ELWATAN-ALHABIB
vendredi 3 octobre 2014
 

Le mensonge versus l’islam

 

 

Ibn Rochdhttp://reseauinternational.net/

 Lotfi Hadjiat
Il ne fait plus de doute aujourd’hui que l’oligarchie mondialiste a lancé une offensive tous azimuts contre l’islam, une offensive lancée juste après le 11 septembre 2001… D’abord parce que l’islam interdit l’usure, une interdiction inflexible, le dernier verrou à faire sauter pour la domination crapulesque mondiale, mais plus généralement, comme le remarque fort justement Pierre Hilard, parce que les traditions musulmanes sont les seules à résister encore à la sodometgomorrhisation mondialiste. Ajoutons que la Russie poutinienne y résiste aussi, et avec beaucoup de succès. Le gros problème de l’oligarchie mondialiste est que son modèle multiculturaliste qu’elle cherche à établir partout à toute force, a donc obligation d’inclure la culture musulmane, une culture qui reste anti-usure ! Les mondialistes s’emploient donc par tous les moyens à dissoudre la tradition musulmane dans la démocratie usuraire jusqu’à la réduire à un folklore sans menace pour leurs intérêts. Et certains anti-mondialistes leur résistent en prônant un retour à la tradition, mais le salut est-il véritablement dans un retour radical à la tradition ?
Les dissidents et tous les accrocs à la tradition ne comprennent pas que le retour à la tradition ne la fait malheureusement pas revivre pour autant. Leur négation de cette modernité nihiliste et perverse, les poussent à s’accrocher aux traditions comme à une branche morte. C’est le problème de tous les combats qui n’arrivent pas à se définir autrement que négativement. Jésus a bien dû abolir la loi traditionnelle pour la faire revivre, en l’accomplissant par la foi. Le retour radical à la tradition manque l’esprit de la tradition, et l’esprit tout court. La dissidence par l’esprit, voilà la plus puissante dissidence. Avec un peu d’esprit on peut mettre en déroute une armée entière. Au IIIème siècle avant J.C., lors du siège de Syracuse par les Romains, Archimède n’a-t-il pas repoussé la flotte romaine avec de simples miroirs, en orientant ingénieusement les miroirs vers les voiles des navires romains qui prirent feu ? Comme les messages religieux qui l’ont précédé, le message de l’islam est une direction morale et spirituelle, en faire un système politique ne peut que le dévoyer (tout comme le christianisme a été dévoyé sitôt qu’il a pris une forme politique institutionnelle). L’islam est en question aujourd’hui car il est sur le point de perdre sa direction spirituelle. L’islam politique radical aujourd’hui écrase l’esprit de l’islam et l’esprit tout court, et je ne parle pas seulement de cette bande de criminels de l’. C’est bien évidemment l’oligarchie mondialiste qui, pour affaiblir le monde musulman et en prendre le contrôle (surtout au ), le pousse à ce radicalisme délétère autodestructeur qu’elle finance directement ou indirectement (les États-Unis n’ont pas financé les talibans seulement…), pour justifier ensuite une ingérence armée, au nom de la lutte contre le terrorisme, un terrorisme qu’elle suscitera et armera jusqu’à réduire in fine la culture musulmane à du folklore social sans incidence politique pour cette domination oligarchiste, et à la dépouiller de toute direction spirituelle.
