ELWATAN-ALHABIB
samedi 18 octobre 2014
 
17 octobre 1961, encore une victoire française ?



 
par Moncef Wafi
17 octobre 1961, une date algérienne, une excuse française. D'abord algéro-algérienne puis algéro-française après une promesse électorale de François Hollande alors en course pour l'Elysée, le 17 octobre cristallise à lui seul cette relation ambiguë et passionnelle entre Paris et son ancienne colonie. En 2012, Hollande honorait sa promesse et rendait hommage à la mémoire des victimes du 17 octobre 1961. Pourtant la forme n'y est pas puisque c'est par le biais d'un communiqué long de trois phrases qu'il reconnaîtra, même par procuration, les faits longtemps tus par la propagande socialiste française et que qualifiait, pudiquement, l'histoire officielle tricolore de «ratonnade». La police de Papon, celui-là même qui s'est vu juger et condamner à dix ans de prison par un tribunal tout ce qu'il y a de plus français pour avoir joué un rôle dans la déportation des Juifs de Bordeaux, a pourchassé et massacré des centaines d'Algériens dans les rues de Paris avant de les jeter dans la Seine. Un épisode tout simplement zappé de la mémoire collective française avant que Hollande ne le réhabilite. Si cette reconnaissance officielle a déchaîné les passions exacerbées et exécrables de la droite et de son pendant idéologique l'extrême droite nourries par les anciens de l'Algérie française, elle n'en demeure pas moins un petit pas vers la repentance exigée par les Algériens. Un petit pas sans conséquences si ce n'est le folklore cérémonial consacré à l'événement. Pour autant faut-il se contenter d'un murmure d'excuses pas pour 132 ans de colonisation et de ses bienfaits mais pour une journée seulement. Pour le 17 octobre 1961. Pas un jour de plus. Ni avant, ni après. C'est à prendre ou à laisser. L'Algérie officielle qui avait tièdement accueilli «les bonnes intentions» de la France semble aujourd'hui disposée à tourner définitivement la page de la repentance, à en croire les derniers épisodes du couple algéro-français. Pour Paris la socialiste, ces excuses publiques ne valent que par leurs portées symboliques et n'engagent en rien la responsabilité du Grand empire dans ce qu'a vécu l'Algérie depuis le débarquement de Sidi Fredj. Un tour de force qui scelle la question mémorielle longtemps pendante entre les deux capitales. Car, il faut le souligner, depuis cette reconnaissance officielle, rien n'a été fait pour satisfaire les exigences des Algériens quant à une repentance française qui apparemment ne viendra jamais dans l'état actuel des choses et des gouvernements. Pire, c'est Alger qui revient sur ses pas et qui ignore les inconditionnels de la repentance. Le fameux discours de Bouteflika, à Sétif, à l'occasion de la commémoration des massacres du 8 mai 1945, où il a appelé à en finir avec la guerre des mémoires et de tourner la page, est pris en exemple par Paris pour répondre à toute éventuelle demande de repentance. Proche de François Hollande, Benjamin Stora, historien spécialiste de l'Algérie, et dans un entretien accordé en mai 2012 au journal en ligne Mediapart, avait conseillé au nouveau président français de jouer la carte de l'apaisement avec l'Algérie. L'historien estimait que François Hollande doit faire des «gestes d'apaisement mémoriel» en direction d'Alger. La reconnaissance officielle du 17 octobre 1961 doit certainement faire partie de cette stratégie où la France a le plus à gagner. 

 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 / novembre 2017 / décembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]