ELWATAN-ALHABIB
mardi 5 août 2014
 

La propagande égyptienne et le massacre de Gaza

 

 

 

Alors que la machine à tuer israélienne sème la terreur et la mort dans le peuple palestinien avec l’aide du gouvernement étasunien et des ses principaux alliés arabes, dont le moindre n’est pas le clan saoudien avec ses 20 000 princes et princesses, en Égypte une énorme campagne de haine est orchestrée tant officieusement qu’officiellement.


Le régime égyptien est l’un des deux principaux geôliers des Palestiniens de Gaza entassés dans le plus grand camp de concentration du monde.
L’héritier d’Hosni Moubarak sur le trône égyptien, le général Abdoulfattah al-Sisi, relaie les mensonges que les voleurs qui dirigent l’Égypte colportent depuis les campagnes anti-arabes et anti-palestiniennes du milieu des années 1970 sous le président Anwar Sadat.
Sisi, qui n’a aucun charisme et dont les capacités oratoires ne valent pas mieux que celles de Yasser Arafat, a déclaré avec emphase dans son discours du 23 juillet lors des commémorations du renversement de la monarchie en 1952, que l’Égypte avait déjà sacrifié "100 000 martyrs égyptiens" à la cause palestinienne.
Le peuple est parfaitement conscient des sacrifices que les soldats égyptiens ont dû consentir pour défendre leur pays pendant les 67 dernières années, mais prétendre que ces sacrifices ont été faits pour aider la Palestine et le peuple palestinien est de la dernière hypocrisie.
Le but de cette propagande est de faire croire au peuple que la pauvreté et le mauvais état de l’économie ne sont pas le résultat du pillage effréné auquel les voleurs qui dirigent l’Égypte se livrent avec l’aide des États-Unis et de l’Arabie saoudite depuis les années 1970, mais résultent de la prétendue défense de la Palestine et des Palestiniens et de la promesse du président Gamal Abdel Nasser de libérer les Palestiniens de l’occupation coloniale israélienne.
La classe infâme des pillards
Depuis les années 1970, les Palestiniens ont dû endurer les mensonges ainsi que la sottise et la vulgarité des Égyptiens ignorants et illettrés de la classe dominante. Leur manque d’éducation et de substance est apparu clairement ces trois dernières années au travers de la propagande et de l’agitation contre-révolutionnaires de leur télévision et de leur presse.
La forme et le contenu de ces médias embarrasseraient et scandaliseraient des intellectuels, des journalistes et des artistes qui se respectent, mais la majorité des intellectuels, journalistes et artistes égyptiens ont été enrôlés ou achetés pour défendre les intérêts de la classe dirigeante (bien qu’une partie de ceux qui avaient été enrôlés pour soutenir le régime, en particulier les universitaires, se soient mis à rétropédaler récemment et à réécrire l’histoire en niant l’avoir plébiscité).
La dégradation des œuvres intellectuelles et artistiques et de la culture égyptienne au cours des quatre dernières décennies est la conséquence directe de la tyrannie de cette classe sociale. Il suffit de s’asseoir une minute avec ces hommes et femmes d’affaire ou de visiter leur maison ou de voir les films et les séries qu’ils produisent et le genre de culture que ces productions véhiculent ou d’écouter leurs conversations dans les bars et les restaurants des hôtels 5 étoiles du Caire ou de regarder leurs interviews sur des chaînes de TV d’une insipidité scandaleuse, pour se rendre compte de leur médiocrité absolue dans tous les domaines, économique, politique et esthétique, sans parler de leur ignorance de la littérature et de l’art égyptiens, arabes et internationaux ; et tout cela n’est rien à côté du profond mépris qu’ils professent envers les pauvres de l’Égypte qui représentent plus de 80% de la population.
Que cette classe de super-riches envieux et jaloux ne pardonne pas aux plus pauvres des pauvres de posséder un petit quelque chose, et aux Palestiniens de Gaza encore moins qu’aux autres, en dit long sur leur niveau de moralité.
Je me souviens avec horreur d’un dîner au Caire en novembre 2010 avec le milliardaire Nassef Sawiris, l’homme le plus riche du pays, au cours duquel il a déclaré tout fier qu’il avait, chez lui, au bureau et en voyage, trois écrans de TV allumés nuit et jour pour regarder simultanément les trois chaînes d’information étasuniennes (sauf erreur, CNN, CNBC et Fox News) qui constituaient apparemment la source principale de sa culture.
Sawiris, qui est bien moins exhibitionniste que ses deux aînés, a été fort surpris quand je lui ai dit que j’étais opposé à la politique intérieure et étrangère droitière du président étasunien et il a semblé incapable d’imaginer une position politique plus à gauche que celle d’Obama.
