ELWATAN-ALHABIB
samedi 2 avril 2016
 

Élisabeth Badinter appelle au boycott des vêtements islamiques






elisabeth-badinter-jpg_3470353_660x281

On sait déjà qui est cette dame et pour qui elle travaille, c’est un secret de polichinelle. Par contre, il faudrait que l’on m’explique comment cette agrégée de philosophie (sic) a-t-elle fait pour trouver en guise de stratégie dans son combat contre le vêtement islamique, d’appeler au boycott ?!! En pleine période de crise économique lourde et profonde, on a déjà demandé aux Français de boycotter la Russie, maintenant Madame cible les vêtements islamiques pendant qu’elle-même brasse des centaines de millions d’euros à la tête de Publicis, quatrième groupe mondial de publicité (en 2011, sa fortune était estimée à 652 millions d’euros, ce qui faisait d’elle la 56e fortune de France) ! Secundo, et là est le hic : qui va boycotter quoi ? Appelle-telle les Françaises musulmanes pratiquantes à ne pas acheter de voiles, au risque d’enfreindre les prescriptions religieuses ? Faut-il être à ce point haineux et débile, pour ne pas se rendre compte d’une telle sottise, d’une telle ânerie ?
Rappelons également qu’il est toujours possible de boycotter Élisabeth Badinter et ses semblables en n’achetant jamais les produits Publicis… Rappelons aux naïfs et autres décérébrés la réalité de cette dame à l’hypocrisie d’airain. En 2003, son agence de pub a réalisé le spot de la Clio qui est un cas d’école de sexisme, reflétant le mépris extraordinaire de la femme. En effet, le personnage principal de la pub est censé avoir gagné au Loto, il a ainsi tout changé dans sa vie sauf sa Clio ! Mais au passage, il a changé de femme, montrant d’abord une dame un peu enrobée en pleine tâche ménagère comme s’il était dégradant de faire le ménage, sachant qu’avec ses millions la Badinter n’a pas dû faire le ménage depuis longtemps. Pire encore, en face de la ménagère – qui rappelons-le est la cible principale de Publicis, la fameuse « ménagère de moins 50 ans » – on place la bimbo décérébrée, lascive au bord de la piscine ; quel bel exemple ! Et ça se dit intellectuelle, et ça veut faire de la philosophie… Les exemples de spots publicitaires semblables et d’un goût douteux, réalisés par Publicis sont légion
Nous sommes dirigés par des pervers narcissiques, des mythomanes hypocrites, sans foi ni loi. Il faut faire très attention aux conseils « bienveillants » prodigués « généreusement » aux masses populaires par de pareils escrocs.



La philosophe estime que c’est la seule réponse à avoir face aux collections de vêtements islamiques proposées par les marques occidentales.
Cette semaine, la ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol, a fustigé les marques qui vendent des vêtements islamiques, estimant qu’elles étaient « irresponsables » et faisaient « d’un certain point de vue la promotion de l’enfermement du corps des femmes ». Face aux marques occidentales développant des tenues islamiques, Élisabeth Badinter estime quant à elle qu' »il n’y a qu’une seule réponse : le boycott ». Pour la philosophe, spécialiste des Lumières, on assiste à une véritable « régression » des droits des femmes « dans certains quartiers » où les imams « les plus rétrogrades ont gagné la partie ».
Q : Pourquoi soutenez-vous Nadia Remadna, l’auteur de « Comment j’ai sauvé mes enfants », qui dénonce l’emprise du salafisme sur certains quartiers de banlieue ?
R : Parce qu’elle est lucide et courageuse. Quand elle raconte le quotidien des femmes et des enfants qui vivent à quelques kilomètres du centre de Paris, on se croirait dans un autre monde. Je considère que Nadia Remadna, au même titre qu’un nombre croissant d’intellectuels arabo-musulmans qui prennent la parole avec courage, sont les représentants actuels des Lumières. Elle appelle les femmes, réduites au silence par l’injonction des Frères musulmans et imams salafistes, à reprendre leur destin en main. Quant à ceux qui la traitent d’islamophobe, je trouve cela inadmissible. Cela n’est pas du féminisme, c’est de la politicaillerie, insensible et méprisante à l’encontre des femmes.
Q : Nadia Remadna incarne-t-elle un renouveau du féminisme, mais un féminisme populaire, « d’en bas » ?
R : Le féminisme concerne les femmes de toute la société. Les plus privilégiées ou celles des classes moyennes ont vu satisfaire un certain nombre de revendications ; aujourd’hui ces libertés et l’égalité des sexes ne sont plus accessibles aux femmes de certains quartiers. C’est normal qu’elles se mobilisent pour être traitées comme toutes les Françaises. Elles veulent bénéficier des lois qui ont été votées et des changements de mentalité dont ont bénéficié les femmes. Je pense que toutes les femmes ont besoin d’être libres et le critère le plus évident d’une démocratie moderne est l’égalité des sexes. Nadia Remadna se bat pour l’application des lois et veut tout simplement stopper la régression dont les femmes sont victimes. Je suis frappée par le fait que dans les années 70-90, les jeunes filles d’origine musulmane étaient dans une phase ascendante : elles voulaient s’en sortir, travailler, et faire mieux que les hommes. Moi-même j’ai enseigné en région parisienne et je me souviens que mes élèves d’origine maghrébine étaient aussi travailleuses que brillantes. Elles voulaient gagner leur indépendance. Je voyais cette génération dans une phase de conquête. « Ni putes ni soumises » incarnait un féminisme moderne ; le radicalisme religieux n’avait pas encore fait son apparition. Depuis 10 ou 15 ans, on assiste à un virage à 180 degrés. Les jeunes filles sont priées de rester à la maison, d’obéir a leur père, à leur frère et ce renversement s’est concrétisé par la fin de ce mouvement ; c’était le signe que les imams les plus rétrogrades avaient gagné la partie.
Q : Est-il compatible de se dire féministe et de défendre le port du voile ?
R : Définitivement non. Quant aux dites féministes islamiques, elles oublient qu’en guise d’égalité elles doivent rester à la maison, que l’héritage est divisé par deux dans les pays musulmans et la polygamie admise dans le Coran dont elles se réclament. Pour ce qui regarde les marques vestimentaires qui veulent vendre la tenue islamique, il n’y a qu’une seule réponse : le boycott.
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]