ELWATAN-ALHABIB
jeudi 7 août 2014
 
Gaza théâtre d'une tragédie humaine absolue 
 
 
 
 
par Kharroubi Habib
Respectée, la trêve à Gaza a permis à la population et aux médias internationaux de se rendre compte que le bilan de l'agression israélienne est autrement plus dramatique qu'ils ne pouvaient l'évaluer durant son déroulement, forcés qu'ils ont été de ne l'apprécier que parcellairement faute de pouvoir se déplacer à cause des bombardements barbares continus. La situation dans la bande de Gaza telle que le monde la découvre maintenant que le calme précaire permet de l'appréhender de visu dépasse en tragique et en horreur tout ce qui en a été présenté jusqu'alors et donne un sens irrécusable à la décision prise pendant l'agression par le président de l'Autorité palestinienne de décréter la bande de Gaza en situation de catastrophe humaine.

En fait, le terme de catastrophe humaine est en deçà de ce qu'a subi et vécu la population gazaouie. Gaza est un champ de ruines où plus rien ne subsiste qui permettrait à sa population de renouer avec un semblant de vie normale aussi dure soit-elle. Des amoncellements monstrueux des ruines l'on a commencé à retirer les cadavres de victimes qui n'ont pu être recensées dans les décomptes mortuaires ayant ponctué les frappes israéliennes. La barre du nombre de Gazaouis fauchés par les pilonnages  va nettement dépasser le cap des 2000. Nul ne peut encore avancer une certitude sur l'exactitude des pertes humaines car l'opération de déblaiement entamée se heurte à la précarité des moyens dont disposent les autorités et la population de Gaza. A quoi s'ajoute que des centaines parmi les milliers de blessés restés sans soins, faute aussi d'une assistance médicale réduite pour cause de destruction des infrastructures sanitaires, vont malheureusement s'ajouter à la liste des morts. L'élan humanitaire international qui s'active à aller au secours de la population gazaouie ne pourra que constater l'ampleur de la catastrophe consommée.

S'il est vrai que l'urgence à Gaza est d'apporter à sa population le secours humanitaire et sanitaire pour empêcher sur ce plan que la situation ne tourne à pire que ce qu'elle a été pendant l'agression, la communauté internationale a pour devoir et obligation morale de ne pas s'en tenir aux seules initiatives destinées à alléger les souffrances des Gazaouis. Le peuple palestinien meurtri atrocement traité n'attend pas que de la pitié de sa part. Il crie justice pour le génocide dont il est victime pour qu'Israël paie le prix de son crime contre l'humanité. A ceux qui pensent qu'ils ne demandent que la poursuite de la trêve, les survivants gazaouis infligent le plus pathétique démenti en refusant de se détacher de la résistance dont on veut faire la cause de la tragédie qu'ils vivent. L'aurait-il fait que cela aurait permis que les alliés de l'Etat sioniste étouffent le mouvement international qui a pour but la mise en accusation d'Israël et sa sanction pour son agression criminelle.

Il ne s'agit plus pour la communauté internationale horrifiée par la nature de l'Etat sioniste telle qu'elle s'est dévoilée durant le mois de son agression de lui quémander seulement la poursuite de la trêve humanitaire, mais de lui faire payer son innommable crime. Le temps de l'impunité dont il a bénéficié doit cesser sinon c'est la communauté internationale qui se déshonorera définitivement en jetant le voile sur l'inhumanité de la tragédie infligée aux Gazaouis sous prétexte qu'Israël aurait eu des raisons «compréhensibles» pour son agression.
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]