Dans une interview toute récente qu’il a donnée au journal pro-Sisi Al-Masry Al-Youm, Sawiris félicitait Sisi d’avoir drastiquement diminué les subventions sur le prix de l’essence pour les pauvres (tout en maintenant bas le prix du 95, l’essence des voitures de luxe des riches*) et il se fendait de toute une série de recommandations néolibérales comme une nouvelle dévaluation de la livre égyptienne ; la privatisation des transports publics ; la baisse des taxes des riches (comme celles imposées, illégalement selon lui, à sa firme par le président destitué Mouhammad Morsi) ; la protection des fonctionnaires et des ministres de toute poursuites judiciaires et l’autorisation d’utiliser du charbon dans les usines de ciment en dépit des grandes menaces, soulignées par les militants, pour la santé et l’environnement.
De telles mesures enrichiraient sans aucun doute encore davantage les 1% et continueraient d’appauvrir les pauvres (son frère Naguib, plus flamboyant mais moins riche, vient juste de publier un article dans le journal égyptien Al-Akhbar, dans lequel il se fait l’écho des conseils de son cadet. Il demande aussi à Sisi, dans un interview à la TV, d’accorder l’amnistie à Moubarak et de le laisser sortir de prison).
“Fiction et fabrication”
Sisi et la classe qu’il représente veulent faire croire que toutes les guerres de l’Égypte contre Israël ont été menées pour défendre la Palestine et les Palestiniens et qu’elles ont coûté très cher à l’Égypte en espèce sonnantes et en vies humaines. Mais rien de cela n’est vrai.
En 1956, Israël a envahi l’Égypte et occupé le Sinaï et les soldats égyptiens qui sont morts dans cette guerre défendaient leur pays et leur territoire ; en 1967, Israël a encore envahi l’Égypte et occupé le Sinaï, et des soldats égyptiens ont été tués en défendant leur pays contre une invasion étrangère ; entre 1968 et 1970, Israël et l’Égypte se sont affrontés dans une “guerre d’usure” au cours de laquelle des soldats égyptiens ont été tués en défendant leur pays contre les agressions incessantes et l’occupation du Sinaï par Israël - la guerre a eu lieu sur le sol égyptien ; et en 1973, l’Égypte a mené une guerre pour libérer le Sinaï, pas la Palestine, et des soldats égyptiens ont été tués en défendant leur pays contre une occupation étrangère.
Il reste donc la guerre de 1948 dans laquelle des soldats et volontaires égyptiens au nombre de mille selon certaines sources, et deux mille selon d’autres, ont été tués. Cette intervention militaire égyptienne pour stopper l’expulsion des Palestiniens et le vol de leur terre par les Sionistes n’a pas été lancée par Nasser, à qui on reproche souvent son soutien verbal aux Palestiniens, mais par le roi Farouk.
Il ressort de la plupart des recherches sur les raisons qui ont poussé Farouk et son gouvernement à intervenir en Palestine, qu’il s’agissait essentiellement de maintenir le statut de leader régional de l’Égypte, disputé par le rival irakien, et pas tellement de promouvoir une forme de nationalisme ou de solidarité arabes.
Quoi qu’il en soit, pour la plupart des Palestiniens il ne fait pas de doute que les soldats et les combattants volontaires égyptiens tués dans cette guerre, sont morts pour défendre la Palestine et les Palestiniens même si les soldats obéissaient aux ordres d’un gouvernement qui cherchait, en fait, à maintenir son hégémonie régionale. En tous cas, cette guerre est la seule où des soldats et des volontaires égyptiens sont morts en défendant la Palestine, ce qui a suscité une immense gratitude de la part du peuple palestinien et de leur mouvement national.
Ce chiffre de un ou deux mille soldats et volontaires est devenu “100.000 martyrs,” dans la bouche de Sisi, expert en fiction et fabrication, qui reprenait un chiffre fabriqué par les voleurs de la classe dirigeante égyptienne, leurs intellectuels-à-louer et leurs propagandistes médiatiques achetés, après les accords de Camp David conclus par Sadate en 1978, accords qui ont sacrifié les droits du peuple palestinien y compris des Palestiniens de Gaza, en échange d’un contrôle partiel et non souverain de l’Égypte sur le Sinaï.
Je ne veux pas dire par là que des millions de civils et de soldats égyptiens ne soutiennent pas la Palestine et les Palestiniens, ni qu’ils ne se battraient pas pour la Palestine et les Palestiniens comme ils ont toujours proclamé vouloir le faire. Je veux juste dire, qu’à part pendant la guerre de 1948, ils n’en ont jamais eu l’occasion. C’est précisément cela qui horripile les voleurs qui servent de classe dirigeante à l’Égypte et c’est la raison pour laquelle la propagande anti-palestinienne et les incitations à la haine envahissent les chaîne de TV qu’ils possèdent.
