ELWATAN-ALHABIB
samedi 27 septembre 2014
 
H. Gourdel libérés

Reportage curieux sur la sécurité revenue dans le Djurdjura ! Les cinq compagnons de H. Gourdel libérés

 

 

 

gourdel-l-otage-francais-decapite-une-video-diffuseeCurieusement, une semaine avant le rapt de M. Gourdel, un journaliste d’El Watan a réalisé un reportage sur le massif du Djurdjura, décrivant la beauté féérique des paysages tout en s’appesantissant sur les mythes et les croyances ancestrales qui font que chaque lieu de cette vaste contrée a son histoire propre. Comme pour encourager les touristes à venir et vaincre leurs dernières réticences, l’auteur de ce reportage écrit: « Ces dernières années, la région a retrouvé calme et sécurité. Les barbus ne hantant plus les lieux, les habitants de la région, notamment les jeunes, ont renoué avec les randonnées ». Il est indéniable  que les populations de cette région sont très accueillantes et que le sens de l’hospitalité y est particulièrement aiguisé, l’invité jouissant d’un statut particulier qui lui assure sécurité, tranquillité, bienveillance et protection (le sacrosaint Aman). Que s’est-il donc produit en l’espace d’une semaine pour que cette région « pacifiée » renoue avec l’insécurité et la barbarie, sachant que la présence militaire est toujours palpable en dépit de la levée purement formelle de l’état d’urgence en 2011, les barrages fixes n’ayant jamais été levés, y compris sur les autoroutes ? Les cinq compagnons de M. Gourdel retenus depuis par les gendarmes étaient encore entendus à huis clos, tard dans la soirée, au niveau du tribunal de Bouira. Ils viennent d’être libérés à l’instant même et placés sous contrôle judiciaire, leurs passeports confisqués. Affaire à suivre …

