ELWATAN-ALHABIB
lundi 25 août 2014
 
La honte et l'irresponsabilité
 
 
 
par M. Saadoune
Pourquoi Albert Ebossé est-il mort ? Cette fausse question de très nombreux Algériens se la posent avec une affliction profonde. Pourquoi est-il mort n'est pas une question, elle est juste l'expression d'un énorme désarroi. Et d'un lourd sentiment de honte. Aucun mot ne sera suffisant pour dire l'injustice de cette vie volée par la déraison de la foule.

Albert Ebossé était un travailleur immigré, chez nous. Il apportait son talent et donnait de la joie. Nous avons tous, même ceux qui ne s'intéressent aucunement au football voire le détestent, le sentiment de n'avoir pas été à la hauteur, d'avoir failli à la parole donnée. Il était notre hôte et il n'a pas été mis à l'abri de nos dérèglements. Des Algériens ont tellement mal à l'âme qu'ils ont lancé la formule choc : c'est le championnat du Daech qui se déroule en Algérie, ce n'est plus une compétition sportive. Des supporters qui décident de punir leur équipe à coups de caillasses, cela n'a rien de nouveau, mais c'est à chaque fois l'expression achevée de l'échec national à tous les niveaux. Même la répression - qui ne fonctionne bien que pour les oppositions politiques - est un échec quand il s'agit d'assurer le minimum du fonctionnement de la vie en cité.

Pendant qu'on concocte une équipe nationale - à plus de 80% formée dans les écoles sportives de France - qui permet d'assurer une belle devanture, le football national est, lui, en totale déshérence. Niveau médiocre, galeries de supporters violentes incarnant parfaitement la monumentale régression des sentiments de la nation vers le quartier - ce n'est plus el-watan, c'est el-houma - et un encadrement institutionnel totalement aspiré par la représentation rentière. Non, ce n'est pas une exagération de parler du championnat du Daech. La presse sportive en Algérie - comme d'ailleurs dans beaucoup de pays du monde - n'est pas vraiment un modèle. Et si le ministre de la Communication lui prête une « part de responsabilité» - elle existe -, il sera absurde de s'y arrêter.

Pourquoi Albert Ebossé est-il mort n'est pas une question, mais un cri, une plainte. En 2012, à Saïda, un envahissement de terrain avec attaque à l'arme blanche contre l'équipe visiteuse - l'USMA encore - s'est miraculeusement terminé sans mort d'homme. Mais l'avertissement était donné : les stades sont devenus un coupe-gorge et il fallait prendre des mesures drastiques et radicales pour remettre de l'ordre. En fait, il y a eu un limogeage et puis plus rien. Les adultes qui continuaient à aller aux stades ne pouvaient manquer d'observer avec inquiétude cette manière qu'ont les autorités de gérer de loin les jeunes qui y affluent pour déverser leurs frustrations, leur haine, leur mal de vivre et leur violence. Ces adultes s'alarmaient : le drame est annoncé.

Albert Ebossé est mort aussi à Saïda en 2012. On peut incriminer tout le monde, les journalistes, l'école, les parents… Mais il ne faut pas trop diluer les choses. Il y a des responsables directs dans cette tragédie. Les dirigeants du football algérien, les services de sécurité, le gouvernement qui n'a pas pris les mesures, élémentaires, que dictait le terrible avertissement de Saïda. Et s'il faut à tout prix sortir un enseignement général, il faut le faire clairement, politiquement : ce qui arrive est la conséquence d'un système où la reddition de comptes n'existe pas. C'est bien cela qui nous fait honte en tant qu'Algériens : nous n'arrivons pas à sortir du système de l'irresponsabilité.
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]