ELWATAN-ALHABIB
lundi 2 juin 2014
 
Le serpent 62
 
 
 
 
Par Kamel daoud
Fascinante énigme, courbe de la philosophie, bug du langage et torsion cérébrale, lien explosé entre le coude et la théorie, le genou et la galaxie. La dernière phrase de Saïdani est une perle sur pattes : « J'ai vu le Président qui m'a dit qu'on entend certains partis (parler en son nom). Ça suffit. Arrêtez de parler au nom du Président ! ». Vous avez compris ? L'homme vous dit que le Président lui a dit que personne ne doit dire quelque chose au nom du Président. Mais Saïdani le dit. Il dit qu'on ne doit pas dire et qu'on le lui a dit de le dire. C'est une équation en boucle. Sans fin. Comme le politique. Dans le mythe, cela est représenté par l'Ouroboros. Le fameux serpent qui se mord la queue, incarnant l'infini fini, le cercle ultime, l'enceinte du paradis, l'anneau qui entoure la terre et maintient les océans en place. Ainsi de suite. Dans le cas algérien, le Serpent est le Pouvoir. Il est sans fin. Se mord la queue pendant qu'on mord la pierre. Il ne meurt pas et ne vient pas au monde. Il est éternel parce que immobile. Il se nourrit de lui-même et se perpétue. Né en 62, il vit en 62. Nous, par contre, on bouge : on est en 1832 parfois. Parfois, avec plusieurs émeutes, on frôle 1954. On retombe en 1900 quand on s'enfonce dans les hameaux. On est en 88 quand le sucre augmente.      Le serpent n'est pas la sardine : quand la tête est pourrie le reste est vif.

La sentence de Saïdani est l'incarnation du Verbe du régime : il dit qu'il ne faut pas dire mais il le dit. Il est la preuve de ce qu'il affirme, le contraire de ce qu'il soutient. Saïdani a dit qu'il ne faut pas dire au nom du Président qui lui a dit de ne rien dire. Il est le seul à avoir vu et entendu le Président le dire. Le régime n'a pas besoin du réel. Il est autonome. Il parle dans sa propre tête, acquiesce ou se répond. Le verset de Saïdani ressemble au reste : les consultations, les dialogues nationaux, les transitions, les réformes, les « ouvertures », le Changement. Le serpent fait tout de lui-même mais à l'intérieur de lui-même. Il ne peut pas comprendre. Il est son monde et le monde n'est rien. Il ne peut absolument pas voir, concevoir ou sortir de son propre encerclement. Si vous dites que les consultations pour la prochaine constitution sont ridicules, il ne comprendra pas et continuera à rouler sans bouger et à tourner sans se fatiguer. Si vous dites qu'il faut réformer et assurer une transition, le serpent restera immobile.

 La preuve ? Dites par exemple à Saïdani que sa phrase est un paradoxe comique. Il vous regardera en silence, avec le sang froid de son règne, puis continuera de parler. Il n'y a pas de brèche, pas de possibilité de lui faire admettre que sa phrase de « J'ai vu le Président qui m'a dit qu'on entend certains partis (parler en son nom). Ça suffit. Arrêtez de parler au nom du Président ! », est une absurdité. Saïdani est le régime, du moins la peau du régime, ses écailles, son interface, mais dans l'essence est de la même essence que le serpent 62. L'ouroboros. Dans la tête du serpent qui est dans sa tête en même temps. Par exemple, les plus proches de Bouteflika vous le diront : le bonhomme est profondément convaincu qu'il a sauvé le pays d'un complot immense en se représentant pour un quatrième mandat à vie. On peut du coup parler du peuple au nom du peuple. Mais sans le peuple car il n'existe pas. Le serpent est Un et unique. Il change de peau mais pas de sang.

Il n'entend rien et ne voit pas autre chose que lui-même. Il ne se sent jamais ridicule ni ne sera démenti. Il est le mandat unique et le mandat à vie. Et puisque sa vie est infinie parce qu'il se nourrit de lui-même, il est à vie et à mort élu et appelé. Saïdani l'a dit. Bouteflika lui a dit de le dire. De ne rien dire. De garder le silence en l'expliquant. De. Rien ne prouve rien. Le reste du monde n'existe pas. Il n'y a que le serpent qui entoure notre terre. Au-delà, le cosmos est infini. En deçà ? Le peuple est fini.

 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]