ELWATAN-ALHABIB
mercredi 8 octobre 2014
 
Et si Dante avait vécu en Algérie ? 
 
 
 
 
 
par Moncef Wafi
« Les endroits les plus sombres de l'enfer sont réservés aux indécis qui restent neutres en temps de crise morale», L'enfer de Dante. Une citation qui n'a jamais eu autant de vérité qu'en ces temps de démission collective où l'intérêt personnel prend le pas sur les autres valeurs. Ce qui se passe en Algérie et dans le monde répond aveuglément à cette obsession d'individualisme primaire et d'égoïsme patenté qui a supplanté le devoir national et les obligations contractuelles.

Depuis quelques années, le pays regorge d'une faune d'individus avides, prêts à tout pour une fortune, un poste ou une promotion sociale. Des hommes et des femmes sortis du ventre de la voracité capables de vendre le pays pour une carte de séjour à l'étranger et un compte en banque offshore. Si l'honnêteté absolue n'existe que dans les contes, le minimum syndical est de servir lorsqu'on s'installe à table. Des gestionnaires coupables ont mené le pays vers le précipice, raflant à bout de bras l'argent du peuple, faisant de l'incompétence leur seul bagage intellectuel.

En ces temps de crise morale, se taire équivaut à devenir complice du crime, quel qu'il soit, mais en Algérie, dénoncer est devenu un acte très risqué aux conséquences insoupçonnables. Beaucoup d'exemples à citer et des dossiers à exhumer pour comprendre que le devoir civique se conjugue avec un retour de manivelle aussi inattendu qu'implacable. De témoin, on a été vite assimilé au coupable dans l'affaire et pris à partie par les vrais criminels, forts de leurs appuis dans l'Administration. De dénonciateur, on passe au box des accusés, à répondre de son devoir de citoyen, à essayer de se justifier et d'expliquer qu'on a agi par acquit de conscience.

L'affaire Mellouk est la parfaite illustration de ce cas de figure où le devoir est supplanté par l'obligation de réserve, celle de fermer les yeux et laisser faire le plus fort. Mellouk, dont le dossier est toujours d'actualité, a subi de plein fouet la riposte de l'Administration après avoir crié au scandale : celui des magistrats faussaires. Depuis, l'homme a vécu l'enfer, son antichambre et ses options. Traîné dans la boue, déshonoré, menacé dans son intégrité physique, il a tenu tête à ses pourfendeurs. On a voulu faire de lui un exemple, un cas d'école pour prévenir tous les justiciers amateurs. Le message est clair, sans ambages : regardez ce qui arrive lorsqu'on se mêle des affaires des puissants. Mais voilà, il existe et il existera toujours des hommes au-dessus de tout soupçon qui n'ont pas voulu rester dans cette partie sombre de l'enfer promise par Dante aux indécis. Ils ont osé renverser l'ordre établi et dénoncer haut et fort le crime dont ils ont été témoins.

Malheureusement, ces gens sont peu, très peu dans un pays où pour bénéficier de son droit on doit payer la dime. Le cas de l'arbitre assistant Bitam est également assez significatif. Déclaré coupable d'hérésie, il a été sacrifié sur l'autel de l'omerta. Voulant dénoncer l'incurie qui habite le monde de l'arbitrage, il a été tout simplement radié du corps arbitral alors qu'on lui promet par ailleurs la potence. Pourquoi ? Parce qu'il a simplement voulu dénoncer un fait établi accepté comme tel par tous les acteurs du monde sportif. Mellouk, Bitam, ils sont, on présume, beaucoup d'anonymes à revendiquer le droit à la parole pour que justice soit faite.
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]