ELWATAN-ALHABIB
jeudi 4 décembre 2014
 
La fin d'une époque pour Israël
 
 
 
 
par Kharroubi Habib
Les revers s'additionnent sur le plan diplomatique pour l'Etat sioniste. Le dernier en date lui a été infligé par l'Assemblée nationale française dont les députés à l'instar de leurs homologues britanniques, irlandais et espagnols ont à leur tour adopté une motion invitant leur gouvernement à reconnaître l'Etat palestinien.

Devant la cascade en Europe de prises de position prônant cette reconnaissance, les dirigeants israéliens font feu de tout bois pour en minimiser la portée et marteler qu'ils considèrent nulle et non avenue pour leur Etat une décision dans ce sens que les gouvernements européens concernés pourraient prendre en conformité avec le vœu exprimé par leurs parlements respectifs. Mais l'arrogance de leurs déclarations ne masque nullement la panique qui s'est emparée d'eux. Ils sont en effet réellement en panique au vu que les votes des parlements européens sont la traduction du revirement intervenu au sein des opinions de ce continent sur le conflit israélo-palestinien qu'elles ont longtemps apprécié sous un angle favorable aux positions et thèses israéliennes. Ils comprennent parfaitement que le temps où Israël pouvait agir et se comporter comme il voulait à l'égard des Palestiniens tout en bénéficiant d'un soutien européen inconditionnel est désormais révolu.

Certes, les motions votées à Londres, Dublin, Madrid et Paris sont effectivement non contraignantes pour les gouvernements destinataires. Mais ces gouvernements qui ont fait connaître leur intention de ne pas suivre dans l'immédiat les invitations de leurs parlements ne peuvent plus exprimer de soutien inconditionnel à l'Etat sioniste dont les dirigeants sont manifestement déterminés à camper dans le déni des revendications palestiniennes ayant désormais une écoute favorable au sein de leurs opinions nationales. Certains d'entre eux l'ont déjà fait savoir à Israël. Mais entretenant toutefois des liens particuliers avec cet Etat, ils repoussent l'irréversibilité de leur reconnaissance de l'Etat palestinien en affirmant pour la plupart qu'elle n'interviendra qu'après qu'Israéliens et Palestiniens auront conclu par des négociations directes un accord sur la question.

Ce retrait que les pays européens concernés observent sur le sujet par rapport à leurs opinions nationales et à leurs propres majorités parlementaires est principalement dû aux pressions exercées sur eux par les Etats-Unis totalement acquis à l'Etat sioniste. Ces pays n'ignorent pas pourtant qu'un tel accord par des négociations directes a été rendu impossible car non voulu par l'Etat sioniste qui formule pour cela des conditions et exigences qui sont inacceptables pour les Palestiniens. Ils devront tôt ou tard par conséquent reconnaître que leur préalable de négociations directes à leur reconnaissance de l'Etat palestinien ne tient pas la route et sera combattu par leurs opinions.

Ceux qui pour faire pièce à la demande de leurs parlements se réfugient derrière ce préalable font mine d'oublier que leurs Etats respectifs ont admis en 1948 la création de l'Etat sioniste et procédé à sa reconnaissance sans se soucier d'un accord préalable sur le sujet entre Juifs et Palestiniens. A l'époque, il est vrai que les Palestiniens n'en voulaient pas ce qui a donné prétexte à la « communauté internationale » de leur imposer son fait accompli. L'affaire de l'Etat palestinien bute aujourd'hui sur un obstacle à l'identique mais du fait des Israéliens. Pourquoi alors la « communauté internationale » ne s'estimerait pas habilitée à réagir de même qu'elle l'a fait en 48 ? La réponse est dans l'allégeance faite par les élites dirigeantes de certaines puissances européennes aux Etats-Unis et lobbys sionistes à l'influence avérée sur leurs décisions.
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 / novembre 2017 / décembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]