ELWATAN-ALHABIB
mardi 17 février 2015
 

L’Algérie n’est pas votre propriété privée, Ali Haddad !

 

 

 


Mohsen Abdelmoumen



Samedi 14 février 2015
Il n’y a rien de plus assommant que d’écrire des articles à propos de scélérats dont les ambitions se mesurent au contenu de leurs comptes en banque. A chaque fois, je ressens de l’amertume, car j’appartiens à une école malheureusement effondrée aujourd’hui, celle du patriotisme. Néanmoins, mon devoir de journaliste patriote  m’impose de pourchasser les coléoptères coprophages qui pullulent dans mon  pays et prospèrent en bouffant de la merde. Un nom pollue actuellement l’Algérie de mes ancêtres et s’étale partout : Ali Haddad. On pourrait dire de lui qu’il a repris à son compte la fable de la grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le bœuf, sans avoir rien retenu de la morale de l’histoire qui finit, comme chacun sait, par un « Pffuuuit ». Ce virus sorti de nulle part s’improvise tout à la fois chef de l’Etat, de la diplomatie, d’entreprises qui n’ont rien produit, et j’en passe. Le mégalomane Ali Haddad se prend pour le nouveau Messie et est persuadé qu’il peut être tête d’affiche, lui, le petit bricoleur qui s’est engraissé grâce à l’ex-wali de Tizi Ouzou, Mostefa Benmansour, qui lui a octroyé les marchés publics de gré à gré et l’a entraîné dans son sillage lors de son accession au poste de ministre de l’Intérieur. Haddad est omniprésent et tout le monde lui prédit un grand destin, certains le voyant même assumer la charge présidentielle. Allons-nous remplacer une chaise roulante par un escroc notoire ?L’Algérie des martyrs mérite-t-elle un pouvoir politique off shore avec des patrons made in Taiwan servis par des medias adeptes de la mangeoire et se prostituant pour les deniers de la pub ? Il est temps de remettre les pendules à l’heure.
Fils d’un épicier établi dans la petite ville côtière d’Azzefoun, Ali Haddad s’est associé avec ses frères pour monter une entreprise et, doté d’une ambition démesurée, a joué des coudes pour se placer où il est aujourd’hui. Dans le brouillard opaque et l’anarchie qui règnent dans l’Algérie d’aujourd’hui, des usurpateurs comme Haddad se sont faufilés à la tête des institutions et l’on voit un vulgaire boutiquier s’introniser président, ministre, diplomate, patron des patrons, sans que personne ne le renvoie dans son épicerie à coups de pied au cul. Ce microbe se prend pour un capitaine d’industrie alors qu’il n’est même pas capitaliste, juste un affairiste spéculateur qui ne produit absolument rien et qui se sert de son réseau de relations pour se faire du fric. Il représente à lui tout seul l’absurdité et le délabrement politique, car comment comprendre qu’un marchand de légumes gravisse tous les échelons en un temps record pour prendre la tête du FCE (Forum des chefs d’entreprise), amasse une fortune estimée à 400 millions d’euros, rafle tous les marchés publics avec son groupe ETRHB Haddad qui englobe plusieurs sociétés : BPH (bitume et pétrole Haddad) – BERTHO spa (filiale études et maîtrise d’œuvres) – Housing Construction Haddad spa (Filiale promotion immobilière) – SAVEM spa (Société Algérienne des Véhicules, Engins et Maintenance) – une filiale de tourisme et d’hôtellerie (structures hôtelières LE MARIN et LE MARIN BIS), soit concessionnaire de plusieurs marques d’automobiles, devienne propriétaire du club de foot l’USM d’Alger, de deux journaux, Le Temps d’Algérie et Wakt el Djzair, et de deux chaînes de télévision off shore, Dzair TV et Dzaïr News ? Il est aussi partenaire du groupe italien de la construction Rizzani de Eccher d’Udine, spécialisé dans le génie civil, les infrastructures et la construction de bâtiments de luxe. Comment édifie-t-on une fortune en un clin d’œil, si ce n’est en pratiquant le copinage et en utilisant les pots-de-vin pour corrompre? Le « Kadi » de l’hypermarché des travaux publics ou souk algérien, rempli de marchandise informelle et de scandales en vrac par les manigances des copains coquins, se balade sur une autoroute qui a coûté deux fois le prix du tunnel de la Manche.
