ELWATAN-ALHABIB
samedi 16 mai 2015
 
Immigration clandestine : Le terrible destin des Rohingya
 
 
 
 
par M'hammedi Bouzina Med : Bruxelles
Jeudi dernier, sur les côtes des Philippines et de l'Indonésie, des bateaux fantômes, bondés de désespérés, attendaient quelques secours : peu ont pu arriver sur terre, les autres ont été repoussés vers le large. Ce sont des Rohingya, des musulmans chassés de Birmanie.

A l'autre bout de l'horizon, les mêmes visages émaciés, corps squelettiques en haillons, regards désespérés, apeurés. Zombies surgissant des brouillards marins ; vaisseaux fantomatiques survivant d'un naufrage apercevant enfin, au loin, la terre ferme. Avant même d'être débarqués, leurs «sauveteurs» découvrent qu'ils sont musulmans : des «Rohingya» ! Une ethnie et une croyance qui intriguent, dans ces vastes pays d'Asie du sud-est, à majorité bouddhiste, réputée pour sa tolérance, sa philosophie pacifiste et son respect religieux de toutes les créatures y compris végétales et minérales. Les Rohingya, eux ne soulèvent, donc, aucune compassion, aucun sentiment de miséricorde, aucune solidarité : ils sont musulmans et cela suffit pour s'en méfier, s'en éloigner, les éloigner, les abandonner à l'océan, au naufrage, à la fin. Jeudi dernier quelques rescapés ont fini sur les plages de Banda Aceh, en Indonésie.

Les habitants de Banda Aceh sont en majorité musulmans et le nom complet de leur ville est «Nanggroë Aceh Darussalam», ce qui veut dire « Pays de la Cité de la paix». Les rescapés Rohingya ont été abandonnés à leur sort et les services d'ordre ont fermé les yeux. Un moindre mal à défaut d'être parqués dans des centres de transit. Au large, les autres vaisseaux fantômes, au nombre de quatre avec quelques milliers de désespérés dont des femmes et des enfants, ont été déroutés vers le large. Personne ne sait, à cette heure-ci, ce qu'ils sont devenus. Ils sont au large de l'océan, loin des yeux. La Malaisie, les Philippines, les autres îles indonésiennes surveillent leurs côtes : vont-ils arriver chez nous ? Que faire de ces malheureux ? Peut-être comme l'Australie : les rejeter à la mer, les installer sur des îles du «Diable» désertes et loin de toute civilisation. Peut-être même aller dans les eaux maritimes de la Birmanie, pays d'où ils fuient, pour couler au départ les rafiots des contrebandiers et passeurs : comme semblent le préconiser les Européens, en Méditerranée, pour les «fuyards» des guerres et misères. Mais la Birmanie n'est pas la Libye : c'est un Etat, riche, avec une armée qui tient le pays et a même un prix Nobel de la paix : Aung San Suu Kyi. Elle connaît le poids de l'injustice, la souffrance de la misère et le prix de la liberté. L'Europe et le reste du monde l'ont défendue, soutenue durant les vingt ans de son exil, son emprisonnement et sa résidence surveillée. On lui attribua le prix Nobel de la Liberté et elle fût libérée. Elle jura qu'elle ne se taira plus jamais devant la moindre atteinte à la liberté et la dignité humaine. Elle est députée, depuis 2012, année où elle a reçu le prestigieux prix. On ne l'entend plus depuis. Elle s'est réconciliée avec le pouvoir militaire de son pays et envisage de se présenter aux élections générales (législatives et présidentielles) qui auront lieu, avant la fin de cette année 2015. Les Rohingya vivent, depuis 2012, date de la «victoire» de Aung San Suu Kyi» des attaques, des violences, des marginalisations, des interdictions de culte (l'Islam)), des meurtres collectifs sans que la «voix» de l'égérie de la liberté ne se manifeste. Sans que les bouddhistes, réputés pour leur légendaire empathie envers toutes les créatures de ce monde, ne manifestent, ne marchent, ne dénoncent comme ils l'ont fait pour Aung San Suu Kyi. Pire, ils mènent une campagne de haine et de violence contre leurs compatriotes, les Rohingya, parce qu'ils sont musulmans. C'est terrible, tant le bouddhisme est contaminé, à son tour, par la peur du musulman, aussi misérable soit-il dans sa condition sociale. Quelle menace peut bien faire peser les Rohingya, peuple minoritaire, pauvre, illettré sur un pays dirigé d'une main de fer par une puissante armée, disposant de ressources financières (pétrole) gigantesques ? Pourquoi le plus grand pays musulman, le voisin indonésien, manifeste-il si peu de solidarité, de compassion pour ces quelques milliers de naufragés au bord de la survie ? Pourquoi, dans un élan de générosité et de solidarité le monde entier s'est précipité à Banda Aceh, lors du tsunami de décembre 2004 pour la sauver du naufrage ? Les habitant de Banda Aceh ont-ils oublié la mobilisation du reste du monde lorsqu'ils subirent la colère de l'océan ? Les guerres, misères et violence de toutes sortes qui frappent les pays les plus fragiles en ce début de millénaire poussent des populations entières à des exodes de survie, traversant les frontières terrestres, les mers et océans : la grande migration humaine a commencé. L'Onu avait décrété, en 2004, la décennie de la «Migration». En 2014, le bilan est inquiétant : ceux, toujours plus nombreux, qui fuient les guerres et la misère périssent en mer. Que sera le bilan de 2015 ? Ce n'est pas l'échec du seul plan onusien. C'est l'échec de l'Humanité.
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 / novembre 2017 / décembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]