ELWATAN-ALHABIB
mardi 12 août 2014
 
Un pays qui échappe à ses enfants 
 
 
 
 
par K. Selim
Nouri al-Maliki a fait de la résistance, mais il a été poussé sans ménagement vers la sortie. Il a beau être celui qui dirige la première force parlementaire du pays, il n'a pas été désigné pour former le nouveau gouvernement. Le président Fouad Massoum a en effet chargé, hier, Haïdar al-Abadi de former le nouveau gouvernement dans un contexte de crise politique généralisée. Al-Maliki avait invoqué son droit constitutionnel d'être désigné à cette charge. Mais l'aspect juridique, solide, qu'il a mis en avant n'a pas pesé dans la balance.

Aussi bien la hiérarchie chiite - et notamment al-Sistani - que les Etats-Unis voulaient en finir avec un homme dont l'action à la tête du gouvernement a été calamiteuse. Son sectarisme en a fait le plus puissant agent recruteur des djihadistes de «l'Etat islamique» dont les forces ont grossi, démesurément, avec l'apport des forces tribales mais également des anciens des services secrets et de l'armée de la période de Saddam Hussein. Les Etats-Unis qui l'ont pendant longtemps soutenu à bout de bras l'ont lâché irrémédiablement et ont apporté ostensiblement leur appui à la décision du président Fouad Massoum de ne pas s'embarrasser du respect des formes.

La Cour fédérale a annoncé que contrairement à ce qu'ont affirmé les pro-Maliki, elle ne s'était pas prononcée sur la plainte qu'il avait déposée contre le président Massoum pour non-respect de la règle sur la désignation du Premier ministre. On est bien devant un artifice. La Cour fédérale n'a pas dit ce que prévoit la loi fondamentale, elle a choisi de ne pas répondre. Elle a ouvert ainsi la voie à ce que les partisans de Maliki qualifieront de «coup d'Etat». On est bien en tout cas devant une décision politique qui dépasse ouvertement les règles. Certains objecteront d'ailleurs que l'Irak n'a plus d'Etat et que la question du respect des règles est devenue bien accessoire devant l'ampleur de la crise.

La question est de savoir quelle sera la réaction d'al-Maliki et de ses partisans. Est-ce qu'ils vont s'accommoder de ce qu'ils considèrent déjà comme un «coup de force» ? C'est ce que leur demandent les Américains et presque tout le monde. Al-Maliki qui a réussi aussi à se faire détester aussi par les chiites - qui ne peuvent ignorer les dégâts de sa politique sectaire - a montré des velléités de résister. Cela ne fera qu'accentuer un peu plus la crise d'un Irak en état de délitement avancé. Et il ne faut pas s'illusionner, si la non-reconduction d'al-Maliki est juridiquement anormale mais politiquement logique, elle ne va pas miraculeusement mettre le pays dans un cycle vertueux.

L'idée d'un gouvernement d'union nationale paraît une option raisonnable. Mais sa faisabilité après l'accumulation des crises et des haines sectaires paraît moins probante. «Le pays est entre vos mains», a déclaré le président irakien au nouveau Premier ministre désigné. Sauf que justement le pays n'est plus entre les mains des Irakiens depuis que leur Etat a été liquidé sur un ukase de Bremer. Al-Maliki a montré au cours de sa gouvernance qu'il était «petit» mais le mal causé par sa politique est grand. Le pays échappe largement aux Irakiens.

La prémonition du poète défunt Abdel-Amir Jarras s'est réalisée au-delà de son imagination. «Nous nous sommes réveillés une fois / Et nous n'avons pas trouvé le pays. Il nous a été dit : Le pays a ramassé toutes ses affaires, Il les a rassemblées arbre par arbre, Fleuve par fleuve, Et il est parti au loin. Nombreux sont les pays qui ne trouvent pas de lieux. Nombreux sont les pays qui songent à fuir de la carte».


 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 / novembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]