ELWATAN-ALHABIB
lundi 10 novembre 2014
 

De Burkina Faso à Barkana Fako : la rue détrône les mokos





"En politique, rien n'arrive par hasard. Chaque fois qu'un évènement survient, on peut être certain qu'il avait été prévu pour se dérouler ainsi." Extrait d'un discours de Franklin D. Roosevelt .
Du héros de la révolution au héros du film. Le mensonge faufile entre le film et la réalité. La confusion s’installe chez les gamins et c’est ainsi que l’histoire se corrompe ! Notre histoire est jalonnée de victoires, de triomphes et de succès. Ne donnons pas la chance aux fils de tirailleurs ou aux cousins des zouaves de la falsifier.
Quand j’étais petit ma mère me disait que la liberté était le passe-partout dans la vie. Elle m’a appris comment dire la vérité quelles que soient ses circonstances. Pou­r ma mère, l’homme qui ment n’est pas libre. Elle considère que la vérité est synonyme de liberté. Souvent, elle me rappelait l’expression française "Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà". Elle voulait graver dans mon esprit de gamin l’idée « ce qui est une vérité pour un peuple peut être une erreur pour d’autres ». Elle m’a conseillé de ne pas fréquenter les politiciens guignols. Avec le temps j’ai réalisé que dans son subconscient notre train de vie très austère n’avait pas besoin d’experts politiques sortant de la fameuse institution "Le vrai guignolet" des Champs-Élysées. Elle était bien informée et savait que les guignols de cet établissement consommaient le guignolet préparé à base de guigne, petite cerise à longue queue, de couleur rouge ou noire et dont la chair est ferme et sucrée. Cette liqueur trop chère et pas très appréciée par nos imams ne pouvait pas rendre notre vie en rose. J’ai saisi la leçon de morale de ma mère et j’ai vite compris que ces guignols sont venus chez nous avec leur guigne pendue à l’oreille pour alléger nos mœurs. Parfois ils nous classaient comme des musulmans français de quatrième choix et souvent ils nous appelaient les bicots ou tout simplement les indigènes de dernière classe.
A l’école les choses se disaient différemment. Bien que je fusse dans une école réservée aux "Arabes" je n’ai pas échappé aux idioties intellectuelles. Mes ancêtres s’appelaient les Gaulois et l’Algérie était une grande parcelle de terre réservée pour les enfants de notre mère la France. Dans mon esprit algérien, le portrait du guerrier téméraire Cheikh Bouamama cachait l’image de Bayard le chevalier sans peur et sans reproche.
Je me rappelle le jour où le maitre d’école m’a demandé d’écrire sur une demi-feuille ce que je désirais être plus tard. J’ai répondu innocemment : "je veux être libre et vivre dignement dans les bras de ma mère l’Algérie". C’était la vérité dans ce temps. Mon maitre, monsieur Français, m’a dit que je n’avais pas bien compris ce qu’il voulait dire. Je savais qu’il était le maitre et les maitres n’expérimentent jamais la vie de l’esclave dominé. Je lui ai répondu, je ne veux pas être comme votre célèbre gangster Pépé le Moko qui est venu se cacher chez nous à la Casbah. Ce Moko était recherché en France par la police pour ses crimes. Depuis ce jour, l’image de Jean Gabin dans la Casbah sous la musique de Mohamed Iguerbouchène et mes écrits sur la demi-feuille sont gravés à jamais dans ma petite cervelle.
Aujourd’hui, les jeunes écoliers sont préoccupés par autres choses. Certains ont perdu les repères et ne se retrouvent plus dans le monde réel. Le monde virtuel contrôle leur volonté et colonise leurs esprits. D’autres se rappellent de notre histoire de la révolution à travers les dires de leurs papas ou mamans qui ont vécu les atrocités du colonialisme français. Les jeunes déboussolés qui croient encore au père noël ne font pas la distinction entre Si Lakhdar Bouregaâ et Si Kaddour Benghabrit. Le premier a combattu le colonialisme français alors que le second était un coopérant de la France ou plus exactement un imam au service de la France coloniale. Si Lakhdar Bouregaâ faisait partie des héros de la révolution qui ont libéré l’Algérie. Par contre, Si Kaddour Benghabrit est un personnage mystérieux (la référence : Journal officiel de la République française, 1939, p.2975. A la dignité de grand’ croix, M. Si Kaddour Benghabrit est ministre plénipotentiaire honoraire). En plus clair Benghabrit est le héros du film L’homme libre joué par Michael Lonsdale dans le film français d’Ismaël Ferroukhi.
Nous sommes en présence d’un phénomène nouveau dans l’histoire des nations. Des nations disparaissent par un simple mensonge de Powell et d’autres tourbillonnent dans le chaos de sang agité en un clin d’œil par le "filou-sophe" Bernard-Henri Levy. Clin d’œil ou mensonge, l’ascension au trône se décide à la Maison Blanche et l’éjection se décrète dans la rue. Le désordre est partout même dans le pays le plus paisible de la planète comme Barkana Fako. Barkana Fako est un pays imaginaire. Le nom de ce pays africain résonne comme Burkina Faso. Son nom vient de l’expression arabe : Nous avons assez souffert et nous sommes conscients !