Non content de s’enrichir outrageusement aux dépends de l’Etat et donc du peuple, Ali Haddad, stagiaire de la bourgeoisie compradore, se prostitue aux puissances occidentales pour accéder au pouvoir. Il est passé maître dans l’art de lécher le cul de Fafa, sa mère-patrie la France sur laquelle il compte pour le sacrer futur roi. Nom de dieu ! Peut-on être roi sans l’aval de Fafa (la France) ? Un proche m’a dit un jour que l’Algérie avait chassé la France mais que la canaille finirait par lui courir après, ce qui est pire que le syndrome de Stockholm. C’est à tel point que l’ambassadeur de France en Algérie est devenu porte-parole du gouvernement algérien en annonçant les allées et venues entre Paris et Alger de nos ministres et du clan de l’argent sale. Début février, c’était au tour de la visite à Paris du patron compradore stagiaire Ali Haddad. Nous n’avons rien à faire des ambassadeurs occidentaux qui encensent les cloportes susceptibles de servir leurs intérêts. Mais les Français ne sont pas les seuls à apprécier Haddad, car les Américains ont fait sa promotion depuis longtemps. Selon un câble de Wikileaks du 7/12/2009, l’ambassade américaine avait recommandé Ali Haddad parmi d’autres candidats pour présider le sommet de l’entreprenariat algérien : « l’ambassade recommande Ali Haddad pour le Sommet de l’entreprise comme l’un des quelques entrepreneurs de la construction en Algérie, dont l’entreprise a gagné certains contrats et a rempli l’énorme déficit d’infrastructure de l’Algérie, élargissant ainsi l’expertise de gestion de la construction dans ce pays ». Ainsi, déjà à l’époque, il bénéficiait déjà d’un soutien de poids. Et aujourd’hui, que peut offrir Haddad à une France en récession et quels sont donc les intérêts de l’Algérie aux mains des pilleurs de la nation ? Des ministres algériens offrent leur derrière sans état d’âme à ce mercenaire qui, à son tour, présente le sien avec enthousiasme à leur « métropole », la France. Quelqu’un peut-il m’expliquer quels sont avantages pour l’Algérie dans sa coopération avec une France qui n’a jamais guéri de ses velléités colonialistes et qui cautionne un aventurier ? Haddad a beaucoup promis aux Français qui ne comprendront jamais que le clan de l’argent sale ne peut et ne doit diriger l’Algérie, car l’équation est plus compliquée que ne l’imagine Fafa en plein marasme et qui cherche des contrats à tout prix. Haddad n’a aucun charisme, ne peut résoudre aucun problème des Algériens et de l’Algérie, il est au contraire l’illustration de la faillite nationale, le parfait symbole de l’échec de notre pays, et nous n’avons guère besoin d’une Renault Symbole pour le comprendre. Alors, que négocie à Paris le petit patron Haddad mué en oligarque qui dépend à 100 % de la rente et de la commande publiques ? Que compte vendre ou exporter sur le marché international ce vulgaire begar, rentier enrichi grâce à la mamelle pétrolière ? Je lui conseille de limiter ses ambitions à importer des voitures ou à vendre des pois chiches et, surtout, d’arrêter son cirque, car le peuple algérien n’est pas dupe de ses turpitudes. Ce genre de personnage pourrit toutes les institutions et je connais des cadres et des officiers supérieurs intègres qui ont du mal à voir des arrivistes se goinfrer sans vergogne et parader avec arrogance devant la population.