Ceux qui ont fait rayonner l’islam durant l’ère médiévale n’étaient pas des accrocs à la tradition, et ils l’ont fait rayonner envers et contre les accrocs à la tradition de l’époque. Comment faire comprendre à ces dingues de wahhabites et à leurs laquais sunnites, mais aussi à tous les camés à la tradition, que pendant plusieurs siècles les européens sont venus s’instruire à Bagdad, Cordoue et Tolède, et que la civilisation musulmane était la plus raffinée et la plus brillante de son temps, un temps où Roger Bacon s’éclairait non pas à la tradition musulmane mais à la lumière du Traité d’optique d’Ibn al Haytham « Alhazen » (965-1039), le père de l’optique moderne et de la science expérimentale, inventeur de la chambre noire et du sténopé, première forme de l’appareil photographique, inventeur également du premier télescope à eau, découvreur en outre du principe d’inertie, repris plus tard par Galilée, mais aussi de la notion d’attraction des masses, idée reprise par Isaac Newton plusieurs siècles plus tard… En ce temps-là, la civilisation musulmane s’appuyait pourtant sur le même que celui d’aujourd’hui, ce livre n’est donc pas la cause du déclin de cette civilisation, comme le pensent certains islamophobes de plus en plus nombreux, pour la plus grande joie de l’oligarchie. « Ce livre (le ) est un rappel qui s’adresse à tout homme qui veut en méditer le sens », dit la sourate du renfrogné ; c’est donc un livre ésotérique qui s’adresse à l’intelligence, et qui ne s’adresse donc pas aux furieux wahhabites, djihadistes, frèresmusulmanistes, salafistes, takfiristes et talibans, un livre dont tous ces forcenés sont finalement les fossoyeurs. La foi véritable éclaire aussi l’esprit. « Tu aimeras le seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ton intelligence », disait Jésus, selon Saint-Matthieu (22, 37), annonçant par cette seule parole le message de l’islam. « La première chose créée par Dieu a été l’intellect » disait le prophète de l’islam. Celui-ci déclarait également : « la raison est la base de ma religion [...] la patience est mon manteau, la modestie est mon butin ». Aujourd’hui, il ne faut plus parler de décadence mais d’aliénation, car les musulmans sont de plus en plus étrangers à l’islam, par crainte communautaire, en suivant cette tendance dominante, cette tendance malsaine à vouloir être des dissidents contre la modernité par application aveugle de la tradition, en s’interdisant de la penser, de la comprendre.
Si les non-musulmans anti-usures (et plus généralement l’usure au sens moral, car les hommes sont devenus les usuriers de leurs propres actions, en calculant leurs intérêts dans chacune de leurs actions, convertis ainsi à la religion de l’usure) ne s’allient pas à l’islam, en esprit (comme le pressentait René Guénon, car le véritable esprit de tradition est commun aux religions, un esprit enfoui sous les dogmes et les rites), la vermine mondialiste triomphera totalement. L’offensive contre l’islam est actuellement tellement virulente que certains islamophobes en viennent à nier l’existence de la civilisation arabo-musulmane, en la reléguant au rang de mythe, de légende sans réalité historique. Jack Lang a récemment confirmé cette offensive à l’Institut du Monde Arabe en faisant une grande expo sur le « Hajj » plutôt que sur Ibn-Nafis (le père de la physiologie circulatoire), ou Al-Kindi (devant lequel Pic de la Mirandole fait pâle figure), ou El-Moutanabi (le plus grand poète en langue arabe), ou Abu-al-Qassim (le père de la moderne) ou sur Al-Khawarizmi (le fondateur de l’algèbre moderne). Pourquoi cet institut de vendus ne nous explique pas plutôt comment le serment d’Avicenne fut usurpé par le serment dit « d’Hippocrate » ? Ou comment le doute méthodique d’Al-Ghazali, conçu et détaillé dans son livre « Délivrance de l’erreur », fut renommé « doute cartésien » ? Pourquoi ne nous relatent-ils pas, ces traîtres, la gigantesque usurpation intellectuelle que pratiquèrent les européens sur les savants et poètes musulmans ? Pourquoi ne nous parlent-ils pas des valeurs chevaleresques incarnées par Saladin, et propagées après lui dans toute l’Europe, ou de l’amour courtois chanté en Andalousie musulmane et récupéré plus tard par les troubadours.
