ELWATAN-ALHABIB
vendredi 19 septembre 2014
 



Zaïm Khanchelaoui. Anthropologue des religions


«Le pays se fanatise de partout»

 

 

 

  le 18/09/2014


| © D. R.



Dans le prolongement du débat lancé par le ministre des Affaires religieuses sur la réappropriation d’un islam «ancestral», Zaïm Khanchlaoui, sociologue des religions qui scrute depuis des années les tendances religieuses, tire la sonnette d’alarme. «Le pays se fanatise de partout», assène-t-il.


-Le ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa, semble rompre avec la conception orthodoxe qui a longtemps caractérisé cette institution. Comment expliquer cette nouvelle orientation ?
Nous ne pouvons que nous réjouir de cette avancée significative dans le discours officiel relatif à la gestion du culte. Or, je ne suis pas sûr que nous disposions d’un potentiel humain ayant les compétences requises pour pouvoir accompagner cette réforme. Cela n’est pas aussi simple. Un tel chantier nécessite la mobilisation de plusieurs équipes de recherche, des universitaires, des centres de formation, des académiciens et autres conseillers scientifiques dans les domaines les plus improbables, tels que la psychanalyse, la logique, l’astronomie, les mathématiques, la musicologie, la toxicomanie, la physiologie, la philosophie, sans parler des langues étrangères et l’histoire des religions autres que l’islam et des doctrines autres que le sunnisme, domaine dans lequel on constate un sectarisme édifiant et une ignorance accablante qui véhiculent des stéréotypes dommageables au dialogue inter et intra-religieux et favorisent la culture de la haine et l’exclusion de l’autre, comme nous le rappelle l’actualité nationale et internationale. Les imams qu’on envoyait en France étaient incapables de prononcer un mot en français. Ce sont là quelques inepties à éviter à l’avenir si l’on veut espérer parvenir un jour à révolutionner ce secteur ô combien sensible et voir des imams algériens capables de capter le monde dans lequel ils vivent. Or, à chaque prêche du vendredi, nous assistons à un discours qui contredit cette folle espérance.
-Le mouvement salafiste est-il un phénomène massif en Algérie qui s’empare des lieux de culte et en quoi cette tendance rigoriste est-elle dangereuse ?
D’abord le salafisme est un euphémisme qui cache derrière lui une secte ultra dangereuse qui avait été combattue en tant que telle par l’armée ottomane dès son apparition à Najd, dans la partie la plus arriérée d’Arabie au XVIIIe siècle avant qu’elle ne parvienne à envahir l’ensemble du monde musulman. Les tenants de cette secte fanatique ne reconnaissent personne comme étant musulman à part eux-mêmes et déclarent apostat tout le reste du monde. Selon leur logique exclusive, il n’y aurait sur la planète Terre guère plus que quelques dizaines de milliers à pouvoir se réclamer de la foi musulmane, d’où l’extrême dangerosité de cette hérésie qui met de facto en péril la vie de plus d’un milliard de musulmans. Preuve en est que l’islam est aujourd’hui militairement assiégé par des hordes de barbares affectés le long de ses frontières historiques, de la Muraille de Chine jusqu’aux confins de l’Afrique subsaharienne. C’est dire l’ampleur du désastre qui nous attend en tant que musulmans, qu’on le soit par la foi ou par héritage culturel.
-Est-il exagéré de dire que l’Algérie est un pays qui se fanatise ?
Je crains que ce ne soit la stricte réalité de notre société, qui semble s’enfermer dans un espèce d’automatisme ritualisé, assimilé à tort à de la religiosité. Or, il n’en est rien. Nous assistons plutôt à une extériorisation malsaine et indécente de la pratique rituelle au détriment de la foi, ce mystère caché dans le cœur de l’être humain dont chacun de nous a pu toucher la douceur et la sincérité au contact de nos parents et grands-parents qui en étaient les derniers dépositaires. Désormais, c’est toute la société qui en est contaminée. En d’autres termes, nous sommes parvenus de manière inconsidérée à produire une société parfaitement wahhabite qui a tourné le dos et à l’islam et à la modernité. Le pays se fanatise de partout avec une manifestation grandissante de l’intolérance et du rejet de l’autre.
-Comment cette mouvance s’est-elle installée en Algérie et dans quel contexte?