Pendant que ce renégat fait des courbettes dans les salons parisiens et se commet avec des hommes d’affaires israéliens, l’ambassade de France, via son Centre culturel à Alger, propose de soutenir financièrement des associations algériennes avec des sommes allant de 5 000 à 60 000 euros pour promouvoir les droits de l’Homme, la citoyenneté, et le baratin « droits-de-l’hommiste » habituel. Ceux qui chérissent la France peuvent aller faire la queue devant l’ambassade, on y distribue des euros à tire-larigot. « Promouvoir la citoyenneté » en Algérie ? Quelle blague ! Que penser d’un pays étranger qui veut financer des associations algériennes sur fond d’un rapport accablant d’Human Right Watch évoquant la situation des droits de l’Homme en Algérie ? Et l’on connaît les accointances de cet organisme avec la Maison Blanche ! La France en récession se propose de distribuer de l’argent à des associations algériennes au lieu d’en faire profiter ses propres chômeurs et personne ne réagit devant cette tentative de corrompre toute notre société ? Continuez à dormir, citoyens, politiciens, responsables irresponsables assoupis autour de la mangeoire, le réveil sera rude ! Ce n’est certes pas pour les beaux yeux des Algériens que les Français en faillite déboursent de l’argent qu’ils n’ont pas pour le donner aux associations algériennes. Ignorer de telles manœuvres qui cachent un objectif  occulte est d’une désinvolture inexcusable, alors que les musulmans vivent un véritable cauchemar dans une France, banlieue de Tel Aviv, qui brandit l’épée des Croisades depuis le false flag contre ce foutu torchon Charlie machin. Puis-je savoir qui défend les intérêts de l’Algérie et des Algériens dans ce cas de figure ? Quand la France déclare la guerre à tous les musulmans et à notre communauté sur son territoire en favorisant la délation comme à la belle époque, le pouvoir algérien actuel lui lèche les bottes. L’un d’entre vous a-t-il encore une parcelle d’honneur ou l’avez-vous vendu avec le pétrole et le gaz ? Soyez maudits, qui que vous soyez et où que vous soyez, la malédiction des martyrs vous pourchassera jusqu’à votre dernier souffle ! Regardez-vous attentivement dans un miroir pour mieux comprendre de quoi je parle.
Ali Haddad, l’arriviste à l’appétit insatiable, prétend ouvrir au privé l’espace aérien et maritime de l’Algérie dans le but de couler Air Algérie pour favoriser Aigle Azur dont les Français sont actionnaires et dont le patron est le gendre du secrétaire général de la Centrale syndicale. Comment Haddad compte-t-il concurrencer la Lufthansaou British Airways ? A moins que ce ne soit juste de sa part un cadeau exclusif pour Air France qui s’asphyxie et dont le seul plan de vol consiste en des licenciements et des départs volontaires ? Il reconnaît envisager de réaliser un vieux projet en créant lui-même une compagnie aérienne. Pourquoi pas, en effet ? Personne ne l’arrête, pourquoi se gênerait-il ? Peut-être devrait-il essayer de vendre le ciel, et si ça ne marche pas, qu’il essaye le soleil. Si Desertec n’a pas abouti, il y a toujours les rayons lunaires. La médiocrité et le néant institutionnel d’une Algérie exsangue et saignée à blanc par des vautours voraces ont engendré des monstres que seul l’anéantissement de notre pays peut assouvir. Ces goinfres sont capables d’avaler toute l’Algérie. Le terrorisme économique fonctionne grâce à la mangeoire et dépend entièrement de la mamelle pétrolière que Haddad suce avec frénésie.  « Il veut tout privatiser, y compris les universités », s’est indigné un membre du syndicat des enseignants. Et ce n’est pas tout, la SNVI (Société nationale des véhicules industriels), entreprise publique spécialisée dans la construction  et la commercialisation des poids lourds, est visée aussi. En réponse aux ambitions de Haddad de privatiser les services publics algériens, le secrétaire général de l’union locale de la zone de Rouiba de l’UGTA (Union générale des travailleurs algériens), Mokdad Messaoudi, a fait le commentaire suivant : « Nous ne voulons plus entendre parler de privatisations, nous en avons déjà fait l’expérience. Celles que nous avons menées n’ont rien donné. Nous rappellons également aux patrons que toutes les entreprises publiques privatisées ont été transformées en hangars pour stocker les produits importés et leurs travailleurs ont été mis à la porte. Nous ne savons pas qui décide dans ce pays. D’une part on nous dit que l’Etat va soutenir les entreprises publiques, alors que dans la réalité c’est le contraire qui se fait ». Le syndicaliste s’insurge contre les basses manœuvres visant au sabotage de la SNVI en dénonçant le stockage dans le port depuis presque un an de tonnes de pièces importées par l’entreprise. En novembre 2014, le CEP (conseil des participations de l’Etat) avait chargé le ministère des Finances d’instruire les Douanes pour permettre les importations de la SNVI, mais cette décision n’a pas été appliquée. Cette politique de sabotage a débuté depuis la nomination d’Amar Ghoul à la tête du ministère des Transports : « Il veut couler la SNVI. Comment se fait-il que l’ETUSA (Établissement public de Transport Urbain et Suburbain d’Alger) a suspendu ses achats de bus auprès de la SNVI juste après l’arrivée de Ghoul au ministère des Transports ? L’UGTA c’est nous, pas celle qui apporte son soutien au pouvoir. Nous n’accepterons jamais que nos entreprises soient bradées.» Les propos des syndicalistes sont alarmants et révèlent la volonté de Haddad, Ghoul et consorts de casser le secteur public.