Nous avons fêté le soixantième anniversaire du déclenchement de notre révolution dans une atmosphère très exceptionnelle. La joie et la gaité animent nos cœurs et l’instabilité chez nos voisins nous dérange. Les gens de la fête dénoncent le désordre dans le monde arabe.
Je ne veux pas vous peindre le tableau en noir mais, dans certains événements, il faut vouloir avoir une clairvoyance extrêmement perfectionnée pour imaginer le pire. La préparation au pire nous permet d’éviter les désastres.
La révolution algérienne est une révolution modèle. Elle a servi de leçons pour les peuples opprimés. Hélas ! Elle n’a pas pu échapper au syndrome napoléonien qui veut que « Dans les révolutions, il y a deux sortes de gens, ceux qui les font et ceux qui en profitent ». Pour bien illustrer les symptômes de la maladie de la révolution je cite cet exemple. Si Rabeh, le lion de Sidi Medjahed (Aïn Defla), a terminé sa vie très pauvre et malade. Par contre Chakib, le renard de Sidi Medjahed (Tlemcen) et ses copains ont bien profité des fruits de la révolution. Renards ou lion dans la fourberie politique les opportunistes trouvent leur compte.
Quels que soient nos repères la conclusion est très bien résumée par Si Lakhdar : « La majorité des dirigeants des pays arabes sont des vendus » Devant cette triste vérité le citoyen perd sa confiance envers ses dirigeants et envers leur justice. Que lui reste-t-il à faire devant ces vendus ? La réponse de Si Lakhdar est simple : La rébellion coLntre ceux qui le dirigent est la bonne solution.
Comme à Burkina Faso, l’imprévisible peut se produire à tout moment à Barkana Fako. A Barkana Fako, les caméléons de la politique changent de visage selon les circonstances et ajustent leurs discours selon le public qui se trouve en face d’eux. La vie est paisible à Barkana Fako. Mais... Si, par malheur, les caméléons étalent leur démagogie sur le quotidien du citoyen, la révolte prendra l’apparence d’une guerre civile et Barkana Fako suivra l’exemple de Burkina Faso.
La leçon du Burkina Faso nous enseigne que ceux qui ont pris le pouvoir par la force des armes sont en train de le perdre par la puissance des chahuts et des tapages dans la rue. Les règles de la rue sont souvent difficiles à comprendre et pénibles à accepter. Nous avons encore à apprendre sur le bon usage de la rue tout en reconnaissant sa face sombre. Les émeutes renaissent souvent des injustices dans les quartiers démunis. La naissance des révoltes s’accompagne de chahuts de gamins dans la rue et finit par une révolution pour un changement immédiat. Le 1er Novembre 1954 a libéré le peuple algérien du colonialisme français, les chahuts de gamins du 5 Octobre 1988 ont dégagé le pays des absurdités du parti unique. Les chahuts de gamins ont mis en place les premiers repères d’une Algérie démocratique. En langage diplomatique moderne « quand la justice est absente la rue gouverne les peuples et détrône les Makos ».
A Barkana Fako, la lucidité politique des gouvernants se situe dans un croisement critique. Dans ce croisement, Barkana Fako fait face aux complots de toutes sortes dans ses partis et ses organisations de masse. Dans ce pays paisible, le pouvoir doit se repérer et se conjuguer au présent s’il veut garder le minimum de son respect, son l’honneur et sa dignité. Pour se repérer, il doit annoncer au peuple des objectifs clairs, fixes et précis. Pour la stabilité de Barkana Fako, il est important pour le pouvoir de voir ou de croire que les forces conscientes existent dans le peuple qui bouge dans la rue. Les braves gens de la rue de Barkana Fako sont capables d’’aider le pouvoir à s’autocorriger avant la catastrophe. A Barkana Fako, le mot « sécurité » est vraiment à la mode. On l’utilise à toutes les sauces. Il représente l’excuse parfaite à toutes les faiblesses et toutes les lâchetés.
En conclusion, il est évident que nous avons encore à apprendre le bon usage du mot sécuritaire et se méfier des gens qui l’utilisent abusivement dans le discours politique pour assurer le confort du fauteuil du pouvoir. Les paroles de l’auteur du Témoin de l’assassinat d’une révolution Si Lakhdar Bouregaâ, par ailleurs membre fondateur du FFS, ancien commandant de la wilaya IV, ne sont pas une alerte à la fausse bombe mais des échos d’un homme fidèle à sa conscience et attaché aux principes de son peuple. Cet homme mérite le respect. Il nous rappelle Abane, Krim, Ben M’hidi, Bouchaoui, Amara Rachid et d’autres peu connus. Nous saluons les grands hommes qui nous ont libérés des chaines du colonialisme. La baraka de ces hommes protègera sans doute notre cher pays des secousses indésirables. Hélas ces hommes ne sont pas connus par les jeunes de ce pays.
Omar CHAALA
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]