ELWATAN-ALHABIB
mercredi 22 octobre 2014
 
A quoi sert un pays aujourd'hui?



 
par Kamel Daoud
V itesse folle : le régime fouille le sol, trouve du gaz, le vend, le peuple le regarde, l'encercle puis lui demande plus, en faisant pencher la terre vers l'abîme. Le régime fouille encore, trouve et donne pour prendre plus. Les gens s'affolent, viennent, veulent, puis s'en vont. Le sol pèse sur le sous-sol, le comprime et le boit. Le régime a peur, creuse, encore, plus loin, trouve, donne, pompe. Son peuple mange, veut, menace, court puis mange, loge et bouge. En cercle. L'un mange l'autre. Un étrange corps composé d'une bouche aux deux bouts d'un ventre qui est, à la fois, convexe et concave : mange et se mange, dévore et produit. Cela donne une bête sombre qui a deux dos, pas de visage mais qui est, à la fois, sa proie et sa trace de pas sur la peau. Où va l'Algérie, vieille question d'un mort, devient celle d'une énigme biologique : comment cela va finir ? Un Président qui achète du temps, un peuple qui vend le temps de ses enfants. Manger, bouger puis bouger pour manger. Comment va finir donc l'équation algérienne ? Selon le pétrole, dit une réponse vieille comme la nationalisation. Un jour l'histoire aura une fin à cause de la fin du gisement. On le sait tous, mais nous fonçons, comme des drogués, vers le mur de la péremption.

Qui mangera le dernier mangé ? Fascinante perceptive gargantuesque. Car c'est intenable. Haddad prendra son avion, les harragua, la mer et le reste feront, à pied, le chemin vers le jugement dernier. C'est écrit sur n'importe quelle plaque de signalisation. D'où l'autre question, plus sombre mais tout à fait légitime, quand on est assis dans une gare par où ne passe que le souvenir : C'est quoi un pays, finalement ? Puis : à quoi sert un pays ? Sérieusement ? Au-delà du convenu patriotique et des formules habituelles ? Comme adresse administrative internationale ? Un endroit où la mémoire a des traces de pas ? Un lieu de naissance contré par une histoire de morts ? La question devient un droit, aujourd'hui : les pays ne servant pas à grand-chose, sauf à se souvenir ou à revenir. Face à la vastitude du monde, un Pays était une nécessité de racines et un contrepoids au glissement vers l'anonymat. Mais, aujourd'hui qu'il vous coûte cher, vous plombe, vous alourdit le songe et vous plonge dans le malaise ou la honte de soi ? Pourquoi devrais-je le porter s'il ne me porte pas ? Le pays est la peau. Au delà, il y a le sang, des miens. Puis vient la tribu, puis la mer annoncée par la bousculade des galets, le cousin lointain, le Québec, la connexion, Skype puis le capital Mondial. Donc, c'est à peine si, aujourd'hui, cela vous laisse de l'espace pour la notion du pays.

D'ailleurs, il y a redéfinition à venir : un pays ce n'est pas ce qu'on a libéré ou construit, mais ce qu'on va manger. Nés comme des cris, des pays meurent, ces temps-ci, comme des salades. On le voit, tous les jours, aux actualités
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]