ELWATAN-ALHABIB
samedi 5 novembre 2011
 

Fin de mandat de Bouteflika : La lente agonie politique

5Share
In Kalima.dz










4 novembre 2011
Décidément, le troisième mandat de Bouteflika n’est pas un long fleuve tranquille. Secoué par le « printemps arabe » et obligé à des concessions qu’il n’aurait jamais pensé faire un jour, le chef de l’état est quasiment humilié par des « députés » qui n’ont eux-mêmes aucune légitimité. Une première dans l’histoire de l’Algérie : des députés de la majorité, « élus » dans le quota de leur parti politique respectif de l’alliance présidentielle ( autrement dit désignés par le régime ) ont osé vider les réformes du chef de l’état, adoptés en conseil des ministres. C’est la première fois qu’un chef de l’état en exercice est désavoué de cette manière par ses troupes. Le revers est cinglant et tourne à l’humiliation.
Les chefs de partis politique, de l’opposition comme de l’alliance présidentielle, ne cachent plus qu’ils sont déjà dans l’après Bouteflika et chacun aiguise ses armes et affiche ses ambitions. Le chef du Hamas, Soltani en prenant ses distances avec le clan Bouteflika, Ouyahia, le patron du RND, en se posant comme le successeur légitime bénéficiant du soutien de l’armée, Belkhadem, le patron du FLN, en tentant de se rapprocher de la base islamiste. Alors que les scénarios multiples sur son départ prématuré du pouvoir fleurissent, Bouteflika doit avaler cette « rébellion » de députés qui n’ont jamais rien contesté. Jamais ils ne sont élevés contre aucune violation de la constitution, ni de lois qu’ils ont eux même voté. Jamais, ils n’ont dénoncé la moindre violation des droits de l’homme ou les restrictions à la liberté d’expression. Jamais, ils n’ont dit le moindre mots devant les affaires de corruption, regardant sans broncher les richesses du pays pillées par les décideurs. Jamais, enfin, ils n’ont élevé la voix contre les injustices, les emprisonnement arbitraires. Au contraire, ils ont toujours levé les mains, bien haut, bien visibles, pour tout voter, sans aucun état d’âme, ni aucun scrupule. Et les voilà aujourd’hui qui remettent en cause ses propres réformes. Une giffle !
La lente agonie politique
Bouteflika doit, en effet, se souvenir de l’humiliation vécu par l’ancien Président de le république, Liamine Zeroual et dont lui même en a été le bénéficiaire. Alors qu’il était encore président pour quelques mois, en attendant l’arrivée de Bouteflika coopté par les généraux, Liamine Zeroual, est pratiquement ignoré par la « classe politique ». Lors d’une cérémonie officielle, à laquelle assistent, le sortant et le remplaçant désigné mais pas encore élu, la foule des courtisans s’empresse autour d’un Bouteflika, fier comme un paon, redoublant de salamaleks et de chaudes embrassades, ignorant jusqu’à l’indécence, celui qui est pourtant encore le chef de l’état. Cela durera jusqu’au départ définitif de Zeroual du palais présidentiel.
Après la défection de Belkhadem, qui a sonné la charge contre ses réformes, le silence narquois d’Ouyahia qui n’a pas retenu ses « députés », le lessivage des textes de Bouteflika à l’APN sonne comme le début d’un long chant du cygne.
Celui qui ne voulait pas être « un trois quart de président » en est réduit à couper les rubans des réalisations et à se faire filmer, de temps à autres, par télévision en compagnie d’un étranger de passage à Alger pour montrer qu’il est toujours en place. Ce troisième mandat, qui n’en finit plus, s’est transformé pour Bouteflika, notamment depuis l’éclatement des révoltes arabe et les émeutes de janvier 2011 en Algérie, en une lente agonie politique.
Yahia Bounouar
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]