ELWATAN-ALHABIB
samedi 18 octobre 2014
 
La GDF, l'argent et… Hamel




par M. Saadoune
Les policiers en colère sont partis, les alentours de la présidence de la République ont repris leur «calme» habituel. Dimanche prochain, selon la promesse d'Abdelmalek Sellal, un comité interministériel se réunira pour décider de l'application des promesses faites aux policiers. Tout rentre-t-il dans l'ordre ? C'est probablement un souhait du pouvoir mais les Algériens ont observé, à distance, la fièvre spectaculaire qui s'est emparée du corps de la police, instrument sécuritaire important, d'un système en panne.

Ce qui s'est passé est grave et il ne sert à rien de le minimiser. Comment cela n'a-t-il pas été anticipé, voilà une question très légitime. Mais au-delà, ce corps de police «apolitique» vient d'administrer, sans le vouloir et c'est l'ironie de la situation, une grande leçon politique au pouvoir. Pour l'ironie de la situation, on peut constater que le pouvoir algérien n'a même pas pu appliquer aux policiers en révolte la fameuse «gestion démocratique des foules, la GDF» chère au général Abdelghani Hamel. Car, ne l'oublions pas, la GDF n'a rien d'une gestion bon enfant, elle sert d'abord à empêcher les gens de manifester sur la voie publique. Fermement, moyennant un relatif respect des formes.

Les policiers, eux, n'ont trouvé devant eux aucune force pour appliquer la «GDF». Ils ont marché. Ils ont, autre ironie, brisé l'interdit de manifester à Alger qu'ils ont appliqué de manière systématique depuis 2001, au lendemain de la marche des arouchs. Les militants, comme les gens de RAJ et d'autres, qui défendent le droit de manifester ne se font pas d'illusion cependant, les policiers n'ont pas créé un précédent. Ce ne sont pas les policiers qui rétabliront le droit des Algériens à manifester dans leur capitale.

La colère policière partie de Ghardaïa pour arriver aux portes de la présidence de la République n'est pas un mouvement pour la démocratie ; c'est une évidence qu'il faut rappeler à ceux qui attendent le grand soir. C'est une affaire qui se déroule, sous nos regards perplexes et inquiets ou persifleurs, à l'intérieur du système. Qui gagne et qui perd dans cette affaire à l'intérieur du système, cela dépend, là aussi, des sinueuses logiques internes et des rapports de forces. De «l'extérieur», on comprend qu'il est difficile pour les tenants du système, les «gagnants» comme les «perdants» présumés de cette grosse secousse, d'accepter de démettre le chef de la police.

Le général-major Abdelghani Hamel essuie un échec spectaculaire avec cette «mutinerie» mais il est paradoxalement protégé, dans l'immédiat, par le «Irhal Hamel» ouvertement affiché par les policiers. Il aurait été plus facile pour le pouvoir de démettre, «sans attendre», le DGSN si les policiers n'en avaient pas fait une de leur première exigence. Par contre, il n'est pas nécessaire d'être «dans» le système et d'avoir ses «codes» pour voir dans le mouvement des policiers un signal clinique de plus de la gravité de la situation. Cela fait écho à l'inquiétude exprimée avant et après la présidentielle sur les risques d'une situation marquée par une paralysie et une perte de cohérence et, surtout, d'efficience du système.

La GDF n'a pas été mise en œuvre face à une manif non autorisée des policiers et le gouvernement a signifié qu'il est prêt à décaisser pour calmer les esprits. On est toujours sur le vieux mode de gestion. A défaut de pouvoir réprimer, on dépense. Jusqu'où ira-t-on alors que des économistes avertissent que l'on va vers une crise économique «sévère» ? C'est la question de l'impasse que les revenus pétro-gaziers ne pourront pas cacher indéfiniment. Il faut changer, c'est une évidence, renégocier le contrat social entre l'Etat et la société et non entre les clans du système.

Mais sous des dehors d'autosatisfaction béate d'une Algérie avec ses «institutions qui fonctionnent», on sait qu'on baigne dans une paralysie morbide et qu'il n'existe aucune impulsion pour prendre les devants et anticiper. En associant les Algériens. On reste dans la logique de la matraque et de l'argent. On est, pour reprendre la boutade d'un confrère, dans une situation semblable à celle d'une famille «qui emmène un malade de diabète doublé d'hypertension chez un cheikh pour une rokia…». 
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]