ELWATAN-ALHABIB
dimanche 26 juin 2016
 
Brexit: La perversion de l'Europe




 Bruxelles: M'hammedi Bouzina Med
Née et construite sur l'idée de paix, de prospérité et de justice sociale, l'UE offre aujourd'hui à ses peuples les inégalités sociales, le diktat du monde financier et les guerres. Comment s'étonner de son rejet par les peuples ?

Réveil difficile au lendemain du prononcé du divorce entre la Royaume-Uni et l'Union européenne (UE). Que faire pour éviter une implosion politique de l'UE ? Un esprit pragmatique s'interrogerait sur les raisons du divorce et la première d'entre elles est sans conteste l'absence de «démocratie» dans la gouvernance. Terrible constat pour le continent chantre des libertés. La démocratie, énorme concept d'organisation politique duquel découle l'organisation des sociétés et le sens qu'elles donnent à leur destin. Et c'est peu dire que de constater que l'UE, du moins celle des gouvernants, s'éloigne de plus en plus du principe qui a présidé à sa naissance : la légitimité populaire. Et cela les peuples le ressentent et le vivent quotidiennement. Un référendum dans tous les pays de l'Union confirmera le verdict des Britanniques. Qu'est-ce que l'Europe unie ?

La philosophie de ses textes fondateurs proclame trois grands principes et buts à atteindre: la paix, la prospérité et la justice sociale. Que constatent et vivent les peuples européens? Une Europe en guerre ailleurs contre d'autres peuples, des inégalités sociales croissantes et une prospérité captée et otage de la spéculation des bourses mondiales. Les alertes des peuples sont quotidiennes : grèves, manifestations des classes populaires et classes dites moyennes épargnées jusqu'au début de ce siècle, migration transversale au sein de l'UE et hors UE des populations à la recherche de meilleures conditions de vie, etc. Dans cet état permanent de revendications sociales, les réponses des gouvernants tardent à venir et parfois sont ignorées. La barre des 10 - 12% de chômage ne bouge pas depuis plus de 20 ans et dans certains pays oscille autour des 20 -25%, notamment depuis la crise financière internationale de 2008. Un terrain social fertile et propice qui a favorisé la montée des extrémismes à droite comme à gauche de l'échiquier politique européen. L'Europe politique ne répond plus à l'Europe des peuples. Le divorce entre les élites dirigeantes et les peuples est consommé depuis quelques années déjà. Les populistes de gauche et de droite gagnent à chaque échéance électorale des points. C'est la triste réalité que révèlent études et sondages publiés régulièrement ces dernières années. Face aux dangers qui guettent sa cohésion politique et sociale, l'UE offre une autre perspective à l'inverse du principe qui a présidé à sa naissance : les guerres. Contre la volonté de ses peuples, les gouvernants des Etats de l'UE s'engagent de plus en plus dans des guerres à la périphérie de l'Europe, le sud-Méditerranée, le Proche et Moyen-Orient ; s'enlisent dans des conflits en Afrique et jouent la surenchère avec le voisin russe en Ukraine, Géorgie, Abkhazie... Curieusement, les foyers de guerres se sont multipliés et ont succédé à la crise financière internationale de 2008 ! L'argent, le nerf de la guerre, dit l'adage. Dans ce sens, les multiples promesses des gouvernants d'assainir la sphère financière sont restés lettre morte : les paradis fiscaux pullulent et l'évasion fiscale y compris celle dite «légale» a pris le dessus sur le pouvoir politique, quand elle ne le pilote pas. Luxleaks, Swissleaks, Panama Papers, etc. jusqu'au scandale de la banque du Vatican. Rien n'y fait, les gouvernants font montre d'une totale incapacité à y mettre fin et à punir les coupables.

Les peuples européens assistent impuissants aux déferlements médiatiques sur tant de dérives du monde de la finance et des affaires et subissent l'exact contraire: augmentation du coût de la vie, fiscalité écrasante et emploi précaire. Symptôme révélateur de cette soumission au dictat de la finance : l'impossible harmonisation fiscale entre les pays de l'UE. Dans ces circonstances de crise sociale et d'austérité économique, les peuples européens sont confrontés, malgré eux, à l'autre contrecoup de la politique étrangère de l'UE: les guerres dans lesquelles elle est impliquée et leurs conséquences que sont les flots de réfugiés et de migrants. Autre pain bénit pour l'extrême droite et souverainistes qui transfèrent tous les ratages, perversités et injustices sociales des politiques nationales et celles de l'UE sur le dos des migrants et réfugiés. L'UE s'enferme dans une logique suicidaire.

Le signal britannique est quelque part salutaire pour le reste de l'UE. Il sonne la limite de la stratégie choisie par les gouvernants et élites dans le modèle de développement qui tend depuis près de 15 ans vers un ultra-libéralisme que les peuples d'Europe rejettent en majorité. Les Européens ne fuient pas la maison commune de l'UE, ils veulent une autre UE faite avec eux, par eux. Ils veulent une Europe plus juste, plus sociale qui milite et s'implique pour la paix ailleurs et pour l'amitié des peuples. Pas celle de l'argent. 
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]