L’amour courtois est indiscutablement l’exact équivalent, selon le grand spécialiste de la culture occitane, Évariste Lévi-Provençal, de ce que les d’Espagne appelaient « hubb al-muruwa » (l’amour de noble vertu), codifié dans le traité d’Ibn-Hazm. « La soumission à l’être aimé, typique de l’amour courtois, répond à la notion arabe de « ta’a », qui est analysée finement par Ibn-Hazm », comme le dit si justement Eric Brogniet ; « bien avant les poèmes des troubadours et de Guilhem de Poitiers, où le masculin était utilisé pour désigner l’objet de leur amour, les d’Espagne, dans leurs zadjals et leurs muwashshas (formes poétiques) utilisaient déjà le masculin saiyidi (monsieur) ou mawlaya (maitre) et non pas le féminin sayyidati ou mawlati… pour s’adresser à l’objet de leur amour ». « La délectation et la morosité, du tourment amoureux que les troubadours appelaient « la joya », existait déjà dans la poésie populaire arabe d’Espagne sous le terme tarab… ». Pour E. Brogniet, « ce sentiment de souffrance amoureuse caractéristique des poèmes des troubadours comme des poètes mozarabes et andalous, trouvera à la Renaissance, chez une Louise Labé ou une Christine de Pisan, des accents prolongés… ». « Pour comprendre cette théorie amoureuse qui découle du principe du cœur séparable et des divisions ternaires de l’amour, nous devons relire Ibn-al-Rumi, par exemple, qui exprimait l’idée que l’acte sexuel devait être le gage, et non pas la condition préalable nécessaire d’une communion spirituelle totale. Dans l’Espagne arabe-andalouse, cette même aspiration à la fusion des cœurs, et non pas à la possession par l’étreinte, ce désir de fusion spirituelle aboutit à la fin du Xe siècle à la notion d’union (Al Waçl en arabe), définie comme joie suprême, un état contemplatif, un haut degré, un bonheur ineffable… ».
Pourquoi ces larbins ne font-ils pas toute une exposition sur cet extraordinaire Ziryab ? Cet affranchi noir originaire d’, qui fut le maître en élégance et en raffinement de la haute société musulmane en Andalousie (et on dit que l’islam ne tolère pas « l’autre » !). Ce poète, chanteur et musicien de génie qui composa des centaines de poèmes mélodiques joués dans tout le , qui créa des styles artistiques et des techniques poétiques et vocales desquelles sortira le flamenco, qui fut le fondateur du raffinement musical de la musique arabo-andalouse, créant à la cour le système des noubas, suite de pièces chantées et dansées, et introduisant dans les chœurs de la nouba des « chanteurs n’ayant pas mué », ces fameuses voix de castrats qui charmeront les mélomanes jusque dans la chapelle pontificale à Rome. Cet innovateur intarissable qui introduisit en Espagne le luth en le perfectionnant, instrument avec lequel fut sans doute chantée la Chanson de Roland. Ce pionnier qui créa le premier conservatoire de musique en Europe, un conservatoire ouvert à tous, qui introduisit en Espagne le jeu d’échecs et de polo, et qui institua à la cour de Cordoue la mode vestimentaire et cosmétique, le raffinement de la cuisine, l’art de la table, l’ordre d’arrivée des plats et l’ornementation. Les civilités et le raffinement dont s’enorgueillissent les européens viennent de la civilisation musulmane andalouse. Voyons ce que disait Nietzsche à ce sujet, dans son livre « L’antéchrist » :
« la merveilleuse civilisation mauresque de l’Espagne, plus voisine en somme de nos sens et de nos goûts que Rome et la Grèce, cette civilisation fut foulée aux pieds (— je ne dis pas par quels pieds —), pourquoi ? Parce qu’elle devait son origine à des instincts nobles, à des instincts d’hommes, parce qu’elle disait Oui à la vie, et encore avec les magnificences rares et raffinées de la vie mauresque !… Les croisés combattirent plus tard quelque chose devant quoi ils auraient mieux fait de se prosterner dans la poussière — une civilisation qui ferait paraître notre dix-neuvième siècle très pauvre et très « tardif ». — Il est vrai qu’ils voulaient faire du butin : l’Orient était riche… Soyons donc impartiaux ! Les Croisades, de la haute piraterie, rien de plus ! La noblesse allemande — noblesse de vikings au fond — se trouvait dans son élément. L’Église savait trop bien comment on met la noblesse allemande de son côté… » !
