienne.

Sur tous ces sujet et bien d'autres le Parlement européen a manifesté son opposition ferme, mais le Conseil des chefs d'Etats et de gouvernements est passé outre. Codécision ? Pourquoi alors des Etats membres ne se permettraient-ils pas de «violer» les sacro-saints principes démocratiques de l'UE? Les uns érigeant des frontières de barbelés face aux réfugiés de guerres et victimes de la sécheresse et de la pauvreté, les autres offrant leurs territoires à l'arsenal nucléaire américain (bouclier antimissile en Tchéquie et Pologne), les autres encore appelant au boycott permanent de la Russie voisine etc. Dans cette foire politique où chacun fait selon ce qu'il croit être ses intérêts, la solidarité européenne en prend un coup et ne signifie plus rien pour les peuples. Malgré leur cynisme politique, les Britanniques n'ont pas tort et ne sont pas les seuls coupables de ce douloureux divorce. Ils assument leur responsabilité et quittent un partenaire devenu incertain, enfermé dans le dogme bureaucratique et institutionnel, soit le contraire de l'esprit britannique qui, lui, sacralise la volonté de son peuple. La rupture brutale décidée par les Britanniques ne laissera pas indifférent le reste des peuples européens. Les échéances électorales dans quelques mois en France (présidentielle) et en Allemagne (législatives) risquent de donner l'avantage aux souverainistes et eurosceptiques et compliquera sérieusement l'avenir de cette Europe rêvée par ses fondateurs. La leçon britannique a le mérite d'être transparente, claire : l'Europe commune oui, mais avec la volonté et l'accord de ses peuples. 
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 / novembre 2017 / décembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]