ELWATAN-ALHABIB
dimanche 14 décembre 2014
 
L'indice de la peur
 
 
 
 
par M. Saadoune
On s'inquiétait d'un baril sous la barre des 70 dollars, le voici déjà en dessous de 60 dollars depuis jeudi. Et les pronostics vont bon train sur un baril à 50 dollars, voire pire, à partir de 2015. Le choix aux motivations politiques - et non économiques - imposé par l'Arabie Saoudite à l'Opep de ne pas défendre les prix en réduisant la production pèse lourdement. Difficile de ne pas se souvenir de la stratégie saoudienne du milieu des années 80 dont l'impact a été considérable pour l'Algérie.

Les responsables algériens donnent l'impression de reproduire le discours en vigueur à cette époque-là sur la « préparation» du pays à la crise… En réalité, on est «tranquille» au mieux pour trois ans… beaucoup moins si les prix tardent à se redresser. Or, la tendance à la baisse est forte et durable. Le baril a perdu 45% de sa valeur depuis la mi-juin où il se situait à 106 dollars. Jeudi, il est passé à 58 dollars, son plus bas niveau depuis 2009. Les facteurs économiques sont connus : excès de l'offre et faible croissance économique. Mais la neutralisation de l'Opep par l'Arabie Saoudite ne peut s'expliquer par une volonté présumée de concurrencer le pétrole de schiste américain.

Abdelmajid Attar, l'ancien PDG de Sonatrach, a remarqué à juste titre que la baisse des prix du pétrole peut entraîner une réduction voire des annulations de projets futurs aux Etats-Unis. Cela s'exprime d'ailleurs à la Bourse de New York par une baisse de la cotation des entreprises pétrolières et une hausse du fameux «indice de la peur» ou indicateur de volatilité établi quotidiennement par la Bourse de Chicago. Mais il existe une capacité déjà installée aux Etats-Unis de production d'huile et de gaz non conventionnel de l'ordre de 2,6 millions barils par jour. Cette production ne va pas disparaître. L'idée que l'Arabie Saoudite mènerait une guerre contre les pétroliers américains laisse d'ailleurs incrédules la plupart des analystes.

L'explication la plus simple - qui n'est pas la plus simpliste - est que l'Arabie Saoudite qui n'a pu l'emporter sur l'Iran en Syrie et en Irak a entrepris de l'attaquer dans le domaine économique. Les Américains y trouvent leur compte car la baisse des prix affaiblit aussi la Russie et le Venezuela. L'Algérie qui n'a étrangement pas ouvertement défendu l'option de la défense des prix lors de la réunion de l'Opep est dans la même galère. Le FMI vient d'exprimer ses «inquiétudes» pour l'avenir de l'économie algérienne en préconisant - ce n'est pas une surprise - des mesures qui vont dans le sens de l'orthodoxie libérale. Il reste que cette chute des revenus pétroliers - et l'absence de renouvèlement des réserves - commande de sortir de certaines situations absurdes. En Algérie, les prix du carburant, de l'électricité et de l'eau sont fortement subventionnés et cela donne lieu à d'énormes gaspillages. Il faut bien s'y attaquer, même de manière progressive, mais son maintien n'est pas soutenable. Et surtout il faudra négocier les années «maigres» qui arrivent.

L'Algérie est bien à un tournant aussi bien politique qu'économique. Il ne peut être négocié, sans créer de situation de rupture grave, dans l'opacité entre ceux qui ont des entrées dans le système et qui en font partie. Le remède FMI peut agréer aux forces de l'argent, il ne peut l'être pour la majorité des Algériens. Les choix ne sont jamais purement techniques. Il n'y a pas de sciences économiques disent les meilleurs économistes. Il n'y a que de l'économie politique. Les classes populaires ont été la variable d'ajustement au cours des années 80-90. Il n'est pas sûr, malgré leur distance à l'égard de la politique, qu'elles accepteront de l'être à nouveau.
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 / novembre 2017 / décembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]