Le raffinement de l’esprit et de l’amour que la culture européenne revendique fièrement comme « sa » création n’est qu’une continuation du raffinement de la civilisation musulmane médiévale sous le prisme chrétien (comme l’atteste d’ailleurs le personnage d’Averroès figurant en bas à gauche de « L’école d’Athènes », la fameuse fresque peinte par Raphaël en 1508). Béatrice était à Dante ce que Nizam était à Ibn-Arabi un siècle plus tôt : une figure de la sophia-perennis, la sagesse de l’amour divin. « Il n’y a pas de mouvement dans l’univers qui ne soit pas mouvement d’amour » écrivait Ibn-Arabi dans « Les perles de sagesse », avant que Dante ne le reformule un siècle plus tard dans sa « Divine comédie » : « l’amour qui meut le soleil et les autres étoiles ». Même Ernest Renan, le contempteur en chef de l’islam, le reconnaissait à son corps défendant : « Cette civilisation musulmane, maintenant si abaissée, a été autrefois très brillante. Elle a eu des savants, des philosophes. Elle a été, pendant des siècles, la maîtresse de l’Occident chrétien. Pourquoi ce qui a été ne serait-il pas encore ? Voilà le point précis sur lequel je voudrais faire porter le débat. Y a-t-il eu réellement une science musulmane, ou du moins une science admise par l’islam, tolérée par l’islam ? Il y a dans les faits qu’on allègue une très réelle part de vérité. Oui ; de l’an 775 à peu près, jusque vers le milieu du XIIIème siècle, c’est-à-dire pendant cinq cents ans environ, il y a eu dans les pays musulmans des savants, des penseurs très distingués. On peut même dire que, pendant ce temps, le monde musulman a été supérieur, pour la culture intellectuelle, au monde chrétien » (conférence de Renan à la Sorbonne, en 1883). Selon Gustave le Bon qui avait assisté à la conférence, Renan avait même ajouté : « Je ne suis jamais entré dans une mosquée, sans une vive émotion, et, le dirai-je, sans un certain regret de n’être pas musulman « . Quand le cœur parle enfin… Tout compte fait, ce vieil Ernest m’est finalement sympathique…

L’islamophobie est aujourd’hui entretenue et accentuée par l’oligarchie pour que l’opinion dominante n’admette jamais que les lois de la réfraction lumineuse avaient déjà été découvertes par Ibn-Sahl, en 983, bien avant Snell et Descartes, et que cet Ibn-Sahl conçut et réalisa la première lentille à focalisation parfaite. N’admette jamais non plus qu’Averroès fut le père de la laïcité en laïcisant la connaissance par la séparation de l’ordre du savoir et de l’ordre de la foi, en considérant l’intellect humain comme non seulement universel mais impersonnel et éternel, et pouvant par un long travail connaître cette éternité avant la mort physique, une laïcisation de la connaissance qui en Europe produira la Renaissance, malgré les condamnations furieuses et obstinées de l’Eglise ; sans Averroès, sans cette émancipation de l’intelligence, il n’y aurait donc eu ni les averroïstes, ni les anti-averroïstes, ni les alexandristes, ni la Renaissance, ni l’Humanisme, ni les Lumières, ni Descartes, ni Spinoza, ni Kant, ni Hegel. Ce prodigieux génie qui ne voyait aucune contradiction entre Aristote et le Coran, fut le premier à formuler, huit siècles avant Lacan, cette idée que : « ça pense en moi » (le fameux intellect agent séparé). Il fut aussi le premier avec Avicenne à parler « d’intellect matériel », de nombreux siècles avant le matérialisme dialectique. La propagande s’attelle à maintenir une chape de plomb sur les merveilles de l’islam, même quand celles-ci sont visibles au grand jour, comme la cathédrale de Puy-en-Velay, quasi-réplique de la mosquée de Cordoue. Une cathédrale aux portes en bois de cèdre présentant des bordures où des motifs décoratifs et des écritures ont été sculptés, des écritures en langue arabe qui traduites en français donnent : « la est à Allah ». Viendra le jour, peut-être, où l’opinion hysterisée par la propagande ira dynamiter cette cathédrale qui inaugure le chemin de Compostelle !