A écouter cette propagande, on pourrait croire que ce sont les Palestiniens qui ont occupé le Sinaï, et que ce n’est pas l’Égypte qui a contrôlé Gaza de 1948 à 1967 et qui l’a assiégée d’abord de temps en temps, puis de façon continuelle pendant les huit dernières années.
Mais toutes ces campagnes médiatiques ne parviennent pas à décourager les Égyptiens de soutenir les Palestiniens soit en manifestant contre la complicité du régime de Sisi aux massacres comme ces dernières semaines, soit en envoyant de l’aide médicale que les soldats de Sisi ont empêchée d’entrer à Gaza.
Suicide de masse intellectuel
Il est évident que les voleurs qui dirigent l’Égypte ne sont pas seulement les ennemis des Palestiniens mais d’abord et avant tout les ennemis des Égyptiens... qu’ils oppriment, exploitent, volent et humilient jour après jour. Cette réalité est bien sûr soigneusement cachée par ceux qui ont applaudi l’arrivée de Sisi au pouvoir.
Le suicide intellectuel que commettent la majorité des intellectuels et des artistes égyptiens (Nassériens, Marxistes, libéraux et Salafistes) en mettant de côté leur esprit critique pour soutenir ou passer sous silence les massacres et la répression du nouveau régime, sans parler des campagnes contre les égyptiens pauvres et les Palestiniens, rappelle le suicide des communistes égyptiens qui ont dissous leur parti en 1964 pour rejoindre l’Union Socialiste de Nasser.
Parmi ces intellectuels, on trouve l’économiste marxiste et infatigable supporter de-Sisi, Samir Amin, et des personnages beaucoup moins célèbres comme le romancier critique de Moubarak, Alaa al-Aswany, en passant par l’économiste Galal Amin et les écrivains et les poètes Sonallah Ibrahim, Abd al-Rahman al-Abnudi, Bahaa Taher et quantités d’autres personnes.
Le suicide des communistes égyptiens en 1964, toutefois, venait du fait qu’ils pensaient que la répression de Nasser, tout en étant regrettable, servait au final leur projet commun de nationalisation et de socialisation de la propriété pour éradiquer la pauvreté en Égypte. On ne sait pas très bien quelle est la logique qui sous-tend le soutien suicidaire des intellectuels de l’Égypte contemporaine aux voleurs qui contrôlent le pays.
Le massacre de Gaza est le “plan B”
Le fait que Sisi ait surpassé Moubarak en s’alliant avec Israël contre les Palestiniens assiégés n’est pas surprenant étant donné qu’il sert la même classe sociale et les mêmes intérêts que Moubarak. Mais le Hamas, à l’époque, se sentait coincé et obéissait plus ou moins aux diktats de Moubarak, ce qui n’est plus du tout le cas aujourd’hui.
Il est clair maintenant que le massacre perpétré actuellement à Gaza pas les Israéliens était le plan B, tandis que le plan A était l’éventuelle invasion terrestre égyptienne de Gaza que le gouvernement de Sisi avait menacé de déclencher il y a quelques mois, après avoir détruit avec l’aide israélienne les tunnels qui permettaient à Gaza de survivre (et c’était avant l’élection bidon de Sisi), dans le but manifeste de remettre Mouhammad Dahlan au pouvoir à Gaza et de se débarrasser du Hamas et de la résistance palestinienne.
La visite du chef des services secrets égyptiens en Israël quelques jours avant le déclenchement du massacre, et celle de trois officiels des services secrets israéliens en Égypte quelques jour plus tard, n’est qu’un pâle reflet du niveau de collaboration des deux pays.
Le sadisme et le narcissisme qui caractérisent la culture dominante coloniale juive israélienne et qu’on voit se manifester dans les “Mort aux Arabes” que les foules hurlent, et la manière dont les Israéliens se pressent sur les collines pour jouir du massacre de la population autochtone de la Palestine, n’ont rien à envier à la propagande sadique et haineuse des médias du régime de Sisi et des voleurs qui dirigent l’Égypte.
De fait, pendant que le massacre israélien des Palestiniens de Gaza se poursuit, l’armée égyptienne a annoncé le 27 juillet qu’elle venait de détruire 13 tunnels supplémentaires entre Gaza et l’Égypte, sans doute au titre de son héroïque contribution à la répression sans fin des Palestiniens.
Quant au “cessez-le-feu” que Sisi a proposé une semaine après le début du massacre à Gaza et qui lui avait dicté par ses alliés israéliens, il a été rejeté à juste titre par le peuple palestinien qui lui a préféré une vaillante résistance armée contre les criminels coloniaux israéliens et une courageuse résistance politique et diplomatique contre leur cruel geôlier égyptien.

 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 / novembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]