Au royaume des aigles, des poètes et des génies
mag2_2412729Avec sa moustache en balai, ses yeux bleus rieurs, son chapeau melon et sa gouaille de bon vivant, Mohand Oumeniche est un personnage que l’on croirait tout droit surgi d’un film ou d’un roman.
Rencontré à la station climatique de Tala Rana, à 1400 mètres d’altitude, cet homme affable boucle sa trentième année comme gardien au Parc national du Djurdjura. Une vie consacrée à observer et à protéger la nature. Sous un vieux cèdre millénaire, il peut vous raconter pendant des heures la montagne de ses aïeux, ses mythes et ses légendes. Et vous ne verrez pas le temps passer.
Ce temps, toutefois, nous manque pour l’écouter car le soleil est déjà haut dans le ciel. Il faut profiter de la fraîcheur matinale pour entamer notre randonnée pédestre vers le plus haut sommet du Djurdjura : Tamgout n Lalla Khedidja, à 2308 mètres d’altitude. Le point de départ est la célèbre source de Tala Rana. Notre guide, Adel Younsi, jeune commerçant originaire de Saharidj, nous avertit qu’il faudrait au moins quatre heures de marche pour atteindre le sommet. Pourtant, à vue d’œil, il semble tout proche. Se dressant fièrement dans un ciel bleu azur, il semble narguer le visiteur. 
Un pèlerinage séculaire
Sacs de victuailles sur le dos, appareils photo en bandoulière, le top départ est donné. Il s’agit de suivre les traces encore visibles d’un ancien sentier pédestre tracé à flanc de montagne par les pieds des hommes et les sabots des bêtes. Le sentier commence par serpenter à l’ombre des cèdres et des chênes imposants sous le regard curieux des singes magot qui peuplent ces forêts. Il y a encore quelques années, avant l’avènement du terrorisme, les habitants de la région avaient pour coutume d’y effectuer des pèlerinages. On immolait des bêtes et organisait des offrandes pendant sept mercredis de suite du mois de mai, au début des transhumances traditionnelles qui voient les bergers remonter leurs troupeaux vers les alpages, jusqu’au mois de septembre. Comme le pèlerinage d’Azrou Nethor, situé à quelques encablures.
Alors que ce dernier a survécu jusqu’à ce jour, celui de Lalla Khedidja a disparu lorsque les terroristes ont rendu la montagne infréquentable. Ces dernières années, la région a retrouvé calme et sécurité. Les barbus ne hantant plus les lieux, les habitants de la région, notamment les jeunes, ont renoué avec les randonnées. A travers ces sorties, l’association «Civisme et Tourisme» du village de Saharidj tente de faire renaître le tourisme de ses cendres. Un tourisme qui ne pollue pas, qui respecte l’environnement et la nature.
Le sommet du Djurdjura, Tamgout n Lalla Khedidja, est quasiment vénéré de tous les Kabyles qui lui ont consacré quantité de chants et de poèmes. C’est un lieu mythique auréolé de légendes et entouré de mystères. «La montagne est le siège de croyances confuses», écrit Gabriel Camps dans son livre Les Berbères. Le culte des montagnes, des grottes et des rochers a toujours survécu à travers les siècles. «Saint Augustin reprochait à ses ouailles la coutume qu’ils avaient de gravir les montagnes pour se sentir plus proches de Dieu», écrit Camps dans son ouvrage. Saint Augustin n’étant plus là pour nous faire des réprimandes, nous allons donc, le cœur haut et le pied léger, sacrifier au culte de la montagne sur le toit de la Kabylie.
Lalla Khedidja est encore aujourd’hui un personnage mystique auquel on attribue des pouvoirs magiques. D’après la légende, son mari, originaire du village Ivahlal, jouissait des mêmes pouvoirs surnaturels. On raconte encore que, parti chercher du bois à pied, il avait attaché ses fagots de bois avec des serpents vivants et s’était servi d’un lion comme bête de somme. C’est de là que viendrait son surnom de «Voulehmel Izerman», (L’homme aux fagots de serpents).
Lalla Khedidja, elle, avait la capacité de se transformer en oiseau pour se poser à Tamgout ou ailleurs. Anachorète, poétesse, sainte, Lalla Khedidja devint une légende de son vivant même. D’ailleurs, pour les habitants de la région, Lalla Khedidja n’est pas morte. Un jour elle a cessé d’apparaître.  «Theghav», disent-ils. Son esprit hante encore ce majestueux Djurdjura dont elle est devenue tout autant le symbole que la sainte patronne. Les premiers kilomètres permettent déjà de découvrir, avec un pincement au cœur, les ravages des différents incendies qui ont affecté les cédraies. A certains endroits, les carcasses calcinées des cèdres millénaires gisent comme des géants terrassés par les flammes. Il faut un peu plus de mille ans à la nature pour faire un cèdre majestueux comme on en voit encore sur les flancs du Djurdjura. Il suffit à l’homme de craquer une allumette ou de jeter un mégot pour réduire les cèdres en cendres.
Un fossile marin au sommet du Djurdjura