La propagande n’a de cesse de clamer, de hurler, de décréter la différence avec l’islam, jusqu’à l’isoler comme une bête curieuse, en omettant les liens pourtant nombreux qu’il a avec les autres religions, des liens très nombreux. Dans son livre publié en 1948, « De l’unité transcendante des religions », Frithjof Schuon écrivait : « Les religions sont comme des lanternes au verre coloré ; or une lanterne illumine un lieu obscur parce qu’elle est lumineuse et non parce qu’elle est rouge ou bleue ou jaune ou verte. D’une part, la couleur transmet la lumière, mais d’autre part elle la falsifie ; s’il est vrai que sans une telle lanterne colorée on ne verrait rien, il est tout aussi vrai que la visibilité ne s’identifie à aucune couleur ». Mais en dépit de cette unité des religions rigoureusement démontrée par Schuon dans ses livres (en suivant des concepts métaphysiques), la campagne contre l’islam fait rage. Pourtant l’islam reconnaît les esprits, les anges, les archanges, les anges gardiens, les prophètes de l’Ancien-Testament, Noé, Abraham, Lot, Isaac, Ismaël, Jacob, Joseph, Moïse, Elie, Elisée, Jonas, Job, Salomon, David et ses psaumes… L’islam reconnaît également Saint Jean-Baptiste, l’immaculée conception de la Vierge Marie, tous les miracles de Jésus-Christ, le verbe et l’esprit divin en Jésus, reconnu lui-même par l’islam comme le Messie (annoncé et accompagné par le Mahdi à la fin du monde). L’islam a prouvé durant plusieurs siècles sa très haute tolérance, en particulier en Andalousie musulmane, où penseurs musulmans, juifs et chrétiens se rencontraient et étudiaient librement. Quant au philosophe et poète Kabir, il était tout à la fois musulman et hindouiste.
Comme dit précédemment, dans un de mes articles, les versets coraniques qui appellent les musulmans à sévir contre juifs et chrétiens sont évidemment à contextualiser, car ces versets qui apparaissent dans quelques pages seulement s’appliquent à un contexte très précis de guerre entre les premiers musulmans et ceux qui les persécutent à mort, au sens propre, c’est-à-dire les koraïchites et leurs alliées juifs ou chrétiens. Quoi de plus normal que de sévir contre ceux qui nous persécutent obstinément, ou qui nous trahissent en passant à l’ennemi, comme la tribu juive des Banu-Qurayza lors de la bataille du fossé. Selon la Sirâ de Ibn-Ishaq (un historien sur lequel s’appuient quasi-exclusivement les islamophobes, un historien traité d’ »imposteur » et de « menteur » par ses contemporains, en particulier le juriste Malik), les hommes furent tués, par décision de juges à laquelle s’en remit le prophète de l’islam, quant aux et aux enfants ils furent épargnés. Mais quand bien même cette histoire serait vraie, cela n’est pas scandaleux ; surtout que la tribu juive des Banu-Nadir avait précédemment comploté pour l’assassinat du prophète de l’islam, mais ceux-ci furent seulement bannis. Je ne vois rien là de scandaleux. Le scandale c’est le million de civils irakiens tués dans cette guerre d’Irak agressive, lancée par Bush en 2003 sur un mensonge monté de toute pièce (la prétendue existence d’armes de destruction massive), pour justifier l’invasion de l’Irak. Un million de civils considérés comme un dégât collatéral par les démocrates défenseurs de l’humanité ! Il est là le scandale insupportable !
