ELWATAN-ALHABIB
samedi 10 janvier 2015
 
:
Un piège à retardement 
 
 
 
 
par Yazid Alilat
Il est évident que l'Algérie, et donc ceux qui planifient comment augmenter les recettes du pays par les exportations d'hydrocarbures, ont été piégés. Les cours du brut sont descendus jeudi au-delà du seuil psychologique des 50 dollars/baril. Et la santé du marché pétrolier ne fait que péricliter, ce qui, assurément, ne prête guère à l'optimisme. Encore moins à l'immobilisme.

Les recettes pétrolières de l'Algérie, qui font vivre quelque 38 millions d'habitants, sont en passe de fondre comme neige au soleil. Les raisons d'une telle sinistrose sont multiples, et ne sont pas seulement le fait d'une baisse des prix du pétrole, une éventualité d'ailleurs, qui fait partie des règles versatiles et changeantes des marchés financiers internationaux. Le fait est donc qu'aujourd'hui l'Algérie doit revoir tous les mécanismes de fonctionnement de son économie, de l'affectation des ressources et de gestion de cette période de crise, pour ne pas tomber dans une période noire, comme celle de la décennie 1990.

À moins de 50 dollars/baril, les recettes d'hydrocarbures algériennes ne devraient guère dépasser les 60 milliards de dollars. Ce qui placerait automatiquement le pays dans une situation d'urgence par rapport à des importations lourdes, et souvent fastueuses, qui ne sont pas compensées par une diversification des exportations. L'Algérie, il faut se réveiller, est un pays monoexportateur, et la tendance n'est pas pour changer dans les dix prochaines années.

Dès lors, la seule solution qui se présente aux pouvoirs publics est d'aller chercher l'argent là où il se trouve. Sans état d'âme, le Parlement Algérien avait voté en février 2013 l'exploitation des gaz de schiste, donnant le feu vert au gouvernement pour entamer une vaste opération de recherche-exploration, puis de production d'hydrocarbures non-conventionnels, le pétrole et le gaz de schiste, ou comme disent les experts, les Shale oil pour le premier et les shale gas pour le second. La configuration sociale et économique des prochaines années, avec un budget annoncé de 260 milliards de dollars pour le plan quinquennal 2014-2019 ne donne aucune marge de manœuvre au gouvernement. Pis, le stress financier est entré de plain-pied dans la nouvelle situation dans laquelle se trouvent les pouvoirs publics, qui, à l'horizon 2019, doivent avoir déjà engrangé les premières recettes provenant des exportations de gaz de schiste.

Car à ce moment, il ne s'agira plus de discuter du bien-fondé de l'exploitation ou non des hydrocarbures non-conventionnels, mais comment faire face à une formidable demande sociale en équipements socio-éducatifs et économiques dans un environnement qui enregistre pratiquement une demande multipliée par deux en énergie domestique (gaz et électricité). Les chiffres du ministère sont là, et donnent froid dans le dos, à moins que le ‘'mix'' énergétique projeté, notamment avec l'appui de Sonelgaz, ne refroidisse les craintes des experts sur des lendemains difficiles. Car à l'horizon 2040, l'augmentation continue du volume des besoins en produits énergétiques entraîneraient une consommation de gaz de 200 milliards de GW/h, alors qu'elle passera de 30 à 100 milliards M3 par an, durant la même période.

À ce moment là, la question de la provenance du gaz et du pétrole de schiste se posera moins que celle de savoir comment rentabiliser la production des énergies non conventionnelles. Car entretemps, toutes les opportunités d'un développement économique classique, basé sur l'agriculture et l'industrie orientées vers la consommation locale et l'exportation,, auront été ‘'grillées'' par un ravageur ostracisme politique.
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]