Profitant du relâchement patriotique national et du vide tragique que traverse l’Algérie, Haddad s’est faufilé comme un rat pour saper ce qui reste encore debout dans notre patrie et couler le navire algérien. Il se permet tout et personne ne le remet à sa place de marchand de cacahuètes, il fanfaronne qu’il « se fout des critiques », qu’il « fait ce qu’il veut » et qu’il est « proche des responsables civils et militaires ». Très lié à Saïd Bouteflika, comme il le dit lui-même, il a réussi à dégommer le PDG de Sonatrach parce que ce dernier ne voulait pas marcher dans ses combines. Semblant considérer l’Algérie comme son héritage familial qu’il dilapide avec ses maîtres, ce boutiquier organise des conférences au sein des institutions de la République Algérienne Démocratique et Populaire, comme dans la salle des Actes du ministère des Affaires étrangères ! où il a proclamé aux diplomates une phrase qui reflète clairement  ses intentions : « Pourquoi y a-t-il des attachés militaires dans nos ambassades et pas des attachés économiques ? » Hadad rêve-t-il d’un Etat « civil » comme Saïdani le drabki ? Nous attendons que ce matamore qui exige TOUT et IMMEDIATEMENT nous énumère les divisions dont il dispose pour imposer ses vues à toute la nation. A toutes fins utiles, j’aimerais lui rappeler le destin de Rafik Khalifa qui se prenait pour Louis XIV et qui est en prison pour un bon bout de temps. J’ai beau examiner les diverses expériences dans de nombreux pays, je n’ai pas trouvé un cas similaire, sauf peut-être en Egypte. Haddad est le Ahmed Ezz algérien, l’un des pontes du régime pourri de Moubarak et qui va à nouveau revenir au Parlement égyptien après un séjour en prison. La seule différence, c’est qu’Ahmed Ezz possède une usine qui produit une marchandise et qui continuait à tourner et surtout à payer les impôts, même quand son patron était en taule, contrairement à Haddad qui ne produit strictement rien. D’autres nomment ce mercenaire de l’import import « le Berlusconi algérien ». Avec ou sans « bunga bunga », j’espère que lui aussi terminera sa carrière en balayant les trottoirs et en changeant les couches des vieux dans les maisons de retraite.
Nous avons la preuve qu’Haddad a menti à propos de son acquisition d’un hôtel de luxe à Barcelone qu’il a réfutée dans la presse algérienne. Selon les informations parues le 15 mai 2014 dans le journal espagnol  La Vanguardia, et malgré ses dénégations ironiques alléguant qu’il s’agissait d’un homonyme, Ali Haddad, à travers la société Aginyo, a acheté en 2011 pour 80 millions d’euros, l’Hôtel Palace, ex-Ritz de Barcelone, l’un des plus beaux hôtels d’Espagne, le laissant en location à la société qui en était jusque là propriétaire, la Husa Hotelesappartenant à Joan Gaspart Solves, homme d’affaires espagnol membre de l’Opus Dei et ancien président du FC Barcelone. Comme la société locataire éprouvait des difficultés à payer les loyers, Haddad a cherché à revendre l’hôtel à perte en 2013, mais ne trouvant pas d’acquéreurs, il a finalement opté pour assurer la gestion de son palace lui-même. En effet, en 2014, il a présenté une offre de 500 000 €  au Tribunal du Commerce n° 3 de Barcelone pour reprendre la gestion de l’hôtel, s’engageant à maintenir les 130 emplois. Toute la presse espagnole qui a traité la vente de l’hôtel stipule bien que l’acquéreur est un homme d’affaires algérien. J’ai en outre eu accès au Bulletin officiel du Registre de Commerce espagnol qui a publié les informations concernant la société Aginyo.
