ELWATAN-ALHABIB
mardi 14 octobre 2014
 


Reconstruire Ghaza et attendre sa prochaine destruction ?


 
par Kharroubi Habib
L'Autorité palestinienne qui a chiffré à quatre milliards de dollars le coût de la reconstruction de la bande de Ghaza dévastée cet été pour la troisième fois en six ans par une agression militaire israélienne, a enregistré à la conférence du Caire des donateurs pour la Palestine des promesses de contribution qui cumulées répondraient à ce besoin.

La tragédie palestinienne et les affres existentiels qui en découlent pour la population ghazaouie ne laissent évidemment pas insensible la communauté internationale d'où la hauteur des contributions financières promises à l'Autorité palestinienne. Mais l'exaspération s'est fortement exprimée à la tribune de la conférence du Caire des donateurs contre les appels à reconstruire la bande de Ghaza après chaque agression israélienne. Un cycle dont beaucoup de participants ont déclaré craindre qu'il ne s'est pas clos avec l'agression de l'été dernier.

Les donateurs potentiels ne rechignent pas en effet à offrir leur aide financière à la reconstruction de Ghaza mais ils ont exprimé la crainte que comme les fois précédentes ce qui va être rebâti sera à nouveau réduit en ruines. C'est pourquoi cette fois leur conférence a posé le préalable à la contribution de la communauté internationale à la reconstruction de Ghaza que cesse définitivement le cycle construction, destruction dont les conséquences sont d'une agression à l'autre toujours plus dramatiques pour la population.

Sauf qu'il ne suffit pas de mettre en avant ce préalable mais d'en imposer le respect à la partie dans le conflit palestino-israélien qui alimente et entretient la pérennisation de ce cycle mortifère pour les Ghazaouis. Cette partie c'est l'Etat sioniste qui tant qu'il n'a pas à redouter de sanctions internationales fermes et radicales continuera à s'en prendre au moindre prétexte aux territoires palestiniens et à Ghaza en particulier. Il ne suffit pas donc comme le fait le secrétaire d'Etat américain John Kerry de plaider pour une relance du processus de paix israélo-palestinien. Il faut obliger maintenant Israël qui a sabordé chacune de ses étapes à entrer dans des négociations dont la finalité ne doit être rien d'autre que la création d'un Etat palestinien indépendant, viable et souverain au côté de l'Etat hébreu.

Kerry ne peut nier que le processus qu'il a impulsé en juillet 2014 consistant en des négociations israélo-palestiniennes sous l'égide des Etats-Unis a échoué à cause de la surenchère et des provocations de la partie israélienne. Il ne peut par conséquent chercher à contraindre les Palestiniens à revenir à la table des négociations sans l'assurance qu'ils ne seront pas confrontés au même comportement de la part des représentants de l'Etat sioniste. D'ailleurs Mahmoud Abbas lui a fait comprendre que les Palestiniens ne se plieront pas à la pression américaine.

Pour que, comme le voudrait le secrétaire d'Etat américain, il puisse y avoir une reprise des négociations Mahmoud Abbas exige qu'elle soit conditionnée par l'arrêt d'une échéance mettant fin à l'occupation israélienne et l'acception sans équivoque par Israël de la solution d'un Etat palestinien dans les frontières de 1967 avec pour capitale El Qods. Cette démarche a l'appui de la communauté internationale, y compris celui d'Etats qui ont longtemps fermé les yeux sur les louvoiements et les reniements de l'Etat sioniste. Seule l'Amérique qui prétend vouloir aider les Israéliens et les Palestiniens à conclure la paix entretient en fait le refus d'Israël à engager des négociations sérieuses dans ce sens en approuvant et justifiant systématiquement sa politique et ses agissements à l'encontre des Palestiniens. L'on comprend qu'elle s'oppose et menace quand ces Palestiniens lassés par sa partialité pro-israélienne s'adressent aux Nations unies pour leur demander de ne plus se satisfaire de la « médiation » américaine dans le conflit israélo-palestinien et d'établir un cadre moins faussé pour sa résolution. 
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]