ELWATAN-ALHABIB
mardi 7 octobre 2014
 
Répétition 
 
 
 
 
 
 
par M. Saadoune
Le vice-président des Etats-Unis, Joe Biden, qui s'excuse auprès des dirigeants turcs et émiratis - en attendant les Saoudiens et les Qataris - de les avoir mis en cause dans la montée des Daech en Syrie et en Irak, cela relève de l'incongru. Une situation que même les téméraires scénaristes de Hollywood n'imaginent pas. Sauf si l'objectif est de faire un navet… Et pourtant, de manière très officielle, le vice-président s'est bien excusé d'avoir dit tout haut ce que les Turcs, Saoudiens, Emiratis et autres Qataris ont fait ouvertement en Syrie, sans se cacher, certains d'avoir l'appui du «centre».

Devant les étudiants de la John Kennedy School of Government de l'université de Harvard, il a dit en substance que ces pays ont donné des centaines de millions de dollars et des milliers de tonnes d'armes à tous ceux qui voulaient se battre contre Al-Assad. Et qu'ils ont copieusement fourni le Front Nosra, Al-Qaïda et les extrémistes djihadistes venus d'autres régions. La remarque n'est pas passée inaperçue et Erdogan, homme hyper-médiatique, est monté sur ses grands chevaux en exigeant des excuses de Joe Biden. Ce dernier l'a exaucé en précisant, le diable étant toujours dans le détail, qu'il n'avait pas dit que les amis avaient «intentionnellement» financé le terrorisme.

Le vice-président des Etats-Unis fait preuve d'une «souplesse» dans la communication qui n'enlève rien à la «pertinence» de l'assertion. La seule vraie objection à faire à son discours sur le terrorisme est que la Turquie et les monarchies du Golfe ont agi avec l'aval des Etats-Unis et des Occidentaux. Nul n'ignorait que ce ne sont pas les «laïcs» ou les «démocrates» qui faisaient la guerre en Syrie. Nul n'ignorait non plus les circuits que les candidats au djihad empruntaient en toute légalité.

 Les dirigeants occidentaux ont eux-mêmes tenu un discours sur la Syrie qui a rendu «légitime» le départ des centaines de leurs citoyens sur le théâtre de la guerre. Et si aujourd'hui on a décidé de les «traiter» comme des terroristes potentiels, cela n'était pas le cas au début du conflit en Syrie. La tendance était - et elle demeure - de faire capoter toute possibilité de solution politique en tablant sur une chute rapide du régime. Ou, plus probablement, sur une longue guerre d'usure aboutissant à l'affaiblissement de la Syrie et à son émiettement. De ce point de vue, c'est une «réussite».

La Syrie, si tant qu'elle existera toujours, a été ramenée à des siècles en arrière, elle ne pèsera plus grand-chose au plan politique et militaire. Elle est sur le même «plan» appliqué en Irak. Les régimes du Golfe et la Turquie clament leur «innocence» au lieu de dire aux Américains : «Mais, nous l'avons fait ensemble». La vérité a ses limites, il est vrai. Joe Biden qui parlait à des gens sérieux - les étudiants américains de Harvard - ne s'est pas trompé sur les faits. Il a omis de dire que les Etats-Unis avaient les moyens d'empêcher les «amis» d'agir aussi légèrement mais qu'ils ne l'ont pas fait en toute connaissance de cause. Biden s'est «excusé» mais son message en direction des vassaux est bien passé : désormais, c'est nous «seuls» qui déciderons de la «bonne opposition» à soutenir.

Il y a quelques jours, un haut gradé du Pentagone indiquait que les frappes aériennes contre Daech ne seront pas suffisantes et qu'il faudrait former une force de 15.000 à 20.000 hommes de la rébellion syrienne pour le combattre. Il ne reste plus qu'à demander aux forces armées saoudiennes de se charger de cette formation !

On fait un autre Daech présumé «sous contrôle» pour faire la guerre au Daech créé par le déversement du fric et des armes sur la Syrie. Le propos n'a pas été commenté, le puissant flux d'information venant de l'Occident imposant des lectures à sens unique et décidant des nouvelles «négligeables». Et pourtant, ce propos du général américain est important car il illustre parfaitement le «jeu» qui se pratique dans la région : on crée des situations monstrueuses et on fait mine de s'étonner de voir apparaître des monstres.
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]