Je publie les actes du Registre de Commerce et du Registre des Sociétés en ma possession, tout en prenant le peuple algérien à témoin :
D’après le Bulletin officiel du Registre de Commerce espagnol paru le 16/12/2011, article 498961, la société Aginyo a été constituée le 2 décembre 2011 : AGINYO INVERSIONES Y GESTIONES INMOBILIARIAS SL(Investissements et gestion immobiliers) est une société qui a commencé ses activités le 4/11/2011 et dont l’objet social concerne las actividades propias del trafico inmobiliario (activités liées à l’immobilier) incluidas la promocion, construccion, comercializacion y arrendamiento con exclusion del arrendamiento activo financiero.Domicile: Cl Teodor Roviralta Num.44 P.1 PTA.2 (BARCELONA). Capital: 3.000,00 Euros. Nombramientos. Adm. Unico : ALI HADDAD. Datos registrales. T 42878, F 51, S 8, H B 417169, I/A 1 (2.12.11).
Nomination d’un mandataire : 21/12/2011 article 507068 – AGINYO INVERSIONES Y GESTIONES INMOBILIARIAS SL. Nombramientos. Apoderado (mandataire): RADIA BOUZIANE. Datos registrales. T 42878, F 53, S 8, H B 417169, I/A 2 (9.12.11).
La nouvelle gestionnaire d’Aginyo, Radia Bouziane, était déjà administratrice de la société Skidbladnir Sl constituée le 16/12/2011 à Barcelone, destinée au commerce de gros et détail et à l’exportation. Le 16/02/2012, la société a changé son activité pour se spécialiser dans la location de biens mobiliers de toutes sortes, machines et équipements pour l’industrie de transformation, distributeurs automatiques, etc. et a enregistré le 20/08/2014 la marque The Blue Bird Royal, spécialisée dans les services hôteliers, recherche et réservation d’hôtels, de salles, bars, restaurants, et autres services d’hôtellerie et restauration, etc.
Changement de siège social : Le 29/05/2012 : article 226343 – AGINYO INVERSIONES Y GESTIONES INMOBILIARIAS SL. Cambio de domicilio social : Cl Escoles Pies Num.102 (BARCELONA). Datos registrales. T 42878, F 54, S 8, H B 417169, I/A 3 (17.05.12).
En outre, toujours d’après la presse espagnole, fin 2013, Haddad a acheté une filiale du Groupe Keraben, l’entreprise Kerafrit, spécialisée dans la fabrication de peintures émaillées, vernis et produits similaires, encres d’imprimerie et mastics, établie à Nules, en Espagne. Avec cette acquisition dont le prix n’a pas été révélé, Haddad entre au cœur de la céramique castillane, réputée au niveau mondial. Kerafrit avait affiché en 2013 un chiffre d’affaires de 18 millions € dont 70% était consacré aux exportations en Europe, Afrique du Nord, Amérique latine, Moyen-Orient et dans plusieurs pays d’Asie du Sud. L’article traitant ce sujet est paru dans El Periódico Mediterraneo, le 12/12/2013, et dans lasprovincias le 21/04/2014. Le 30/12/2013, elEconomista a publié un article annonçant l’achat de Kerafrit par un investisseur algérien, via la société d’investissementsSitifis, le nom d’Ali Haddad étant stipulé dans innDEA Valencia le 22/04/2014.