La date de 1903 marque le début de cette mouvance en Algérie avec la visite historique du prédicateur égyptien Mohamed Abdou à Alger. Il s’en est suivi dans les années 1930 l’avènement spectaculaire du mouvement réformiste qui appelait de ses vœux à l’éradication du maraboutisme, le qualifiant de paganisme grâce au zèle et au militantisme des oulémas formés en Arabie et renvoyés ici pour lancer une croisade contre le soufisme qui fut jadis notre religion naturelle et héréditaire. Ce fut là le commencement de la fin pour l’islam spirituel et le début de l’islam politique qui s’affirma dès les années 1980. La suite de l’histoire tout le monde la connaît.
-Comment expliquer cette adhésion au discours salafiste alors que l’Algérie a basculé dans un terrorisme aveugle en raison de cette doctrine fondamentaliste ?
La nature a horreur du vide, si bien que notre espace religieux, resté longtemps à l’agonie, finit par rendre son âme au diable qui s’en est bien chargé. Nous avons décidé en 1984 de construire une université islamique à Constantine, ce fut la fierté de l’Algérie indépendante, mais nous n’avons pas trouvé mieux qu’un cheikh égyptien pour présider son conseil scientifique. L’Algérie n’a jamais cessé d’être une terre de mission pour les orateurs égyptiens, à leur tête le sinistre et sanguinaire téléprédicateur Al Qaradaoui, relayés par leurs collègues saoudiens qui finirent par boucler la boucle et prendre le peuple algérien en otage avec leur idéologie obscurantiste qui avait pour mission de semer le doute et la discorde parmi les fidèles en leur inculquant un modèle bédouin crypto-païen remis au goût du jour à coups de pétrodollars.
Or, que reste-t-il de l’islam originel sinon des larmes, du feu et du sang ! L’adhésion des Algériens au salafisme est globale. Ces conséquences commencent déjà à altérer la qualité de notre vie quotidienne. Il s’agit d’une logique de cause à effet inéluctable qui entraîne à terme l’écroulement de tout notre système : éducatif, sanitaire, économique, social, culturel, moral, esthétique, etc.
-Y a-t-il eu des velléités politiciennes laissant s’installer cette «doctrine» en Algérie ?
J’ose espérer que non. Et puis, cela ne relèverait pas du bon sens, puisque ces mouvements sectaires finissent toujours par dévorer leurs promoteurs quels qu’ils soient compte tenu de leur nature imprévisible et de l’incontrôlabilité de leur mission qui s’avère  de plus en plus dévastatrice, y compris dans leur foyer d’origine comme au Yémen, jadis appelé l’Arabie heureuse. Pactiser avec ces gens c’est jouer avec le feu. Il y va de notre destin et de notre existence.
-L’Arabie Saoudite, pays du wahhabisme, cherche-t-elle, selon vous, à propager cette doctrine dans tout le monde musulman et à quel dessein ?
Affranchie de la tutelle ottomane grâce à l’aide des Anglais, l’Arabie s’est très tôt chargée d’une sacro-sainte mission : celle de promouvoir le wahhabisme conformément au Pacte de Najd : propager cette secte partout dans le monde au détriment de l’islam traditionnel. Il s’en est suivi la destruction d’importants sites historiques pour y construire des hôtels de luxe et des centres commerciaux pour les plus riches à La Mecque et Médine. Le fastueux hôtel Hilton est bâti sur la maison d’Abou Bakr et celle de Khadija a été remplacée par des toilettes publiques. La maison de naissance du Prophète transformée en bibliothèque est désormais interdite d’accès. Le tout sous le poids accablant d’une tour d’horloge - un Big Ben, nostalgique clin d’œil aux accords secrets de Sykes-Picot et à Lawrence d’Arabie.
-Les autorités religieuses du pays sont-elles suffisamment dotées de savoir et de compétences à supposer qu’une volonté existe pour barrer la route aux «fatwas» jugées dangereuses qui viennent d’ailleurs ?
La gestion d’une religion n’est pas une mince affaire, comme pourraient le laisser croire certains. Or, nous ne sommes même pas capables de former des muezzins dignes de ce nom. Au lieu de cela, nous subissons des cris séditieux émanant des haut- parleurs réglés à fond, qui n’ont rien à voir avec le ton de la prière et du recueillement, comme pour repousser les fidèles et les dissuader de répondre à l’appel de Dieu. N’oublions pas que le métier de muezzin est intimement lié à la musique. La tonalité du maqam à psalmodier à l’aube n’est pas celle qu’on déclame à midi ni celle qui doit marquer le coucher du soleil. Il existe même des écoles de formation pour les muezzins dans les pays où la religion est bien structurée, comme c’est le cas en Turquie. Que dire alors de la fatwa ? C’est là, me semble-t-il, une perspective dont les Algériens sont bien loin d’appréhender la gravité.                   

