ELWATAN-ALHABIB
mercredi 1 octobre 2014
 
Obama émule de Bush même dans le mensonge 
 
 
 
 
 
par Kharroubi Habib
Le président américain Barack Obama a subi le reproche formulé tant dans son pays qu'ailleurs dans le monde d'avoir tardé à engager l'Amérique dans la lutte contre l'Etat islamique» organisation pourtant classée terroriste par Washington et ayant très tôt fait la démonstration de la montée en puissance de ses capacités combatives. D'aucuns même ont vu dans l'attitude américaine la confirmation que cette organisation terroriste n'a pas été placée en point de mire de la lutte antiterroriste des Américains parce qu'en Syrie elle s'est révélée l'allié le plus «efficace» du camp anti-régime. Aux détracteurs de l'attitude américaine Barack Obama a répliqué en admettant avoir «sous-estimé» la menace représentée par les djihadistes de «l'Etat islamique» en se basant sur les rapports fournis à la Maison-Blanche par les experts du service de renseignements américains. La justification et l'explication sont un peut trop courtes, car elles évoquent le côté obscur qui a fait minimiser par Washington la menace qui s'attache à «l'Etat islamique». Si celle-ci a été minorée par les Etats-Unis, elle l'a été sciemment et tant que l'organisation terroriste concentrait l'essentiel de sa force de frappe en Syrie contre les forces du régime de Damas. Très vite les services de renseignement américains ont constaté qu'elle bénéficiait de financement, de fourniture d'armements, et de publicité de la part des puissances régionales, obsédées à faire tomber le régime syrien, sur lesquels ils ont fermés les yeux pour la même raison, mais qui ont permis à l'Etat islamique» de se doter de la puissance qui lui a permis de songer à se lancer en Syrie mais aussi dans l'ensemble de la région, à la réalisation du projet qu'elle a proclamé à sa création : l'instauration d'un «Etat islamique» avec pour perspective qu'il deviendrait celui de tout le monde musulman. Même s'il a «sous-estimé» la menace représentée par «l'Etat islamique», Barack Obama est coupable d'avoir favorisé les menées de cette organisation terroriste en Syrie qui se sont traduites par des actes d'une cruauté et une barbarie effarantes il fait que les Etats-Unis n'ont commencé à dénoncer que quand elle a tourné ses armes contre eux et leurs alliés régionaux. En Syrie elle s'est d'emblée signalée par des massacres en masse de prisonniers appartenant aux forces fidèles au régime, de civils surtout, par de macabres égorgements et crucifixions dont les médias et des observateurs ont attesté la sinistre réalité. Washington a pourtant longtemps fait la sourde oreille sur l'incrimination de cette organisation dans les pires horreurs qui se perpétraient en Syrie. Sans le reconnaître publiquement, les stratèges américains ont opté pour faire de l'Etat islamique» le fer de lance de leurs opération anti-régime de Damas. Le monstre qu'ils ont pensé pouvoir manipuler et contenir à échappé à leur contrôle. Il en est toujours ainsi, et les Américains auraient dû s'en douter tant ils ont été confrontés à pareille situation à chaque fois qu'ils ont contribué ou favorisé une création de ce genre.

L'aveu faussement sincère d'Obama d'une sous-estimation de la menace représentée par l'Etat islamique» est une autre forme mais toujours cynique du mensonge auquel s'adonnent les Américains pour cacher les véritables mobiles de leurs interventions dans le monde et l'ignominie des accointances conjoncturelles qu'ils nouent pour celle-ci. En tout cas, en le faisant, Barack Obama a perdu le peu de prestige qu'il conservait en tant que chef de la plus grande puissance mondiale.
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]