ELWATAN-ALHABIB
mercredi 29 octobre 2014
 
Un fair-play de bon augure pour la démocratie en Tunisie




par Kharroubi Habib
Les urnes ont rendu leur verdict en Tunisie. Preuve que le scrutin a été parfaitement transparent et régulier comme l'ont présenté les observateurs ayant supervisé son déroulement, le parti islamiste Ennahda, grand perdant de la joute électorale, a félicité son vainqueur le rassemblement Nidaa Tounes avant même que l'ISIE, l'instance élue et indépendante en charge des opérations électorales, ne proclame officiellement ses résultats. Ennahda à qu'il a été prêté les plus sombres desseins a fait preuve d'un fair-play que tout le monde s'est empressé de souligner.

Au lendemain du scrutin, il flotte dans le ciel tunisien un climat d'apaisement, de sérénité et d'espoir. Il est à espérer que la sagesse politique qui a permis que la Tunisie voisine négocie de la façon la plus responsable l'étape des élections législatives décisive dans le processus de consolidation de ses institutions démocratiques et de l'Etat de droit, sera encore au rendez-vous le 23 novembre prochain à l'occasion de l'élection présidentielle qui en sera le parachèvement.

L'euphorie suscitée par un scrutin réussi et de la victoire pour ses gagnants est pourtant appelée à se dissiper car ce qui attend ces derniers va mettre à rude épreuve le lien de confiance qu'ils ont tissé avec la majorité des électeurs ayant accordé ses voix. Deux défis sont à relever par l'équipe qui va avoir la charge de gouverner le pays : ramener la paix dans le pays mise à mal par les agissements d'activistes du terrorisme de la mouvance islamiste, et parallèlement engager le pays sur la voie de son redressement économique et partant sur l'amélioration des conditions sociales de la population tunisienne. Il est clair qu'en accédant au pouvoir, le Nidaa Tounes sera comptable aux yeux de ses compatriotes de ce qui va être entrepris sur les deux fronts.

Le mouvement fondé et dirigé par le vétéran de la politique en Tunisie, Beji Caïd Essebsi, a magistralement atteint l'objectif pour lequel celui-ci l'a créé : bouter hors du pouvoir le parti islamiste Ennahda dont le projet pour la Tunisie a divisé la société en étant porteur de risques conduisant à la régression des valeurs civilisationnelles qui sont les siennes. Né pour cet objectif, le Nidaa Tounes a ratissé large pour ce qui est de la composante en son sein. Ce qui en fait une formation hétéroclite dans laquelle ont cohabité pour la phase électorale des acteurs venus d'horizons différents, voire divergents en dehors de leur commune volonté de mettre fin à la prédominance politique dans le pays d'Ennahda et du courant islamiste.

Ce but atteint, Nidaa Tounes a-t-il un programme de gouvernement dont tous les volets agréeront ses composantes d'origines diverses ? Ce défi interne est celui que Beji Caïd Essebsi doit relever avant tout autre. Faire accepter par tous les segments de sa majorité électorale un programme de gouvernement a minima qui soit en même temps la réponse aux problèmes qui se posent au pays et au peuple tunisien, voilà à quoi va être immédiatement confronté le vieux leader politique.

Depuis qu'il s'est relancé dans l'arène politique, Essebsi a fait positivement la démonstration de sa compréhension des enjeux dont la Tunisie est le théâtre, et du pragmatisme dont il est doté pour faire avancer les solutions qui collent aux réalités tunisiennes. Espérons que parvenu à propulser sa formation au pouvoir, il saura en maintenir l'unité au moins le temps de remettre le pays sur les rails.
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]