Hacen Ouali
Commentaire:
Par Abdelkader Dehbi
  A.Dehbi   le 18.09.14
C'est pour quand l'Islam de Tel-Aviv ?

M. Zaïm Khenchlaoui, eût été beaucoup plus crédible, s'il avait pris soin de condamner au détour de son discours, les vraies forces de déstabilisation du monde musulman, à savoir l'impérialisme atlantiste – Etats-Unis et Union Européenne – et leur commanditaire à tous, le Mouvement sioniste et hégémoniste mondial, fondé sur la haine de l'Islam et des musulmans, comme la soldatesque sioniste vient de le démontrer une fois de plus à Gaza.

Non !, ce monsieur préfère nous la jouer au jésuite, en osant proclamer à tue-tête et à tout bout de champs, ses inclinations soufies, alors même que cette doctrine mystique enseigne plutôt une posture de discrétion, d'austérité et surtout, d'humilité… En s'interdisant par exemple de se prendre pour un Deus ex machina prononçant des jugements globaux et définitifs sur toute une société, comme la société algérienne, si riche de ses diversités, voire de ses contradictions..., y compris dans la pratique religieuse. Sans parler de ceux qui ne pratiquent pas, mais qui ne se réclament pas moins de leur culture musulmane, née pratiquement en même temps que l'Islam. La vision socio-anthropologique de la religion musulmane dans notre pays, de M. Zaïm Khenchlaoui, plairait assurément, à certains milieux crypto-Orientalistes français, aujourd'hui reconvertis dans la guerre psychomédiatique contre l'Islam, menée de front avec la lutte contre "le terrorisme international" qui, comme chacun sait, depuis le 11 Septembre…, est devenu l'épouvantail suprême – souvent préfabriqué par ceux-là mêmes qui le dénoncent à cor et à cris…
En tout cas, cette "interview" est loin d'être innocente, en tant qu'elle semble parfaitement coordonnée avec la mobilisation du ban et de l'arrière ban, contre la bande de mercenaires "Daech", des gouvernements occidentaux et de leurs supplétifs des régimes arabo-musulmans, enturbannés ou cravatés…. Tout comme elle semble coordonnée avec cette déclaration qui n'a aucun sens d'un ministre des affaires religieuses prônant "l'Islam de Cordoue" ; comme pour faire échos à d'autres – du côté de la Seine… qui prônaient eux, l' "Islam de France"… En attendant sans doute, au train où vont les choses, l "Islam de Tel-Aviv"…
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]