ELWATAN-ALHABIB
mardi 16 décembre 2014
 
Amère réalité pour l'Algérie à la «tête haute» 
 
 
 
par Kharroubi Habib
L'aplomb dont ont fait montre les autorités algériennes à affirmer que le pays n'a rien à craindre de l'effondrement des cours du pétrole est en train de se lézarder. Et si elles laissent toujours entendre que toutes les programmations inscrites pour le court terme vont être respectées et financées, elles admettent néanmoins que la persistance de la chute de ces cours les obligera à des révisions dans la gestion des ressources financières de l'Etat.

Comme leurs devanciers ayant été aux commandes du pays quand il a été confronté dans les années 80 à une crise de même nature, nos gouvernants actuels nous vendent la fiction qu'ils ont anticipé la tourmente qui plombe les marchés pétroliers et pris toutes les dispositions qui vont permettre à l'Algérie de s'en sortir sans dégât de cette mauvaise passe. On sait sur quoi les fausses assurances de leurs prédécesseurs ont débouché : une Algérie réduite à mendier de quoi survivre, sa population plongée dans une pitoyable détresse qui a produit le plus effroyable effet : une guerre civile dont les plaies sont toujours ouvertes.

L'on voudrait croire que les assurances données par nos responsables actuels ne sont pas de la même espèce. Mais tout montre que la seule disposition à laquelle ils sont résolus de recourir c'est celle de puiser autant que besoin dans le fonds de régulation des recettes. Sauf que si les cours pétroliers s'inscrivent dans leur baisse durablement, la recette risque d'aggraver la situation pour le pays qui dilapiderait ainsi rapidement ses économies sans avoir été doté d'une autre alternative. Pourtant l'Algérie a vécu des années de vaches grasses durant lesquelles il lui était possible de se construire une économie qui lui aurait permis de s'affranchir de la dépendance de la rente pétrolière. Au lieu de cela, il a été procédé à la casse impitoyable de ce que cette économie avait réalisé dans ce sens, sous le prétexte que cette opération de démolition était le prélude indispensable à sa rénovation et adaptation à la nouvelle donne économique internationale.

Le temps des vaches maigres arrivant, l'Algérie y entre désespérément démunie de protection contre l'épreuve qui s'abat sur elle. Qui peut croire un instant que l'économie hors pétrole qui n'a pas pu en deux décennies rapporter les deux modestes milliards de dollars l'an lui ayant assigné comme objectif, va devenir subitement pourvoyeuse de rentrées financières susceptibles de pallier au tarissement de celles générées par l'exportation des hydrocarbures ? Comment croire que les autorités ont effectivement un plan pour lui permettre d'accomplir ce «miracle». Les Algériens n'y croient pas en tout cas et comme ils savent ce que pourrait en coûter au pays une crise pétrolière durable, le seul espoir auquel ils s'accrochent est celui d'un renversement salvateur de tendance sur les marchés pétroliers. Pour autant, le pouvoir qui a réduit l'Algérie à n'attendre son salut que de cette perspective aléatoire doit et devra rendre compte. Comment l'y contraindre sans précipiter le pays dans un chaos apocalyptique doit devenir le débat duquel sortirait un consensus national sur les moyens et méthodes de l'y forcer
.
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 / novembre 2017 / décembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]