ELWATAN-ALHABIB
mardi 14 octobre 2014
 

Du chaos constructif ou de l'auto-embourbement?!


 Par Akil Cheikh Hussein


Du chaos constructif ou de l'auto-embourbement?!, par Akil Cheikh Hussein
IRIB- L'événement central dans l'histoire actuelle de la région
est la défaite encaissée par le projet israélo-américain, face à l'axe de la Résistance. La Coalition contre «Daesh» est une tentative de mener une contre-attaque qui ne peut pas esquiver l'échec, en raison de la divergence des intérêts et du manque de confiance entre les membres de la Coalition. Conclusion : L'axe de la Résistance est, donc, proche de la grande victoire.

On entend souvent parler de quelqu'un qui tue des personnes qui lui sont les plus proches et les plus aimées, avant de se tuer elle-même sous le poids d'une circonstance qu'elle ne peut pas supporter. Le comportement des individus peut s'appliquer également aux groupes et aux nations : beaucoup de guerres à l'intérieur d'un camp donné peuvent être l'expression de ce comportement criminel ouvert au suicide.

Dans ce sens, les attentats-suicides qu'on perpètre habituellement sous le titre de la destruction de soi et des ennemis à la fois cèdent la place à la destruction de soi et des amis. Il y a grand lieu de dire que la caractéristique essentielle des dynamismes qui régissent les politiques des puissances engagées dans la guerre contre «Daech» appartient à cette dernière catégorie.

Outre le nombre grandissant de problèmes et de problématiques posés dans la région, l'événement central qui est à la base de tous les événements et des évolutions ultérieures est celui représenté par les défaites subies par les américains et les Israéliens durant ces dernières années : Menaces continuelles de frapper l'Iran et manque d'audace quant à l'exécution de ces menaces, les défaites de l'entité sioniste au Liban et à Gaza, l'incapacité de renverser le régime syrien après 45 mois d'une guerre qui est la plus féroce dans l'histoire.

Le complexe de la défaite


Et le tout, à un moment où Washington se croyait en mesure de mettre sur place son empire mondial dans la mesure où elle avait les mains libres après l'effondrement de l'Union soviétique. Une situation qui pousse effectivement à la folie.
Il est certain que c'est la folie générée par l'incapacité de Washington et de ses outils de se lancer dans de nouvelles guerres qui a ouvert grande la porte à l'embourbement réciproque comme seul moyen pour lancer une contre-attaque visant l'axe de la Résistance. Une contre-attaque menée par des alliés que l'échec pousse chacun d'eux à essayer de compenser ses pertes aux dépens d'une ou de plusieurs autres parties alliées en approfondissant leur empêtrement dans des guerres et confrontations acharnées.
La stratégie du chaos constructif et de la guerre «soft» adoptée par les Etats-Unis comme alternative à leurs guerres ratées dans la région est avant toute chose une guerre dans laquelle Washington utilise ses alliés et ses outils pour se battre à sa place. S'ils gagnent, la victoire sera celle de Washington seule. Mais s'ils perdent, il leur revient à eux seuls de subir la défaite. Ou, plus encore, Washington pourrait participer à les achever pour faire des gains si la nouvelle donne le permet.
Dans ce sens, la guerre contre «Daech» est une émanation de la guerre ratée contre la Syrie, ou un nouvel épisode de cette guerre qui, n'ayant pas pu atteindre son objectif, s'est transformée en guerres effectives ou en prémices de guerres entre les puissances alliées contre la Syrie et l'axe de la Résistance.

Des guerres entre alliés

Tout le monde s'est bien aperçu du fait que l'insuccès de la guerre contre la Syrie a participé à la dislocation de l'alliance des forces locales, régionales et internationales engagées dans cette guerre. Des vifs désaccords se sont concrétisés par la formation d'une alliance entre l'Egypte, le Royaume saoudite et autres pays du Golfe face à l'alliance entre La Turquie et le Qatar.
Ces désaccords se sont reflétés au niveau des groupes takfiri et terroristes qui se sont engagés dans des guerres intestines qui ont abouti à épuiser ce qu'on appelle «l'Armée syrienne libre» et «l'opposition politique modérée». Puis à des guerres sans merci entre «al-Nossra» et «Daech» en Syrie, et entre ce dernier groupe et les constituantes ba'thi et Nakchabandi en Irak.
Dans les conditions de la formation de la Coalition internationale contre «Daech» et de la participation des pays du Golfe et de la Jordanie aux bombardements visant des positions de ce groupe en Irak et en Syrie, il parait, abstraction faite du sérieux de ces bombardements, et compte tenu des informations parlant de la mort de dizaines de combattants takfiri, que des évolutions inattendues commencent à occuper la scène. Des manifestations sortent dans les milieux pro-Daech -considérés depuis longtemps comme liés au Royaume saoudite et aux autres pays du Golfe- pour condamner les bombardements et les pays arabes qui y participent.
Quant aux conditions posées par certains pays pour rejoindre la Coalition et celles posées par tous ces pays au sujet de leurs «parts» dans la confrontation avec «Daech», elles traduisent les doutes réciproques entre ces parties ainsi que le sentiment nourri par chacune d'elles quant aux dangers auxquels elles s'exposent suite à leur participation dans la confrontation.
A ce propos, les mass médias arabes qui reflètent les points de vue saoudiens soulignent le manque de confiance à l'égard des Etats-Unis et de leur discours sur la «longue durée» de la guerre et sur la nécessité d'une intervention terrestre sans la participation américaine. Il s'agit là d'un élément qui donne l'impression que les parties régionales, la Turquie, le Royaume saoudite, le Qatar et autres, sont déjà embourbées par les Etats-Unis dans une situation qui glisse, contre la volonté de tous, vers une guerre contre «Daech» qui commence à prendre la forme d'une guerre de destruction de soi et des amis.

Source : Al-Ahednews
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]