ELWATAN-ALHABIB
mercredi 13 août 2014
 
Aveuglément volontaire ou cécité de circonstance
 
 
 
par Noureddine Ramzi
Ce que de nombreux Américains reprochent surtout à leur président c'est, au plus haut degré de l'échelle, le non-respect de son engagement vis-à-vis des guerres, particulièrement la guerre en Irak. En 2008, Barack Obama a été élu à la présidence en bonne partie grâce à son opposition à la guerre en Irak, exprimée en octobre 2002 lors d'un discours désormais célèbre. «Je ne suis pas contre toutes les guerres», avait déclaré le politicien encore inconnu d'Illinois. «Ce à quoi je m'oppose, c'est à une guerre stupide.»

Six ans plus tard, les mots semblent faire défaut à Barack Obama pour parler de l'Irak ou de la Syrie. «Ils le font même parfois paraître stupide», comme dans le cas de son entrevue avec le New Yorker. Et son refus ou son incapacité à énoncer clairement une stratégie pour contrer la menace extrémiste au Moyen-Orient pourraient être à la fois désastreux pour la stabilité de la région, la sécurité des Etats-Unis et l'héritage de sa présidence.

Il n'y a aucun doute que Barack Obama a fait du désengagement militaire américain sa priorité au Moyen-Orient. «Après près de neuf années, la guerre menée par les Etats-Unis en Irak est finie», avait-il dit en octobre 2011 en annonçant le retrait total des soldats américains de ce pays où plus de 4.400 d'entre eux avaient perdu la vie. Il n'était alors pas question de maintenir en Irak, au-delà de 2011, une force résiduelle pour seconder l'armée irakienne. Aujourd'hui, les critiques de Barack Obama estiment que la présence d'un contingent de quelques milliers de soldats américains aurait pu freiner l'offensive récente de l'Etat islamique. Le président ne cache pas son impatience par rapport à ce genre de raisonnement, rappelant que Bagdad avait écarté cette possibilité en refusant d'accorder l'immunité juridique aux militaires américains.

Mais tout indique que Barack Obama n'a pas beaucoup insisté sur cette question. Chose certaine, il n'était pas prêt, à l'époque, à critiquer en public la politique sectaire du Premier ministre irakien, puissant facteur de la montée de l'Etat islamique. En décembre 2011, lors d'une conférence de presse commune avec Nouri al-Maliki à la Maison-Blanche, le président américain avait salué le «gouvernement représentatif» dirigé par son hôte et affirmé que l'Irak était devenu «une démocratie et un modèle pour le Proche-Orient».

Pour revenir à ce qui a fait «la gloire» des Bush père et fils, Barack Obama a vite fait de brandir «un bombardement de quelques jours». Quelque deux jours plus tard, le président américain se «réajuste». Il revient à la charge pour déclarer que la paix en Irak ne peut s'obtenir en l'espace de «quelques semaines». Tout laisse croire que le démocrate Barack Obama a perdu le fil de ses idées et que son compte n'est pas aussi bon aux yeux des Américains qui ont beaucoup plus besoin d'emplois que d'armes, craignant un nouvel enlisement parmi tant d'autres.
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]