ELWATAN-ALHABIB
samedi 30 août 2014
 
L'Etat islamique: de père inconnu? 
 
 
 
 
Par M'hammedi Bouzina Med : Bruxelles 


L'Etat islamique (EI) déroute les Occidentaux. Ils sont fascinés par le mystère qui l'entoure. El Qaïda a disparu du langage politico-médiatique. Pas le terrorisme d'obédience islamique. Curieux.

Etat islamique (EI). C'est donc d'un Etat qu'il s'agit, même s'il n'est inscrit nulle part, dans aucune institution internationale, n'a pas de capitale politique, pas de citoyens identifiables, pas d'histoire… excepté des hordes armées, venues d'ailleurs et un chef autoproclamé, baptisé par lui-même «Abou Bakr El Baghdadi». Cela suffit pour être identifié, partout dans le monde des médias et celui des plus hauts responsables politiques comme «L'Etat islamique» ou encore «Daech» selon la traduction phonétique arabe «d'Etat islamique dans les pays du Sham», entendez le Proche et Moyen-Orient. L'accroche fonctionne et fascine : un Etat islamique existe, donc et guerroie pour conquérir d'autres territoires et les soumettre à «sa loi». El Qaïda n'est plus qu'un souvenir tragique dans le langage diplomatique, politique et médiatique: l'Etat islamique est le nouveau «tsunami» terroriste qui déferle sur le Moyen et Proche-Orient et enfante d'autres Etats islamiques «alliés», comme «Boko Haram» au nord du Nigeria qui vient d'adopter le label.

D'où est né ce nouveau monstre terroriste ? Qui est derrière le recrutement de ses hordes d'assassins ? D'où leur viennent les armes, l'argent et la logistique ? Et enfin, comment une telle organisation arrive-t-elle à se structurer et à mettre en échec les armées conventionnelles des pays où elle sévit et à affoler les premières armées du monde, celle des USA et leurs alliés européens ? Les Occidentaux, en premier les USA, suivent grâce aux nombreux satellites géostationnaires, en live et en grand format, le moindre déplacement du moindre individu sur la planète Terre, écoutent jusqu'aux conversations téléphoniques privées dans les chaumières des montagnes ou sous les tentes du déserts et pourtant affichent leur surprise et leur peur et avouent leur incapacité à détruire le monstre dans l'immédiat. Plus intrigant : au moment même où les USA accentuent leurs bombardements dans la région et les Européens leurs fournitures d'armes, aux combattants kurdes et irakiens, les hordes de l'Etat islamique frappent un grand coup: 160 soldats de l'armée syriennes exécutés, dans la région de Raqa et plus de 40 ‘Casques bleus' de l'Onu faits prisonniers, à la frontière du Golan syrien. Si l'on résume: évalués entre 10 et 15.000 hommes, les hordes de l'Etat islamique se meuvent, à découvert, dans les montagnes et déserts arabes, conquièrent des villes et villages, prennent en otages des «Casques bleus» (militaires), se réunissent et discutent de stratégies de combat et … médiatique, mangent, dorment et pensent à l'avenir, comme tout «peuple» de n'importe quel Etat, dans le monde, sans prendre au sérieux leurs adversaires. «L'Etat islamique» existe, donc, avec cette nuance que les Occidentaux font mine d'ignorer d'où il vient et jusqu'où ira-t-il. Voilà le nouveau défit du siècle : combattre cette monstruosité débarquée sur terre, provenant de l'inconnu, comme les envahisseurs dans les films de fiction, venus d'une autre planète pour asservir les Terriens. Sauf que… le chef-calife de l'Etat islamique, Abou Bakr El Baghdadi a séjourné, dans la prison de Guantanamo, entre 2004 et 2009. Les Américains le connaissent bien. Sauf qu'une partie de ses hordes d'assassins partent d'Europe et d'ailleurs, en passant les procédures douanières. Et par dessus tout, l'Etat islamique s'est annoncé à partir de la Syrie, en allant vers l'Irak. Deux pays qui concentrent, autour d'eux, les plus grandes forces militaires coalisées de l'Occident. Deux pays qui vivent, comme par hasard, de terribles guerres civiles. Pourquoi? Comment? C'est vrai qu'il y eut l'intervention, par «esprit de solidarité», des Occidentaux, en Irak, pour libérer les Irakiens de Saddam Hussein ; en Syrie contre El Assad, en Libye contre Kadhafi… Trois pays qui ne répondent plus, eux, à la notion «d'Etat». Qui sont devenus des champs de batailles, de chaos et de désolation. Il est curieux d'entendre les dirigeants et diplomates du monde, affirmer qu'il n'y a plus d'Etat en Libye et soutenir qu'il y a un Etat islamique, à cheval sur plusieurs pays du Moyen-Orient. Il est surprenant d'entendre dire, les plus hautes sommités du monde, y compris celles de l'Onu, défendre le principe du dialogue et de la voie politique, pour résoudre les crises et conflits et d'appeler, dans le même temps à armer, encore plus, la région du Moyen-Orient. Certes, Kaddafi, Saddam étaient cruels avec leurs peuples; certes, Al Assad est un dictateur capable de tuer son peuple pour rester au pouvoir, mais sont-ils les seuls dictateurs dans ce bas monde ? Il se trouve que deux de ces trois pays ont un dénominateur commun: ils disposent des plus grandes réserves de pétrole (Irak , Libye) et deux d'entre eux (Irak, Syrie) sont situés sur les routes de l'autre source d'énergie (gaz), venant des pays de l'Asie centrale, au sud de la Russie. Et l'Etat islamique s'est annoncé, à la jonction exacte des routes de l'énergie du futur. Ce ne sera, nullement, une surprise que les djihadistes de Libye annoncent, un jour, leur vassalité à «l'Etat islamique» d'Orient. Comme au temps où El Qaïda enregistrait, partout dans les contrées arabes et, succinctement en Occident, des affidés. Dieu nous garde de cette énième monstruosité qu'est l'Etat islamique (EI), surtout qu'il reste, encore, quelques «survivants» d'El Qaïda, y compris chez nous.
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]