Toujours d’après le Bulletin officiel du Registre de Commerce espagnol et le Registre des Sociétés, la sociétéSitifis se nommait à sa constitution le 14/08/2013, Abdelhafid Inversiones (Investissements) SL, établie à Nules (Espagne) et dont l’administrateur était Abdelhafid HADDAD. L’activité de la société portait sur la direction et la gestion des investissements dans d’autres sociétés : vente, représentation, étude de marchés et la commercialisation de produits céramiques et connexes. Divers amendements ont été opérés en quelques mois (changement des statuts, d’adresse du siège social). Le 21/11/2013, Abdelhafid Inversiones SL devient Sitifis Inversiones SL, jusqu’à ce que, le 24/12/2013, la société Sitifis se transforme en Kerafrit SA, administrée parSitifis, avec l’attribution d’un poste de mandataire à la fois chez Sitifis et Kerafrit pour Oliver Martinez Manuel, mandataire de Kerafrit depuis 2010. Depuis le 20/01/2014, ce dernier ne représente plus que Sitifis. « Publicación en el Boletín Oficial del Registro Mercantil del día 24 de December del 2013 del anuncio de nombramientos en la empresa KERAFRIT SA, inscrito en el Registro Mercantil el día 17 de December del 2013 con los datos de inscripción T 988, L 553, F 183, S 8, H CS 12112, I/A 38 ». KERAFRIT SA : Administrador Unico : Sitifis Inversiones SL (Boletín Oficial del Registro Mercantil, Fecha inscripción: 17/12/2013 T 988, L 553, F 183, S 8, H CS 12112, I/A 38). Le 17/01/2014, sont enregistrés des modifications statutaires permettant une augmentation du capital de102666,67%, soit un capital total de 3 083 000 euros, si l’on compte les 3 000 euros de départ. D’après le Bulletin officiel du Registre des Sociétés, Kerafrit SA a été achetée par Sitifis Inversiones SL le 17/12/2013.
Pourquoi Ali Haddad a-t-il menti sur l’achat de l’hôtel cinq étoiles à Barcelone ? Pourquoi utilise-t-il son frère en prête-nom pour créer des sociétés en Espagne ? D’où provient l’argent qui permet à Haddad d’investir en Espagne, en France, etc. ? Où est l’Etat et que fait la Brigade financière ? Je caresse l’espoir de voir dissoudre tous les organismes qui prétendent combattre la corruption et qui ne font rien pour gripper la machine infernale de l’évasion fiscale. Des voix vont me chanter qu’Haddad est un « investisseur » et qu’il a le droit d’investir où il veut, mais est-ce légal de ne pas déclarer son patrimoine au fisc algérien quand on est résidant en Algérie ? Haddad, Saïdani le drabki, et les autres cancres issus d’une race bâtarde et qui se reconnaîtront, font plus pour nuire à l’Algérie que toutes les mains étrangères rassemblées. Leurs magouilles vont nous mener tout droit vers le démembrement et l’anéantissement du pays. De « l’automout » Est-Ouest (autoroute de la mort, en algérien) à la Sonatrach, en passant par le port d’Alger qui rapporte des milliards aux Emirati qui en sont les gestionnaires sans investir un centime, pas un jour ne passe sans qu’un scandale éclate. En Algérie, la démocratisation de la corruption touche toutes les sphères et on ne voit aucune enquête fiscale contre les malversations et la fuite des capitaux. Du côté de la presse algérienne, personne ne fait des investigations sérieuses sur les activités de ces charognards, parce que tout le monde s’est mis d’accord autour de la mangeoire. Où sont les contrepouvoirs tels la presse, les partis d’opposition, les associations, qui préfèrent fermer les yeux en prétendant que parler de ces choses pourrait nuire à la stabilité du pays ? A qui profite ce silence complice sinon au gang de la chaise roulante ? Voilà le résultat du quatrième mandat dont nous ne voulions pas. Et qu’on ne me dise pas que la corruption existe dans tous les pays et qu’on ne peut rien y changer. Je n’accepte pas qu’elle règne en Algérie. L’Algérie de Madame Dalila doit être abolie ! Je rappelle que l’Algérie qui était considérée comme le « grenier de l’Afrique » est obligée d’importer son pain !