« Dieu n’aime pas les agresseurs », précise la sourate de la délibération. Le Coran dit explicitement que seules les guerres défensives sont autorisées, en précisant toujours que conciliation, pardon et paix sont préférables. Le Coran ne dit évidemment jamais qu’il faut toujours sévir en lançant des « guerres saintes » permanentes. Cette folie furieuse n’est sortie que de la tête de djihadistes manipulés et armés par les États-Unis, Israël et les Saoudiens, et ne comprenant rien à l’islam, une folie furieuse reprise en boucle par les petits caporaux de l’islamophobie, Onfray, Redecker, Zemmour… ces menteurs professionnels payés pour faire l’amalgame criminel avec la majorité musulmane qui ne demande qu’à vivre en paix… ces insectes haineux qui ne parlent que des fous d’Allah pour ne pas parler des ultras-fous de Sion qui suscitent et arment les fous d’Allah. La tactique infâme des islamophobes est de criminaliser l’islam en criminalisant son prophète, par des falsifications de l’histoire. En racontant par exemple que les musulmans attaquèrent une caravane koraïchite à Nakhla pendant le mois sacré de Rajab, sans dire qu’il s’agissait d’un petit groupe de musulmans envoyés par le prophète de l’islam pour seulement espionner cette caravane, et qu’ils furent réprimandés par le prophète à leur retour pour avoir combattu pendant un mois sacré. Les islamophobes hurlent aussi que l’islam est antisémite, mais les Juifs n’ont jamais été aussi heureux que dans les pays musulmans ! Et ils y ont été heureux jusqu’à l’arrivé délétère des activistes sionistes, comme nous le relate Jacob Cohen, un Français juif originaire du Maroc. Quant aux mécréants désignés comme tels dans le Coran (pas à chaque page), leur malédiction ne commence qu’au jugement dernier, Dieu les laisse libre de jouir de leur vie terrestre jusqu’à leur mort. La théodicée se réalise après la mort seulement, comme la plupart des théodicées, et puisque les mécréants se foutent de ce qu’il y a après la mort…
En conclusion, je dirais qu’en voulant faire des musulmans un bouc émissaire, un expiatoire, les criminels gangsters oligarchiques ne se doutent pas qu’ils vont peut-être faire de l’islam le lieu du salut, car « là où le péril croît, disait Hölderlin, le salut croît aussi ». L’ultime accusation contre l’islam est qu’il ne tolère pas l’Autre mais l’islam ne tolère pas le mensonge seulement, cependant pour les mondialistes le droit au mensonge c’est le droit de l’Autre ! Et ce droit de l’Autre est l’essence des « droits de l’homme », de la « démocratie »… Ce droit de l’Autre c’est le mensonge qui consiste à faire passer Sodome et Gomorrhe pour l’amour universel, des bombardements massifs à l’uranium appauvri et au phosphore blanc pour les bienfaits de la démocratie, l’usure pour l’entraide humaniste, l’aliénation totale aux désirs sensuels et à l’argent pour la liberté, l’endettement à vie pour l’accès au bonheur, une clique de criminels de guerre incessants et jamais jugés pour l’axe du bien, la soumission inconditionnelle des nations à un État racial colonial pour la paix mondiale, un m’bala´baladin humoriste pour un homme plus dangereux que Goldman Sachs, et le fauteur de guerres et de chaos sanglants récidiviste botulien pour l’archange de l’amitié. La fureur apocalyptique des forces du mal déchaînées contre l’islam s’acharne d’autant plus que l’islam ploie mais ne rompt pas. Le mensonge s’arrêtera sans doute lorsqu’il aura détruit toute la planète.
Lotfi Hadjiat
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]