ELWATAN-ALHABIB
samedi 9 août 2014
 
«Le cœur de la Terre bat à Ghaza. Il saigne, mais il bat»
 
 
 
 
par K. Selim
Les différents groupes de la résistance palestinienne y compris ceux qui sont affiliés au Fatah ont décidé de ne pas reconduire la trêve. Beaucoup, dans le monde arabe et principalement dans cette Egypte qui participe à l'étranglement de la bande de Gaza, vont s'empresser de crier à l'insensibilité des dirigeants du Hamas aux souffrances des Palestiniens. Une autre variante de la propagande qui veut que les combattants palestiniens utilisent les civils comme des boucliers humains. Mais ceux qui écoutent les Palestiniens, au lieu de s'écouter eux-mêmes, peuvent constater que ce ne sont pas seulement les combattants qui sont dans cette attitude.

Ils sont très nombreux les Palestiniens à refuser que les choses continuent comme elles l'étaient avant, après 2.000 morts, 10.000 blessés et des milliers de maisons détruites. Ces Palestiniens de toutes convictions, musulmans comme chrétiens ou agnostiques, disent que cette énième «guerre» a été décidée par Israël et ils ne veulent pas, malgré la disproportion des forces et l'ampleur des destructions, se soumettre à ses desiderata. On ne parle pas des combattants mais des Palestiniens, des Ghazaouis qui ont payé le prix fort, dont le sang a coulé, qui ont eu faim et qui ont subi la terreur.

Ces hommes et ces femmes de Gaza n'acceptent pas qu'au massacre par les bombes succède la mort lente par le blocus et l'enfermement. Ces Palestiniens ne sont pas «réalistes». Ils s'accrochent au droit et à la légalité internationale qui n'admettent pas - et ne devraient jamais admettre - que la bande de Ghaza devienne une prison à ciel ouvert qu'Israël bombarde quand il veut avec l'aval des «civilisés» et le silence complice des dirigeants arabes. Ghaza a, bien entendu, contre elle la honteuse alliance tissée par l'Egypte officielle avec Netanyahu et tous les effets du poison sectaire qui est arrivé à un niveau hideux et caricatural avec le «califat» du Da3eche. Ghaza est une prison, elle n'a pas d'arrière. On lui a tout enlevé mais elle ne se soumet pas.

Une loi de l'histoire connue est en œuvre : quand un peuple n'a plus rien à perdre, hormis une vie d'humiliation et de privation, il ne lui reste plus que sa volonté. Ni armes ni argent, uniquement cette volonté entêtée de ne pas plier comme moyen de créer un nouveau rapport de forces. Le couffin de Ben M'hidi pour répondre aux chars et aux avions. Cela les gens de Ghaza le disent de mille et une manières : hors de question que la guerre imposée s'arrête pour que le blocus perdure. Les Palestiniens ont beaucoup perdu en trente jours de bombardements d'une lâcheté sans bornes, près de 2.000 morts dont plus de 80% des non-combattants happés par la machine à tuer de «l'armée la plus morale du monde».

Mais ce que de nombreux Palestiniens n'ont pas perdu, c'est la volonté de résister. Ce mot détesté par Israël, ses soutiens occidentaux, les dirigeants arabes et les «réalistes» qui commandent de ne rien faire et d'attendre. Même manifester sa solidarité est traité avec dédain, à l'image du mufti d'Arabie qui a décrété que les marches pour Ghaza n'étaient pas halal. Ces réalistes trouvent «normal» que le président des Etats-Unis évoque le blocus criminel imposé à 1,8 million de personnes comme une question à «résoudre sur le long terme». Ils trouveront normal qu'un chantage occidental se mette en place pour conditionner la reconstruction de Ghaza au «désarmement» des combattants palestiniens.

Après avoir commis des carnages, tué des enfants, détruit des maisons, on veut offrir à Israël ce qu'il n'arrive pas à obtenir : des Palestiniens désarmés et sans volonté. Car l'arme de Ghaza, c'est sa volonté. Ceux qui étaient au Caire pour négocier étaient prévenus par une population meurtrie mais déterminée : hors de question de laisser «des courtiers européens et arabes voler le sang des martyrs», selon la formule de l'éditorialiste palestinien Abdelbari Atwan. Il nous reste, en tant qu'Algériens, à manifester plus fortement notre solidarité et ce mot n'est pas vain.

C'est le Dr Mads Gilbert, professeur et chef de clinique norvégien, présent pendant les bombardements à l'hôpital al-Shifa à Ghaza où il a participé à prendre en charge les milliers de victimes palestiniennes qui nous le rappelle : «la solidarité est une arme puissante». Cet homme qui est devenu un héros en son pays - et pour de nombreux Palestiniens - redit que la «résistance y compris par les armes» est un droit naturel et légal face à l'oppression et à l'occupation. Il n'est ni mufti, ni musulman, ni Arabe, il est humain. Et il considère que les Palestiniens sont des humains à qui on ne peut dénier le droit de résister. «Le cœur de la Terre bat à Gaza. Il saigne, mais il bat», a-t-il dit. Et il a tout dit.
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]