Heureusement, le massif du Djurdjura a encore de belles ressources. Passé le col de Tighzerth, nous quittons la face sud et bifurquons vers l’ouest. Quelques mètres à peine et voilà l’un de nos accompagnateurs, étudiant en géologie, qui déniche un véritable trésor. La trouvaille est une pierre dans laquelle est incrusté un fossile d’ammonite. Personne ne s’imaginait tomber sur un fossile marin à 1800 mètres d’altitude. Comment expliquer la présence insolite de ce fossile marin au sommet du Djurdjura ? A l’époque reculée où ce mollusque céphalopode nageait gaiment entre deux eaux, le sommet du Djurdjura reposait encore au fond des mers. Bigre ! Pour beaucoup d’esprits humains, il n’est pas facile d’admettre que le fond d’une mer ou d’un océan peut devenir un jour le point culminant d’une montagne. Suite à cette trouvaille, c’est tout le groupe qui a les yeux rivés sur ses chaussures, à la recherche d’un quelconque trésor géologique. On en oublie de regarder les paysages sublimes qui s’étalent sous nos yeux. Pourtant, au fur et à mesure que l’on prend de l’altitude, le panorama devient féerique.
Le monde à ses pieds comme un tapis
Plus on approche du sommet, plus celui-ci semble s’éloigner. Un paradoxe. Mourad, médecin de son état, qui a quitté son douillet cabinet pour ses montées abruptes, essaie d’oublier les douleurs lancinantes qui taraudent ses mollets en faisant de l’humour : «Chaque mètre est l’équivalent d’un kilomètre !» soupire-t-il. Il faut faire de fréquentes haltes pour reprendre son souffle, soulager ses muscles et se réhydrater.
Lorsque, enfin, après quatre heures d’efforts intenses, on atteint le sommet, on oublie immédiatement toutes ses fatigues. Le panorama que Tamgout offre est tout simplement sublime. Le massif du Djurdjura dans son ensemble, s’étire d’est en ouest, avec ses différents pics. Au-delà, c’est une succession de paysages de montagnes, de collines, de chapelets de villages, de vallées. Le monde est à vos pieds. Au loin, les lacs formés par le barrage de Taksebt et celui de Tilesdit, ressemblent à de minuscules mares d’eau douce. Malgré le soleil brûlant, l’air est très frais. «Là, on s’aperçoit vraiment que la terre est ronde. On voit bien la courbe à l’horizon», dit l’un des randonneurs.
Déjeuner frugal et séances photos. L’ivresse de sommets : nous sommes tels des alpinistes amateurs qui auraient vaincu l’Everest ou l’Annapurna. Ce n’est pas le toit du monde, mais c’est beau de voir le monde se dérouler tel un tapis à ses pieds. Ici, l’air est aussi léger que pur. Adel et ses amis racontent que le spectacle est encore plus féerique si l’on devait passer la nuit sur le sommet. Pour ne rien rater du coucher de soleil ni de son lever. «Le soir, quand tu regardes vers l’est, la nuit est tombée et les lumières des villes et des villages sont allumées, s’enthousiasme Khaled. Quand tu regardes vers l’ouest, il fait encore jour et tu vois la nuit avancer. C’est magique.» Son ami ajoute : «Le matin, l’ombre de Tamgout que le soleil projette vers l’ouest est longue d’une centaine de kilomètres.» A cette altitude, la nuit les températures sont si basses que le randonneur négligeant risque une hypothermie fatale. Il est donc recommandé de se vêtir chaudement et prévoir du bois mort pour le feu, et à défaut d’avoir une petite tente pour s’abriter.
La gardienne des lieux
Après une heure passée au sommet, il est temps de redescendre. A regret. Avec la fatigue et la chaleur de l’après-midi, la descente est un exercice encore plus difficile que l’ascension. Les chevilles et les articulations en prennent un coup. Une dernière halte à l’ermitage de Lalla Khedidja s’impose. Brûlé et détruit durant les années de feu, il a été reconstruit en parpaing et en béton, perdant ainsi tout son charme et sa personnalité. Il ne reste plus que l’emplacement de sa tombe, vide. Elle n’avait pas d’enfants et n’a donc pas eu de descendance. Selon le descendant de l’un des nombreux serviteurs qui vivaient avec elle, la vénérable dame a vécu au IXe siècle. Probablement de l’hégire. Installés à Imchedallen (Maillot), les habitants d’Ivalvaren commencent à revenir peu à peu vers leurs terres au pied de Tamgout. En cette fin de journée, vendredi 12 septembre, ils sont venus nombreux pour s’approvisionner en eau de source et inspecter leurs jardins.
Retour à Saharidj. Dans la maison des archs où ils sont réunis, les membres de l’association «Civisme et Tourisme» de Tala Rana préparent des actions pour la Journée mondiale du tourisme, le 27 septembre. Ils planchent sur l’idée d’un festival de tourisme de montagne et de la jeunesse. La région est pauvre et ne peut compter que sur ses ressources naturelles pour se faire connaître et se développer. Ils peuvent encore compter sur la baraka de Lalla Khedidja, gardienne tutélaire des lieux pour ramener des touristes, elle qui drainait des milliers de visiteurs. Qui sait ? Elle pourrait encore faire un miracle.
P. S. : Ce reportage a été réalisé une semaine avant le kidnapping et l’assassinat du randonneur français Hervé Gourdel. 
Djamel Alilat

 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]