ELWATAN-ALHABIB
jeudi 15 septembre 2011
 

ENQUETE : Qui sont les « Baltajia » du DRS ?

In kalimadz

  • 15 septembre 2011
Par Yahia Bounouar
Ce terme « baltaji, » s’est vulgarisé pendant la révolution égyptienne. Il désignait, en langage populaire égyptien, les bandes de voyous, payés par le régime de Moubarak pour agresser les militants qui occupaient la place Tahrir au Caire. Tout le monde se souvient de l’attaque contre les militants à l’aide de chameaux et de chevaux qui a fait de nombreux morts. Le procès de cette attaque, filmé en direct, notamment par Al Jazeera, se tient actuellement avec comme principaux accusés, outre le président déchu et ses deux fils, l’ancien ministre de l’intérieur et des richissimes hommes d’affaires qui avaient financé l’attaque.
En Syrie, la population appelle ces milices «  chabiha », littéralement, les fantômes. Ce sont des civils qui naviguent entre le parti au pouvoir le Baâth et les services de renseignements militaires. Ils ont été armés et servent de supplétifs à l’armée syrienne notamment dans les zones urbaines. Selon les militants des droits de l’homme, plusieurs groupes de ces « chabiha » participent directement à la répression et aux meurtres de civils.

Le DRS recrute des civils
Depuis les émeutes de janvier 2011, des groupes similaires sont apparus en Algérie. Ils ont été utilisés publiquement, lors des rassemblements interdits de la Coordination Nationale pour le Changement Démocratique. Ils ont affronté, à plusieurs reprises, les manifestants sous l’œil impassible des policiers. D’où viennent-ils ? Qui sont-ils ?
Les services de renseignements algériens, regroupés au sein du DRS, enfant de la Sécurité militaire, dépendent des  institutions militaires et du ministère de la défense. Ils ont toujours recrutés leurs hommes au sein de l’armée et notamment dans les forces spéciales. Jusqu’à un passé récent, il n’y avait au DRS que des officiers et des sous-officiers. Chargés de collecter des renseignements, ils n’ont pas besoin de troupes. A la fin des années 90, l’actuel patron du DRS, le général Mohamed Mediene, dit Toufik, a introduit un véritable chamboulement en recrutant directement des civils.
Des milliers de jeunes, issus des quartiers populaires, avec des niveaux scolaires souvent rudimentaires, ont été recrutés pour faire le travail que les sous-officiers ne pouvaient pas ou ne voulaient plus faire.

La température sociale en temps réel
Une école de formation a été mise en place entre Larba et Meftah dans la Mitidja, pour leur apprendre les techniques de récoltes de renseignements mais aussi et surtout la manipulation des masses. Vite formés, sans grand niveau intellectuel, ils sont promus aux grades de Caporal et Caporal-chef (ces grades qui n’existaient pas auparavant dans les services de renseignements). Le grade le plus bas était sergent et correspondait à un niveau d’étude équivalent à la terminale et certains évoluaient et pouvaient même terminer comme officier de police judiciaire ( OPJ).  Après leur formation, ces nouvelles recrues, en fait des hommes de troupes (HDT), sont réintégrées dans la société, essentiellement dans les centres urbains. Ils fréquentent, les mosquées, les voyous, les maisons de jeunes et les universités. Ils repèrent rapidement les militants actifs qui organisent la contestation sur le terrain. Comme ils ne travaillent pas et qu’ils sont disponibles, il n’est pas rare, que ceux, qui ont un niveau d’instruction relativement élevé, intègrent les collectifs de militants locaux soit pour obtenir directement l’information, soit pour tenter d’infléchir les positions vers moins de radicalité. Pour être à la source du renseignement, ils interviennent dans la vie quotidienne des citoyens. Ces jeunes que rien ne différencie des autres, pratiquent eux mêmes la vente à la sauvette sur les trottoirs (activité favorite des jeunes algériens sans emploi), et font souvent office de gardiens de parkings et de vendeurs de cigarettes. Ils prennent en temps réel la température de la société et leurs informations permettent aux généraux d’anticiper les explosions sociales.
Dérapages contrôlés et contre-révolution
Mais leur mission ne s’arrête pas à la collecte de l’information. Leur formation leur permet également de peser sur les évènements et de manipuler les foules lorsque la direction le leur demande. Ils s’infiltrent dans toutes les manifestations de protestations. A eux seuls, ils peuvent transformer une action pacifique en affrontement. Il suffit généralement de quelques uns qui provoquent les policiers, enflamment pneus et voitures et qui cassent quelques vitrines de magasins pour transformer une marche tranquille en émeute violente. Poussé à l’extrême, cette pratique, permet de déclencher des émeutes anticipées «  un dérapage contrôlé » pour crever l’abcès et vider la colère emmagasinée par la population avant qu’elle n’explose par elle-même.
Avec le déclenchement des révolutions au sud de la méditerranée, et l’utilisation des « miliciens par les régimes despotiques en Tunisie, en Égypte, en Libye et surtout en Syrie, cette « milice officielle  du DRS » a une mission supplémentaire : intimider et agresser physiquement les militants les plus en vue et organiser un contre-feu dans la rue pour montrer que le régime dispose d’une base populaire. En d’autres termes, ils sont là pour préparer et, le moment venu, mener la contre révolution.

Y.B
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 / novembre 2017 / décembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]