ELWATAN-ALHABIB
mardi 28 octobre 2014
 
Leçons de Tunisie




par Yazid Alilat
La petite Tunisie, avec un peu moins de 11 millions d'habitants et un taux de pauvreté officiel de 15%, a donné dimanche, à sa manière, une leçon de démocratie et confirmé que la révolution de Jasmin commence à porter ses fruits, quatre années après le renversement du régime honni de Ben Ali. Les élections législatives tenues dimanche ont en fait confirmé que la Tunisie reste un pays farouchement accroché à la démocratie, au pluralisme politique et à la recherche d'une voie qui concentre les objectifs allant dans le sens d'une société moderne, affranchie et libre.

Contrairement aux appréhensions et aux craintes d'un scrutin qui serait faussé autant par la fraude que par les attaques terroristes, les Tunisiens ont voté dans le calme et une grande concentration sur un événement historique: des élections libres où courants islamiste, gauchiste et même les anciens caciques au pouvoir ont pu voter dans une cohabitation qui en dit long sur la maturité politique des Tunisiens. Mieux, le parti islamiste Ennahda, qui avait remporté les élections pour la Constituante et gouverné le pays depuis 2011, a joué le jeu et collaboré à l'assainissement du climat politique, après la brouille de l'été 2013, pour que ces élections se déroulent dans le calme pour désigner un gouvernement qui aura la lourde charge de mener le pays vers l'élection présidentielle de novembre prochain.

La leçon de démocratie offerte par les Tunisiens au monde entier est d'abord que la révolution de Jasmin est entre de bonnes mains, ensuite que le cri de détresse de Mohamed Bouazizi, qui s'est immolé pour protester contre la hogra et dont la colère a sonné le tocsin pour le règne de Ben Ali et la fin des dictatures dans le monde arabe, est que c'est l'unique pays traversé par le Printemps arabe qui a réussi à survivre au chaos promis par la chute du régime d'alors. Mieux, non seulement les partis politiques tunisiens ont su gérer au mieux leurs différences, autant politiques qu'idéologiques, ils ont réussi à porter leur révolution non pas comme un fardeau mais comme un cadeau qui leur ouvre la voie à un mode de gouvernance meilleur, plus humain et plus près des besoins du peuple.

Un moment présenté comme un épouvantail, le parti islamiste d'Ennahda, tout comme Nidaa Tounès, constitué d'anciens caciques du régime Ben Ali mais également de ‘'révolutionnaires'' du Printemps arabe, et les autres formations de gauche, nombreuses et éparpillées sur l'échiquier politique local, ont donné lors de cette consultation une belle image de cohésion et d'objectifs communs, au-delà de leurs différences: prémunir la Tunisie du chaos et lui donner l'envergure d'un pays qui veut porter aux nues sa révolution. Bel exemple de cohésion politique à comparer avec le chaos libyen, ou syrien et irakien. Même avec un taux de pauvreté de plus de 15,5%, un départ massif des investisseurs au lendemain de la révolution de 2011 et un faible taux de croissance de 2,1% au 1er trimestre 2014, les Tunisiens sont restés dignes et ont voté pour consolider leur révolution.

Bien sûr, le taux de participation a été, comme prévu par les analystes, moindre avec seulement 61,8% (chiffre provisoire) de votants sur un total de 5,3 millions d'électeurs inscrits. Mais, en lui-même, le taux de participation donne une image grandeur nature de ce bel élan des Tunisiens pour aller désigner leurs (217) représentants à la prochaine assemblée parlementaire. Ces législatives, dont les thèmes étaient ‘'sécurité et économie'', ont donc confirmé une fois de plus qu'en Tunisie il y a, en plus d'une grande maturité politique, qui d'ailleurs a fait la réputation des partis d'opposition tunisiens, une indicible soif du peuple de sortir définitivement de l'immobilisme post-Ben Ali et de passer au plus vite vers une autre étape. Celle de la consolidation des institutions et de l'économie du pays, la lutte contre la pauvreté et le chômage, points de départ de la révolution de Jasmin.
 
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 / novembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]