ELWATAN-ALHABIB
jeudi 26 février 2015
 
  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • jeudi 26 février 2015 10:42

L'exploration comme l'exploitation du gaz de schiste doivent être rejetées, selon Ali Benouari 

 

 


 
L’ancien ministre délégué au budget et ex candidat à l’élection présidentielle de 2014, Ali Benouari, estime que l'Algérie n'a pas un problème d'approvisionnement en énergie, comme les USA ou l'Europe, « qui pourrait conférer au gaz de schiste une place centrale parmi ses préoccupations ».  


S’ajoutant aux voix opposées au gaz de schiste en écho aux protestataires d’In Salah,  Ali Benouari pense dans une tribune parue ce jeudi dans le quotidien Liberté, que le problème de l’Algérie est qu'elle n'exporte rien d'autre « que son pétrole et son gaz, qui font vivre tout le pays, d'où l'exploitation effrénée des gisements à laquelle nous assistons, qui ne fait que retarder le moment où il faudra s'attaquer aux vraies difficultés ». Pour l’ancien ministre, l'exploitation du gaz de schiste comporte un grand risque de pollution pour les nappes albiennes du Sahara. Des nappes qui, dit-il, sont un vrai trésor à protéger, car « mieux que le pétrole et le gaz, elles sont à même de nous prémunir des effets néfastes du changement climatique, l'augmentation du stress hydrique et la réduction des surfaces agricoles  pouvant entraîner  des famines éventuelles ». Pour Ali Benouari, polluer ces réserves revient à commettre un « crime » semblable à un empoisonnement de puits.  L’ancien ministre délégué au budget des années 1990 vilipende les pouvoirs publics qui, selon lui, ont caché au peuple que la décision d'exploiter le gaz de schiste a été prise « il y a déjà plusieurs années », leur reprochant au passage de refuser, une fois démasqués, de faire la seule chose qui soit raisonnable selon lui : entamer le dialogue avec les populations du Sud « légitimement inquiètes et traumatisées par les radiations provoquées par les explosions atomiques françaises de 1960 ».
 Sortir de la dépendance excessive des hydrocarbures conventionnels
Le gouvernement aux yeux de Benouari ne voit dans la contestation grandissante des populations qu' « un vulgaire trouble » à l'ordre public, qu'il faut « réprimer sans état d'âme ». Mauvais calcul, note-t-il, car il juge que ce refus de dialoguer ne fait qu'alimenter les rumeurs sur « des contrats passés avec des multinationales, contrats qu'il faut honorer coûte que coûte ».
L'exploration comme l'exploitation du gaz de schiste doivent être rejetées, selon Ali Benouari. Pour deux raisons. « Non seulement en vertu du principe de précaution (dangers environnementaux non maîtrisés au vu des technologies actuelles), mais aussi pour sortir de la dépendance excessive vis-à-vis des hydrocarbures conventionnels ». Il préconise comme d’autres l’ont fait de diversifier notre économie et nos sources d'énergie. « Le Sahara, dit-il, nous offre justement la plus grande et la plus inépuisable d'entre elles, l'énergie solaire ». « L'alternative au pétrole et au gaz conventionnels, ce n'est pas le gaz de schiste, c'est le soleil ! », clame Ali Benouari pour qui le gaz de schiste, non seulement, pollue les nappes d'eau souterraines, mais renforce la dépendance du pays, le soleil les valorise au contraire.
Une fuite en avant
Poursuivant son réquisitoire, Ali Benouari pense que l’idée d'exploiter le gaz de schiste, envers et contre tous, « est une sorte de fuite en avant ». Une manière « pour le pouvoir de rassurer une population rendue inquiète par la baisse des prix du pétrole, de lui faire croire que nous avons une autre source d'énergie, quasi inépuisable ». Cette fuite en avant, soutient-il, le dispensant d'affronter la dure réalité et de devoir entamer des réformes qui seront la négation de tout ce qu'il a fait depuis 15 ans. 
















 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]