Le clan de l’argent sale rêve d’obtenir le pouvoir absolu quand aucun de ses membres n’a jamais participé au combat bâtisseur de la nation algérienne, ce pays qui a tant souffert et sacrifié ses enfants pour être une Algérie libre, fière et indépendante. Nos nombreux martyrs n’ont jamais pensé à eux-mêmes, contrairement à ces microbes Haddad et consorts, la mauvaise graine qui a gangrené notre pays. Comment, après tant de souffrances et d’humiliations coloniales, peut-on revenir à la case départ avec ces vendus qui proposent leurs parties charnues à la France et à leurs ancêtres gaulois ? Comment vacciner notre nation contre le clan pourri de l’argent sale qui s’appuie sur le terrorisme économique et le bradage des ressources naturelles de notre patrie ? Utiliser la crise du gaz de schiste pour des règlements de comptes entre clans en tenant en otage toute la population d’In Salah est particulièrement odieux et dangereux, car les menaces dans le sud algérien sont à prendre très au sérieux. Les gens du sud qui ont chassé d’un puits de forage du gaz de schiste Halliburton, la multinationale des Cheney et Bush, ne veulent pas de ces forages de peur que leur nappe phréatique soit polluée, et le pouvoir politique au lieu d’agir, a réagi en proposant un découpage administratif pour créer de nouvelles wilayas. Dans quel monde vivons-nous ? Que veut dire cette réaction ? L’irresponsabilité en Algérie a atteint une dimension phénoménale. Nul besoin de main étrangère, les valets des Occidentaux sont au cœur du palais. Quand Saïdani, le secrétaire général du FLN, ose déclarer que la France nous a donné l’Indépendance et que personne ne lui cloue le bec, c’est dire si la situation est grave. Rien que pour de tels propos, ce Saïdani devrait être jugé pour haute trahison. Si les manigances de ces irresponsables ne sont pas stoppées, l’Algérie perdra son sud et son Sahara.
L’affaire « Suiss Leaks » concernant les comptes ouverts à la HSBC en Suisse par des Algériens, nous dévoile que Ali Haddad et une trentaine de ses prête-noms, Saïdani et sa fille chérie, Amar Ghoul, Tahkout, Bouchouareb, la fille d’un Premier ministre connue pour ses affaires à Londres, certains ministres qui font profil bas, des députés, plusieurs importateurs connus sur la place d’Alger et qui se sont engraissés grâce à l’économie du bazar, des patrons de presse, divers chanteurs, comme « Deb » Khaled, des rejetons de politiciens, etc. disposent de comptes bien garnis. Mes sources m’ont transmis la liste des heureux bénéficiaires algériens de ces comptes off shore, qui ont pillé l’Algérie à l’instar de leur acolyte Momo VI, le roi du Maroc, qui enfle à mesure que son pays s’appauvrit.  Ils pensent être invulnérables et que personne ne peut connaître leurs agissements, mais nous pouvons avoir des informations depuis leurs chambres à coucher. Les comptes ouverts en Suisse, au Luxembourg ou ailleurs, servent au blanchiment d’argent des « entrepreneurs » privés qui placent à l’étranger l’argent issu des surfacturations. Cette dernière, très répandue dans le milieu des affaires scabreuses, est évaluée à 6 milliards de dollars par an. C’est inacceptable et la Loi doit être appliquée pour juger tous ceux qui pratiquent l’évasion fiscale. Monsieur Haddad se prend pour un oligarque comme à l’époque de la Russie d’Eltsine, et l’on comprend aisément son aversion pour des services de renseignement puissants capables de déjouer ses tripotages et de collecter des renseignements sur lui et ses amis. L’intérêt national doit prendre le pas sur l’intérêt privé qui s’appuie sur l’étranger et barrer la route à ce genre d’individus hautement toxiques. L’Algérie a besoin d’un Poutine pour la purger une bonne fois pour toutes, ce sont des chefs d’Etat comme lui qui font avancer leurs pays. Ou comme le président chinois Xi Jinping qui fait la chasse aux « tigres et aux mouches » et est en train de faire un grand nettoyage des plus hauts dignitaires du Parti et des milliardaires corrompus jusqu’aux plus petits exécutants véreux. Comme le camarade Xi Jinping l’a fait en Chine, nous devons organiser une purge pour chasser tous les ânes bâtés, les hmar, qui gangrènent les administrations et les institutions. Y a-t-il un plus grand  malheur pour une nation que de voir des Haddad et des minables souiller les institutions alors que les authentiques patriotes subissent des affronts multiples ? Les présidents Poutine et Xi Jinping l’ont bien compris et ont pris les mesures nécessaires pour sauver leur patrie de ces poisons mortels.
