ELWATAN-ALHABIB
mardi 22 juillet 2014
 
Ghaza : macabre décompte qui horrifie et révolte 
 
 
 
par Kharroubi Habib
Les morts se décomptent par centaines à Ghaza. A ce tragique bilan qui va aller en s'alourdissant s'ajoute celui de la catastrophe humanitaire d'une population qui n'a nul lieu où être en sécurité et dont la survie est devenue problématique car privée des besoins de vie les plus élémentaires. Le sort fait aux Ghazaouis est insoutenable. L'indignation de l'opinion internationale qui s'exprime pour dénoncer l'agression israélienne et ses odieuses conséquences pèse de peu de poids auprès des criminels qui sont responsables de ce que subissent les Ghazaouis.

Il ne peut en aller autrement tant qu'ils ont l'appui de puissances qui prétendent être défenseurs de la morale et des droits de l'homme. Cet appui, Benyamin Netanyahu s'en prévaut pour poursuivre l'œuvre de mort qui a cours à Ghaza et proclamer qu'Israël mène une guerre « juste » et dans le respect des lois internationales humanitaires. Pourquoi dans ces conditions s'inquièterait-il des manifestations contre l'agression qu'il a ordonnée ayant lieu dans les capitales de ces puissances qui « comptent » alors que leurs dirigeants lui expriment un soutien sans réserve d'autant que d'aucuns d'entre eux sont allés même jusqu'à interdire à leurs citoyens le droit à manifester contre Israël ?

C'est ainsi que, fait unique en France, le gouvernement socialiste a interdit toute manifestation à Paris contre l'agression au prétexte qu'elle donnerait lieu à des actes « antisémites ». La décision s'est en fait imposée à lui au constat que l'opinion française ne partage pas son parti pris et son soutien en faveur de l'Etat sioniste agresseur. Pour se faire entendre, l'opinion internationale que révulse la tuerie qui a cours à Ghaza doit agir plus massivement pour contraindre les Etats à faire pression sur Israël. Parallèlement, Mahmoud Abbas et l'Autorité palestinienne que l'on sait évidemment impuissants face au déchaînement de fer et de feu qui s'abat sur Ghaza se doivent de mettre au pied du mur ces puissances qui les ont cyniquement trompés sur les desseins israéliens.

Il n'y a plus lieu pour eux de s'en tenir à la menace d'une saisine du Tribunal international mais d'en user pour que cette instance engage une procédure pour crimes contre l'humanité et de guerre contre les responsables de l'agression qui a pris au vu et au su du monde entier la dimension d'un génocide froidement réfléchi et implacablement exécuté. Que l'urgence soit à exiger d'Israël la fin de son agression, nul n'en disconvient si ce n'est cet Etat et les puissances qui font montre à son égard d'une complaisance criminelle. Mais s'en arrêter à cette seule exigence reviendrait encore une fois à passer par pertes et profits les centaines de morts de citoyens palestiniens et donc des victimes de «dégâts collatéraux» pour lesquelles il n'y a pas lieu de saisir la justice internationale.

Sans une initiative dans ce sens de la part de Mahmoud Abbas qu'appuieraient et défendraient tous les pays que révolte le sort fait à la population ghazaouie, l'Etat sioniste n'interrompra pas le massacre auquel il s'adonne avec pour objectif de faire aboutir sa « solution finale » au conflit l'opposant au peuple palestinien. Si l'on ne s'en prend pas ici aux Etats arabes, ce n'est pas parce qu'ils sont exonérés de responsabilité dans la tragédie palestinienne, mais parce qu'il est vain d'attendre des pantins serviles qu'ils sont des prises de position allant à l'encontre de leurs maîtres protecteurs. La cause palestinienne est celle des hommes dignes et libres et non celle des potentats arabes qui ont vendu leurs « frères » pour garder les protections qui leur permettent de conserver leurs trônes.
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 / novembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]