ELWATAN-ALHABIB
mardi 16 août 2016
 
Paris accusé de miser sur la partition de la Libye




par Kharroubi Habib
A ceux qui ne parvenaient pas à comprendre pourquoi la France qui, officiellement, reconnaît le gouvernement d'accord national (GNA) dirigé par Fayez Sarradj en tant que seule autorité légale de Libye a mis pourtant à disposition du général Khalifa Haftar qui la lui conteste le détachement de ses forces spéciales qui opère dans ce pays, le président de la commission des affaires étrangères du Sénat italien Pier Ferdinando Casini leur fournit sans détour l'explication dans l'interview qu'il a accordée au quotidien « El Messaggero ».

Pour ce sénateur italien, si en Libye la France marche dans une direction alors que l'Italie, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis avancent dans une autre (soutien au Premier ministre et à son cabinet d'union nationale), c'est parce que avec l'Egypte elle mise sur la division du pays en trois parties.

L'accusation que formule le parlementaire italien contre Paris et que le gouvernement de Rome estime probablement avérée n'est pas sans fondement malgré les dénégations françaises qu'elle provoquera. La justification fournie par les autorités françaises sur la présence de leur détachement des forces spéciales de leur pays aux côtés de « l'armée nationale libyenne » que commande le général Haftar qui refuse l'autorité du GNA est qu'elle est destinée à contribuer à rendre plus efficiente sa participation à la lutte contre Daech. Ce qu'elles taisent par contre c'est que le général Haftar refuse toute subordination de son « armée » à l'état-major des forces armées du GNA engagées elles aussi dans une offensive en cours contre l'organisation terroriste, et qu'en l'aidant militairement elles l'encouragent à persister à faire cavalier seul, ce qui ne concourt pas à conforter la dynamique d'union nationale ébauchée en Libye sous les auspices des Nations unies et dont le cabinet Sarradj en est l'émanation.

En tout état de cause, il se dévoile qu'en Libye les interventions étrangères qui s'y déroulent n'ont pas pour but uniquement de mettre fin à la menace qu'est la présence de Daech dans le pays mais également de faire prévaloir les intérêts respectifs des Etats qui les ont engagées. Leur résultat risque de prolonger en l'aggravant le chaos dans lequel se trouve la Libye tant il apparaît manifeste que ces intérêts sont divergents occasionnant des rivalités entre ces Etats qui pour défendre ce qu'ils estiment leur revenir dans ce pays ne reculent pas à jouer un camp libyen contre l'autre.

L'accusation formulée par le président de la commission des affaires étrangères du Sénat italien contre la France et l'Egypte n'est toutefois nullement à considérer comme la dénonciation de l'ingérence étrangère dans les affaires de la Libye. Rome ne s'oppose à Paris et au Caire que parce qu'elle estime le but de leur intervention préjudiciable aux intérêts « historiques » que l'Italie détient en Libye. Pour les contrer, Pier Fernandino Casini ne propose rien d'autre que la convocation d'un sommet européen qui sous couvert d'une position commune de l'Europe contraindrait la France à réviser sa position. Suggestion qui n'est pas excluante d'une intervention militaire étrangère coordonnée.

Ce dont pourtant le gouvernement Sarradj censément appuyé par l'Italie et les autres puissances occidentales a fermement déclaré qu'il n'en veut pas. Accusateurs comme accusés jouent dans ce conflit une partition en solo dont on décèle derrière chacune les sinistres appétits de leurs exécutants. Pour l'Algérie, ces ingérences étrangères en Libye voisine n'augurent rien de bon pour sa sécurité nationale. 

 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]