Haddad se voit régner sur l’Algérie mais il se brûlera les ailes comme Icare, car notre patrie n’est pas un cabaret et n’est pas à vendre. Il oublie qu’il existe une magie qui foudroie tous les usurpateurs et les traîtres de la nation algérienne. Le sang des martyrs n’est pas une blague dont on se gausse en prenant l’apéro avec son maitre l’ambassadeur de France. Jadis, Benboulaïd a vendu ses biens pour la Révolution, aujourd’hui, Haddad vend son pays pour s’enrichir, mais il se trompe en pensant qu’il peut faire ce qu’il veut de l’Algérie. Elle ne lui sera jamais soumise et la colère ancestrale risque de le balayer comme elle a dévasté les navires de Charles Quint. Notre patrie n’est pas un dépotoir pour les petites frappes qui ont pris du bide grâce à la manne pétrolière, elle est plus grande que tous les Haddad et leurs maîtres français qui arrivent en retard pour réhabiliter le colonialisme. Pour détourner l’attention du peuple des vrais problèmes sociaux, le pouvoir corrompu agite la marionnette salafiste. Ces pseudos religieux n’ont pas à ouvrir le bec sur les passe-droits et les pots-de-vin, alors qu’ils sont les champions du marché informel et qu’ils sont les premiers à se soumettre et à chanter les louanges du chef. Qu’ils se contentent d’expliquer comment faire les ablutions, ils ne sont bons qu’à ça. Des corrompus ne peuvent pas mobiliser les peuples. Personne ne les suivra et l’on voit des pays sous embargo et sous sanctions visés par l’impérialisme tenir bon parce que leurs dirigeants sont forts, intègres et charismatiques. Un Etat fort est soutenu par son peuple même s’il est visé par son pire ennemi. Un Etat faible ne produit que des minables comme Haddad et se perdra dans les méandres de l’Histoire, charriant derrière lui les fléaux de la corruption, des pots-de-vin, des passe-droits, du régionalisme, du clientélisme, de la mauvaise gestion, de l’incompétence comme avec ce gouvernement  « hacha rezk rabi » dont les ministres font des déclarations contradictoires. Si nous ne redressons pas la barre et laissons la 5e colonne continuer son œuvre destructrice, nous irons droit dans le mur.
Mon rôle de journaliste est d’alerter mon peuple sur tous les périls qui menacent notre pays, et je n’ai de leçon de patriotisme à recevoir de personne. Il est urgent d’arrêter le pillage de nos ressources et de cesser de soutenir la France sioniste, car nous ne sommes d’accord avec les Français sur aucun dossier, que ce soit celui de la Palestine, du Sahara occidental, de la Syrie, de l’Iran, de la Russie ou de l’Ukraine. Tous les corrompus, dont Haddad, ses chefs et ses proxénètes, doivent savoir qu’ils nous trouveront toujours en travers de leur chemin, car s’ils considèrent l’Algérie comme une source inépuisable de profits et un vulgaire compte en banque off shore, nous sommes les héritiers du message des martyrs. Nous ne lâcherons pas la lutte contre la pourriture qui menace l’Algérie, cette Algérie qui s’est dressée face au colonialisme barbare et s’est battue avec courage et abnégation lors de notre Glorieuse Révolution. Si vous avez pillé l’Algérie, nous, les patriotes, nous ne savons faire qu’une chose : aimer notre patrie sans intérêt et sans pourcentage. Au nom de l’héritage de nos valeureux martyrs, nous vous résisterons et nous éradiquerons votre race maudite.
A bon entendeur.
Mohsen Abdelmoumen
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]