ELWATAN-ALHABIB
mercredi 3 décembre 2014
 
Inquiétante dépendance
 
 
 
par Yazid Alilat
Les cours du pétrole n'en finissent pas de baisser. Comme neige au soleil à la suite d'une dangereuse décision de l'Arabie Saoudite et ses satellites des pays du Golfe (maintien du plafond de production de l'OPEP) qui est en train de noircir les perspectives économiques et sociales de nombre de pays de l'organisation. Y compris l'Algérie qui n'a pas grand intérêt à voir les cours tomber au-delà d'un seuil minimum de 100 dollars/baril. Un seuil qui permet en fait à l'Algérie, avec un peu plus de 1,7 MBJ de production, d'engranger des recettes pétrolières annuelles de plus de 60 milliards de dollars.

Suffisant pour supporter le poids des besoins énormes du plan quinquennal de développement, mais, il faut le répéter, à partir d'un prix minimum de 100 dollars/baril. Au-delà, les grands équilibres des finances de l'Algérie seront sérieusement menacés, d'autant que la balance des paiements est nettement passée au rouge, avec un déficit de 1,32 milliard de dollars au 1er semestre 2014, ce qui a provoqué, selon un rapport de conjoncture de la Banque d'Algérie, un recul des réserves de change à 193,26 mds de dollars contre 194 mds de dollars à la même période en 2013. Le fait est assez préoccupant pour être relevé, d'autant que les prix du brut sont en train de glisser doucement depuis la décision de l'OPEP de maintenir inchangé son plafond de production (30 MBJ), ce qui, à l'évidence, selon les experts, alimente un marché en surabondance qui fatalement va provoquer une durable contraction des prix et empêcher tout rebond dans les semaines à venir. A moins d'une réaction salutaire qui ferait redémarrer les prix à la hausse.

Une des raisons invoquées pour expliquer cette décision qualifiée d'absurde par les experts, est que Ryadh veut lutter contre le développement de la production de pétrole de schiste par les Etats-Unis, et donc pour donner un coup de frein à cette nouvelle industrie pétrolière. Sauf que dans le cas présent, l'Arabie Saoudite et les pays du Golfe, instrument en fait de la politique énergétique US, sont en train de donner de la vigueur à un retour dangereux de la guerre des prix et que les pays producteurs aux faibles quotas de production comme l'Algérie en seront les premières victimes. Immédiatement, les effets de la contraction des prix du brut, ils étaient à un peu plus de 71 dollars sur le marché de Londres hier mardi, sur l'économie algérienne ne sont pas visibles. Mais, ce qui est sûr, c'est qu'à la fin de l'année et le début du 1er trimestre, les premiers constats et les effets de la chute des prix feront mal à l'économie nationale. A commencer par le financement de la prochaine loi de finances, les projets en cours et ceux prévus par le plan quinquennal 2015-2019, d'autant que les réserves de change ne sont pas en «granit».

Il y aura tôt ou tard recours à ces réserves de change, le problème est de savoir dans quelle proportion. Car l'autre danger qui pointe pour l'économie nationale est que les prix du gaz seront également impactés par une chute des cours du brut. Pour le moment, les autorités écartent tout pessimisme et le ministre des Finances Mohamed Djellab l'a confirmé avant-hier à la télévision nationale. Pour combien de temps, sachant que l'ardoise des transferts sociaux est de plus en plus lourde (1.603 milliards de DA, soit 20% du budget et 9% du PIB), ensuite que le bas de laine du Fonds de régulation des recettes (FRR) et les réserves de change vont fondre d'ici à 2020 si les niveaux des prix ne remontent pas rapidement.
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 / novembre 2017 / décembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]