ELWATAN-ALHABIB
jeudi 6 novembre 2014
 
Warning sur les prix pétroliers




par Yazid Alilat
De nouveau, le spectre de la chute des prix du pétrole pointe. La situation sur le marché pétrolier international est vraiment préoccupante, selon des analystes de marchés qui pointent du doigt une décision irréfléchie de l'Arabie Saoudite de maintenir vers le bas ses prix en direction de ses clients américains. Pour autant, cette décision a complètement désorganisé les marchés et les contrats, dont ceux sur le marché «spot», là où sont négociées les livraisons de brut algérien. A moins de 80 dollars, ils avaient ouvert hier à 77,78 dollars le baril sur le marché new-yorkais, les prix pétroliers ont de quoi susciter l'inquiétude. Pour l'Algérie, il ne fait aucun doute que ces fluctuations ne présagent rien de bon, d'autant que le gouvernement Sellal a déjà bouclé la loi de finances 2015.

 Sur un autre registre, les experts restent préoccupés par le niveau ahurissant des importations algériennes, atteignant presque la valeur des exportations, une situation qui a été pour le reste à maintes fois soulevée par les experts et autres analystes algériens, mais sans trouver d'écho au sein du gouvernement. La descente vers des plus bas jamais connus depuis le mois d'octobre 2010 des prix pétroliers est par ailleurs une donnée qui ne semble pas inquiéter outre mesure le gouvernement Sellal qui n'aurait même pas anticipé cette donne. Même si les calculs de la loi de finances restent scotchés sur un prix du baril à 37 dollars, et donc donnent assez de «mou» et de flexibilité au gouvernement pour gérer les «trous d'air» provoqués par des chutes brutales des cours du pétrole, le fond du problème est que l'Algérie dépense plus qu'elle ne gagne.

Pour cette loi de finances 2015, le gouvernement prévoit des dépenses allant jusqu'à 110 milliards de dollars, dont plus de 62 milliards de dollars pour le budget de fonctionnement se caractérisant en hausses des salaires des fonctionnaires. Fatalement, la chute des recettes pétrolières combinée à la hausse des dépenses de fonctionnement ne peut que déboucher sur les déficits, dont celui budgétaire prévu à 22% du PIB. Le problème en fait est que la chute du cours du brut est accompagnée par une stagnation, sinon une baisse des volumes exportés, et donc une moindre valeur des recettes pétrolières, alors qu'en face les importations ne font que gonfler, provoquant dès lors de sérieux déséquilibres de la balance commerciale et accentuant de fait les déficits.

In fine, le gouvernement table sur ses «bas de laine» constitués par le FRR (Fonds de régulation des recettes, différence entre le prix du brut de référence de la loi de finances et celui réel sur le marché) pour poursuivre sa politique suicidaire selon des experts. Et particulièrement en maintenant une politique sociale qui coûtera en 2015 quelque 21 milliards de dollars au titre des transferts sociaux en provenance du budget de l'Etat, soit 9,1% du PIB et une hausse de 6,4% par rapport à 2014. C'est un peu ce que les observateurs appellent «l'achat de la paix sociale». Mais, au final, à quel prix lorsque les prix du brut seront encore, ce qu'on ne souhaite pas, orientés vers la baisse? A 80 dollars le baril, le prix de l'or noir était inquiétant, s'il descend au-delà des 70 dollars, cela deviendra vraiment préoccupant pour l'Algérie. Une réaction salutaire du gouvernement n'est, pour le moment, pas encore visible, ni de près ni de loin. D'autant que ce sont les revenus pétroliers qui sont directement menacés. 
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]