ELWATAN-ALHABIB
vendredi 21 novembre 2014
 

Présidence du FCE : Le tapis rouge est déroulé au patron d’ETRHB Ali Haddad

Algérie FCEMinistres et PDG d’entreprises publiques étaient présents à la clôture de la campagne électorale d’Ali Haddad (dr.)

Ce jeudi à l’hôtel El Aurassi était la dernière escale de la campagne électorale d’Ali Haddad, seul candidat pour la présidence du Forum des chefs d’entreprises (FCE). Une soirée méchoui où une dizaine de ministres ont répondu à l’invitation du magnat des BTP. 
Il y avait parmi les invités des ministres. Ceux qui gèrent ou non des secteurs en rapport avec les activités du groupe ETRHB comme Amar Ghoul (Transports), Abdeslam Bouchouareb (Industrie), Mohamed Djellab (Finances), Dalila Boudjemaa (Aménagement du territoire et de l’environnement), Hamid Grine (Communication), Mohamed Tahmi (Sports), Nour Eddine Bedoui (Formation et enseignement professionnels) et Mohamed Mebarki (Enseignement supérieur et recherche scientifique). Etaient également présents le wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, des chefs d’entreprises publiques à l’image des PDG de Cosider et Saidal, ainsi que le SG de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) Abdelmadjid Sidi Said. Des centaines d’hommes d’affaires étaient présents. La quasi-totalité des membres du FCE en plus de soutiens qui ne se comptent pas parmi les adhérents à l’organisation. Beaucoup ont été omis par le système d’invitations. Ils ont dû attendre un bon moment à la réception et faire fonctionner leurs relais pour pouvoir décrocher un badge afin de faire acte de présence.
L'attente a été longue
Le décor était planté pour réussir un show à l’américaine pour cette dernière soirée électorale d’Ali Haddad. Et le patron d’ETRHB s’est même permis de s’attarder près d’une heure en coulisses pendant que l’assistance, ministres compris, l’attendait. Avant qu’il n’apparaisse accompagné du président du Conseil d’orientation stratégique (COS) du FCE, Brahim Benabdeslam, pour être annoncé par une des présentatrices du JT de sa chaîne de télévision, détachée à l’occasion. Des écrans géants ont été placés pour permettre aux gens du fond de la salle Mawakif de voir la scène. La soirée avait tout d’un meeting digne d’un candidat à la présidentielle si n’est l’inaptitude du candidat à prendre la parole en public et qui a gâché tout ce faste. Les habitués du Forum regretteront, en effet, les vertus communicationnelles de Réda Hamiani aussi longtemps que durera l’apprentissage d’Ali Haddad en la matière. En ânonnant son discours, le candidat à la succession de Réda Hamiani, qui en était à son sixième exercice après les rencontres régionales d’Oran, Bordj Bou Arreridj, Ouargla et Ghardaïa, avait l’air d’un torturé. Et il n’est intervenu dans les débats qui ont suivi son discours, dont il devait commenter les suggestions, que pour dire "c’est pris en charge dans les engagements que je vais vous lire après les débats".
Une autre séance de torture pour le patron du deuxième groupe privé algérien, donnant encore une fois l’impression plutôt d’un manager novice qui n’a jamais eu à gérer une réunion du travail, lequel a dû énumérer une quinzaine d’engagements pour clore les débats. Des débats modérés par Brahim Benabdeslam qui, d’emblée, a pris le soin de souligner que le candidat Haddad n’est pas seul et que c’est l’équipe qui l’entoure, dans laquelle il fait partie, qui fera fonctionner le FCE.
"Combattre la suspicion"
Dans son discours, le patron d’ETRHB a esquissé les axes de son programme pour le FCE. On peut en retenir "une adroite connexion avec les pouvoirs publics" et "la mise au point d’une gamme de services à haute valeur ajoutée pour les entreprises". Quant à la proximité avec les pouvoirs publics, il a expliqué dans son discours que l’économie nationale est à un stade où les entreprises ne peuvent se développer sans l’accompagnement étatique. Omar Ramdane, patron de Modern Ceramics, un Moudjahid de la wilaya IV historique, le premier président du FCE, a contextualisé cette proximité des politiques algériens avec les entrepreneurs au début de la guerre de libération nationale. Une proximité qui, à ses yeux, devrait être consolidée pour développer le pays. Et Abdelmadjid Sidi Said, SG de l’UGTA, qui ne dispose d’aucune section syndicale chez les privés, s’est chargé d’expliquer qu’il faudrait combattre la suspicion en Algérie qui fait que les politiques ou les chefs d’entreprises publiques qui rencontrent les privés soient mis à l’index et font l’objet de commérages injustifiés. "Il faut décomplexer les managers d’entreprises. Nous sommes condamnés à avancer ensemble, dans un cadre de dialogue entre tous les acteurs privés ou publics afin de réaliser le développement économique et social prôné par la révolution de novembre et aussi la réconciliation nationale", a-t-il déclaré. Invité à la clôture des débats par Maghreb Emergent à expliciter la gamme de services à valeur ajoutée qu’il propose aux entreprises affiliées au FCE, Ali Haddad a eu cette réplique : "Je ne peux pas vous le détailler. C’est trop technique. Nous allons vous le communiquer après, dans un cadre bien organisé". Le plébiscite de Haddad à la tête du FCE est prévu pour le 27 novembre prochain.
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]