ELWATAN-ALHABIB
jeudi 29 janvier 2015
 

La rente, les rentiers et la corruption

 

 

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte
le 29.01.15 
 
Des députés sont sortis de leur tranchée pour défendre la politique de subventions lors du récent débat sur la loi de règlement budgétaire. C’est un refus de principe et sans nuance des parlementaires, rejetant la moindre discussion sur le sujet en avançant comme argument que l’on ne doit pas toucher aux acquis sociaux des Algériens. Rien ne justifie, aux yeux de la majorité des élus, que l’on puisse évoquer la question.
Pas même la situation financière du pays, née de ce nouveau choc pétrolier qui a vu le prix du baril de pétrole chuter de 55 dollars entre juin et décembre 2014. Ils rejoignent en cela l’attitude du gouvernement de M. Sellal pour qui il n’y a pas lieu de revoir la politique financière et budgétaire afin de l’adapter à la conjoncture actuelle, hormis quelques mesures conjoncturelles comme le gel des recrutements dans la Fonction publique ou le report de certains projets d’investissement non prioritaires qui n’ont pas encore démarrés.
La sous-estimation de la gravité de la situation de la part de l’Exécutif et des «élus de la nation» tranche pourtant avec les appels des économistes, des experts et des institutions monétaires et financières internationales à une plus grande rigueur dans la gouvernance reposant sur des mesures hardies pour diversifier l’économie, relancer l’industrie et améliorer le climat des affaires, entre autres.

Ne rien faire et maintenir le statut quo, c'est-à-dire une distribution spécifique de la rente où la corruption conserverait sa place, semble le credo des uns et autres. Ce déni de la gravité d’une situation va jusqu’à rejeter la nécessité d’aller vers une meilleure allocation des subventions, reposant sur la solution de facilité qui consiste à recourir à la cagnotte constituée par le Fonds de régulation des recettes, le fameux FRR, depuis une dizaine d’années.
Pourtant, ce sujet tabou des subventions a déjà été abordé dans les années 1990, lorsque la situation financière du pays était critique et que l’endettement extérieur avait atteint son pic le plus élevé.L’UGTA, par la voix de son défunt secrétaire général Abdelhak Benhamouda, marquait à l’époque son refus de voir que le soutien des prix des produits de première nécessité puisse profiter aussi bien aux salariés qu’aux fabricants de biscuits ou de chocolat à travers un prix unique du kilo de sucre.Le syndicaliste plaidait, à l’époque, pour un ciblage des subventions au profit de ceux qui en ont le plus besoin : les salariés, les revenus fixes et autres retraités.
Une attitude défendue des décennies plus tard l’ancien ministre des Finances, Karim Djoudi, qui préconisait en 2014, devant les ministres arabes, «la rationalisation de l’action à travers des formules de subvention plus performantes afin de cibler les catégories nécessiteuses et de remédier à certains dysfonctionnements structurels».
Poursuivre cette politique sans discernement, notamment pour les produits énergétiques (essence et autres carburants), aggraverait encore davantage les déficits et nourrirait encore plus la contrebande de ces produits vers les pays voisins où les prix sont libres. Doit-on continuer à ignorer tous ces aspects qui relèvent de la stabilité et de la souveraineté du pays ?
Reda Bekkat
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]