ELWATAN-ALHABIB
mercredi 2 juillet 2014
 
Pour trafic d'influence : Sarkozy placé en garde à vue 
 
 
 
 
par Moncef Wafi
L'ancien président français, Nicolas Sarkozy, vient d'être rattrapé par la justice qui l'a placé, hier, en garde à vue dans le cadre d'une enquête ouverte, notamment pour trafic d'influence présumé. Une première dans l'histoire de la Vème République pour un ancien chef de l'Etat, même si lui et son prédécesseur à l'Elysée, Jacques Chirac, ont pu être inculpés dans des affaires judiciaires, sans jamais être placés sous ce régime coercitif. Vingt-quatre heures plus tôt, son avocat Me Thierry Herzog, ainsi que deux hauts magistrats, Gilbert Azibert, premier avocat général près la Cour de cassation, et son collègue Patrick Sassoust, avocat général à la chambre criminelle de la haute juridiction, sont placés en garde à vue à Nanterre, au siège de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) de la direction centrale de la police judiciaire. Les quatre hommes sont tous interrogés dans le cadre de l'enquête pour «trafic d'influence» et «violation du secret de l'instruction» sur un réseau d'informateurs susceptibles d'avoir renseigné les proches de M. Sarkozy, voire l'ancien président de la République lui-même, dans les procédures judiciaires pouvant le menacer, en particulier le dossier Bettencourt.      Pour rappel, puni de cinq ans d'emprisonnement et d'une amende de 500.000 euros, le trafic d'influence vise, selon l'article 433-2 du code pénal français, le fait «de solliciter ou d'agréer, à tout moment, directement ou indirectement, des offres, des promesses, des dons, des présents ou des avantages quelconques, pour lui-même ou pour autrui, pour abuser ou avoir abusé de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir d'une autorité ou d'une administration publique des distinctions, des emplois, des marchés ou toute autre décision favorable». Les enquêteurs cherchent ainsi à établir si Nicolas Sarkozy a œuvré en personne pour obtenir des informations auprès de Gilbert Azibert à propos d'une décision de justice le concernant, en échange de la promesse d'un poste de prestige à Monaco.

Ce dossier est le prolongement naturel de l'enquête, au printemps 2013, sur un possible financement libyen de la campagne présidentielle de M. Sarkozy, en 2007. Plusieurs proches de l'ex-président sont alors placés sur écoute.

Plusieurs conversations de Michel Gaudin, ancien patron de la police et ex-préfet de police de Paris, suscitent l'intérêt des enquêteurs. Il semble notamment vouloir, en vain, se renseigner sur l'enquête libyenne auprès du patron du renseignement intérieur, Patrick Calvar.

Les juges décident alors, toujours une première, de placer à son tour l'ex-président de la République sur écoute, notamment le téléphone qu'il utilise sous le pseudonyme de «Paul Bismuth» pour converser avec son avocat, d'où l'incrimination de «violation du secret de l'instruction». Les interceptions téléphoniques opérées en janvier et février 2014 ont révélé que M. Sarkozy et Me Herzog semblaient très renseignés sur l'avancée des travaux de la Cour de cassation, alors saisie de la procédure Bettencourt et qui a abouti à un non-lieu pour Nicolas Sarkozy dans cette affaire d'abus de faiblesse présumé aux dépens de la milliardaire française. Gilbert Azibert et Patrick Sassoust sont ainsi suspectés d'avoir fait bénéficier M. Sarkozy, via son avocat, d'informations confidentielles. A l'issue de sa garde à vue de 24 heures, qui peut être prolongée jusqu'à 48 heures au maximum, il reviendra aux deux juges d'instruction de décider du sort judiciaire de l'ancien chef de l'Etat. M. Sarkozy pourrait être relâché sans poursuites ou inculpé. Dans le deuxième cas de figure, il est conduit devant les magistrats en charge du dossier où il peut être interrogé comme témoin simple, ce qui signifierait qu'aucune charge ne pèse sur lui. La justice peut lui accorder le statut hybride de témoin assisté, le mettre en examen si elle estime avoir réuni contre lui des «indices graves et concordants» d'avoir commis une infraction. Outre les dossiers du financement libyen et du trafic d'influence, le parquet de Paris a confié à des juges financiers une enquête pour «faux et usage de faux», «abus de confiance» et «tentative d'escroquerie», en relation avec le financement de la campagne de 2012 de Nicolas Sarkozy. Ses meetings semblent avoir été en grande partie financés par l'UMP afin de masquer un dépassement du plafond autorisé.

Les policiers enquêtent également sur la régularité des contrats conclus entre l'Elysée et neuf instituts de sondage sous le quinquennat de Sarkozy, soupçonné de favoritisme.
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 / novembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]