ELWATAN-ALHABIB
mercredi 11 février 2015
 
Nos fraudeurs fiscaux n'ont rien à craindre
 
 
 
 
par Kharroubi Habib
On pourrait croire que les Algériens détenteurs de comptes secrets et illégaux dans la filiale suisse de la banque HSBC dont les noms figurent dans les listes désormais accessibles grâce aux documents fournis à la presse internationale par un ex-employé de la banque, ont maintenant du souci à se faire côté des autorités du pays. Que l'on se détrompe, les foudres de l'Etat algérien ne tomberont pas sur ces fraudeurs qui pour la plupart bénéficient de protections en béton au sein de ses appareils.

Le scandale international dans lequel ils sont impliqués n'incitera nullement les autorités algériennes à leur faire rendre gorge de l'argent frauduleux qu'ils ont entreposé dans leurs comptes suisses. La lutte contre la corruption, la fraude et l'évasion fiscale n'est pas dans leurs intentions, car elles sont elles-mêmes gangrenées par ces fléaux. Parions de ce fait qu'elles feront tout pour étouffer ce que le scandale a révélé impliquant des concitoyens. Bien sûr, il nous sera promis que des comptes vont être demandés aux fraudeurs mais rien ne sera engagé réellement contre eux.

S'il existait une volonté politique de combattre la fraude et l'évasion fiscale qui saigne à blanc les finances de la nation, il n'était pas besoin d'attendre le scandale du « SwissLeaks » pour que ces fraudeurs soient repérés et poursuivis. Sous pressions conjuguées des Etats-Unis et de l'Union européenne soucieux de débusquer leurs propres fraudeurs fiscaux, la Suisse, ce paradis fiscal prisé par nos margoulins de haute volée, a décidé « d'assouplir » ses lois contraignant les banques au secret sur les placements faits auprès d'elles. Cette brèche ouverte aurait « dû » permettre aux autorités algériennes de recueillir des informations sur lesquelles elles pourraient se baser pour diligenter des enquêtes. Jusqu'à preuve du contraire, il n'en a rien été.

De toute façon, ce qui a pu être fait de leur part dans ce sens ne l'a probablement pas été dans le cadre d'une lutte déterminée contre la corruption et l'évasion fiscale, mais plus trivialement dans celui de réunir des dossiers contre certains des détenteurs de comptes secrets à des fins de pression contre eux en cas de besoin. Les autorités algériennes qui se vantent d'être entendues dans le concert international se sont totalement effacées s'agissant de l'action entreprise internationalement pour mettre fin aux paradis fiscaux et aux pratiques frauduleuses qu'ils permettent.

Ce n'est parce que l'Algérie souffrirait moins que d'autres pays de cette situation qu'elles ne se sont pas impliquées dans le combat. La corruption et son corollaire l'évasion fiscale sont consubstantiels au système politique et économique dont elles sont les gérantes. Tout ce qui participe à rendre globale et efficiente la lutte contre ces fléaux ne les incite pas à en favoriser la mise en œuvre. Les acteurs à l'origine des révélations sur l'évasion fiscale internationale assurent que ce qui a été déjà rendu public n'est que la « partie visible de l'iceberg » et qu'il faut s'attendre à plus. Inutile de dire par conséquent qu'ils sont nombreux au sein des autorités algériennes à redouter d'apparaître dans les listes à venir. En Algérie, les lanceurs d'alerte qui veulent empêcher de voler et de cacher le fruit du vol, sont vus comme des ennemis dont il faudrait étouffer les actions
.
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]