ELWATAN-ALHABIB
vendredi 31 octobre 2014
 
Théoriser la non-Présidence




par Kamel Daoud
La grande singularité algérienne : un pays qui n'a pas besoin d'un Président et un Président qui n'a pas besoin de ce pays. C'est le résumé à fournir pour l'interrogateur étranger qui vous croise entre deux avions. Que lui dire ? Le pays est une étrange invention : après le chef de clan, le chef de tribu, le roi, le roi des rois, le monarque, l'empereur, le Régent puis le Président, on a abouti à l'étrange configuration du non-Président, de l'A-Présidence. Singularité dans le schéma universel de l'Etat et son concept. Qu'est-ce que le A-Président ? C'est à la fois un régime collégial en plein et un régime présidentiel en creux. La figure titulaire est à la fois nécessaire et accessoire. Elle est vide et pleine. Présente par son absence permanente. Définitions valables pour un Dieu de soufi ou un café froid algérien. Le A-Président est une affirmation et une soustraction. Un démenti de la mort mais sans preuve de vie.

Vu d'ailleurs, la singularité est celle du trou noir cosmique : le pays annule le temps, étend l'espace. Il provoque le paradoxe brut et rend plausible le voyage dans le temps : 2014 ou 1978 ou 65 ou 62. Bouteflika est né à Oujda, en Algérie, à Val-de-Grâce, au Mali. L'espace devient un abîme qui joue avec les dimensions. Bouteflika n'est nulle part et est dans tout ces endroit à la fois. Du coup, cosmos accompagnateur du trou noir, l'Algérie est à la fois un pays de dictature mais aussi une dictature sans dictateur. Une a-démocratie : on y tue le temps que mange le peuple qui démultiplie les jours par oisiveté. L'histoire est une monstruosité mathématique. La preuve est donc apportée, aux débuts du 21ème siècle, que certains Etats n'ont plus besoin d'avoir un Président. Juste une adresse postale. Dans un avion, quand l'Etranger vous demande l'explication-poche de votre pays, vous avez tendance à montrer le nuage gigantesque et boursouflé, un roman sans fin dont le second titre est toujours le prénom du lecteur qui le possède, une vieille pièce de monnaie qui a survécu à un empire décédé, un soupir frigorifié, un drapeau dessiné en mouton et à lui dire «c'est tout cela à la fois ! », mais en vieux japonais ou en mandarin murmuré. Inexplicable ou par la métaphore. Le résultat est une terre étrangère avec un nom familier.

Tout cela pour dire que c'est fascinant : voilà la preuve que nous sommes étrangers. Auteurs inventeurs d'un régime unique au monde : le régime A-Présidentiel. L'Etat qui n'a pas besoin d'Etat. Question fétiche des chancelleries : qui gouverne chez vous ? Réponse : la gravité, la pente, la tradition, la peur de soi par les siens ou cinq hommes et un couffin. Ni l'armée, ni la police, ni le Frère, ni l'appareil, ni le danseur Kabuki au nom du maquis, ni le téléphone, mais un étrange montage de tout cela à la fois. Un homme pluriel : avec le corps d'un Général, l'amplificateur de voix d'un Président, le sang d'un Frère fidèle, la veste d'un homme d'affaires dans son avion, le képi d'un colonel devenu policier et les doigts de plusieurs ministres. Parti unique mais régime pluri-présidentiel. Ou pas. Ou plus. Ou à demain.
 
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]